INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2011 [monthnum] => 02 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2011 [monthnum] => 2 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2011 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 2 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 15164 [post_author] => 7 [post_date] => 2011-02-25 20:08:18 [post_date_gmt] => 2011-02-25 19:08:18 [post_content] =>

ALGÉRIE

Cas particulier de cette révolution des Jasmins, l’Algérie a connu une grave guerre civile dans les années 90, et des mouvements sociaux depuis 2009. C’est l’explosion du régime tunisien qui a servi de porte-voix aux contestations du peuple Algérien. Par mesure de précaution contre l'embrasement de la rue, le gouvernement de Bouteflika a levé hier, jeudi 24 février, l’Etat d’urgence en vigueur depuis 1992. Mais les nouveaux partis politiques restent interdis et la future manifestation prévue demain, samedi, est belle et bien interdite. Des heurts entre étudiants et policiers le 21 février ont fait au moins un blessé. Images amateur (7min30) : « Ali Yahia Abdennour, président d'honneur de la Ligue algérienne des droits de l'homme et Mouloud Boumghar, membre du Collectif des Algériens en France en soutien à la Marche nationale pacifique, viennent d'être arrêtés, avec une trentaine de manifestants, sur la place du 1er-Mai, à Alger. » [easyembed field="insert1"]

DJIBOUTI

Ici, tout commence le 18 février dernier avec une manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers de jeunes. Le mouvement, qui a dégénéré, a causé la mort d’un policier et d’un manifestant. Dans ce pays stratégique d’Afrique, surtout pour la France qui y a une base militaire, c’est le régime d’Ismaël Omar Guelleh qui est remis en cause. Images Africa 24 (4min10) : débat, analyse et explications sur la révolte à Djibouti avec Daher Ahmed Farah. [easyembed field="insert2"]

MAROC

Si la monarchie marocaine n’est pas vraiment en danger, les inégalités sociales pourraient mettre en question l'exercice du pouvoir du Roi Mohamed VI. Fin janvier trois personnes tentent d’en finir avec la vie de la même manière que Mohamed Bouazizi et des étudiants lancent un appel à manifester sur le réseau social Facebook. Le 20 février, un premier mouvement réunissant quelques milliers de personnes à lieu au Maroc. Ce n’est peut être pas le dernier. Images Euronews (57sec) : « Le Maroc n'est plus épargné par la vague de protestation qui déferle dans le monde arabo-musulman. Des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche à Rabat et Casablanca. Mais leurs revendications sont moins radicales que celles qui ont conduit à la révolution tunisienne ou la révolte égyptienne. » [easyembed field="insert3"]

ARABIE SAOUDITE

Comme au Maroc, ce sont des réformes sociales que le peuple attend. Après trois mois de convalescence, le Roi Abdallah Ier a annoncé une série de mesures spectaculaires. Une prime de 15% devrait s’ajouter aux salaires d’un million de fonctionnaires, quelques 10 milliards de dollars vont être rajoutés dans les caisses des aides au logement et plusieurs réponses au chômage vont faire leur apparition. Le Roi a mis le paquet!

YEMEN

Petit pays peu connu, mais qui a fait parler de lui par la réaction rapide d'un partie du peuple au moment de la révolution Tunisienne. Ça bouge dans les terres d’Ali Abdallah Saleh, et pourtant, c'est un peu le statu quo, politiquement parlant. ici, la contestation est peut-être la plus compliquée. Tout d’abord, il y a les revendications politiques qui visent directement Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, mais il y a également un conflit sécessionniste au Sud qui mobilise, tout comme la guerre, au Nord. Le président refuse de quitter son poste si ce n’est par la voix des urnes, mais semble faire un pas vers le peuple en demandant la protection des manifestants. Il était temps: jeudi, la révolution Yéménite comptabilisait déjà une quinzaine de morts. Image AFP-France (27sec) : « De violents heurts ont éclaté jeudi 17 février à Sanaa entre opposants et partisans du pouvoir. L'armée s'est également déployée en force à Aden, autre foyer de contestation dans le sud du Yémen. » URL : http://www.youtube.com/watch?v=KwwWuqbCLs4&feature=channel

OMAN

Sultan Ya Rabbana Ehfid Lana Jalalat, dirigeant au nom à rallonge, regarde son peuple se soulever à partir de la fin janvier. Peu d’informations circulent sur l’Oman, mais la monarchie a fait un premier pas vers l’évolution. Quelques centaines de personnes, dont des femmes auraient défilé calmement, ce qui semble avoir porté ses fruits. Courant février, les salaires minimums omanais (du secteur privé) passent de 350 à 520 dollars.

BAHREÏN

Dans cette minuscule terre à l’Est de l’Arabie Saoudite, les revendications touchent comme partout la situation politique et sociale, mais également les problèmes communautaires. En effet, la population massivement chiite s’oppose à la suprématie du clan Al-Kalifa, qui lui est sunnite. Une discrimination visant l’accès aux services sociaux est contestée, et le peuple demande des mesures rapides pour lutter contre un chômage qui d’après l’opposition, est imputable à une main d’œuvre principalement étrangère. Les mouvements de rébellions sont particulièrement violents, la police n’hésite pas à tirer sur les manifestants et le gouvernement a d’ores et déjà suspendu l’accueil du grand prix de formule 1 à Sakhir prévu le 13 mars prochain. Aujourd’hui, les masses contestataires continuent d’investir la place de la Perle, un peu la place Tahir du Bahreïn. La chute du gouvernement est exigée, pour le remplacer par une monarchie constitutionnelle. Images BFM TV (1min13) : « commentaire et images amateurs de la contestation au Bahrein. » [easyembed field="insert4"]

KOWEÏT

Ca sent le roussi pour l’Emir Sabah IV. Socialement, le Koweït a une lourde tare. En effet, la population des Bidouns, native du Koweït et représentant 30% de la population, n’a pas accès à la nationalité koweïtienne. Un rejet du gouvernement qui vise plus de 120 000 personnes. Cette non-naturalisation des Bidouns fait que ce peuple ne peu bénéficier des services d’éducation ou de santé. En gros, ils n’ont aucun droit alors que le reste de la population koweïtienne peu user des services publics gratuitement.

IRAN

Ici en Perse, nous ne sommes plus dans le monde arabe, mais comme ailleurs, rien ne va plus à Téhéran. On se souvient de la révolution Verte de 2009 contre le leader du pays Mahmoud Ahmadinejad. Un espoir qui s’était terminé dans le sang et c’est malheureusement ce que l’on craint aujourd’hui, en Iran. Les partisans du président sont encore nombreux et des députés ont demandé la pendaison des opposants. L’information circule très mal, quelques vidéos amateurs apparaissent sur internet où la dictature religieuse est dénoncée. Images Euronews (1min32) : « Scènes surréalistes en plein parlement iranien ce mardi. Des députés ont appelé à pendre les chefs de l'opposition au lendemain d'une manifestation anti-gouvernementale. » [easyembed field="insert5"]

IRAK

Ce vendredi 25, c’est la "journée de la colère" en Irak, pour demander un changement politique. Chômage et corruption y sont dénoncés et le gouvernement de Jalal Talabani est invité à « dégager ». Problème la journée commence mal: les premiers morts sont à déplorer, et  le nombre de blessés ne cesse d’augmenter.

JORDANIE

Comme en Irak, c’est une journée de colère qui est au programme ce vendredi, pour demander l’arrêt immédiat des violences qui ont débuté avec le début du mouvement fin janvier. Pour l’instant, si le roi Abdallah II semble endurer les contestations, les forces de l’ordre n’en sont pas moins présentes : aujourd’hui 3000 policiers ont été déployés. Comme partout, changement et réformes sociales sont attendues : fin de la corruption, révision de la loi électorale et plus de liberté pour le peuple.

SYRIE

Pour finir, la Syrie du président Bachar el-Assad. Une mise à jour récente sur le site d’Arte explique que « le site d'opposition All4Syria.info, qui émet depuis Dubaï, a indiqué vendredi 18 février qu'une centaine de Syriens avait manifesté la veille au cœur de Damas, afin de protester contre la brutalité de policiers déployés contre un citoyen syrien. » Situation à suivre donc, de ce côté là aussi. Quelques liens intéressants de live-blogs et autres google-maps régulièrement actualisés : Sur le site d’Arte : http://www.arte.tv/fr/3733370.html Sur le site d’RFI : http://www.rfi.fr/afrique/20110204-carte-interactive-monde-arabe-raisons-revolte-egypte-tunisie Sur le site du Monde (Libye) : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/02/23/libye-l-evolution-de-la-situation-en-direct_1483938_3212.html Sur le site de France 24 : http://www.france24.com/fr/20110225-libye-kadhafi-liveblogging-revolution-manifestation-benghazi-tripoli-monde-arabe-reaction-revolte

N'hésitez pas à partager vos informations, vidéos + sources dans les commentaires !

[post_title] => Quand le Parfum de la Révolte Irrigue le Printemps du Monde Arabe [post_excerpt] => Les fragrances du Jasmin se dissipent sur l’ensemble des pays Arabes et Perses. Les révolutions abouties en Tunisie et en Egypte ont déclenché la révolte des peuples sur tout l'arc sud de la Méditerranée, jusqu'au pays du Golfe. Alors, ça passe, ou ça casse. Aujourd’hui c’est la Libye tachée de sang du peuple du grand fou Kadhafi, qui heure par heure, se fait reconquérir par les Hommes indignés. Mais que ce passe t-il ailleurs ? Partout, le vent de la libération souffle, et les vieux dirigeants tremblent sur leurs pieds d'argile. Voici un premier bilan des terres enragées. Celles qui feront peut-être l’actualité de demain. Celles où, on l’espère, les gens vivront mieux. Voici des mots, des vidéos. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => quand-le-parfum-de-la-revolte-secoue-le-printemps-du-monde-arabe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-10-25 03:30:32 [post_modified_gmt] => 2011-10-25 01:30:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=15164 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 15146 [post_author] => 2 [post_date] => 2011-02-25 00:52:30 [post_date_gmt] => 2011-02-24 23:52:30 [post_content] =>

UN PEUPLE SE LIBÈRE DEVANT LES CAMÉRAS

[easyembed field="youtube"] La foule, qui manifeste contre le dictateur Kadhafi, scande "CNN!", devant la caméra de la chaîne américaine. Le journaliste n'en revient pas, il se sent "comme à Paris à la libération". Il annonce même que les manifestants lui ont "jeté des bonbons" lors de leur passage en voiture dans la ville. [post_title] => Les Révoltés Libyens Acclament CNN [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-revoltes-libyens-acclament-cnn [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-10-25 03:32:05 [post_modified_gmt] => 2011-10-25 01:32:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=15146 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 7 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 15038 [post_author] => 2 [post_date] => 2011-02-16 10:21:51 [post_date_gmt] => 2011-02-16 09:21:51 [post_content] =>

REPORTER CITOYEN

La marche d’ouverture fut belle et imposante. De nombreuses associations se sont retrouvées pour défiler, le cortège était interminable, les chants forts, et les militants représentaient le monde entier. Une manifestation à l’image du continent qui accueille ce Forum : énergique, et où les folklores de toutes les communautés se côtoient. Les voix féminines se sont aussi fait remarquer : voix gracieuses et mélodieuses, mais dont les paroles sont lourdes. Boubous et maquillages de fête portés par des femmes dont l’engagement est à la hauteur de la beauté. Ce fut une démonstration de la puissance des « invisibles » : des gens de plus en plus nombreux à prendre conscience qu’on veut leur faire croire que ce monde n’est pas fait pour eux. Des participants qui se regroupent et luttent avec une foi incommensurable. Selon Abdou, un marchand que je rencontre sur le forum, on sait de quoi on parle quand on a vécu les situations qu’on ne veut plus revivre. Tous ces gens savent que ce forum leur appartient : ils profiteront des médias pour faire connaître leur combat et échangeront des expériences et des solutions avec ceux qui, à des milliers de kilomètres de là, vivent une situation similaire. Le premier jour de notre reportage, j’ai été marquée par la justesse et la précision des témoignages reçus. Les Sénégalais, tout particulièrement, m’ont passionnée. Ils savent clairement expliquer ce qu’ils vivent, pourquoi ils sont dans cette situation, ce qui doit changer et à quoi ils ont droit. J’ai également été étonnée de voir les rues de l’université si désertes, à part les participants au forum. Etrange. Ce jour-là, on nous a fait confiance, on nous a remerciés d’avoir donné la parole, écouté et compris. Toutes ces rencontres, de l’imam Diane, qui lutte contre la mendicité des enfants, à Ismaël, l’étudiant qui ne trouve pas de stage, m’ont donné une leçon de courtoisie, de politesse, d’ouverture et de gentillesse. Bon, certaines m’ont aussi donné une leçon de méfiance, mais elles étaient quand même plus rares. Je ne sais pas si l’échange entre les organisations du monde s’est réellement produit, mais je sais que les Africains étaient très présents. Ils représentaient leurs pays, avec leur désir de changement, et en ont profité pour faire le pas vers l’autre car, au FSM, on se parle. Mais on parle peut être trop. Abdou me dit que tout ces gens parlent trop. Lui n’a pas le temps de parler, il a sa vie à gagner et ses projets à réaliser, mais il est sûr d’une chose : si la révolte sénégalaise ne démarre pas avec les étudiants, ce sera avec les marchands ambulants. Et selon lui, elle est toute proche. Le gouvernement sénégalais s’en inquiète-t-il ? En tout cas, la désinformation des Dakarois est frappante. Beaucoup de passants me demandent ce qu’est le forum et à quoi il sert. Même les étudiants qui poursuivent leurs cours ne semblent pas au courant : des milliers de « blancs » envahissent la fac, qu’importe pourvu qu’ils ne perturbent pas les examens ! Selon divers témoignages, le festival des Arts nègres, en décembre dernier, a été très médiatisé. Son logo était placardé à tous les coins de rue, on ne pouvait le manquer ni l’oublier. L’état essaierait-il d’amadouer les citoyens en les divertissant par des concerts ? Pour le détourner de cet événement mondial qui sert à la construction d’un autre monde possible ? Depuis le temps que les Sénégalais se débrouillent sans l’aide de leurs institutions, ils savent très bien faire circuler les informations. En l’espace de deux jours, les marchands ont envahi la ville. Et l’immense campus ressemble maintenant aux puces de Clignancourt (avec le soleil en prime). L’organisation fut quasi inexistante. Rare sont ceux qui ont pu mettre la main sur un programme. Et même ceux qui l’avaient ne trouvaient pas les ateliers aux lieux et heures indiqués. Les traductions n’étaient pas systématiquement faites. Pour certains participants, il est temps d’arrêter de parler et de se rencontrer, il faut maintenant des actes. Pour Salomon, rappeur militant et étudiant en finance, « c’est bien beau de scander des slogans avec le poing levé, mais mieux vaut le taper sur la table quand les limites sont dépassées ». Le dernier  jour est arrivé, j’ai senti dès l’après-midi la nostalgie de cette semaine. Les participants s’observent, c’est fini, on ne se croisera plus dans ces grandes allées. Les marchands ambulants nous font leur derniers cadeaux, ils sont sûrement les premiers à avoir apprécié notre présence ! Il y a l’intérêt financier certes, mais rappelons-nous que ces gens-là ne peuvent pas venir chez nous. Ils voyagent à travers les étrangers qu’ils rencontrent, sont curieux de ce qu’on leur raconte et garderont le moindre petit bout de papier qui vient d’un Sud-africain, d’un Américain ou d’un Français pourvu que le courant passe. Le FSM a été accueilli par le pays de la Teranga, cette hospitalité sénégalaise dont la réputation n’est plus à faire.  Aujourd’hui certains ne comprennent pas l’objectif concret de toutes ces belles paroles. Pourtant, il est bon de discuter avec des membres d’associations qui s’investissent et réussissent à force de volonté. Encore plus dans un pays où la culture est d’ouvrir sa porte à l’autre et de le traiter comme un membre de sa famille. Nous avons appris les uns des autres, et c’est aussi ce qui fera avancer l’autre monde possible. Et puis, ce Forum a confirmé ce que les Sénégalais disent si souvent : « On est ensemble ». Ayann Koudou [post_title] => FSM DAKAR: Rendez-vous dans deux ans [post_excerpt] => Comme les autres Reporters citoyens, Ayann a vécu à Dakar son premier Forum social mondial. Elle revient sur les moments forts et les impressions qui ont marqué cette semaine. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fsm-dakar-rendez-vous-dans-deux-ans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-02-16 10:21:51 [post_modified_gmt] => 2011-02-16 09:21:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=15038 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 14728 [post_author] => 2 [post_date] => 2011-02-08 23:54:39 [post_date_gmt] => 2011-02-08 22:54:39 [post_content] =>
La Cour de Cassation a annulé mes trois condamnations du 16 octobre 2008 pour diffamation. Elle a explicitement reconnu « l’intérêt général du sujet» et le « sérieux de mon enquête ».

Dix ans et toutes mes dents.

Note pour mes amis et les amis de mes amis qui ont la mémoire embrouillée et me demandent des détails sur les jugements de la cour de cassation qui viennent de tomber. D’abord vous dire qu’ils mettent un terme une longue bataille judiciaire et qu’ils m’enchantent. Depuis dix années que Révélation$ est sorti (28 février 2001), de nombreuses plaintes ont été déposées contre mon éditeur, les chaînes qui ont diffusé mes films, de nombreux journaux et contre moi. Une soixantaine en tout, dans plusieurs pays, en comptant les procédures pénales et les constitutions de partie civile. Parmi ces plaintes, une dizaine émanait de la Banque Générale de Luxembourg et une vingtaine a été lancée par la Menatep une banque russe liée à la mafia. Je peux dire que globalement j’ai gagné  tous ces procès. La Chambre de Compensation luxembourgeoise Clearstream a diligenté une grande partie des autres procédures. Leur stratégie a été essentiellement basée sur la calomnie, une extrême mauvaise foi, le harcèlement, l’acharnement et l’intimidation. Cette stratégie, loin du droit, échoue lamentablement aujourd’hui, pour laisser place à la justice et au journalisme. Une victoire sans tambour, ni trompette. Une victoire gravée dans le marbre. Un souvenir de victoire bientôt. Peu importe. Cette décision ouvre d’intéressantes perspectives. Clearstream ne pourra plus faire comme avant… Une vingtaine de plaintes ont été déposées par la multinationale en France, en Belgique, au Luxembourg, occasionnant des centaines de visites d’huissiers à mes domiciles. Passé les limites, je ne compte plus. J’ai perdu quelques procès (en particulier pour des interviews à des journaux, je pense à Sud Ouest ou VSD). J’en ai gagné (Nouvel Obs, le Point, « Tout le monde en parle » sur France 2). J’aurais pu et j’aurais dû, si j’avais eu les moyens financiers, aller systématiquement pour toutes ces procédures jusqu’à la Cour de Cassation. Je ne l’ai fait que pour trois d’entre elles. Les plus importantes à mes yeux, puisque ces procédures concernaient les deux livres originelles « Révélation$ », la « Boîte Noire » et « Les dissimulateurs », mon premier documentaire sur l’affaire. Passons sur « Clearstream l’enquête » qui a occasionné une condamnation symbolique (mais onéreuse en frais de procédure) à Luxembourg, pour nous intéresser au reste… Pour « Révélation$ » et « Les dissimulateurs » (mon premier documentaire diffusé en février 2001), j’ai été condamné en diffamation à hauteur d’un euro symbolique de dommages et intérêts en mars 2004, puis (en appel) à 1500 euros en octobre 2008, sans compter les frais de procédure. Pour « La Boîte Noire » (sorti en octobre 2002), Clearstream a été déboutée et condamnée à me verser 3 500 euros de dommages et intérêts en première instance. Devant la Cour d’Appel (Paris, octobre 2008), j’ai été condamné à 1500 euros, sans compter les frais de procédures et de publication des décisions.

Je me suis pourvu en cassation

J’ai pris cette décision contre l’avis de nombreuses personnes, dont mon éditeur, Les Arènes et la chaîne Canal + qui ont refusé de poursuivre les procédures. Je ne les accable pas. De leur place, il leur était sans doute difficile d’aller au bout de la bataille à mes côtés. Certains auraient lâché avant. Dans les jours qui ont suivi les décisions de la Cour d’appel, Clearstream a acheté une page dans le Monde pour proposer une transaction qui consistait à accepter ces condamnations contre la non-exécution des arrêts. En gros, le non paiement des sommes auxquelles j’étais condamné. Il était impensable d’accepter un tel compromis, de renier mon travail, mon enquête. Il était indispensable sur les principes qui fondent ce que doit être le journalisme, de me battre jusqu’au bout pour obtenir une décision reconnaissant le droit. J’étais prêt à aller jusqu’à la Cour Européenne des Droits de L’homme  s’il le fallait. Je savais ce que j’avais vu et fait. J’avais intégré les enjeux de cette bataille. Un système financier sain au départ a été dévoyé, ouvrant d’incroyables possibilités de dissimulation. Mon enquête était, est, restera  fondée. Mes écrits reposent sur des documents, des courriers, des listings, des microfiches, des témoignages filmés. Des éléments suffisamment probants qui ont permis de mettre à jour  des comptes non publiés produisant de l’opacité, un système d’effacement de traces de transactions, la probabilité très forte d’une double comptabilité, des liens présumés entre Clearstream et l’Eglise de scientologie, l’hébergement de banques mafieuses, l’utilisation de Clearstream pour la mise en œuvre d’opérations occultes, l’absence totale de transparence et de contrôle, la complicité des auditeurs, le licenciement du personnel qui refusait de procéder à des manipulations comptables et de publier des bilans de fait maquillés… Mon enquête et la simple lecture de mes documents montraient, montrent que cette firme abritait plus de 6000 comptes ouverts dans des paradis fiscaux. Parmi ces comptes, des sociétés off shore, mais aussi des filiales de banques respectables. J’ai révélé que des multinationales pétrolières, agroalimentaires ou industrielles avaient également ouvert des comptes discrets à Clearstream. J’en passe et des dizaines. Au delà du coup de projecteur sur cette firme, l’ensemble de ce travail explicitait les dérives inquiétantes du système financier international et révélait les contours d’une finance véritablement parallèle. J’en savais beaucoup et je ne voulais pas me taire. Je restais persuadé que les juges de la Cour d’Appel ne m’avaient pas jugé comme il le fallait au vu des éléments du dossier. L’appui de mes amis du comité et des mille huit cent quatre vingt six personnes ayant soutenu ce qui devenait un combat de longue haleine ont été déterminants. Canal plus et mon éditeur ont été condamnés à mes côtés, mais Clearstream s’est retournée systématiquement vers moi. Le but n’était pas tant l’argent que la volonté de m’étouffer financièrement, de m’empêcher de poursuivre mes recherches et de me défendre.

Le moment de bascule a été l’affaire pénale dite « Cleartream 2 ». Celle mettant en cause Dominique de Villepin.

Clearstream s’est constituée partie civile dans cette procédure concernant les listings truqués. J’ai été mis en examen pour vol et recel en fin d’année 2006. Dès lors sans que je m’en rende compte, la suspicion a changé de camp. Les communicants de la firme et leurs avocats ont habilement utilisé cette seconde procédure pour influencer les juridictions dans les procès qui m’étaient faits. Clearstream me présentait comme le pivot de cette nouvelle affaire qui n’avait aucun lien avec les litiges nous concernant. Tenter de ridiculiser mon travail ne suffisait plus, il fallait pratiquer l’amalgame et la confusion. Combien de fois ai-je entendu les avocats de la firme ou des journalistes malveillants se moquer de « mes erreurs », m’appeler le « falsificateur » ou le « conspirationniste ». Tout cela a joué. Comme ont dû jouer les articles fielleux écrits par des procureurs à moustaches, des éditorialistes à deux balles, des concierges du net. Je sais, je ne devrais pas. Mais bon. Je pense aussi à certains politiques qui m’avaient épaulé et qui soudainement ont baissé les yeux. J’ai arrêté  mon blog. J’ai arrêté le contact frontal. Je suis resté zen. J’ai attendu que ça passe. J’ai été relaxé en janvier 2010. Cette décision pénale est définitive. Pour le reste, j’ai attendu que des magistrats jugent, tranquillement. Loin du tumulte. C’est ce qui vient de se passer. La Cour de cassation est la plus haute instance judiciaire française. Le dernier recours avant la Cour européenne des droits de l’homme. Je l’avais envisagé. Chacun des trois arrêts qui me libère aujourd’hui et accable Clearstream est rédigé dans des termes clairs, précis et sans ambiguïté. La Cour de Cassation « autorise » les propos et les imputations contenues dans mes deux livres et mon documentaire. La Première Chambre Civile de la Cour de Cassation, se fondant sur l’article 10 de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a rendu trois arrêts qui sonnent le glas à mes ennuis et ouvrent des brèches importantes chez ceux qui m’attaquaient.

C’est fondamental. Ça fera jurisprudence

Les arguments retenus par la Cour de Cassation sont intégralement ceux développés par mes défenseurs Michel Zaoui et Bénédicte Litzler au cours de ces dix années. Pour des raisons de procédure, nous nous sommes adjoint un avocat à la Cour de Cassation, Denis Carbonnier. Il s’est aussi battu à nos côtés. Il s’agit d’une reconnaissance de la qualité de leur travail et du mien. La Cour de Cassation a annulé mes trois condamnations du 16 octobre 2008 pour diffamation. Elle a explicitement reconnu « l’intérêt général du sujet» et le « sérieux de mon enquête ». Tout le monde peut maintenant citer partout ce que j’avais écrit. Dix ans pour mesurer l’aveuglement du dirigeant de Clearstream qui a porté plainte à l’origine contre moi. Ses successeurs n’ont pas démontré plus de clairvoyance puisqu’ils ont régulièrement relayé et encouragé ces plaintes. Je ne sais pas ce que deviendront les informations contenus dans mes livres et mes films. Je ne sais pas ce que les Allemands qui ont racheté Clearstream en 2002 (suite à mon enquête) et qui ont forcément constaté ces dérives ont fait. La justice luxembourgeoise étant peu équipée pour traiter ces sujets et la justice européenne encore défaillante, je crains que le combat pour mettre un peu de rationalité et de contrôle dans cette banque des banques soit encore long. Pourtant ici plus qu’ailleurs, la question de la régulation du capitalisme se pose. Je rappellerai ce chiffre : Clearstream a annoncé en 2010 plus de dix trillions d’euros de valeurs enregistrées dans ses comptes. Dix mille milliards d’euros. Pour revenir aux arrêts de la Cour de Cassation, toutes les demandes de Clearstream à mon encontre sont définitivement rejetées. Ils sont condamnés à me verser la somme de 9 000 euros au titre des frais de procédure et à me rembourser le montant de mes précédentes condamnations aujourd’hui annulées. En ce qui concerne le préjudice financier et moral subi par moi pendant ces années, les trois affaires sont renvoyées devant la Cour d'Appel de Lyon.

Je vais demander réparation aux dirigeants de la firme.

Par leur harcèlement, leur entêtement, leurs mensonges, leur acharnement judiciaire, Clearstream et ses communicants sont responsables de dix années à bien des égards perdues. La crise financière étant passée par là, on voit bien les raisons politiques et financières qui les ont amenés –par tous les moyens- à me faire taire. Ils n’y sont pas parvenus. Au final, toute mon enquête est entièrement validée. Les arrêts sont définitifs et sans recours pour Clearstream. Merci du fond du cœur à tous ceux qui m’ont soutenu. Et vous êtes nombreux. Je ne me suis jamais senti seul ou angoissé pendant ces années. Et ça je vous le dois. Denis Robert. Chatel, le 7 février 2011 [post_title] => "Et Voilà le Travail!" [post_excerpt] => Denis Robert, qui vient de voir ses enquêtes sur Clearstream validées par la Cour de cassation nous a envoyé cette lettre, où il rappelle les grandes étapes du harcèlement judiciaire qu'il a subit pendant 10 ans. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => et-voila-le-travail [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-02-08 23:54:39 [post_modified_gmt] => 2011-02-08 22:54:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=14728 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 5 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 14620 [post_author] => 2 [post_date] => 2011-02-03 08:50:18 [post_date_gmt] => 2011-02-03 07:50:18 [post_content] =>

LES DESSINATEURS DU RÉEL

Réactualisé le 13/02/11

L’actu croquée par Xavier Lacombe,  ValèreMoix, Lacasinière et Mykaia

[post_title] => Les Dessins du Jour [Fev. 11] [post_excerpt] => LES DESSINATEURS DU RÉEL [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-dessins-du-jour-janv-11-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-02-13 03:15:51 [post_modified_gmt] => 2011-02-13 02:15:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=14620 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 14478 [post_author] => 2 [post_date] => 2011-02-01 13:37:20 [post_date_gmt] => 2011-02-01 12:37:20 [post_content] => Plusieurs centaines de milliers de manifestants, plus d'un million selon Al-Jazeera, ont convergé ce 1er février sur la place Tahiri au Caire. Ils manifestent pour éxiger le départ d'Hosni Moubarak.

Suivez les évènements en direct sur Al-Jazeera et France 24

Pour l'opposant ElBaradei, "nous sommes déjà dans l'ère post-Moubarak", et le président égyptien doit quitter le pouvoir "d'ici à vendredi". L'armée, qui a bouclé la ville a déclaré qu'elle "n'interviendrait pas contre les manifestants". Après 30 ans de pouvoir sans partage, Moubarak est aujourd'hui seul face à son peuple.

[post_title] => La Fin de Moubarak en Direct ! [post_excerpt] => JOURNÉE HISTORIQUE EN ÉGYTE [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-fin-de-moubarak-en-direct [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-02-01 17:24:26 [post_modified_gmt] => 2011-02-01 16:24:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=14478 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 15164 [post_author] => 7 [post_date] => 2011-02-25 20:08:18 [post_date_gmt] => 2011-02-25 19:08:18 [post_content] =>

ALGÉRIE

Cas particulier de cette révolution des Jasmins, l’Algérie a connu une grave guerre civile dans les années 90, et des mouvements sociaux depuis 2009. C’est l’explosion du régime tunisien qui a servi de porte-voix aux contestations du peuple Algérien. Par mesure de précaution contre l'embrasement de la rue, le gouvernement de Bouteflika a levé hier, jeudi 24 février, l’Etat d’urgence en vigueur depuis 1992. Mais les nouveaux partis politiques restent interdis et la future manifestation prévue demain, samedi, est belle et bien interdite. Des heurts entre étudiants et policiers le 21 février ont fait au moins un blessé. Images amateur (7min30) : « Ali Yahia Abdennour, président d'honneur de la Ligue algérienne des droits de l'homme et Mouloud Boumghar, membre du Collectif des Algériens en France en soutien à la Marche nationale pacifique, viennent d'être arrêtés, avec une trentaine de manifestants, sur la place du 1er-Mai, à Alger. » [easyembed field="insert1"]

DJIBOUTI

Ici, tout commence le 18 février dernier avec une manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers de jeunes. Le mouvement, qui a dégénéré, a causé la mort d’un policier et d’un manifestant. Dans ce pays stratégique d’Afrique, surtout pour la France qui y a une base militaire, c’est le régime d’Ismaël Omar Guelleh qui est remis en cause. Images Africa 24 (4min10) : débat, analyse et explications sur la révolte à Djibouti avec Daher Ahmed Farah. [easyembed field="insert2"]

MAROC

Si la monarchie marocaine n’est pas vraiment en danger, les inégalités sociales pourraient mettre en question l'exercice du pouvoir du Roi Mohamed VI. Fin janvier trois personnes tentent d’en finir avec la vie de la même manière que Mohamed Bouazizi et des étudiants lancent un appel à manifester sur le réseau social Facebook. Le 20 février, un premier mouvement réunissant quelques milliers de personnes à lieu au Maroc. Ce n’est peut être pas le dernier. Images Euronews (57sec) : « Le Maroc n'est plus épargné par la vague de protestation qui déferle dans le monde arabo-musulman. Des milliers de personnes ont manifesté ce dimanche à Rabat et Casablanca. Mais leurs revendications sont moins radicales que celles qui ont conduit à la révolution tunisienne ou la révolte égyptienne. » [easyembed field="insert3"]

ARABIE SAOUDITE

Comme au Maroc, ce sont des réformes sociales que le peuple attend. Après trois mois de convalescence, le Roi Abdallah Ier a annoncé une série de mesures spectaculaires. Une prime de 15% devrait s’ajouter aux salaires d’un million de fonctionnaires, quelques 10 milliards de dollars vont être rajoutés dans les caisses des aides au logement et plusieurs réponses au chômage vont faire leur apparition. Le Roi a mis le paquet!

YEMEN

Petit pays peu connu, mais qui a fait parler de lui par la réaction rapide d'un partie du peuple au moment de la révolution Tunisienne. Ça bouge dans les terres d’Ali Abdallah Saleh, et pourtant, c'est un peu le statu quo, politiquement parlant. ici, la contestation est peut-être la plus compliquée. Tout d’abord, il y a les revendications politiques qui visent directement Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, mais il y a également un conflit sécessionniste au Sud qui mobilise, tout comme la guerre, au Nord. Le président refuse de quitter son poste si ce n’est par la voix des urnes, mais semble faire un pas vers le peuple en demandant la protection des manifestants. Il était temps: jeudi, la révolution Yéménite comptabilisait déjà une quinzaine de morts. Image AFP-France (27sec) : « De violents heurts ont éclaté jeudi 17 février à Sanaa entre opposants et partisans du pouvoir. L'armée s'est également déployée en force à Aden, autre foyer de contestation dans le sud du Yémen. » URL : http://www.youtube.com/watch?v=KwwWuqbCLs4&feature=channel

OMAN

Sultan Ya Rabbana Ehfid Lana Jalalat, dirigeant au nom à rallonge, regarde son peuple se soulever à partir de la fin janvier. Peu d’informations circulent sur l’Oman, mais la monarchie a fait un premier pas vers l’évolution. Quelques centaines de personnes, dont des femmes auraient défilé calmement, ce qui semble avoir porté ses fruits. Courant février, les salaires minimums omanais (du secteur privé) passent de 350 à 520 dollars.

BAHREÏN

Dans cette minuscule terre à l’Est de l’Arabie Saoudite, les revendications touchent comme partout la situation politique et sociale, mais également les problèmes communautaires. En effet, la population massivement chiite s’oppose à la suprématie du clan Al-Kalifa, qui lui est sunnite. Une discrimination visant l’accès aux services sociaux est contestée, et le peuple demande des mesures rapides pour lutter contre un chômage qui d’après l’opposition, est imputable à une main d’œuvre principalement étrangère. Les mouvements de rébellions sont particulièrement violents, la police n’hésite pas à tirer sur les manifestants et le gouvernement a d’ores et déjà suspendu l’accueil du grand prix de formule 1 à Sakhir prévu le 13 mars prochain. Aujourd’hui, les masses contestataires continuent d’investir la place de la Perle, un peu la place Tahir du Bahreïn. La chute du gouvernement est exigée, pour le remplacer par une monarchie constitutionnelle. Images BFM TV (1min13) : « commentaire et images amateurs de la contestation au Bahrein. » [easyembed field="insert4"]

KOWEÏT

Ca sent le roussi pour l’Emir Sabah IV. Socialement, le Koweït a une lourde tare. En effet, la population des Bidouns, native du Koweït et représentant 30% de la population, n’a pas accès à la nationalité koweïtienne. Un rejet du gouvernement qui vise plus de 120 000 personnes. Cette non-naturalisation des Bidouns fait que ce peuple ne peu bénéficier des services d’éducation ou de santé. En gros, ils n’ont aucun droit alors que le reste de la population koweïtienne peu user des services publics gratuitement.

IRAN

Ici en Perse, nous ne sommes plus dans le monde arabe, mais comme ailleurs, rien ne va plus à Téhéran. On se souvient de la révolution Verte de 2009 contre le leader du pays Mahmoud Ahmadinejad. Un espoir qui s’était terminé dans le sang et c’est malheureusement ce que l’on craint aujourd’hui, en Iran. Les partisans du président sont encore nombreux et des députés ont demandé la pendaison des opposants. L’information circule très mal, quelques vidéos amateurs apparaissent sur internet où la dictature religieuse est dénoncée. Images Euronews (1min32) : « Scènes surréalistes en plein parlement iranien ce mardi. Des députés ont appelé à pendre les chefs de l'opposition au lendemain d'une manifestation anti-gouvernementale. » [easyembed field="insert5"]

IRAK

Ce vendredi 25, c’est la "journée de la colère" en Irak, pour demander un changement politique. Chômage et corruption y sont dénoncés et le gouvernement de Jalal Talabani est invité à « dégager ». Problème la journée commence mal: les premiers morts sont à déplorer, et  le nombre de blessés ne cesse d’augmenter.

JORDANIE

Comme en Irak, c’est une journée de colère qui est au programme ce vendredi, pour demander l’arrêt immédiat des violences qui ont débuté avec le début du mouvement fin janvier. Pour l’instant, si le roi Abdallah II semble endurer les contestations, les forces de l’ordre n’en sont pas moins présentes : aujourd’hui 3000 policiers ont été déployés. Comme partout, changement et réformes sociales sont attendues : fin de la corruption, révision de la loi électorale et plus de liberté pour le peuple.

SYRIE

Pour finir, la Syrie du président Bachar el-Assad. Une mise à jour récente sur le site d’Arte explique que « le site d'opposition All4Syria.info, qui émet depuis Dubaï, a indiqué vendredi 18 février qu'une centaine de Syriens avait manifesté la veille au cœur de Damas, afin de protester contre la brutalité de policiers déployés contre un citoyen syrien. » Situation à suivre donc, de ce côté là aussi. Quelques liens intéressants de live-blogs et autres google-maps régulièrement actualisés : Sur le site d’Arte : http://www.arte.tv/fr/3733370.html Sur le site d’RFI : http://www.rfi.fr/afrique/20110204-carte-interactive-monde-arabe-raisons-revolte-egypte-tunisie Sur le site du Monde (Libye) : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/02/23/libye-l-evolution-de-la-situation-en-direct_1483938_3212.html Sur le site de France 24 : http://www.france24.com/fr/20110225-libye-kadhafi-liveblogging-revolution-manifestation-benghazi-tripoli-monde-arabe-reaction-revolte

N'hésitez pas à partager vos informations, vidéos + sources dans les commentaires !

[post_title] => Quand le Parfum de la Révolte Irrigue le Printemps du Monde Arabe [post_excerpt] => Les fragrances du Jasmin se dissipent sur l’ensemble des pays Arabes et Perses. Les révolutions abouties en Tunisie et en Egypte ont déclenché la révolte des peuples sur tout l'arc sud de la Méditerranée, jusqu'au pays du Golfe. Alors, ça passe, ou ça casse. Aujourd’hui c’est la Libye tachée de sang du peuple du grand fou Kadhafi, qui heure par heure, se fait reconquérir par les Hommes indignés. Mais que ce passe t-il ailleurs ? Partout, le vent de la libération souffle, et les vieux dirigeants tremblent sur leurs pieds d'argile. Voici un premier bilan des terres enragées. Celles qui feront peut-être l’actualité de demain. Celles où, on l’espère, les gens vivront mieux. Voici des mots, des vidéos. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => quand-le-parfum-de-la-revolte-secoue-le-printemps-du-monde-arabe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2011-10-25 03:30:32 [post_modified_gmt] => 2011-10-25 01:30:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=15164 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 214a98c820af5f60a3e75aee20305ca0 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )