INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [paged] => 2 [year] => 2007 [monthnum] => 07 ) [query_vars] => Array ( [paged] => 2 [year] => 2007 [monthnum] => 7 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2007 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 7 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 10, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 819 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-12 11:36:46 [post_date_gmt] => 2007-07-12 09:36:46 [post_content] => Le député UMP de Paris Pierre Lellouche se déclare «profondément écoeuré » au lendemain de la condamnation pénale de sa suppléante Edwige Antier dans une affaire d’escroquerie. Il y a de quoi en effet avoir des nausées : Edwige Antier, pédiatre médiatiquement dévouée aux tous-petits (elle tient chronique sur France Info) et politiquement encartée à l’UMP (suppléante de Lellouche, elle est aussi maire-adjointe UMP du 8eme arrondissement) a été condamnée mardi à six mois de prison avec sursis et 15.000 Euros d’amende pour recel d’escroquerie. Concrètement, son mari a pillé les caisses d’une association d’aide à l’enfance qu’elle présidait. L’argent détourné atterrissait le compte bancaire de la célèbre pédiatre… Au total, 151.992 Euros destinés à l’aide à l’enfance ont ainsi été détournés. L’élue UMP a remboursé et elle va faire appel, protestant de son innocence... Mais Pierre Lellouche n’a pas trop l’air de croire à l’erreur judiciaire : sur l’air de « j’vous l’avais bien dit », il clame à qui veut l’entendre que l’UMP lui avait « imposé » sa suppléante… L’UMP à qui il demande de « prendre ses responsablités », compte-tenu de « l’impact déplorable de toute cette affaire dans l’opinion ». C’est sûr, c’était pas la peine de se faire réélire au premier tour des législatives pour se traîner un boulet pareil ! Caroline Lançon [post_title] => AFFAIRE ANTIER: NAUSÉE POST-ELECTORALE A L'UMP [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nausee-post-electorale-a-lump [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-12 11:36:46 [post_modified_gmt] => 2007-07-12 09:36:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/nausee-post-electorale-a-lump/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 17 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 818 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-11 15:32:18 [post_date_gmt] => 2007-07-11 13:32:18 [post_content] => « Aujourd'hui, je ne me reconnais plus à travers les méthodes de direction qui sont les tiennes » a expliqué Jack Lang à François Hollande dans une lettre qu’il lui a écrite mercredi. De ce fait, l’ancien ministre de la Culture, député du Pas-de-Calais, lâche son mandat de Secrétaire National du parti. Rien ne va plus rue Solférino. L’ouverture exercée par Nicolas Sarkozy agace de toute évidence les instances dirigeantes du Parti Socialiste, voire le bouleverse. Après avoir fait rentrer six personnalités de gauche au sein du gouvernement, proposé Dominique Strauss-Kahn comme successeur de Rodrigo Rato actuel président du Fond Monétaire International, ce sont désormais les commissions de réflexion sur les institutions de la Ve République qui sont pointées du doigt. Jack Lang, Guy Carcassonne, ancien directeur de cabinet de Michel Rocard, et Olivier Schrameck, ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin, ont été sollicités pour y participer. Le Premier Secrétaire ne perçoit pas les initiatives du chef de l’Etat d’un très bon oeil. Il est convaincu que « Nicolas Sarkozy essaie de jouer, d'instrumentaliser''. Si bien que mardi soir, le Bureau National s’est réuni pour parler de cette question partant du principe que c’est au parti de désigner ses représentants. A la sortie, Stéphane le Foll, directeur de cabinet du Premier Secrétaire, a déclaré que « toute personnalité qui choisira de participer à une commission le fera à titre personnel et sera suspendue des instances du Parti Socialiste » Cette suspension reste provisoire le temps de la participation à ces commissions. Mais Jack-Lang qui n’a vraisemblablement pas apprécié cette menace directe, ne s’est pas fait attendre pour répondre à cette attaque sur le même ton. Dans sa lettre il poursuit : « Citoyen libre, je servirai mon pays selon les règles de conduite que seule ma conscience me dictera et fort de la confiance populaire qui m'est accordée ». La tension était déjà montée la semaine dernière avec la remarque de Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale, qui l’avait déjà avisé qu’il ne serait plus membre du groupe socialiste s’il acceptait une mission émanant du chef de l’Etat. Bien qu’il reste flou sur sa décision quant à la participation ou non à ces commissions, sa démission brutale laisse présager qu’il va sans doute y donner une suite favorable. Théoriquement, il devrait officialiser sa réponse après le discours du Président de la République sur les institutions jeudi à Epinal. Angélique Boilet Publié sur le site de Libération, voici le texte intégral de la lettre de Jack Lang à François Hollande, remise à l'AFP par Jack Lang: «Au cours de ces cinq dernières années, j'ai travaillé sans relâche auprès de toi et pour notre parti avec loyauté et solidarité. J'ai participé activement à de nombreux combats: campagnes régionales, européennes et présidentielles, ouverture de notre parti à de nombreux adhérents, élaboration du projet socialiste, inscription des jeunes sur les listes électorales. Aujourd'hui, je ne me reconnais plus à travers les méthodes de direction qui sont les tiennes, en conséquence je te présente ma démission de Secrétaire National et je suspends ma participation aux travaux du Bureau National. Militant socialiste je suis, militant socialiste je reste fidèle à mon idéal de toujours. En particulier, je continuerai à combattre vigoureusement la politique économique et sociale de la droite. Citoyen libre, je servirai mon pays selon les règles de conduite que seule ma conscience me dictera et fort de la confiance populaire qui m'est accordée.» [post_title] => JACK LANG DEMISSIONNE ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => jack-lang-demissionne [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-11 15:32:18 [post_modified_gmt] => 2007-07-11 13:32:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/jack-lang-demissionne/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 21 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 815 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-11 09:15:10 [post_date_gmt] => 2007-07-11 07:15:10 [post_content] => MARGOT FAIT SON CINÉMA: « Délice Paloma » un vrai régal Nadir Moknèche, le réalisateur, est un vrai séducteur. Il nous présente son Algérie d’aujourd’hui avec une Madame Aldjéria campée par une Byouna tout aussi rare et attachante. L’histoire de Paloma, jolie comme un cœur, nous promène dans les rues blanches des nuits d’Alger, au son de la musique envoûtante de Pierre Bastaroli. Alger la Blanche, éclatante sous le soleil, vue d’un appartement au 17ème étage sans ascenseur, avec terrasse bariolée d’oiseaux (en cage) et piscine (de la taille d’une baignoire). En même temps, ce film nous montre une Algérie tout en contrastes, entre les ruines majestueuses de l’empire romain de Caracalla et les discothèques branchées où l’on offre du champagne aux jolies filles. Très vite, on est scotché aux personnages, à cette mère trop possessive mais tellement dévouée à aider les autres. « Madame Aldjéria vous arrangera ça », c’est écrit sur sa carte de visite. Ça ? Tout ou presque ! Il suffit d’apporter votre contribution sonnante et trébuchante à la concrétisation de son projet d’avenir. Un rêve d’enfance de Madame Aldjéria. Alors, tous les moyens sont bons… avec les risques en plus. Et ça, justement, c’est toute l’histoire de Madame Aldjéria. Un parfum de jasmin… un goût de rose… plaisir… bonheur… « Je pense à toi, Paloma… » ■ Margot Deschamps Date de sortie : 11 juillet 2007 Réalisateur : Nadir Moknèche Avec Byouna, Nadia Kaci, Aylin Prandi, Daniel Lundh… Film français (2006) Durée : 2h14 min voir la bande annonce [post_title] => DÉLICE PALOMA : MARGOT S'EST RÉGALÉ [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => margot-fait-son-cinema [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-11 09:15:10 [post_modified_gmt] => 2007-07-11 07:15:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/margot-fait-son-cinema/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 6 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 814 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-11 01:03:55 [post_date_gmt] => 2007-07-10 23:03:55 [post_content] => Première dans l’histoire de la Veme République : un ancien premier ministre va être mis en examen pour des faits commis au moment ou il occupait ses fonctions ministérielles, et un Président de la République(Nicolas Sarkozy) qui se porte partie civil dans une affaire de calomnie. Le 27 juillet pour la première fois un ancien chef de gouvernement sera mis en examen dans le cadre de l’affaire Clearstream. Un dossier de plus en plus gênant pour l’ancien premier ministre. Un casse tête au sommet de l’Etat qui débute en 2004 quand Jean Louis Gergorin alors vice président d’EADS et proche de Dominique de Villepin met a disposition du Juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke des listings mettant en cause plusieurs personnalités politiques notamment Nicolas Sarkozy. Ces documents présentaient une liste des bénéficiaires de rétro commissions provenant du marché des frégates de Taiwan Le juge conclue qu’il s’agit de manipulation de document visant à affaiblir des adversaires politiques. A cette époque Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin entretiennent une rivalité tenace pour l’accession à l’Elysée. Les premiers soupçons se dirigent alors sans preuve formelle vers Matignon. C’est en juin 2007 que de nouveaux éléments relancent l’affaire. Le domicile et le bureau de Dominique de Villepin sont perquisitionnés par les magistrats chargés de l’enquête, les juges D’Huy et Pons. Des perquisitions provoquées par la découverte de notes du Général Rondot, ancien responsable des services secret. Des documents qui impliquent directement Dominique de Villepin. Jacques Chirac est aussi cité dans ces notes. Le rôle (si il en a tenu un) de l ancien Président reste à déterminer mais il est en droit de refuser toute convocation chez les juges, le statut pénal du chef de l’Etat lui donne cette possibilité. Thomas Dorina Itv Imad-lahoud comité de soutien de van Ruymbeke Denis Robert Un journaliste chez les espions [post_title] => Dominique de Villepin bientôt mis en examen. [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => dominique-de-villepin-bientot-mis-en-examen [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-11 01:03:55 [post_modified_gmt] => 2007-07-10 23:03:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/dominique-de-villepin-bientot-mis-en-examen/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 5 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 813 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-10 16:14:16 [post_date_gmt] => 2007-07-10 14:14:16 [post_content] => Ca y est Dominique Strauss Kahn est le candidat européen pour la présidence du Font Monétaire International. Sa candidature a été acceptée par les 27 Etats membres de l’Union Européenne. L’ancien ministre socialiste des Finances, était le favori du Président de la République, Nicolas Sarkozy pour prendre en charge la destinée de l’institution internationale. Cette candidature est à placer dans le cadre de « l’ouverture » prônée par Nicolas Sarkozy. Le Font Monétaire International est une institution crée en 1944. Elle a pour objectif de financer les pays connaissants des difficultés financières. En contrepartie des aides, le FMI impose des politiques économiques comme la libéralisation des marchés. Il y a peu de chance pour que la présidence échappe à Dominique Strauss Kahn puisque depuis sa création presque tous les présidents du FMI étaient européens. Dorina Thomas [post_title] => SARKOZY PROPULSE DSK AU FMI [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sarkozy-propulse-dsk-au-fmi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-10 16:14:16 [post_modified_gmt] => 2007-07-10 14:14:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/sarkozy-propulse-dsk-au-fmi/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 4 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 812 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-09 17:24:23 [post_date_gmt] => 2007-07-09 15:24:23 [post_content] => Les récentes déclarations de Nicolas Sarkozy et de François Fillon, laissent entrevoir une modification rapide de la constitution. Le discours de politique générale de François Fillon le mardi 3 juillet devant l’Assemblée Nationale ne laissait déjà pas beaucoup de doute. Le Premier ministre ne s’est interdit aucun sujet, traitant des réformes constitutionnelles comme des relations internationales, domaines habituellement réservés au Président de la République Ses propos lors d’un chat sur le site de Matignon mercredi 4 juillet confirme la tendance, le souhait est d’aller vers un « vrai régime présidentielle » avec un président de la République qui dirige le gouvernement, mais avec une Assemblée beaucoup plus forte, qui ne peut être dissoute par le président de la République » et ou « le Premier ministre deviendrait alors un vice-président. ». Pour le constitutionaliste Dominique Chagnollaud ces réformes ne vont pas vers un « régime présidentielle », mais vers une « présidentialisation de la vie politique », tout en notant un changement dans les mœurs « Traditionnellement, l'Élysée déterminait la politique du gouvernement, se réservait les tâches nobles - Affaires étrangères, Défense - et laissait Matignon faire « le sale boulot » en matière économique et sociale. » Autre nouveauté la prochaine révision de l’article 18 de la constitution pour que le Président puisse s’exprimer devant l’Assemblée Nationale. En Effet aucun président de la République ne s’est adressé aux députés depuis 1873 et l’instauration de la III eme République. Les rapports entre le pouvoir exécutif et législatif étaient alors plus que tendus. Avant 1875 le président de la République pouvait se rendre dans l’hémicycle et pouvait dissoudre l’assemblée à tout moment. Nicolas Sarkozy est en train de constituer une commission « d’experts » pour réfléchir sur la réforme des institutions. Le Président souhaite que la réforme soit prête pour « fin janvier au plus tard », en 2008 la Ve République aura 50 ans. Thomas Dorina Retrouvez le chat de François Fillon à Matignon [post_title] => BIENTOT UNE VI ème REPUBLIQUE VERSION SARKOZY ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bientot-une-vieme-republique-version-sarkozy [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-09 17:24:23 [post_modified_gmt] => 2007-07-09 15:24:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/bientot-une-vieme-republique-version-sarkozy/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 807 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-05 16:43:45 [post_date_gmt] => 2007-07-05 14:43:45 [post_content] => Terminé la grève, les journaliste des Echos ont décidé d’agir dans les pages de leur journal. La Société Des Journalistes du quotidien a pris la décision de publier tout un dossier sur l’avenir du quotidien économique. Articles, chroniques et signatures soutiennent leur démarche. Un autre moyen de protestation qui ne pénalise pas leurs lecteurs. Pour ceux qui ont raté le début de l'histoire, cliquez ici et ici. Un premier article s’interroge sur « qui profiterait d’un affaiblissement des Echos ? » Il relate un autre article paru dans le quotidien britannique The Economist : « Bernard Arnault essaie de vendre une publication et d’en acheter une autre. » « Les affaires, la politique et les médias sont devenus désespérément entremêlés en France ces dernières années. » Alors que The Economist est également possédé à moitié par Pearson, le journal affirme que « si Les Echos devaient perdre leur réputation de journal de référence avec leur nouvel actionnariat, Pearson pourrait gagner de nouveaux lecteurs pour le Financial Times, sa principale publication ». Selon les Echos, une « belle preuve d’indépendance. En Angleterre, le directeur de la rédaction est protégé par une institution. Les lecteurs éclairés La SDJ des Echos consacre ensuite une demi page du journal à répondre à des questions que se posent leurs lecteurs. Elle éclaircie des points allant du « pourquoi vous opposez vous à une vente éventuelle à LVMH ? » à « les politiques soutiennent-ils votre combat ? », en passant par des interrogations telles que « pourquoi un quotidien économique n’est-il pas une entreprise comme une autre ? » Une véritable tribune offerte à sa SDJ dans laquelle celle-ci expose son point de vue sur l’affaire. Est-ce opportun de faire dans le journal exactement ce que craignent les journalistes de la part de Bernard Arnault, c'est-à-dire mettre en avant ses intérêts ? Ensuite, dans un article également signé de la SDJ, il est exposé la proposition faite par celle-ci pour garantir l’indépendance éditoriale future du journal. Elle propose que la société des journalistes n’ait « aucun droit financier », mais qu’elle puisse « bénéficier d’un droit de veto sur toute modification des statuts du groupe portant sur l’indépendance. » La suite du dossier est composée de quatre chroniques ou « points de vue ». Il y a d’abord un texte de Jean-François Roubaud, président de la CGPME (Confédération Générale du Patronat des Petites et Moyennes Entreprises), dont le titre résume parfaitement le contenu : « Concilier la liberté de la presse et la liberté d’entreprendre ». Il parle d’un « journal [qui] n’est pas une entreprise comme une autre ». Pour lui, « l’acte économique d’achat ou de revente d’un journal, je le répète, est normal. En faire un enjeu de pouvoir serait anormal si cela devait, par la suite, se traduire par une information pouvant paraître sujette à caution. » Vient ensuite le point de vue de Denis Muzet, président de l’institut de Médiascopie, institut mesurant l’impact des médias sur le public. Il estime que le journal a acquis une certaine crédibilité grâce à son indépendance. En ce sens, un rachat par LVMH porterait un coup à la crédibilité des Echos aux yeux des lecteurs. « Une atteinte à la crédibilité des journalistes » Patrick Artus, directeur de la recherche et des études du géant bancaire Natixis, estime que la presse économique, en conseillers d’investisseurs qu’elle est, devrait, « sur le modèle des banques d’investissement, séparer totalement l’information fournie à ces investisseurs de ses propres intérêts comme entreprise, ce qui couvre un champ large : intérêt de ses actionnaires ; intérêt des organes de presse comme annonceurs pour les entreprises ; intérêts de ses dirigeants pour maintenir des relations amicales ou d’affaires avec des dirigeants de groupes. » Enfin, la chronique du Suisse Roger de Weck, éditorialiste en Allemagne explique que « vue de l’Allemagne, la mise au pas de la presse française inquiète. Il est profondément malsain que des groupes de médias appartiennent à des industriels ou à des financiers : c’est une atteinte à la crédibilité des journaux et chaînes de radio ou télévision, quel que soit le comportement du propriétaire. » Toujours sur l’exemple allemand, il affirme que « les industriels et financiers […] ne songeraient pas une seconde à acheter le Financial Times Deutschland si son copropriétaire Pearson envisageait de s’en séparer à l’image des Echos. En effet, l’acheteur subirait une hémorragie de lecteurs. » Pour Roger de Weck, le rôle du quotidien doit être clair : « Un journal économique doit être en mesure de déranger et d’ulcérer tout chef d’entreprise, soit en menant l’enquête sur ce qu’il voudrait taire, soit en critiquant ses performances et sa façon de faire, soit en jaugeant les titres boursiers de son groupe. Il est pervers que Bernard Arnault veuille contrôler une instance appelée à le contrôler.» Pour clore ce dossier, Les Echos ont décidé de publier sur une double page les noms des 500 personnalités ayant signé la pétition contre la vente du journal au groupe LVMH. On y retrouve François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, Dominique Strauss-Kahn, député PS ou encore Robert Ménard, secrétaire générale de Reporters Sans Frontières. Martin Baumer [post_title] => LES JOURNALISTES DES ECHOS ENVAHISSENT LEUR JOURNAL [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-journalistes-des-echos-envahissent-leur-journal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-05 16:43:45 [post_modified_gmt] => 2007-07-05 14:43:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/les-journalistes-des-echos-envahissent-leur-journal/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 7 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 806 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-04 20:18:18 [post_date_gmt] => 2007-07-04 18:18:18 [post_content] => Alors que la mort de onze députés colombiens, otages des FARC, vient d’être annoncée, on apprend ce matin qu’Ingrid Betancourt, ex-candidate écologiste aux élections présidentielles colombiennes, serait encore en vie. Tanya Canacoo, qui vient de terminer son stage à LaTéléLibre, nous propose un dossier sur les FARC, à l'aide de plusieurs vidéos qu'elle a déniché sur Internet, en langue espagnole. C'est un peu le regard d'une majorité de colombien sur le Farc que Tanya nous a préparé. . ACTUALISATION DU 6/07/07: Des centaines de milliers de Colombiens sont décedu dans les rue de Bogota hier 5 juillet, pour demander aux FARC de libérer leur otages et se rendre aux autorités. Colombie, 1948. L'assassinat d'Eliecer Gaitan marque le début des guérillas libérales et communistes. Cette période, sobrement appelée la Violencia, cause 300 000 morts et trace l'esquisse d'une histoire sanglante qui ne semble pas vouloir prendre fin. En 1964, le Xè Congrès du Parti communiste colombien forme les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), devenus aujourd'hui la principale force rebelle du pays avec 17000 hommes. Les combattants sont en majorité des hommes, souvent mineurs, mais les femmes sont également présentes et leur effectif a augmenté durant les 20 dernières années. Elles représentent entre 30% et 35% des effectifs. Depuis leur création les revendications de cette organisation, reconnue comme terroriste par les Etats-Unis et l'Union Européenne, ne sont pas restées inchangées. Initialement, l'action des FARC avait pour cible principale la lutte des classes. Mais petit à petit le combat est devenu de moins en moins politique et leur pouvoir économique non négligeable est lié à des pratiques mafieuses. En effet, les guérilleros financent leurs opérations par des enlèvements, des rançons mais ils entretiennent également un lien étroit avec les trafiquants de drogue. On s'intéresse évidemment beaucoup au sort de ces quelques 1600 otages (colombiens et étrangers), qui seraient séquestrés et traités comme des animaux. C'est ce qu’a raconté John Franck Pinchao, un otage qui a réussi à s'échapper. Dans cette déclaration de mai dernier, il dénonce les conditions dans lesquelles les FARC l'ont maintenu mais il annonce aussi qu'Ingrid Betancourt serait encore en vie, après plus de cinq années de détention. Pour les colombiens, en plus d'être des trafiquants de drogue (narcotraficantes), les FARC sont surtout des assassins et de moins en moins des opposants politiques. Afin de sensibiliser la population, un spot publicitaire, trouvé sur youtube, d'une quarantaine de secondes a été tourné pour la liberté des otages en Colombie. Ainsi des milliers de familles sont amputées d'un de leur membre: père, frère ou mari. Face à cette hécatombe, il n'y a qu'une solution: la fuite du pays. Bien sur, tout quitter là-bas pour tout recommencer ailleurs n'est pas une décision simple à prendre. Voici Martha, qui raconte son triste sort: l'enlèvement de son père, la demande de rançon des FARC et malgré le règlement effectué, son assassinat. Elle dévoile les menaces et la pression que les guérilleros exerçaient sur sa famille même après l'exécution de son père. On observe que la situation va en s’aggravant. En effet, le 28 juin un communiqué de l’agence Anncol annonce que onze des douze députés de l’Assemblée régionale d’El Valle, retenus en otage depuis 2002, ont été tué le 18 juin « pris dans un feu croisé ». Le seul survivant est le député Sigifredo Lòpez, absent du campement lors de l’attaque militaire. Les Farc dénoncent une attaque de l’armée contre les camps de détention. Le général Freddy Padilla, commandant des forces militaires, affirme n’avoir lancé aucune « opération militaire de libération ». La famille Bétancourt s’est mobilisée et a demandé à l’Espagne, la Suisse et la France « d'agir fermement auprès du président Uribe pour éviter à tout prix de nouvelles opérations militaires qui mettent en danger la vie des otages", comme celle du 18 juin. La France a tout de suite répondu que tout usage de la force pour libérer les otages colombiens devait « être absolument proscrit ». Mardi 3 juillet 2007, les guérilleros des FARC ont diffusé une vidéo datant d’octobre 2006 montrant 7 personnes retenues prisonnières. Un des otages, William Dominguez, affirme qu’Ingrid Betancourt serait toujours vivante. « Encourageant » selon Olivier Roubi, le porte-parole d’Astrid Betancourt, la soeur d’Ingrid, et Yolanda Pulecio, sa mère, « insuffisant » pour Lorenzo Delloye, le fils d’Ingrid, les réactions face à cette vidéo sont assez partagées. Voici donc, un court extrait (40 secondes trouvées sur www.lemonde.fr, la vidéo initiale étant longue d’une heure et demi) du témoignage reçu il y a peu par deux médias : Holman Moris, correspondant de Radio France Internationale (RFI) et Al Jazeera en Colombie. Nous pouvons voir 4 des 7 otages, dont William Dominguez. En plus d’avoir été en contact avec Ingrid, il aurait également vu Clara Rojas, l’adjointe d’Ingrid Betancourt, et Emmanuel le jeune fils que Clara aurait eu avec un guérilleros. Tanya Canacoo [post_title] => QUI SONT LES FARC? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 806 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-04 20:18:18 [post_modified_gmt] => 2007-07-04 18:18:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/806/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 11 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 802 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-04 14:07:47 [post_date_gmt] => 2007-07-04 12:07:47 [post_content] => URGENT: LA NOUVELLE EST TOMBÉE APRÈS LE CONSEIL DES MINISTRES: "Compte tenu de la polémique" Cécilia Sarkozy a décidé "de ne plus utiliser sa carte bleue"!. Un reportage sera en ligne dans quelques minutes. En attendant, voici le texte paru ce jour au Journal Officiel, signé René Dosières, et qui, après les révélation du Canard de la semaine dernière, s'interrogeait sur le fait que la femme du président puisse disposer d'un carte bleue à son nom, alors qu'elle n'a aucun statut officiel. René Dosières est député socialiste, auteur d'un ouvrage au titre explicite, "L’ARGENT CACHÉ DE L’ELYSÉE" sorti le 11 janvier 2007. "Monsieur René Dosière signale au Premier ministre que, pour la première fois dans l'histoire de République française, l'épouse du chef de l'Etat gère des fonds publics, puisque désormais elle est titulaire d'une carte de paiement dont les sommes dépensées sont directement débitées sur le compte du Trésor public ouvert à la présidence de la République. Cette information publiée dans le Canard Enchaîné du 27 juin 2007 a été confirmée par les services de la Présidence. Il aimerait donc savoir à quel titre l'épouse du chef de l'Etat peut gérer l'argent public dans la mesure où elle n'a pas d'existence juridique, selon les termes de la réponse à la question n°4561 publiée au Journal Officiel du 28 novembre 2006, et qu'elle ne fait pas partie des services de la Présidence. Par ailleurs, il aimerait connaître les plafonds de dépenses et de retraits en liquide autorisés pour cette carte de paiement. Il rappelle que les sommes en cause n'étant soumises à aucun contrôle extérieur, ni de la Cour des comptes, ni du Parlement, de telles pratiques ne peuvent que susciter l'inquiétude de tous ceux que préoccupe la bonne gestion des fonds publics. C'est pourquoi il renouvelle sa proposition de donner à l'épouse du chef de l'Etat un statut permanent lui permettant d'agir dans le respect des règles juridiques et comptables qui fondent les valeurs républicaines." [post_title] => CARTE BLEUE DE CÉCILIA: RENÉ DOSIÈRE DEMANDE DES EXPLICATIONS [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => carte-bleue-de-cecilia-rene-dosieres-demande-des-explications [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-04 14:07:47 [post_modified_gmt] => 2007-07-04 12:07:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/carte-bleue-de-cecilia-rene-dosieres-demande-des-explications/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 23 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 801 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-03 16:30:48 [post_date_gmt] => 2007-07-03 14:30:48 [post_content] => CINÉMA LaTéléLibre s'agrandit! De nombreux volontaires nous rejoignent. C'est le cas de Margot Deschamps, qui est venue nous rencontrer au salon de la télé. Nous publions son premier papier sur un film… improbable. Au visionnage de l'extrait, plusieurs d'entre nous ont classé le film qui sort aujourd'hui de "grosse daube"!... Mais la vocation de ce média est d'être pluraliste et éclectique. Et puis le cinéma, c'est tellement subjectif! A la rentrée nous aurons d'autres critiques. VOIR L'EXTRAIT: http://www.newdelire.com/site/video/ba.htm TITRE : “New Délire” Eric Le Roch et Pascal Légitimus organisent un détournement… de film ! Date de sortie : 4 juillet 2007 Réalisateur : Eric Le Roch Producteur : Fabienne Servan- Schreiber Film français (2007) Durée : 1h 25min. Si vous voulez sortir de chez vous et de la morosité stagnante, n’hésitez pas, allez au cinéma voir un film en couleurs, plein de chants et de danses, de jolies femmes aux cheveux longs, de gentils et de méchants, un golfeur et des vikings, de dialogues percutants, et de beaux costumes fluos… Avec » New Délire, les aventures d’un Indien dans le show-biz », le nouveau film d’Eric Le Roch, vous aurez un total festival de pure loufoquerie. Une parodie complètement déjantée des quatre roues. De l’humour, de l’humour, toujours de l’humour. Quelle idée géniale d’avoir détourné ce film Bollywood très (in)connu « Saajan Chale Sasural » ! Voici la recette recommandée pour un cocktail garanti 100% comique : Retrouvez un film indien de 1996 qui dure quatre heures Coupez, coupez et re-coupez pour ne garder qu’une heure vingt-cinq Mixez la musique composée spécialement par Alain Bernard Inventez des dialogues hautement philosophiques qui auraient pu servir pour « le journal de Mickey » ou « Nous Deux » Demandez à une bande de oufs triée sur le volet de vous prêter leurs voix pour le doublage (Pascal Légitimus, Luis Rego, Hélène De Fougerolles, Jean-Marie Bigard, Mathilda May, Charlotte de Turckheim, Serge Hazanavicius…mais aussi Pauline Ester dans les chansons) Insistez bien sur les seconds plans (important) Ajoutez quelques effets spéciaux pour faire moderne Mélangez une dose de Bachelor, des Feux de l’Amour, de Fort Boyard, de Star Ac et Super Kung Fu Faites un montage subtil Recalez l’histoire qui se déroulera entre la gare Tavoiture et l’aéroport Salut et voilà, vous obtenez une des comédies certainement les plus délirantes de l’année ! Il fallait y penser. Il fallait oser. Ils l’ont fait. Franchement, j’ai adoré ce film qui me fait rire encore. Ça ne fera pas rire que les blondes, d’ailleurs. L’humour second degré est réservé tout public ! Alors si vous avez le choix entre la visite chez votre belle-mère ou aller au cinéma, un conseil : allez au ciné, même si votre belle-mère a reçu le premier prix de l’humour décalé et du meilleur cassoulet. Il paraît que le fait de rire est l’équivalent de manger un steak…à consommer sans modération et sans prise de tête. Margot Deschamps [post_title] => "NEW DÉLIRE", UN DÉTOURNEMENT DE FILM [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => new-delire-un-detournement-de-film [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-03 16:30:48 [post_modified_gmt] => 2007-07-03 14:30:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/new-delire-un-detournement-de-film/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 8 [filter] => raw ) ) [post_count] => 10 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 819 [post_author] => 2 [post_date] => 2007-07-12 11:36:46 [post_date_gmt] => 2007-07-12 09:36:46 [post_content] => Le député UMP de Paris Pierre Lellouche se déclare «profondément écoeuré » au lendemain de la condamnation pénale de sa suppléante Edwige Antier dans une affaire d’escroquerie. Il y a de quoi en effet avoir des nausées : Edwige Antier, pédiatre médiatiquement dévouée aux tous-petits (elle tient chronique sur France Info) et politiquement encartée à l’UMP (suppléante de Lellouche, elle est aussi maire-adjointe UMP du 8eme arrondissement) a été condamnée mardi à six mois de prison avec sursis et 15.000 Euros d’amende pour recel d’escroquerie. Concrètement, son mari a pillé les caisses d’une association d’aide à l’enfance qu’elle présidait. L’argent détourné atterrissait le compte bancaire de la célèbre pédiatre… Au total, 151.992 Euros destinés à l’aide à l’enfance ont ainsi été détournés. L’élue UMP a remboursé et elle va faire appel, protestant de son innocence... Mais Pierre Lellouche n’a pas trop l’air de croire à l’erreur judiciaire : sur l’air de « j’vous l’avais bien dit », il clame à qui veut l’entendre que l’UMP lui avait « imposé » sa suppléante… L’UMP à qui il demande de « prendre ses responsablités », compte-tenu de « l’impact déplorable de toute cette affaire dans l’opinion ». C’est sûr, c’était pas la peine de se faire réélire au premier tour des législatives pour se traîner un boulet pareil ! Caroline Lançon [post_title] => AFFAIRE ANTIER: NAUSÉE POST-ELECTORALE A L'UMP [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nausee-post-electorale-a-lump [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2007-07-12 11:36:46 [post_modified_gmt] => 2007-07-12 09:36:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/07/nausee-post-electorale-a-lump/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 17 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 23 [max_num_pages] => 3 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => 1 [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 2d60eb1492d4f2f4e0844ca6adc2e5e9 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )