LA TÉLÉ LIBRE : LABORATOIRE DE CONTRE-POUVOIR

Publié le | par

ON PARLE DE NOUS DANS LIBÉRATION:

Les sites d’informations sur le Net (2/6).

Un média créatif et indépendant, c’est l’aventure tentée depuis deux ans par la webtélé.

par Frédérique Roussel

Point rouge

Inutile de le chercher à La Télé libre, John Paul Lepers est sur la route. Le journaliste sillonne l’Europe avec son équipe pour un documentaire commandé par France 4. Au menu : le sexe et l’amour dans la perspective des élections européennes. A Lille avec des rappeurs, à Bruxelles avec une sexologue spécialiste de l’orgasme féminin, à Amsterdam avec des prostituées… L’ancien reporter du Vrai Journal de Canal + vient d’achever, sur le même principe du road-movie en camping-car, un docu sur le logement (1) qui sera diffusé une semaine après le petit écran sur latelelibre.fr. L’insolent point rouge bouge encore.

En lançant La Télé libre, le 24 janvier 2007, ses cinq fondateurs rêvaient « d’inventer un nouveau média » qui ne ferait pas de compromis et à montrer ce qui ne passe pas à la télé. Deux ans et deux mois plus tard, le bilan est contrasté. Question viabilité financière, c’est un fiasco. « Il n’y a pas de modèle économique, reconnaît Lepers qui s’est remis à chercher activement du travail après être arrivé en fin de droits. La Télé libre fonctionne grâce au bénévolat, mis à part un salarié aidé. » Pas de rédaction, pas de charges, un hébergement et du matériel prêtés gracieusement, 30 000 euros de dons en deux ans et 1 000 vidéos postées à raison d’une mise en ligne quotidienne.

Petit Poucet gratuit du Web, avec 100 000 visiteurs mensuels, le site s’est allié avec des congénères, Agoravox et Bakchich, pour proposer une offre publicitaire commune, « Infovox », commercialisée par la régie Manchette. « Mais on est nul en référencement et en intégration pub », précise John Paul Lepers, pour qui « la réalité humaine est plus forte que la réalité économique ». La rentabilité compte moins que de fédérer la profession, d’accueillir les bonnes volontés et de réfléchir aux pistes possibles. Les road-movies pour France 4 vont se décliner en films participatifs sur latelelibre.fr. Chaque thème sera décliné sur une carte géographique, que les correspondants et les internautes vont enrichir. Ces documentaires éclatés pourraient ensuite reconstruire d’autres films.

Laboratoire, La Télé libre sert aussi à tester des concepts d’émission, comme le Point rouge, sorte de happening citoyen dans la rue où Lepers va à la rencontre de manifestants ou d’ouvriers, tapis rouge sur l’épaule. Elle représente aussi un tremplin pour une école populaire dont il rêve depuis longtemps : « En deux ans, on a formé soixante-dix personnes, des stagiaires ou des gens venus de leur propre chef apprendre une certaine écriture de l’image. » Certains collaborateurs bénévoles ont essaimé, comme le dessinateur Xavier Lacombe qui a été repéré par l’Echo des savanes.

Le projet d’école, en discussion avec un centre de formation reconnu, est d’enseigner le reportage citoyen à des jeunes des quartiers de la région parisienne, entre prise d’images télé et publication en ligne. Trois films seraient ensuite tournés par La Télé libre sur cet apprentissage de la technique et de l’éthique du journalisme. « Même si c’est déraisonnable, avance John Paul Lepers de son escale néerlandaise, nous sommes en pleine mutation des médias, faut pas qu’on lâche. »

(1) JPL en camping-car, un toit pour moi, mardi 7 avril à 20 h 35, sur France 4.

Paru dans Libération du 30 mars 2009

Partager cet article

Les commentaires (21)

  1. John Paul a pris la clef des champs dans un studio roulant où l’on peut aussi dormir et manger…

    Le Point Rouge multiplie ses cercles concentriques…

    Ils sont devenus nomades …

    John Paul casquette et chemise au vent, jouit sans entrave de sa liberté de ton, de choix, de mouvement…

    Dans la tradition des Roultabille, des Tintin et des St Exépury…

    On the road, comme Giorgio …

  2. Une media de propagande et d’incitation a la subversion et a la revolution, je n’appelle pas ca un laboratoire de contre-pouvoir , mais plutot un bouillon de culture du terrorisme a venir.

  3. merci JPLP pour la transparence economique de la tele libre. Si on additionnait toutes les bonnes idees à qui il manque juste un peu d’argent , et que des mecenes ou memes des financiers pourrait aider on ferait un sacre bon bout de chemin pour l’emploi. Continuez oui mais comment? il est sur que tu peux creuser ton idée d’ecole en te rapprochant des systemes d’alternances mise au point par la region.On voit aussi que toute bonne idee n’est pas suivie financierement. moi j’ai rien donné ( j’avoue etre un peu radin!) et les autres si peu je pense…
    N’ ya t il pas une sinergie à trouver avec Rue 89, agora vox et que vous mettiez un jeune hec de gauche (il doit bien y en avoir un) pour rentabiliser tout ca de maniere humaine et citoyenne.Car en fait tu es le createur, mais il fauttrouver le Bergé en moins pretentieux.
    on parle de citoyenneté et de tolérance: respects parce que je souhaiterais pas connaitre le Norbert Jacquette. Quel pittbull à petite tete!
    Bon courage et si l’argent ne fait pas le bonheur il en faut un peu quand meme…ne nous quitte pas ne nous quitte pas tout ne s’oublie pas!

  4. ah j’oubliais!je suis membre du collectif de la « chemise en dehors du pantalon » et ca m’a joué de vilains tours car les gens sont si conformistes. Vive les chemises en dehors du pantalon!
    pourquoi seraient elles à l’intérieur plutôt qu’à l’exterieur…?

  5. la chemise hors du pantalon c’est les gros bid ! ça cache le ventre plein de biere !

  6. Valentine : championne des idées reçues..spécial dédicace de tous les maigres sobres qui portent chemise hors du pantalon !

  7. Viv vi vi…. t’as essayé l’huile d’argan? … parait qu’c’est bon pour les hémorroïdes

  8. 13.va jouer ailleurs pépette chérie, tu lasses
    tiens une contre petrie à ton intenttion !
    13.va jouer ailleurs pétasse chérie, tu pétes !