Rotrou Wanted In Bangkok

Publié le | par

Olivier Rotrou – reporter de guerre de LaTéléLibre – est invité en tant que témoin oculaire par l’Armée Royale Thailandaise dans le cadre d’un procès sur le meurtre de 6 membres de l’opposition en 2010.

Le 19 mai 2010, Olivier était à Bangkok pour couvrir le conflit qui opposait les « Chemises Rouge » au gouvernement en place. Ce même jour, alors que les émeutes devenaient de plus en plus violentes, six membres de l’opposition ont été tués par balles. Pour les Chemises Rouge, c’est l’armée qui a tiré. Pourtant, dans affaire, l’Armée Royale Thailandaise nie toute implication. Car, dit-elle, elle n’était sur les lieux au moment des fusillades. Gardienne de la souveraineté nationale, l’armée doit aujourd’hui se défendre devant les tribunaux et compte bien prouver son innocence.

Looking for M. Rotrou…

Directement mis en cause, le colonel Yodawuth Puengpak organise sa défense. Il a cherché un témoin indépendant qui était sur sur place avec son unité. Ce témoin, il dit avoir avoir mis plus de deux ans à le retrouver. Et ce témoin, c’est Olivier Rotrou journaliste Français, ami de LaTéléLibre. Oliver a reçu le 18 février dernier un email du Colonel . En voici l’intégralité :

 

La photo d’Olivier en pièce jointe de l’email du Colonnel

 

Cher monsieur,

Je suis le lieutenant colonel Yodawuth Puengpak, commandant du 3e Bataillon d’Infantrie du 31e Régiment d’Infantrie de la Garde Royale, au sein de l’Armée de l’Air Thaï. J’ai passé près de trois ans à essayer de vous joindre. Si je ne me trompe pas, vous êtes bien la personne photographiée sur la pièce jointe. Si c’est le cas, je vous prie de m’accorder un peu de votre temps, afin que je vous explique la situation, je vous en serais très reconnaissant. Durant les émeutes d’Avril – Mai 2010, j’étais responsable, au poste de commandant. Sur cette image, mon photographe de terrain vous a filmé durant le combat entre mes hommes et les manifestants, armés de fusils, à Siam Square (près

du temple de Pratumwanaram), le 19 mai 2010. Il me semble que vous étiez avec mon collègue sur cette zone durant toute la nuit. Si c’était le cas, je souhaiterais vous poser quelques questions à propos du combat et la situation cette nuit là. Vous êtes le seul étranger (extérieur à l’armée, NDLR), à avoir assisté à la situation. Je veux que le public connaisse la vérité. Votre information et vos preuves sont très importantes pour faire avancer la justice au service des victimes. Je tiens à ce que la vérité ne soit pas déformée au profit des politiciens Thaï.

Sincèrement,

Lieuteunant Colonel Yodawuth Puengpak

Yodawuth Puengpak

 

De passage à LaTéléLibre, Olivier a répondu à nos questions

- LaTéléLibre: Comment as-tu réagi à ce mail du colonel?

- Olivier Rotrou: J’ai été surpris, ça fait bizarre de retrouver ce Colonel avec qui j’ai passé 24 heures dans une situation très tendue. J’étais avec lui et ses hommes dans les rues de Bangkok, sous le feu des Rouges. Moi-même j’ai failli être touché par une balle.

- LTL: Tu n’as pas hésité à accepter sa demande?

- OR: Non, je ne peux pas refuser, au vu de ce qu’on a vécu ensemble. A aucun moment, cette compagnie n’est arrivée aux portes du temple où a eu lieu la fusillade qui a entrainée la mort des 6 personnes. Les rushes que j’ai pu tourner en attestent.

- LTL: N’as-tu pas peur d’être instrumentalisé dans cette affaire qui oppose l’armée aux Chemises Rouge?

- OR: Je ne prend parti pour personne, et j’accepte la convocation du Tribunal pour témoigner de ce que j’ai vu, et rien d’autre.

 

Olivier devrait quitter la France la semaine prochaine pour témoigner dès jeudi d’après le Bangkok Post. Voici l’article publié le 22 février sur le site du journal local :

« Journalist to testify over 6 temple deaths »

 

« UN JOURNALISTE APPELÉ À TÉMOIGER À PROPOS DE 6 MORTS DANS UN TEMPLE »

« LE FRANCAIS EST UN TEMOIN CLÉ POUR L’ARMEE »

 

 

D’après une source proche de l’armée, un photojournaliste français témoignera au tribunal au coté de l’armée, à propos du meurtre de 6 personnes au temple de Wat Pathum Wanaram lors des violences politiques de 2010. Selon la source, l’armée a passé plus de 2 ans à essayer de trouver le photojournaliste Olivier ROTROU. Il est appelé à témoigner jeudi prochain (le 28 février 2013, NDLR) à propos de l’affaire. Les soldats du 31e régiment d’infanterie, basés à Lop Buri, ont été accusé du meurtre de 6 personnes au temple de Wat Pathum Wanaram, dans le quartier de Pathumwan pendant l’affrontement entre les forces de l’ordre et les chemises rouges le 19 mai 2010.

Selon la source, le photojournaliste français aurait passé toute la journée auprès des soldats de ce régiment, le jour où le campement principal des chemises rouges a été pris, et pourrait donc témoigner du fait que ces soldats ne sont pas entrés dans le temple.

Le reporter étant rentré en France à la fin des violences, l’armée thaïlandaise cherché sa trace pendant plus de 2 ans. Selon la source, le français aurait l’intention de venir témoigner en Thaïlande au tribunal pour expliquer pourquoi, selon lui, ces soldats n’ont rien à faire avec ces meurtres.

Selon la source, « l’armée attend seulement de lui qu’il vienne porter un témoignage honnête sur ce qui s’est réellement passé ce jour là ».

[…]
Auteur : Wassana Nanuam

 

 

Thibault Pomares, Clément Montfort.

Des liens :

Partager cet article