INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2010 [monthnum] => 11 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2010 [monthnum] => 11 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2010 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 11 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 14026 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-29 00:45:16 [post_date_gmt] => 2010-11-28 23:45:16 [post_content] =>

MÉDIA-MALAISE

Deux mois après sa diffusion sur Arte, le film "la Cité du Mâle", dérange toujours

C'est ce documentaire qui avait été déprogrammé les 31 août dernier, suite à des menaces qui auraient été tenues contre une des journalistes ayant préparé le film. Après le floutage de certains visages, le doc sera quand même diffusé, un mois plus tard sur Arte, ainsi que la Théma "Femmes, pourquoi tant de haine?".

Ce Jeudi 18 novembre, nous nous sommes rendus à Vitry-sur Seine - cadre de ce documentaire qui entendait traiter des rapports hommes-femmes dans certaines banlieues dites sensibles - pour assister à un débat sur le doc entre des jeunes de la ville et leurs professeurs. Le sujet de Cathy Sanchez, irrite pour son supposé parti-pris. Et soulève un éternel débat : qu’en est-il de la représentation des cités et du regard des journalistes dans leur façon de traiter les maux de certaines banlieues ?

« Le documentaire généralise sur la banlieue. Je connais beaucoup de personnes qui ne pensent pas comme ça dans les cités. Où sont-elles dans le reportage? Et on parle de territoires. On est en France. Il n’y a pas de territoires ».
Le débat, qui se tient dans une salle associative au pied d’un grand ensemble, est lancé par Mohamed. Son avis semble partagé par d’autres lycéens. Dans le collimateur des jeunes Vitriots, la voix off du documentaire qui étend parfois ses analyses à l’ensemble des banlieusards. Mais aussi le choix des protagonistes de la « Cité du Mâle », composés principalement de jeunes qui tiennent les murs et portent un même discours machiste sur les femmes. Celles-ci doivent être «pures» et filer droit sous peine de devenir des parias au sein de leur propre quartier. Un casting uniforme - se voulant représentatif de la mentalité des jeunes en cité - qui irrite Michelle Gerci, journaliste et intervenante à l’école de journalisme de Paris : « Il n'y a aucune honnêteté journalistique dans ce travail. On ne retrouve qu'un type de personnes interrogées. On ne voit aucun croisement des sources. Ce film est un appel à se mobiliser contre les banlieues ». Sur ses cinquante deux minutes, « La cité du Mâle » ne comporte en effet qu’un seul témoignage positif. Issa, trentenaire employé de mairie, pousse un vibrant appel au respect des femmes à la fin du documentaire.

Certains jeunes instrumentalisés ? Ce constat mis à part, des doutes subsistent sur la manière dont Cathy Sanchez a mené son documentaire. Le 31 août dernier, Nabila Laïb - journaliste qui a servi de passerelle entre l’équipe de tournage et les habitants de Vitry - exigeait la déprogrammation du reportage auprès d’Arte. Elle reprochait notamment à Cathy Sanchez d’avoir trié ses témoignages au service d’un message qu’elle voulait faire passer. Ladji Real - jeune réalisateur qui mène actuellement un contre reportage sur « la Cité du Mâle » - était présent jeudi soir. Si les résultats de son enquête ne captivent pas outre mesure les organisateurs du débat - qui le prient gentiment de ne pas filmer - ses révélations en off surprennent : « Les jeunes [interrogés] estiment que leurs propos ont été sortis de leur contexte au montage. Ou qu’on leur a dit que ce n’était pas filmé. Certains disent même qu'ils étaient fatigués et qu'on leur a dit de dire « ça ». Au final, les propos retranscrits sont des propos qu’ils n’assument pas du tout. » Cathy Sanchez, que nous avons tenté de joindre par le biais de Doc-en-Stock, la boîte de production qui a produit le film pour Arte, n’a pas pu - ou voulu - s’exprimer sur la polémique. Notre interlocutrice chez Doc-en-Stock, nous a concédé que la réalisatrice, très affectée par les critiques négatives dont elle fait l’objet, préférait ne plus rentrer dans le débat, « car les critiques sur le film sont idéologiques ». Le mot de la fin revient donc à Ladji : « Après, c’est la parole des jeunes contre celle de Cathy Sanchez ». Le regard des journalistes mise en cause Le malaise suscité par « La Cité du Mâle » soulève par ailleurs un éternel débat. Cette fois, la profession journalistique entière se voit visée. « Qu’en est-il de son objectivité sur les maux de certaines banlieues ? », Odile Marquant, professeur d’économie à Vitry et membre de reporter sans frontière, avance une explication. Selon elle, le malaise actuel résulterait du fossé sociologique entre les journalistes et les jeunes de cité : « Il y a très souvent une telle différence de milieux entre les deux parties qu'il n'y a aucune connaissance sur le sujet traité. Les journalistes arrivent de milieux complètement différents. Et ont une vision souvent fantasmée et fausse de la banlieue ». Un ouvrage du sociologue Erik Neveu, Sociologie du journalisme, apporte quelques indices intéressants sur le sujet. Par exemple, sur les quatre écoles de journalisme les plus cotées en France (ESJ-CFJ-CUEJ-IPJ), plus de 70 % des étudiants ont un père cadre ou issu de professions intellectuelles supérieures. Ce fait résulte notamment des droits d’inscriptions élevés (3500 à 7000 euros l’année pour ces écoles). Erik Neveu - joint au téléphone - nous confirme que ce fossé sociologique avec les jeunes de cité influe sur le traitement de l’information : « Le fossé date. Dans les années 1980, lors des premières émeutes de Vaulx-en-Velin, une équipe d’une grande chaîne avait été dépêchée avec la consigne suivante : il nous faut un black, un beur et un dealer. Les jeunes en viennent maintenant à jouer le rôle qu’on attend d’eux. Ce qui génère un jeux de rôle assez pervers ». Pour une démocratisation de la profession ? Retour au débat. La soirée s’essouffle et les derniers participants prolongent la discussion dans le hall jouxtant la salle associative. Pour certains de nos interlocuteurs, la solution aux incompréhensions actuelles passerait par une démocratisation des études journalistiques. Si les formations restent pour la plupart privées - et donc onéreuses - plusieurs initiatives apparaissent ces dernières années, comme la formation Reporter-citoyen, portée par LaTéléLibre et l'EMI. Depuis 2007, le CFJ, gratin des écoles parisiennes, propose à ses étudiants une formation gratuite en alternance décernant un diplôme reconnu. Michelle Martin, attachée de direction au CFJ, assure que cette initiative a permis a l’école d’accueillir de nouveaux profils : « Pour l’apprentissage, on privilégie les étudiants boursiers. L’alternance nous permet d’accueillir des profils différents, qui n’aurait pas accès en temps normal à nos formations ». Selon Erik Neveu, cette prise de conscience des formateurs est réelle mais encore poussive. Notre interlocuteur considère également que ces mesures de démocratisation doivent se combiner à un changement des mentalités au sein même de la profession : « Ce serait bien d’avoir des journalistes issus de l’immigration et des milieux populaires. Cela apporterait une meilleure compréhension de la banlieue. Encore faut-il qu’ils ne soient pas considérés par la rédaction comme un corps expéditionnaire spécialisé ». Faut-il se diriger vers la création de brigades spécialisées à certaines banlieues - à l’image de nos forces de police - ou s’entourer simplement de journalistes plus proches de certains milieux sociaux ? Le dosage reste à définir. Jonathan Bordessoule

LIENS

[post_title] => « La Cité du Mâle » Fait Toujours Mal aux Vitriots [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => %c2%ab-la-cite-du-male-%c2%bb-fait-toujours-mal-aux-vitriots [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-01-31 01:28:15 [post_modified_gmt] => 2011-01-31 00:28:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12428 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 21 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 14025 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-28 22:11:12 [post_date_gmt] => 2010-11-28 21:11:12 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/xfq6a9_spot-1-2-3-campagne-contre-le-viol_news#from=embed]

OSER LE FÉMINISME

Chaque année en France, 75 000 femmes sont violées. Une toutes les 7 secondes!..

Aucun de ces crimes ne constitue un cas isolé : le viol est un fait social, une marque que les relations femmes-hommes restent profondément inégalitaires dans notre société.

Pour mener la campagne "Viol : la honte doit changer de camp", plusieurs outils :

- en diffusant la campagne sur les réseaux sociaux et sur internet

L'objectif est qu'un maximum de personnes se rendent sur le site http://www.contreleviol.fr et signent la pétition. Vous pouvez rejoindre la Page Facebook et suivre le compte sur Twitter.

- en faisant circuler les clips vidéos réalisés par Patric Jean et Frédérique Polletpour soutenir la campagne.

Clip n°1, au bureauClip n°2, dans l'immeubleClip n°3, à la maison > Diffusez le film complet de la campagne (Durée : 1 mn 42)

- en diffusant des flyers et des affiches de la campagne autour de vous.

Vous pouvez imprimer les affiches en noir et blanc ou si vous souhaitez recevoir du matériel, envoyez un mail à [email protected] en indiquant le nombre de flyers et d'affiche ainsi qu'une adresse postale. >> Télécharger l'affiche de la campagne

- en organisant une rencontre dans votre ville autour de la question du viol.

Organiser des soirées discussions est un élément clé pour atteindre cet objectif. Lors des soirées discussions, vous contribuerez à lever le tabou, à remettre en cause les idées reçues qui sont nombreuses sur le viol, et vous pourrez inciter les personnes présentes à passer à l’action : individuellement, parce que vous aurez libéré la parole ; collectivement parce que la campagne défend aussi des revendications précises sur le viol et qu’elle s’appuie pour cela sur une pétition à faire signer par le plus grand nombre. Vous pouvez organiser une projection-discussion ou une table ronde. Vous trouverez toutes les informations sur l'organisation d'un événement en téléchargeant le kit militant de la campagne.

- Agir face à un viol :

Pour être aidée, tout en gardant l'anonymat, vous pouvez appeler la permanence téléphonique : Viols Femmes Informations 0 800 05 95 95 du lundi au vendredi de 10 à 19 heures, appel gratuit pour toute la France, y compris les DOM/TOM. Si une femme vous confie avoir été violée, vous pouvez lui dire : - Je crois ce que vous me dites vous êtes très courageuse de m'avoir parlé. - L'agresseur n'avait pas le droit de vous contraindre. - Le viol est un crime et son auteur est seul responsable de cet acte, vous n’y êtes pour rien. - Vous avez raison de faire valoir vos droits, je vais vous aider à trouver de l'aide. >> Si le viol est très récent, le plus urgent est d’appeler la police : 17.
[post_title] => VIOL : la Honte doit Changer de Camp! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => viol-la-honte-doit-changer-de-camp [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-06-23 16:52:13 [post_modified_gmt] => 2011-06-23 14:52:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12420 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 19 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 14024 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-28 12:42:39 [post_date_gmt] => 2010-11-28 11:42:39 [post_content] =>

LES DESSINATEURS DU RÉEL

Réactualisé le 29/11/10.

L’actu croquée par Xavier Lacombe,  ValèreMoix, Lacasinière et Mykaia

[post_title] => LES DESSINS DU JOUR (NOV. 10) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-dessins-du-jour-nov-10-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-01-31 00:41:43 [post_modified_gmt] => 2011-01-30 23:41:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12105 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 14022 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-27 20:27:04 [post_date_gmt] => 2010-11-27 19:27:04 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/xfszoe_la-magique-touche-de-karimouche_music]

ELLE SAIT BIEN CE QU'ELLE VEUT

KARIMOUCHE est en tournée, elle fait sa première Cigale le 2 décembre prochain à Paris !

Karimouche est une  jolie petite bonne femme étonnante. Une tchatcheuse, une rigolote, une chanteuse qui écrit, compose et donne le meilleur d'elle même sur scène avec son compère Kosh, un virtuose de la human beat box. Aujourd'hui lyonnaise, cette charentaise d'origine  est passée par une école de mode, elle est devenue costumière et a pris goût à la scène en accompagnant la célèbre compagnie de Hip Hop Käfig. Ses premiers textes, elle les a d'abord racontés au café théâtre, avant de se mettre en musique. Son 1er album "Emballage d'origine" elle l'a d'abord peaufiné toute seule pendant deux ans, avant de rencontrer Mouss et Hakim Amokrane, les deux frangins de Zebda et Origines Contrôlées qui l'ont adoptée, encouragée et produite. Karimouche est une poétesse du quotidien, ses personnages boivent des coups dans les bistrots, pointent aux Assedics, ses chansons sont autant de courts métrages qui racontent la vie de ceux d'en bas avec humour et bienveillance. Le tout sur de la musique soul arrosée de ragga muffin et roulée dans des mélodies accrocheuses et légères. Son dernier single s'appelle "J'sais pas c'que j'veux", et c'est vrai qu'elle hésite parfois entre deux gâteaux à la boulangerie, mais écoutez-la, cette fille sait exactement  comment  embarquer son public, son minois et son énergie sont ravageurs. Nathalie Leruch Image: Thibaud Delavigne Montage: Etienne Broquet

Voir le Myspace de Karimouche

Ci-dessous sa tournée

DECEMBRE

02/12/10 - LA CIGALE - Paris (75)

04/12/10 - Centre Culturel - Lure (70)

18/12/10 - L'Observatoire- Cergy (95)

20/12/10 - Centre Culturel Français - Alger (DZ)

22/12/10 - Centre Culturel Français - Annaba (DZ)

JANVIER

08/01/11 - Le Théâtre - Corbeil Essonnes (91)

22/01/11 - Salle Louis Aragon - Avion (62)

FEVRIER

04/02/11 - Centre Culturel - Saint Jean De Braye (45)

11/02/11 - Quai des Arts - Pornichet (44)

12/02/11 - Théâtre Quartier Libre - Ancenis (44)

17/02/11 - Auditorium - Brive (19)

MARS

06/03/11 - Espace Culturel Barbara- Petite Foret (59)

11/03/11 - Direction du Développement Culturel - Bagnolet (93)

12/03/11 - La Merise - Trappes (78)

15/03/11 - Théatre Municipal - Roanne (42)

16/03/11 - Théatre Municipal - Roanne (42)

17/03/11 - Service Culturel - Challans (85)

18/03/11 - Espace Jean Vilar - Lanester (56)

19/03/11 - MPT Penhars - Quimper (29)

20/03/11 - Salle Avel Dro - Ploneour lanvern (29)

22/03/11 - Théâtre des Salins - Martigues (13)

25/03/11 - Le Moulin du Roc - Niort (79)

26/03/11 - Salle Capranie - Ondres (40)

AVRIL

01/04/11 - Théâtre Victor Hugo - Bagneux (92)

02/04/11 - Espace Robert Hossein - Merville (59)

08/04/11 - Le Point d'Eau - Ostwald (67)

15/04/011 - Théâtre des Salins - Martigues (13)

22/04/11 - Service culturel de Tiercé - Tiercé (49)

MAI

19/05/11 - Festival Chanson en Herbe - Selestat (67)

Les clips de Karimouche

 

P'tit Kawa

[video http://www.dailymotion.com/video/xconr7_karimouche-p-tit-kawa-nouveau-clip_music]

ché pas c'ke j'veux

[video http://www.dailymotion.com/video/xe9ljm_karimouche-che-pas-c-ke-j-veux_music] [post_title] => La Magique Touche de Karimouche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-magique-touche-de-karimouche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-11-10 12:26:07 [post_modified_gmt] => 2011-11-10 11:26:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12358 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 7 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 14021 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-26 12:10:06 [post_date_gmt] => 2010-11-26 11:10:06 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/xfsf0u_fpc-4-flic-c-est-pas-du-cinoche-epilogue_news]

Oui, LaTéléLibre était dans la confidence, mais n'a pas participé à la conception, ni à la production des vidéos.

C'est par hasard que nous avons été en contact ces derniers mois avec Marc Louboutin. Rencontré en janvier 2010, lors d'un grosse manif de policiers, John Paul Lepers lui a proposé de participer à l'enquête  d'un prochain film pour France 4, "Flic, un métier de chien", actuellement en fin de montage. Le documentaire de 52 minutes doit être programmé sur la chaîne au premier semestre 2011.

"FPC briser le silence", un documentaire en 4 parties produit par Marc Louboutin, ancien lieutenant de police devenu journaliste indépendant . Dans cette quatrième vidéo, Marc Louboutin revient sur la polémique suscitée par les précédents volets puis aborde l'insuffisance de la formation et le manque de moyens des policiers... pour enfin promouvoir la sortie de son livre FPC, "Flic, c'est Pas du Cinoche", à paraître le 6 décembre aux éditions du Moment. http://feeld.over-blog.com/article-fpc-production-les-policiers-vengeurs-61654572.html

Grace à son teaser, l'ancien flic Marc Louboutin a réussi à attirer l'attention des médias sur le malaise des policers face à la politique du chiffre mis en place depuis 7 ans par Nicolas Sarkozy et  l'actuel gouvernement. C'est aussi une jolie promotion de son prochain livre, qui traite du même thème à partir de nombreux témoignages anonymes de policiers en service. L'auteur prend ainsi sa revanche d'un premier échec indépendant de sa volonté. En effet, son premier livre sur les flics "Un métier de chien, lettre à Nicolas", avait bizarrement été retiré de la vente en juin 2007, juste après l'élection de notre Président...

VOIR LES 3 AUTRES VIDÉOS

Ci-dessous, un article écrit hier par notre jeune journaliste Jonathan Bourdessoule, qui lui n'était pas dans la confidence...

Il fait le point sur le contenu des vidéos et les réactions qui ont suivies dans la semaine.

SOS POLICE EN DÉTRESSE

Au début de l’année, Nicolas Sarkozy annonçait fièrement la baisse pour la septième année consécutive des statistiques de la délinquance générale. Trois vidéos publiées cette semaine sur YouTube - mettant en scène des policiers anonymes - remettent en cause la sincérité de ces statistiques, et dénoncent la politique du chiffre prônée par le président de la république. Le FPC, mystérieux « collectif de policiers sans appartenance politique ou syndicale », est à l’origine de cette initiative. Le collectif dresse le triste constat d’une profession excédée par ses conditions de travail, et son instrumentalisation par le politique. L’affaire fait grand bruit dans la hiérarchie policière qui cherche à identifier ces policiers anonymes qui font voler en éclat le sacro-saint devoir de réserve.

Le FPC, n’est pas le premier collectif se déclarant « policiers en colère » à  s’attaquer à la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy. En 2008, un certain« Brigadier » dénonçait déjà la politique du chiffre à travers des vidéos postées sur Internet. Quelques mois plus tard, on apprenait qu’il s’agissait en fait d’un collectif de citoyens activistes, non-flics, mais inquiets du fossé grandissant entre la police et la société. Toujours d’actualité, cette politique du résultat chiffrée, prônée par le ministère de l’Intérieur, s’appuie sur des statistiques quantitatives jauger l’évolution de la délinquance. Les vidéos publiées par le FPC s’apparentent davantage au reportage sensationnel qu’au film amateur mais ont le mérite d’exprimer le ras-le-bol, bien réel, d’une profession dans son ensemble. Un policier, interrogé de dos et coiffé d’une perruque, nous explique par exemple que sa hiérarchie privilégie - statistiques obligent - les interpellations faciles, notamment pour les affaires de stupéfiants : « Auparavant, une personne qui avait une crotte de nez (de hash), ce n’était pas obligatoirement une interpellation… [maintenant] Il faut faire du chiffre, du chiffre, du chiffre… Interpeller, interpeller, interpeller ». Le consommateur appréhendé rentre ainsi dans les statistiques et son affaire est considérée comme « un fait élucidé ».

Si le FPC vient de jeter un pavé dans la mare, d’autres initiatives avaient déjà été menées par des syndicats. Le 3 décembre 2009, des milliers de policiers manifestaient dans différentes villes de France pour dénoncer l’évolution de leurs conditions de travail. Le syndicat Unité police appelait notamment à un arrêt de la politique du chiffre, pour retrouver un lien perdu avec la population. En janvier 2010, ce même syndicat obtenait 48% des voix lors des élections internes à la police, confirmant sa place de premier syndicat de policiers en France, devant Alliance, proche du pouvoir. En Août dernier - dans ce contexte de course aux chiffres – Unité-Police dénonçait la baisse prochaine des effectifs de police et tablait sur une suppression progressive de 4000 postes pour 2012.

La G.A.V montrée du doigt Ce contexte de fronde était sans doute propice à cette action inattendue du FPC. D’autres tabous sont pointés du doigt par le collectif. Une policière dénonce notamment les conditions de garde de vue : « On a des locaux qui sont insalubres. L’être humain en lui-même n’a pas à subir ça, même s’il a fait les pires conneries ». Les conditions de détention mises à part, le spectre du chiffre revient vite. Pour un autre collègue interrogé, « il y a beaucoup de consignes de passées pour que les gardes à vue soient systématiques dans tout crime ou délit puni d’emprisonnement. Ça, s’était vraiment un leitmotiv qui servait dans les statistiques pour que les patrons puissent dire : regardez, on lutte contre la délinquance ». Les chiffres parlent d’eux-mêmes et corroborent ce témoignage. Pour 2009, le nombre de gardes à vue s’élevait à 800 000. En cinq ans, leur taux a augmenté de 35 %. Autre tabou auquel s’attaque le FPC : les nombreux suicides observés chez les fonctionnaires de police. « Il y a peu de temps, j’ai voulu passer de l’autre coté. J’ai voulu en finir avec cette pression quotidienne… d’arriver au boulot la peur au ventre, de travailler dans des conditions de travail pénibles ». Cette jeune policière, qui a failli passer à l’acte, explique ensuite avoir été très peu soutenue par sa hiérarchie, qui considérait ses problèmes d’ordres familiaux. Une fois de plus, les chiffres interpellent : en 2008, 49 suicides était recensés dans la profession. Un remise en question du devoir de réserve L’action du FPC fait grincer des dents au ministère de l’Intérieur. alors que Le Point affirmait qu’une qu’une enquête était en cours pour identifier les policiers s’exprimant dans les vidéos, Europe 1 révélait que l’un d’entre eux était interrogé de « manière informelle » par sa hiérarchie, La semaine dernière, Frédéric Péchenard, directeur général de la police nationale, s’inquiétait déjà du nombre élevé de policiers inscrits sur Facebook, sans doute sur le célèbre « blog de police ». L’occasion pour lui de rappeler dans une note que le devoir de réserve - propre à tout fonctionnaire - s’appliquait également sur les réseaux sociaux. L’action récente du FPC apporte de l’eau à son moulin. C’est justement sur ce fameux devoir de réserve que le FPC s’interroge pour justifier son action, rappelant au début de chaque vidéo : « Pour un policier le devoir de réserve n'est pas une obligation de se taire, ni une interdiction générale de s'exprimer publiquement. Le devoir de réserve est une règle coutumière interne, consistant à exercer une retenue dans l'expression d'opinions contraires à celles de nos chefs, sous peine de s'exposer à une sanction disciplinaire ». Un débat sur la liberté d’expression des policiers - de plus en plus excédés par leurs conditions de travail - semble se profiler. Mais aussi un cruel dilemme pour la hiérarchie : punir les fautifs pour manquement aux obligations professionnelles ou entendre enfin les doléances des policiers afin d’entamer un débat constructif? Dans le contexte actuel, la première éventualité apparaît plus probable. Jonathan Bordessoule [post_title] => FPC #4 Épilogue: « Flic, c’est Pas du Cinoche » [post_excerpt] => UNE SEMAINE DE BUZZ POUR LA PROMOTION D'UN LIVRE: "FLICS, C'EST PAS DU CINOCHE" [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fpc-4-epilogue-flic-cest-pas-du-cinoche [to_ping] => [pinged] => http://latelelibre.fr/index.php/2010/11/fpc-3-police-quota-et-statistiques/ [post_modified] => 2011-02-02 12:06:06 [post_modified_gmt] => 2011-02-02 11:06:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12360 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 6 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 14020 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-23 22:31:57 [post_date_gmt] => 2010-11-23 21:31:57 [post_content] => [video http://www.youtube.com/watch?v=R7lFNCSVqig]

BEST OF WEB

FPC brise le silence des policiers. Cette fois c'est la politique du chiffre qui est dénoncée.

[video http://www.youtube.com/watch?v=z2Z9zD0-p9Q&feature=mfu_in_order&list=UL] [video http://www.youtube.com/watch?v=0gd3kIQKPCE&feature=mfu_in_order&list=UL] [post_title] => FPC #3: Police: Objectifs, Quotas et Statistiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fpc-3-police-quota-et-statistiques [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-02-02 12:10:37 [post_modified_gmt] => 2011-02-02 11:10:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12348 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 20 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 14019 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-23 17:48:17 [post_date_gmt] => 2010-11-23 16:48:17 [post_content] =>

"VIOLENCE DES JEUNES OU VIOLENCE D'ÉTAT?"

Ce soir vers 18h45, LaTéléLibre sera encore en direct sur le Mouv’ pour parler de la polémique née à l'occasion des violences lors des dernières manifestations contre la réforme des retraites

Eric Lange lancera le débat avec Pélagie Harbour, qui a réalisé le reportage pour LaTéléLibre.

Le montage de l'extrait diffusé ce soir, a été réalisé par Thibaud Pomares

L’émission le Forum du Mouv’ est animée tous les jours par Eric Lange entre 18h00 et 20h00.

[video http://www.dailymotion.com/video/xflax7_violence-des-jeunes-ou-violence-d-etaty_news] Pélagie Harbour Images: Quentin d’Hainaut Montage: Etienne Broquet

Retrouvez l'article original en cliquant ici

écoutez Le Mouv’ en direct sur votre ordi.

Ou retrouvez la fréquence qui vous correspond en cliquant ICI!

Standardistes : Nina / Thomas Réalisateur : Marc-Antoine Subtil Attachée de production : Anneka Bodocco Producteur Animateur : Eric Lange

Pour joindre l'équipe : 33 1 45 24 20 20 ou le répondeur : 33 1 56 40 54 54

Par mail[email protected]

Sur Facebookhttp://www.facebook.com/#!/group.php?gid=6661931654

[post_title] => « LES RUSHES DE LATÉLÉLIBRE » #8 CE SOIR SUR LE MOUV’ [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => %c2%ab-les-rushes-de-latelelibre-%c2%bb-8-ce-soir-sur-le-mouv%e2%80%99 [to_ping] => [pinged] => http://latelelibre.fr/index.php/2010/11/manifs-violence-des-jeunes-ou-de-la-police/ [post_modified] => 2011-09-26 01:03:15 [post_modified_gmt] => 2011-09-25 23:03:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12340 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 14018 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-23 12:30:01 [post_date_gmt] => 2010-11-23 11:30:01 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/xfqytr_les-enfants-du-nouveau-monde-interview-tardive_news]

À VOIR CE SOIR À 20H35, SUR FRANCE 2

A l'issue d'une avant-première, deux des trois réalisateurs répondent aux questions de John Paul Lepers.

L'ambiance est détendue, on est plutôt en fin de soirée... C'est l'occasion de se détendre mais aussi de se poser des questions. Quelles sont les éxigences de la diffusion en prime time? Le commentaire du film, raconté par Laurent Delahousse, en a énervé quelques uns. Il s'approprie ainsi l'enquête des réalisateurs, alors qu'il n'a pas été sur le terrain. Apparemment une exigence de la chaîne, qui veut ainsi se rapprocher du grand public... Débat.

Les Enfants du Nouveau Monde [extrait#1] : Zidane

[video http://www.dailymotion.com/video/xfqrka_les-enfants-du-nouveau-monde-1-zidane_news]

Un film de Jean-Sébastien Desbordes (un des fondateurs de LaTéléLibre), Manon Loizeau et Vincent Nguyen.

Raconté par Laurent Delahousse

Produit par Magnéto Presse

Le 23 novembre 2010 sur France 2, à 20H35

Abel, Zidane, Ehsanullah,  Monsieur Shiratori, Serena... Ils sont tous "Les enfants du nouveau monde". Au delà de leurs différences, chacun fait écho à l'histoire de l'autre. 6 mois de tournage autour de la planète, 1 an de montage, pour aboutir à ce magnifique Ovni télévisuel, à ne rater sous aucun prétexte! Des histoires d'enfants et de pères qui tentent de survivre et de trouver leur place dans ce monde de l'après 11 septembre. Suivez les bulles...

Les Enfants du Nouveau Monde [extrait#2] : M. Shiratori

[video http://www.dailymotion.com/video/xfqrhy_les-enfants-du-nouveau-monde-2-m-shiratori_news]

Les Enfants du Nouveau Monde [extrait# 3] : Abel

[video http://www.dailymotion.com/video/xfqrfd_les-enfants-du-nouveau-monde-3-abel_news]

Chatter avec les réalisateurs sur le Forum de France 2

[post_title] => Les Enfants du Nouveau Monde [ITV + extraits] [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-enfants-du-nouveau-monde-extraits [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-01-31 01:30:00 [post_modified_gmt] => 2011-01-31 00:30:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12324 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 10 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 14017 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-23 01:25:47 [post_date_gmt] => 2010-11-23 00:25:47 [post_content] => [video http://www.youtube.com/watch?v=z2Z9zD0-p9Q]

BEST OF WEB

FPC brise le silence des policiers.

Chapitre 1 : Les gardes à vue

A suivre...

[post_title] => FPC : Les Gardes à Vue [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fpc-les-gardes-a-vue [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-01-31 01:30:33 [post_modified_gmt] => 2011-01-31 00:30:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12315 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 8 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 14016 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-23 01:10:08 [post_date_gmt] => 2010-11-23 00:10:08 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/xfoye4_eva-joly-evoque-l-affaire-karachi_news]

BEST OF WEB

Un entretien de l'euro-députée Eva Joly, par le site d'informations Citizen-Nantes

Dans le cadre d'un "tour de France des initiatives" mis en oeuvre par les élus Ecologistes, Eva Joly, Yannick Jadot et des élus locaux d'Europe Écologie-Les Verts étaient à Nantes jeudi 18 Novembre 2010. Ils venaient se rendre compte de différentes opérations réalisées en matière d'économies d'énergie et de réhabilitation de logements. Lors du point presse au pied de la Tour Corse du quartier Malakoff, l'euro-députée Eva Joly évoque sans détour "l'Affaire Karachi". [post_title] => Eva Joly prend Position sur l'Affaire Karachi [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => eva-joly-prend-position-sur-laffaire-karachi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2010-11-23 12:31:31 [post_modified_gmt] => 2010-11-23 11:31:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12305 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 17 [filter] => raw ) ) [post_count] => 10 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 14026 [post_author] => 2 [post_date] => 2010-11-29 00:45:16 [post_date_gmt] => 2010-11-28 23:45:16 [post_content] =>

MÉDIA-MALAISE

Deux mois après sa diffusion sur Arte, le film "la Cité du Mâle", dérange toujours

C'est ce documentaire qui avait été déprogrammé les 31 août dernier, suite à des menaces qui auraient été tenues contre une des journalistes ayant préparé le film. Après le floutage de certains visages, le doc sera quand même diffusé, un mois plus tard sur Arte, ainsi que la Théma "Femmes, pourquoi tant de haine?".

Ce Jeudi 18 novembre, nous nous sommes rendus à Vitry-sur Seine - cadre de ce documentaire qui entendait traiter des rapports hommes-femmes dans certaines banlieues dites sensibles - pour assister à un débat sur le doc entre des jeunes de la ville et leurs professeurs. Le sujet de Cathy Sanchez, irrite pour son supposé parti-pris. Et soulève un éternel débat : qu’en est-il de la représentation des cités et du regard des journalistes dans leur façon de traiter les maux de certaines banlieues ?

« Le documentaire généralise sur la banlieue. Je connais beaucoup de personnes qui ne pensent pas comme ça dans les cités. Où sont-elles dans le reportage? Et on parle de territoires. On est en France. Il n’y a pas de territoires ».
Le débat, qui se tient dans une salle associative au pied d’un grand ensemble, est lancé par Mohamed. Son avis semble partagé par d’autres lycéens. Dans le collimateur des jeunes Vitriots, la voix off du documentaire qui étend parfois ses analyses à l’ensemble des banlieusards. Mais aussi le choix des protagonistes de la « Cité du Mâle », composés principalement de jeunes qui tiennent les murs et portent un même discours machiste sur les femmes. Celles-ci doivent être «pures» et filer droit sous peine de devenir des parias au sein de leur propre quartier. Un casting uniforme - se voulant représentatif de la mentalité des jeunes en cité - qui irrite Michelle Gerci, journaliste et intervenante à l’école de journalisme de Paris : « Il n'y a aucune honnêteté journalistique dans ce travail. On ne retrouve qu'un type de personnes interrogées. On ne voit aucun croisement des sources. Ce film est un appel à se mobiliser contre les banlieues ». Sur ses cinquante deux minutes, « La cité du Mâle » ne comporte en effet qu’un seul témoignage positif. Issa, trentenaire employé de mairie, pousse un vibrant appel au respect des femmes à la fin du documentaire.

Certains jeunes instrumentalisés ? Ce constat mis à part, des doutes subsistent sur la manière dont Cathy Sanchez a mené son documentaire. Le 31 août dernier, Nabila Laïb - journaliste qui a servi de passerelle entre l’équipe de tournage et les habitants de Vitry - exigeait la déprogrammation du reportage auprès d’Arte. Elle reprochait notamment à Cathy Sanchez d’avoir trié ses témoignages au service d’un message qu’elle voulait faire passer. Ladji Real - jeune réalisateur qui mène actuellement un contre reportage sur « la Cité du Mâle » - était présent jeudi soir. Si les résultats de son enquête ne captivent pas outre mesure les organisateurs du débat - qui le prient gentiment de ne pas filmer - ses révélations en off surprennent : « Les jeunes [interrogés] estiment que leurs propos ont été sortis de leur contexte au montage. Ou qu’on leur a dit que ce n’était pas filmé. Certains disent même qu'ils étaient fatigués et qu'on leur a dit de dire « ça ». Au final, les propos retranscrits sont des propos qu’ils n’assument pas du tout. » Cathy Sanchez, que nous avons tenté de joindre par le biais de Doc-en-Stock, la boîte de production qui a produit le film pour Arte, n’a pas pu - ou voulu - s’exprimer sur la polémique. Notre interlocutrice chez Doc-en-Stock, nous a concédé que la réalisatrice, très affectée par les critiques négatives dont elle fait l’objet, préférait ne plus rentrer dans le débat, « car les critiques sur le film sont idéologiques ». Le mot de la fin revient donc à Ladji : « Après, c’est la parole des jeunes contre celle de Cathy Sanchez ». Le regard des journalistes mise en cause Le malaise suscité par « La Cité du Mâle » soulève par ailleurs un éternel débat. Cette fois, la profession journalistique entière se voit visée. « Qu’en est-il de son objectivité sur les maux de certaines banlieues ? », Odile Marquant, professeur d’économie à Vitry et membre de reporter sans frontière, avance une explication. Selon elle, le malaise actuel résulterait du fossé sociologique entre les journalistes et les jeunes de cité : « Il y a très souvent une telle différence de milieux entre les deux parties qu'il n'y a aucune connaissance sur le sujet traité. Les journalistes arrivent de milieux complètement différents. Et ont une vision souvent fantasmée et fausse de la banlieue ». Un ouvrage du sociologue Erik Neveu, Sociologie du journalisme, apporte quelques indices intéressants sur le sujet. Par exemple, sur les quatre écoles de journalisme les plus cotées en France (ESJ-CFJ-CUEJ-IPJ), plus de 70 % des étudiants ont un père cadre ou issu de professions intellectuelles supérieures. Ce fait résulte notamment des droits d’inscriptions élevés (3500 à 7000 euros l’année pour ces écoles). Erik Neveu - joint au téléphone - nous confirme que ce fossé sociologique avec les jeunes de cité influe sur le traitement de l’information : « Le fossé date. Dans les années 1980, lors des premières émeutes de Vaulx-en-Velin, une équipe d’une grande chaîne avait été dépêchée avec la consigne suivante : il nous faut un black, un beur et un dealer. Les jeunes en viennent maintenant à jouer le rôle qu’on attend d’eux. Ce qui génère un jeux de rôle assez pervers ». Pour une démocratisation de la profession ? Retour au débat. La soirée s’essouffle et les derniers participants prolongent la discussion dans le hall jouxtant la salle associative. Pour certains de nos interlocuteurs, la solution aux incompréhensions actuelles passerait par une démocratisation des études journalistiques. Si les formations restent pour la plupart privées - et donc onéreuses - plusieurs initiatives apparaissent ces dernières années, comme la formation Reporter-citoyen, portée par LaTéléLibre et l'EMI. Depuis 2007, le CFJ, gratin des écoles parisiennes, propose à ses étudiants une formation gratuite en alternance décernant un diplôme reconnu. Michelle Martin, attachée de direction au CFJ, assure que cette initiative a permis a l’école d’accueillir de nouveaux profils : « Pour l’apprentissage, on privilégie les étudiants boursiers. L’alternance nous permet d’accueillir des profils différents, qui n’aurait pas accès en temps normal à nos formations ». Selon Erik Neveu, cette prise de conscience des formateurs est réelle mais encore poussive. Notre interlocuteur considère également que ces mesures de démocratisation doivent se combiner à un changement des mentalités au sein même de la profession : « Ce serait bien d’avoir des journalistes issus de l’immigration et des milieux populaires. Cela apporterait une meilleure compréhension de la banlieue. Encore faut-il qu’ils ne soient pas considérés par la rédaction comme un corps expéditionnaire spécialisé ». Faut-il se diriger vers la création de brigades spécialisées à certaines banlieues - à l’image de nos forces de police - ou s’entourer simplement de journalistes plus proches de certains milieux sociaux ? Le dosage reste à définir. Jonathan Bordessoule

LIENS

[post_title] => « La Cité du Mâle » Fait Toujours Mal aux Vitriots [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => %c2%ab-la-cite-du-male-%c2%bb-fait-toujours-mal-aux-vitriots [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-01-31 01:28:15 [post_modified_gmt] => 2011-01-31 00:28:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=12428 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 21 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 23 [max_num_pages] => 3 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => ca8e75e2156b6cdf2d2874082bb739b8 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )