LES PRIMAIRES AUX USA: LES REPUBLICAINS

Publié le | par

Notre correspondant aux Etats Unis, Nicolas Condom, décrypte depuis Atlanta, les élections américaines. Cette semaine, il fait un tour d’horizon des candidats républicains en accompagnant son texte des vidéos de campagne de chacun. Ces vidéos sont en anglais et nous n’avons pas le temps d’en faire une traduction complète. Ainsi, si parmi vous des traducteurs souhaitent faire un résumé de chacune de ces vidéos pour les rendre accessible à tous, vous pouvez nous envoyer ces traductions à cette adresse mail : [email protected]

Alors que la campagne électorale primaire va en s’amplifiant, nous allons voir durant ces deux semaines qui en sont les principaux protagonistes. Nous allons commencer par les candidats républicains avant de vous présenter la semaine prochaine les candidats démocrates. Par la suite, chaque semaine, La Télé Libre vous donnera des nouvelles régulières sous forme de chroniques ou de reportages.

Il y a cinq figures principales au sein du parti républicain : Rudolf Giuliani, l’ancien maire de New-York, Fred Thompson, ancien sénateur, John McCain, adversairemalheureux de George W Bush en 2000 lors des primaires, Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachussetts, et Ron Paul, représentant de Californie. Quatre autres candidats, aux chances nulles ou faibles, sont en lice : Sam Brownback, sénateur du Kansas, Mike Huckabee, ancien gouverneur de l’Arkansas, Duncan Hunter, représentant de Californie et Tom Tancredo, représentant du Colorado.


Le plus important actuellement au vu des sondages est Rudolph Giuliani, ancien maire de New-York, surnommé le « maire del’Amérique ». Sa campagne est marquée par l’image churchillienne qu’il veut se donner : comme il a su relever New-York au lendemain des attentats du 11 septembre, il s’estime capable de relever l’Amérique, qui est en guerre contre l’Axe du Mal. Il ne promet pas du sang, de la sueur et des larmes, mais n’est pas loin de le faire.

Il est loin cependant d’avoir l’image radicale d’un bushiste décidé à prendre la relève directe du président actuel. Il est considéré comme plus au centre, face à un Fred Thompson qui est dans la tradition républicaine classique pré-néoconservatrice.

Malgré des réticences en raison des positions favorables aux homosexuels qu’il a pu avoir lorsqu’il était maire de New York, l’électorat traditionnel pourrait être porté vers lui. Son positionnement au centre le met en position de prendre des voix a Hillary Clinton dans les « swing states », ces états qui font basculer l’élection, alors qu’une partie de l’Amérique refuse de voir un Clinton à nouveau à la Maison Blanche, par réaction quasi épidermique. On note cependant une augmentation des critiques de sa gestion du 11 septembre, d’autant plus fortes que les pompiers eux-mêmes lui reprochent notamment l’absence de mesures de sécurité lors des fouilles des décombres, à l’ origine de plusieurs décès.

Vidéo de présentation de Rudolph Giuliani:

Fred Thompson est la surprise de ces primaires : nul n’a vu venir l’ancien sénateur du Tennessee de 1994 à 2003, et par ailleurs acteur de la série Law and Order où il tient le rôle du procureur Arthur Branch. En quelques mois il a su dépasser Mitt Romney et John McCain, ce dernier s’étant disqualifié auprès des électeurs républicainsaprès s’être déclaré en faveur de la légalisation des immigrants clandestins. Ancien sénateur, il fait partie en 1973de la commission qui a enquêtée surl’affaire du Watergate et est un de ceux dont la détermination ont abouti à la démission de Richard Nixon ; en tant que conseiller juridique, il serait à l’origine de la question posée par le sénateur Howard Baker qui a abouti à l’aveu du président. Il est actuellement second dans les sondages, aux alentours des 20 %, derrière Giuliani qui est l’objet de 30 % d’intentions de vote. Il a déclaré sa candidature assez tardivement, le 6 septembre 2007. Fred Thompson essaie de se donner la figure d’un nouveau Reagan avec qui il n’a pas seulement en commun son passé d’acteur (carrière qu’il a embrassé après une carrière politique déjà entamée, contrairement à l’ancien président, suite a une apparition dans un film dans les années 80 où il jouait son propre rôle d’avocat). Il est favorable à ce que les états disposent de plus d’autonomie face à l’état fédéral, à une réduction du budget et des taxes, dans la tradition républicaine.

Vidéo de campagne de Fred Thompson:

Les deux autres candidats qui franchissent la barrière des 10 % sont Mitt Romney et John McCain. Mitt Romney, de confession mormone, est proche du Bush de 2004 de par ses convictions religieuses, et est considéré comme le plus religieux et le plus conservateur de tous les candidats. Il vient du Massachussetts, dont il a été gouverneur de 2003 à 2007, comme John Kerry. Il met clairement sa famille en avant durant la campagne : ses trois fils en sont des acteurs importants.

Vidéo de campagne : (Cette vidéo n’est plus disponible)

John McCain est un vétéran de la vie politique, et a déjà été candidat aux primaires en 2000, lorsqu’il fut victime d’une vaste campagne de désinformation orchestrée par les partisans de George W Bush. Il est considéré par ses supporters comme un héros de la guerre de Vietnam durant laquelle il a été fait prisonnier. Il s’est démarqué des néoconservateurs durant les deux mandats de George W Bush, ayant des positions modérées, rejoignant parfois les démocrates, lorsqu’il s’est agi de condamner la torture par exemple dans les prisons en Irak ou a Guantanamo. S’il était élu, il serait le plus âgé des présidents américains à entrer en exercice à l’âge de 72 ans. Il est désormais favorable à l’augmentation du nombre de troupes en Irak et n’a pas réussi à lever, semble-t-il, assez de fonds par rapport à ses concurrents.

Vidéo de campagne de dix minutes :

Ron Paul est lui un personnage atypique dont la campagne repose énormément sur internet, dont il se fait un défenseur des libertés. Représentant de l’état du Texas, il est le moins conservateur des républicains en lice. Il est l’objet d’un buzz sur internet, mais n’a quasiment aucune chance de gagner ces primaires. Ci-joint une vidéo réalisée par Ipol in America, qui a décidé de suivre la campagne électorale comme ils ont suivi la campagne électorale française.


iPol In America #01 par ipolus

Nicolas Condom

Partager cet article

Les commentaires (2)

  1. bravo pour ce suivi de la campagne US par LaTeleLibre.
    Celà va nous changer des sujets franchouillards, dont on nous bassine à TF1, France Télévision etc., comme la dolce vita de la France d’en-haut (le microcosme parisien politico-médiatique), les sempiternelles histoires de la France d’en bas./les gendarmes et voleurs .. au programme quotidien des chaines après la messe du 20 heures.
    Bonne idée aussi de se rapprocher de nos amis étrangers, (lesquels n’ont pas attendu autant pour venir chez nous voir ceux que Jean Paul L. a rencontré lors interviewes des points rouges). D’ailleurs, comme chacun a pu le remarquer, ce qui se passe aux USA se déroule quelques années plus tard en France, puisque nos élites admirent les dirigeants US jusqu’à les copier.

  2. oui bon reportage, instructif .
    On sait par-contre qui va gagner les élections là-bas : les marchands d’armes et de pétrole .
    rien qu’avec le vote électronique …. c’est encore une démocratie les USA ??