INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2013 [monthnum] => 04 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2013 [monthnum] => 4 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2013 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 4 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 27750 [post_author] => 20 [post_date] => 2013-04-26 10:04:51 [post_date_gmt] => 2013-04-26 08:04:51 [post_content] =>   Ce qu'il y avait d'avantageux à être jeune et de gauche, il y a de cela cinq ans, c'est qu'on pouvait très facilement se promener dans les couloirs de la faculté d'Assas. Les bon chic bon genre étaient presque tous apolitiques et ça allait de soi comme ça. Les débats perdaient vite de leur superbe devant les émois d'une soirée au Madame ou, et que sais-je, d'une semaine de vacances à l'Ile d'Yeu. De toutes les manières les figurent tutélaires de droite étaient toutes plus ringardes les unes que les autres : comment citer avec passion un de Villepin dans la lettre, un Sarkozy dans le Guaino ou un Lefèbvre dans le Voltaire. L'explication était toute trouvée, l'argent était alors synonyme de confort, lui-même corolaire d'indolence et à partir de là, autant trainer dans l'oisiveté plutôt que s'échiner à contrarier les propos d'une bande de fumeurs de foin sec parfois sales et souvent dépourvus d'un réel goût vestimentaire. Mais qu'est-ce qui s'est passé depuis ? Parce qu'il va bien falloir l'admettre, aller défier du CRS en polo rose et mocassin, ça commence à être crédible ! Première piste de réflexion, la droite passe finalement dans l'opposition. Je vous parle d'un constat que les plus de 25 ans ne peuvent pas comprendre ou, autrement dit, le sentiment de ceux dont la conscience politique n'a jamais connu que des mandats de droite. Jusqu'à présent la jeunesse de gauche avait un monopole total de la révolte citoyenne. A ce propos, j'ai le souvenir d'un cortège contre la loi Fillon de 2005 dont le trajet l'avait mené non loin du très fameux collège Stanislas, connu pour le ratio excentrique entre la longueur des mèches et le raz des oreilles dégagées de ses élèves. Aucun collégien n'était sorti de la forteresse et d'aucun n'aurait probablement contesté la légitimité d'un gaulliste comme François Fillon. Idem pour le collège Lycée des Francs Bourgeois, équivalent consensuel. Être jeune et de droite dans les années 2000 n'ouvrait pas le droit à un sandwich merguez frites, gras, mais rehaussé par les saveurs épicées d'une journée d'école buissonnière. Seulement depuis le 6 mai 2012 la situation s'est inversée. Tous les idéologues de la cravate bleue peuvent enfin se revendiquer du statut de contestataire. Mais ne s'improvise pas manifestant qui veut et en matière de marche festive et militante la gauche avait déjà mis la barre relativement haut. Il faut se le dire, la référence en matière manifestation de droite restait jusqu'à présent celle des Champs Élysée de 1968, dont le degré d'amusement frisait le zéro. Cette ringardise m'amène à ma... ...Deuxième piste de réflexion : une grande partie des jeunes gens se sont retrouvés autour d'un point, "un mariage c'est un papa et une maman". Prononcé ainsi, c'est vrai que ça sonne un brin réactionnaire, mais souligné par la charismatique Frigide Barjot ça donne tout autre chose. La Manif pour Tous sonne déjà comme un jeu de mots et ce n’est pas rien de le dire. Souvenons-nous du Lib'dub de l'UMP ou l'apologie du manque de tact chez les jeunes branchés de l'ouest parisien. La transition entre un Benjamin Lancar, vrai puceau en costard et cette icône sexuelle faussement désuète apparait vertigineuse. Je découvre à mon grand étonnement qu'on peut être militant de droite et rigolard. J'en veux pour preuve la manifestation du 13 janvier 2013, tenue au Champ de Mars. Quelques 500 000 manifestants habillés comme des carnavaliers se sont retrouvés autour de plusieurs chars bariolés de rose et de jaune, à danser sur une sélection pointue des plus mauvais tubes du moment. En somme, l'observateur affuté que je suis ne pu s'empêcher d'y voir une techno-parade, la réflexion de fond en plus. Une vision étriquée de l'engagement marital était dès lors compatible avec un dimanche de fête. Quoi que l'on pense d'elle, il convient de reconnaitre à Frigide Barjot l'immensité de la tâche accomplie : déringardiser la Droite. Cette grâce retrouvée du militantisme de droite pourrait paraitre superflue, car quand j'y pense la démarche sexy d'un NPA sous Besancenot n'avait duré que le temps de la courte ronde d'un postier ambitieux. Mais là n'est pas mon avis. Cette tranche de la population qui se revendique aujourd'hui des partis de droite se retrouve sur des socles de pensée assumés et partagés : la famille est le noyau dur de la société, le mérite est seul maitre de carrière et le communautarisme est vecteur de trouble à l'ordre social. Ces trois piliers d'idées sont le terreau de ceux de ma génération qui se disent à droite et du plus loin de ma mémoire je ne retrouve pas d'équivalent de mon côté de l'hémicycle. Peut-être que ma communauté de pensée, les gens de gauche et plus particulièrement ceux de ma génération, n'a jamais réussi à se retrouver autour d'une missive aussi simple et porteuse de rassemblement. Qu'on se le dise bien aujourd'hui, la droite se revitalise en son berceau. Quel paradoxe quand on pense que Fillon et Copé la ridiculisaient il n'y a pas quatre mois. J'entends déjà qu'on n’est pas d'accord autour de la table, en même temps on est repu. On s'est bien gavé de grandes idées depuis Mitterrand mais on s'est bien gardé de continuer, maintenant que la gauche est au pouvoir. Souviens-toi du CPE, du CPI, des grèves étudiantes, de Pécresse, de l'entrée, du plat et du dessert. Maintenant qu'on digère, je ne peux faire autrement que de me rappeler de ce qu’on nous reprochait alors : "bande de branleurs", "veulent pas aller en cours", "z'ont même pas lu la loi" et d'autres missives agaçantes parce que portées par un fond de vérité, certes infime. Nous avions la politique pour nous, jeunesse de gauche, mais nous ne cherchions qu'à singer mai 68. De loin la grimace est mauvaise. Tout ce que l'on a gardé de ces après-midi champêtres à marcher sur la Bastille, c'est une vague fascination pour le discours d'un Mélenchon, symbiose peu crédible entre Gavroche et Albert Camus. Il faut pourtant se méfier des certitudes. Et face à nous maintenant, une foule de fanatiques en osmose presque parfaite avec ses représentants, quand nous cherchons encore si le PS est à gauche. La droite est funky et la gauche est austère c'est un constat amère. Car la jeunesse de droite sort renforcée par un combat qui les unit, et pour la première fois de ma jeune carrière de citoyen j'ai le sentiment que mes adversaires seront très délicats à contrecarrer.   Mickaël Royer  

Lien

[post_title] => [TRIBUNE] La Droite est-elle Funky ? [post_excerpt] => TRIBUNE LIBRE - De grosses discussions ont lieu au sein de la rédaction de LaTéléLibre depuis que le débat sur le Mariage pour Tous est devenu un enjeu politique et social majeur. Mickaël Royer, jeune réalisateur prometteur, plutôt à gauche, un poil anar, mais peu engagé et surtout peu politisé, a voulu exprimer ce qu'il ressentait devant le mouvement de l'opposition de droite. D'autres tribunes devraient suivre. Le débat continue. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tribune-la-droite-est-elle-funky [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-07-03 16:21:10 [post_modified_gmt] => 2013-07-03 14:21:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=27750 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 4 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 27700 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-04-24 17:04:59 [post_date_gmt] => 2013-04-24 15:04:59 [post_content] =>

Le texte de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe

[easyembed field=youscribe1]     [post_title] => [DATA] Le Texte Intégral de la Loi sur le Mariage Gay [post_excerpt] => Le site de mise en valeur de contenu "Youscribe" nous fait parvenir aujourd'hui des modules "intelligents" afin de consulter le texte de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels. Un peu austère, mais passionnant pour les curieux qui veulent voir les modifications du texte au fil des débats et amendements. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => data-le-mariage-gay-adopte-a-lassemblee [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-04-24 19:36:47 [post_modified_gmt] => 2013-04-24 17:36:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=27700 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 27658 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-04-24 16:27:50 [post_date_gmt] => 2013-04-24 14:27:50 [post_content] =>

Avril 2013

(Cliquez en bas à droite du module pour passer en mode plein écran) [easyembed field=avril-JH]   ______________________________________________________  

Janvier, Février, Mars 2013

(Cliquez en bas à droite du module pour passer en mode plein écran) [easyembed field=janviermars] ______________________________________________________  

Les années 2011-2012

(Cliquez en bas à droite du module pour passer en mode plein écran) [easyembed field=20112012]   Julia Legasa John Paul Lepers Thibault Pomares [post_title] => [WIKI] Le Journal De l'Homophobie [post_excerpt] => LaTéléLibre recense pour vous tous les dérapages homophobes des politiques et de la rue depuis l'ouverture du débat sur le mariage pour tous. Cet article sera réactualisé régulièrement. N'hésitez pas à nous faire parvenir vos informations vérifiées et non-anonymes en commentaire ou bien à l'adresse "[email protected]". [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => wiki-le-journal-de-lhomophobie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-04-24 16:35:38 [post_modified_gmt] => 2013-04-24 14:35:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=27658 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 27622 [post_author] => 7 [post_date] => 2013-04-23 23:09:17 [post_date_gmt] => 2013-04-23 21:09:17 [post_content] =>
Voilà, le « mariage pour tous » est définitivement adopté à l’Assemblée. Les gays et lesbiennes auront le droit de se marier, et donc dans pas longtemps de divorcer aussi. Chacun, pour et contre, risque cependant de camper sur ses positions. La presse n’y coupera pas non plus, et les gros titres demain devraient révéler ces points de vue bien tranchés. On prend les paris qu’on y verra ça, ou presque… TOPITO  

Libération

 

Le Figaro

 

La Croix

 

L’Humanité

 

Le Point

 

L'Express

 

L'Étudiant

 

20 ans

 

Les Echos

Minute

(par contre celle-là, c'est pas un fake, cette une du journal d'extrême droite "Minute" avait fait polémique en juillet 2012)  

Lien

[post_title] => Les (possibles) Unes du 24 Avril 2013 [post_excerpt] => Hier 23 avril, le mariage pour les couples du même sexe a été adopté par l'Assemblée nationale. Comment les journaux nationaux vont-ils traiter cette information le 24, au lendemain du vote ? Le site "Topito" s'est amusé à imaginer les unes des quotidiens et autres hebdos. Voici une sélection de leurs plus drôles créations. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-possibles-unes-du-24-avril-2013 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-04-24 13:33:21 [post_modified_gmt] => 2013-04-24 11:33:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=27622 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 27471 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-04-16 13:36:55 [post_date_gmt] => 2013-04-16 11:36:55 [post_content] =>

Lettre à ma belle-soeur

Lorsque tu fus subitement touchée par la grâce à l'occasion de l'élection de Benoit XVI, je me suis réjoui en bon chrétien de ton retour vers le Christ. Je n'ai jamais douté que tous les chemins menaient à Rome, y compris les concerts des "Dead Pompidou's" et les pignolades au "Banana Café". Autant en tout cas que bien des offices liturgiques désuets pour cheveux bleus aigris. Tu as lancé tes "Benoithon", béatifiant ce Joseph Ratzinger que personnellement je trouvais légèrement rance, c'était curieux mais cocasse. Je me disais que ce combat s'inscrivait, en quelque sorte, dans la continuité logique des "combats" déjantés initiés par Jalons sous la houlette de Basile de Koch, mon frère, et ton mari. Nous avions scandé "Verglas Assassin, Mitterrand Complice !" et pour moi le Benoithon, c'était un peu la même chose : du second degré bon enfant... Mais faut croire que non, puisqu'après la publication d'un livre consacré à ta conversion - dont tout second degré était cruellement absent - tu es devenue l'égérie de "la Manif pour Tous". Là encore, je me suis rassuré, pensant qu'il s'agissait d'une posture, et que comme tu avais rêvé d'être une artiste, ce mouvement serait pour toi une rampe de lancement. J'ai constaté avec quelle volonté, quel acharnement et quelle abnégation tu t'es hissée au statut de princesse du Breaking News... Tu tombais à point nommé pour être le mégaphone d'une Eglise Catholique aphone depuis belle lurette. Pas certain que tous les curés et que toutes leurs ouailles soient contre ce mariage civil pour tous, mais pour une fois au moins, on les entendait. Tu as donc requinqué des millions de cathos déboussolés qui se sont échappés de "la Vie est un Long Fleuve Tranquille" pour envahir les rues à ton appel, poussettes en tête, le temps d'une première manif. "Jusqu'ici tout va bien", comme disait la baseline de "La Haine". Ton collectif avait pris soin de se démarquer clairement de Civitas et d'éventuelles "racailles" identitaires issues des "cités" de Neuilly. Mais "Il est des croix pour toutes les épaules" disait Marie Antoinette, et tu es devenu la mienne... J'étais en promo pour un livre. L'histoire de Luka Magnotta, le web-killer qui plus que tout voulait être une star... Pas une émission sans que l'on aborde le chapitre familial. Et moi d'expliquer que oui je suis catholique mais que non je ne suis pas contre le mariage pour tous, puisque Jésus a dit qu'il fallait rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu, et qu'il me semble que le mariage civil dépend de César et pas de Dieu. Qu'"Aimez vous les uns les autres" dans l'idée de Jésus, ça englobe les homos, et que si ces derniers (qui seront les premiers ?) ont le désir d'avoir des enfants, je ne vois pas en quoi ces gosses seraient moins aimés par leurs parents. En outre, que spécialiste de faits divers j'avais couvert bon nombre d'affaire d'inceste et de pédocriminalité, mais que pas une fois je n'avais été confronté à des faits semblables chez des parents homosexuels... Enfin, que frère de Basile, j'avais bien ri à son initiative de solidarité consistant à défiler seul avec sa pancarte en faveur du "mariage pour personne". Lors de ta seconde manif, tiens donc, les pancartes avaient changé. La loi ayant été votée par l'Assemblée, il était maintenant question du chômage, de rassembler au-delà de la question du mariage tous les mécontents d'Hollande, j'en ai déduit que l'UMP avait dû affréter des cars pour voler au secours de la victoire, et se refaire la cerise après le désastre de la désignation comique de son Président. Une politisation de la manif qui a dû te réjouir, toi l'ancienne fan ultime du Jaques Chirac de 95, de voir "du fin fond des départements la France entière se mettre en mouvement" comme dans la rengaine grotesque du RPR... Ça a un peu dégénéré en fin de manif, quelques excités s'étant invités, ravis de pouvoir commencer à se mettre en jambes pour la suite... Et puis, il y a eu vendredi dernier. Là, tu étais devant le Sénat, Civitas était curieusement dans le coin, et j'ai compris que tu étais en train de riper total. Tu basculais dans une toute autre histoire, que tu ne maîtrises pas... Quand je t'ai entendue, toi Virginie, ma belle sœur - encore catholique j'espère - tempêter : "Hollande veut du sang, il en aura ! Nous vivons dans une dictature !" Je me suis dit, paraphrasant ton mari : - Ouh la ! "On se calme et on boit frais à Saint Tropez"! Le Sénat venait de voter la loi à mains levées, vite fait bien fait, et on apprenait que l'Assemblée l'entérinera dès mercredi prochain ce qui est, conviens-en, de bonne guerre, et guère innovant au regard de notre longue vie parlementaire... Que Boutin en retombe par terre, que des politiciens hurlent à la forfaiture, au déni de démocratie, voire à la fin du monde, c'est leur boulot. Mais toi ? Serais-tu grisée à ce point par la médiatisation ? Au point de ne plus vouloir redescendre de ton glorieux destrier, telle Jeanne d'Arc pressentant qu'il faut maintenant enfiler la tenue de Sans-Culotte de Charlotte Corday pour rester au top?  On va faire quoi alors ? On va s'entretuer, parce que ça détend ? Attendre un Malik Oussékine de droite pour faire plier Hollande ? Puis on fera marcher des ligues de "patriotes" sur l'Elysée et l'Assemblée, comme en février 34? Non mais : allô, quoi !? Stop, Frigide ! Fais Rewind d'urgence. Hollande ne veut pas de sang. Je pressens même qu'il l'a en horreur. Et on n'est pas en dictature, mais si tu continues sur ce registre, là, on y va tout droit... Arrête ce jeu, sinon tu sais qui on aura comme Présidente en 2017 ? Je ne peux pas croire que c'est ça que tu veux ? Ok, les Français sont à cran, Cahuzac est un menteur, les socialos patinent dans la semoule, et la crise on va encore en bouffer un moment mais j'ai le sentiment que tu surfes là-dessus, sans réfléchir, que tu t'es prise au jeu sans te rendre compte de où ça risque de nous mener, et - pire - de où ça te mène... Ton beauf qui te pardonnera si t'arrêtes les frais.
  Texte : Karl Zero Crédit photo : Olivier Roller     [post_title] => La Lettre de Karl Zero à Frigide Barjot [post_excerpt] => L'animateur et réalisateur Karl Zero publie aujourd'hui une lettre ouverte adressée à Frigide Barjot (épouse de Basile Le Koch, le frère de l'ex-présentateur du Vrai Journal de Canal +). Prise à partie sur l'évolution de son engagement contre l'ouverture du mariage des couples homosexuel la belle soeur de Karl a répondu dans l'oeuvre. Voici en intégralité la lettre de Karl qui demande à Frigide "d'arrêter les frais". Bonne ambiance en perspective pour leur prochain repas de famille ! [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-lettre-de-karl-zero-a-frigide-barjot [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-04-16 16:15:40 [post_modified_gmt] => 2013-04-16 14:15:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=27471 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 27750 [post_author] => 20 [post_date] => 2013-04-26 10:04:51 [post_date_gmt] => 2013-04-26 08:04:51 [post_content] =>   Ce qu'il y avait d'avantageux à être jeune et de gauche, il y a de cela cinq ans, c'est qu'on pouvait très facilement se promener dans les couloirs de la faculté d'Assas. Les bon chic bon genre étaient presque tous apolitiques et ça allait de soi comme ça. Les débats perdaient vite de leur superbe devant les émois d'une soirée au Madame ou, et que sais-je, d'une semaine de vacances à l'Ile d'Yeu. De toutes les manières les figurent tutélaires de droite étaient toutes plus ringardes les unes que les autres : comment citer avec passion un de Villepin dans la lettre, un Sarkozy dans le Guaino ou un Lefèbvre dans le Voltaire. L'explication était toute trouvée, l'argent était alors synonyme de confort, lui-même corolaire d'indolence et à partir de là, autant trainer dans l'oisiveté plutôt que s'échiner à contrarier les propos d'une bande de fumeurs de foin sec parfois sales et souvent dépourvus d'un réel goût vestimentaire. Mais qu'est-ce qui s'est passé depuis ? Parce qu'il va bien falloir l'admettre, aller défier du CRS en polo rose et mocassin, ça commence à être crédible ! Première piste de réflexion, la droite passe finalement dans l'opposition. Je vous parle d'un constat que les plus de 25 ans ne peuvent pas comprendre ou, autrement dit, le sentiment de ceux dont la conscience politique n'a jamais connu que des mandats de droite. Jusqu'à présent la jeunesse de gauche avait un monopole total de la révolte citoyenne. A ce propos, j'ai le souvenir d'un cortège contre la loi Fillon de 2005 dont le trajet l'avait mené non loin du très fameux collège Stanislas, connu pour le ratio excentrique entre la longueur des mèches et le raz des oreilles dégagées de ses élèves. Aucun collégien n'était sorti de la forteresse et d'aucun n'aurait probablement contesté la légitimité d'un gaulliste comme François Fillon. Idem pour le collège Lycée des Francs Bourgeois, équivalent consensuel. Être jeune et de droite dans les années 2000 n'ouvrait pas le droit à un sandwich merguez frites, gras, mais rehaussé par les saveurs épicées d'une journée d'école buissonnière. Seulement depuis le 6 mai 2012 la situation s'est inversée. Tous les idéologues de la cravate bleue peuvent enfin se revendiquer du statut de contestataire. Mais ne s'improvise pas manifestant qui veut et en matière de marche festive et militante la gauche avait déjà mis la barre relativement haut. Il faut se le dire, la référence en matière manifestation de droite restait jusqu'à présent celle des Champs Élysée de 1968, dont le degré d'amusement frisait le zéro. Cette ringardise m'amène à ma... ...Deuxième piste de réflexion : une grande partie des jeunes gens se sont retrouvés autour d'un point, "un mariage c'est un papa et une maman". Prononcé ainsi, c'est vrai que ça sonne un brin réactionnaire, mais souligné par la charismatique Frigide Barjot ça donne tout autre chose. La Manif pour Tous sonne déjà comme un jeu de mots et ce n’est pas rien de le dire. Souvenons-nous du Lib'dub de l'UMP ou l'apologie du manque de tact chez les jeunes branchés de l'ouest parisien. La transition entre un Benjamin Lancar, vrai puceau en costard et cette icône sexuelle faussement désuète apparait vertigineuse. Je découvre à mon grand étonnement qu'on peut être militant de droite et rigolard. J'en veux pour preuve la manifestation du 13 janvier 2013, tenue au Champ de Mars. Quelques 500 000 manifestants habillés comme des carnavaliers se sont retrouvés autour de plusieurs chars bariolés de rose et de jaune, à danser sur une sélection pointue des plus mauvais tubes du moment. En somme, l'observateur affuté que je suis ne pu s'empêcher d'y voir une techno-parade, la réflexion de fond en plus. Une vision étriquée de l'engagement marital était dès lors compatible avec un dimanche de fête. Quoi que l'on pense d'elle, il convient de reconnaitre à Frigide Barjot l'immensité de la tâche accomplie : déringardiser la Droite. Cette grâce retrouvée du militantisme de droite pourrait paraitre superflue, car quand j'y pense la démarche sexy d'un NPA sous Besancenot n'avait duré que le temps de la courte ronde d'un postier ambitieux. Mais là n'est pas mon avis. Cette tranche de la population qui se revendique aujourd'hui des partis de droite se retrouve sur des socles de pensée assumés et partagés : la famille est le noyau dur de la société, le mérite est seul maitre de carrière et le communautarisme est vecteur de trouble à l'ordre social. Ces trois piliers d'idées sont le terreau de ceux de ma génération qui se disent à droite et du plus loin de ma mémoire je ne retrouve pas d'équivalent de mon côté de l'hémicycle. Peut-être que ma communauté de pensée, les gens de gauche et plus particulièrement ceux de ma génération, n'a jamais réussi à se retrouver autour d'une missive aussi simple et porteuse de rassemblement. Qu'on se le dise bien aujourd'hui, la droite se revitalise en son berceau. Quel paradoxe quand on pense que Fillon et Copé la ridiculisaient il n'y a pas quatre mois. J'entends déjà qu'on n’est pas d'accord autour de la table, en même temps on est repu. On s'est bien gavé de grandes idées depuis Mitterrand mais on s'est bien gardé de continuer, maintenant que la gauche est au pouvoir. Souviens-toi du CPE, du CPI, des grèves étudiantes, de Pécresse, de l'entrée, du plat et du dessert. Maintenant qu'on digère, je ne peux faire autrement que de me rappeler de ce qu’on nous reprochait alors : "bande de branleurs", "veulent pas aller en cours", "z'ont même pas lu la loi" et d'autres missives agaçantes parce que portées par un fond de vérité, certes infime. Nous avions la politique pour nous, jeunesse de gauche, mais nous ne cherchions qu'à singer mai 68. De loin la grimace est mauvaise. Tout ce que l'on a gardé de ces après-midi champêtres à marcher sur la Bastille, c'est une vague fascination pour le discours d'un Mélenchon, symbiose peu crédible entre Gavroche et Albert Camus. Il faut pourtant se méfier des certitudes. Et face à nous maintenant, une foule de fanatiques en osmose presque parfaite avec ses représentants, quand nous cherchons encore si le PS est à gauche. La droite est funky et la gauche est austère c'est un constat amère. Car la jeunesse de droite sort renforcée par un combat qui les unit, et pour la première fois de ma jeune carrière de citoyen j'ai le sentiment que mes adversaires seront très délicats à contrecarrer.   Mickaël Royer  

Lien

[post_title] => [TRIBUNE] La Droite est-elle Funky ? [post_excerpt] => TRIBUNE LIBRE - De grosses discussions ont lieu au sein de la rédaction de LaTéléLibre depuis que le débat sur le Mariage pour Tous est devenu un enjeu politique et social majeur. Mickaël Royer, jeune réalisateur prometteur, plutôt à gauche, un poil anar, mais peu engagé et surtout peu politisé, a voulu exprimer ce qu'il ressentait devant le mouvement de l'opposition de droite. D'autres tribunes devraient suivre. Le débat continue. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tribune-la-droite-est-elle-funky [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-07-03 16:21:10 [post_modified_gmt] => 2013-07-03 14:21:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=27750 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 4 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 4b7b8472bce777bf36ff56c06c781297 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )