INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2013 [monthnum] => 11 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2013 [monthnum] => 11 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2013 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 11 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 30022 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-11-28 00:47:17 [post_date_gmt] => 2013-11-27 23:47:17 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/x17mahl_deja-1200-euros-pour-le-studio-de-latelelibre-25-novembre_news]

C'est quoi le crowdfunding?

Littéralement, c'est un "financement par la foule". Un concept de solidarité active. Tous ceux qui croient en un projet se cotisent pour le faire aboutir. Chaque contribution, même minime donne droit à un remerciement et à un cadeau. Pour 5 euros, votre nom est au générique, pour 20 euros, vous avez droit à des autocollants, pour 40 une petite fiole pleine de terre de la cave, pour 50 une invitation au cocktail d'inauguration, etc… Si vous avez encore plus de sous, nous pouvons poser la question (politique) de votre choix à l'un de nos invités, nous pouvons aussi mettre le logo de votre association ou entreprise au générique des émissions. Pour 1000 euros, vous avez le privilège d'assister à la préparation d'une émission et vous en êtes l'invité d'honneur!

OSEZ, CLIQUEZ ICI

Comment réussir cette campagne ?

Le crowfunding repose sur la mobilisation de trois cercles. 1) Le premier cercle est celui des proches, certains d'entres vous qui fréquentez LaTéléLibre avec tendresse et éxigence. Vous pouvez nous aider directement si vous avez un peu de sou, mais ce n'est bien sûr pas obligatoire. Il est surtout important que chacun d'entres vous fasse un petit effort pour en parler autour de vous et diffuser cette campagne. 2) Par téléphone, mail, Facebook, twitter ou tout simplement par le bouche à oreille, nous mobiliserons un second cercle, celui de vos amis. Cette opération, qui dépend de chacun d'entre nous, est le moteur de cette campagne. 3) Le troisième cercle est composé des amis de vos amis, des visiteurs de passage, de tous ceux qui se rendront compte qu'il se passe quelque chose sous les pavés, au sous-sol de cette drôle de Télé Libre... Nous devons réunir la somme de 3600 euros d’ici le 22 décembre. Ça peut paraître loin, mais en fait il faut que vous agissiez vite. Alors, pour que notre projet de studio puisse voir le jour, je compte sur chacun d'entre vous, à vos claviers, vos téléphone et vos pigeons voyageurs. John Paul Lepers  

Plus d'info

http://latelelibre.fr/2013/11/26/appel-a-financement-un-studio-pour-latelelibre/ [post_title] => Déjà Plus de 1200€ pour le Studio! Objectif: 3600€ [post_excerpt] => Notre collecte de fonds pour fabriquer la dalle de notre futur studio est en progression spectaculaire. Après un creux la semaine dernière, le week end a été fructueux: plus de 600€ en deux jours! Petit ralentissement ces dernières heures. A LaTéléLibre, notre seule chance c'est vous. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => deja-plus-de-1200e-pour-le-studio-objectif-3600e [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-28 00:56:31 [post_modified_gmt] => 2013-11-27 23:56:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30022 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 29911 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-11-26 18:00:31 [post_date_gmt] => 2013-11-26 17:00:31 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/x16vhwa_best-of-sous-les-paves-kisskiss-bankbank_news] Depuis 2007, LaTéleLibre.fr vous informe. Après l’élection présidentielle en 2007, nous vous proposions l’émission Sous les pavés, dans laquelle nous avons reçu des personnalités comme François Bayrou, Ségolène Royal, Daniel Cohn-Bendit, BHL ou Denis Robert... A l’époque, nous disposions d’un parking en sous-sol dans lequel nous avions installé notre studio de télé. Les élections municipales de 2014 approchent à grands pas et on a une furieuse envie de recommencer Sous les Pavés. Et c'est peut-être là que vous allez pouvoir nous aider...

CLIQUEZ ICI

[post_title] => [Appel à Financement] Un Studio pour LaTéléLibre ! [post_excerpt] => Aidez-nous à construire notre nouveau studio en finançant une dalle de béton à la cave! Vous participerez ainsi à la renaissance de l'émission "sous les pavés". Il nous faut 3600 euros d'ici le 22 décembre, sinon on ne pourra pas faire le studio. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => appel-a-financement-un-studio-pour-latelelibre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-28 01:00:52 [post_modified_gmt] => 2013-11-28 00:00:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29911 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 29992 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-11-23 17:22:30 [post_date_gmt] => 2013-11-23 16:22:30 [post_content] =>
Salam à toutes et à tous voici la chronique du blédard (ce n'est pas que du foot, c'est plus encore..) Bonne lecture Akram
  Le Quotidien d'Oran, jeudi 21 novembre 2013

La chronique du blédard : Du foot, de l'extrême-droite française et du quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika

Akram Belkaïd, Paris   Rares sont les événements qui déclenchent des passions aussi fortes et aussi folles que le football. On peut le déplorer, on peut trouver cela excessif mais cela n’y changera rien. Dans de nombreux endroits du globe (même des pays comme la Chine ou l’Inde y viennent), le ballon rond possède un puissant pouvoir de séduction et de mobilisation. Il fait entrer les foules en transes et provoque des communions populaires qui, par leur ampleur, dépassent les antagonismes sociaux et politiques. A l’inverse, en cas de défaite ou de débordements des supporters, il peut aussi engendrer des drames et générer des polémiques nationales presque toujours révélatrices de l’état d’un pays.   Le foot et ses grandes messes sont des marqueurs de mémoire. En Algérie, qui peut avoir oublié les liesses de juin 1982 (victoire contre la RFA au « mundial » espagnol) ou de novembre 2009 (victoire contre l’Egypte en match de barrage pour le mondial sud-africain de 2010) ? En France, le 12 juillet 1998, jour de la victoire des Bleus contre le Brésil en finale de la Coupe du monde, fait partie des ces dates que l’on aime à rappeler ne serait-ce que pour raconter comment elle fut vécue et où l’on était quand Zinedine Zidane a scoré à deux reprises. Souvent, d’étranges clins d’œil entourent ce sport. Le 18 novembre 2009, l’Algérie et la France se sont qualifiées le même jour pour l’Afrique du sud. Quatre ans après, le mardi 19 novembre, le même scénario s’est répété avec un timing identique. D’abord l’Algérie puis, moins de deux heures plus tard, la France. Dans les deux pays, de la joie, du soulagement, des chants, des hymnes et des drapeaux brandis.   Bien entendu, la récupération politique n’est jamais loin. Quoi de plus tentant que d’essayer de profiter de l’euphorie générale pour redorer son image ou pour faire diversion en reléguant à l’arrière-plan les vrais problèmes du quotidien. De fait, il ne sert à rien de dire que « ce n’est que du foot ». On le sait, et c’est ainsi, le sport-roi n’est pas que cela. Comme l’a dit, non sans exagération, Bill Shankly, l’ancien entraîneur écossais de Liverpool, « le football n’est pas une question de vie ou de mort. C’est bien plus ».   Mardi matin, tout aussi concerné par le match de l’Algérie que celui de la France, j’étais habité par l’inquiétude justement en raison de l’importance extra-sportive de ces rencontres. Je voulais, j’espérais la qualification française même si cela me paraissait impossible. Bien sûr, cela fait plus de six ans que cette équipe me déçoit en raison du mauvais comportement de ses joueurs (je n’oublie pas non plus les dégâts occasionnés par le « management » particulier de l’ex-entraîneur Domenech). Mais, dans le même temps, il était évident que ce pays où je vis avait un besoin urgent d’une bonne nouvelle.   Il fallait aussi une qualification des Bleus pour déjouer, non pas un complot, mais la sinistre machinerie qui commençait déjà à se mettre en place. De l’extrême-droite à la droite dure en passant par quelques chroniqueurs aigris payés pour jeter de l’huile sur le feu, on voulait une élimination de l’équipe de Deschamps pour ressortir le discours, désormais bien rodé, à propos d’une équipe composée de joueurs ne respectant pas le drapeau français. Plus insidieux encore, ce marigot nauséabond espérait aussi une qualification de l’équipe algérienne. Non pas par algérophilie soudaine mais par calcul politique : on imagine aisément la nature des commentaires et des analyses des experts appointés si jamais seuls des drapeaux algériens avaient été brandis sur l’avenue des Champs-Elysées par de jeunes binationaux… Voilà pourquoi la qualification française a été critiquée par Lionnel Lucas, ce député-dépité (UMP) ne supportant visiblement pas que des joueurs aux origines (et confessions) diverses puissent être enfin soudés et faire chavirer de bonheur un pays tout entier.   Concernant l’Algérie, je ne pouvais, là-aussi, que souhaiter la victoire des Verts (de grâce, cessons de désigner nos joueurs par ce surnom stupide de fennecs). Je fais partie de cette génération qui continue de rêver aux exploits des Belloumi, Madjer, Assad et autres Dahleb, Merzekane ou Fergani mais je ne demande pas mieux que de vibrer encore grâce à du beau jeu à l’algérienne (ce qui, il faut être honnête, est loin d’être le cas depuis le début des années 1990). Et j’espère que l’Equipe nationale (EN) nous transportera de joie en juin 2014 et qu’elle nous fera oublier sa triste et insipide prestation sud-africaine.   Mais ce qui me pose problème, c’est l’inévitable récupération politique de cette qualification. Je vais donc être clair à ce sujet : oui, et mille fois oui, à cette quatrième qualification à une Coupe du monde de football de l'EN. Non, et mille fois non à un quatrième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika. Sur le terrain, c’est la jeunesse algérienne qui a fait la différence. C’est à elle, à son talent, à son engagement (et à son coach Vahid Halilhodzic) que l’on doit la qualification. Et c’est aussi à la jeunesse algérienne de faire enfin entrer notre pays dans le 21ème siècle. Il y a quelques temps, l’actuel président avait déclaré – à la grande satisfaction de nombre d’Algériens – qu’il était temps que sa génération passe la main. Ce n’est pas parce qu’une cour de flagorneurs (et de calculateurs) est prête à tout avaler – et un quatrième mandat est une plat qui me paraît bien indigeste - qu’il faut remiser la revendication du changement et de la rupture.   A dire vrai, et à bien y réfléchir, le foot, ce n’est que du foot. On prépare un match, on le joue, on le perd ou on le gagne et on passe au suivant. Les supporters les plus passionnés finissent eux-mêmes par tourner la page. Cela ne change pas la donne, cela ne garantit pas le développement et la croissance économique. Cela ne rénove pas les hôpitaux, cela ne réduit pas la pauvreté, cela ne protège pas l’environnement. Par contre, la politique, la vie d’un pays et des ses institutions, tout cela est bien plus sérieux, plus fondamental. Heureux à la perspective de suivre le mondial brésilien, les Algériens (mais aussi les Algériennes) ne doivent pas perdre de vue l’essentiel. Et l’essentiel, l’urgent, c’est la Refondation d’un pays bien mal en point. Un pays dont les inquiétants déséquilibres, qu’ils soient sociaux, économiques ou même politiques, méritent bien plus de passion et d’engagements qu’une compétition sportive, fut-elle aussi prestigieuse que la Coupe du monde de football. [post_title] => [La Chro du Bled #5] Foot et Politique [post_excerpt] => Du foot cette semaine bien sûr, avec la victoire de l'Algérie et de la France, mais aussi de la politique avec la montée de l'extrême droite, et de l'autre côté de la mer, en ligne de mire le quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-chro-du-bled-5-foot-et-politique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-23 17:22:30 [post_modified_gmt] => 2013-11-23 16:22:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29992 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 29977 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-11-22 16:37:44 [post_date_gmt] => 2013-11-22 15:37:44 [post_content] =>

Dead Line: 22 décembre

Il nous reste encore 29 jours pour réussir. Nous voulons remercier publiquement les premiers contributeurs qui croient en la survie de LaTéléLibre et à son utilité dans le monde  des médias. Et comme dit Vmonmartin:
Vive la politique cash!
 

Par ordre de contribution (entre le 13 et le 22 novembre)

Merci à Kypkool

Merci à Flo’Troq

Merci à Victor

Merci à Méliose

Merci à Poneyland

Merci à Tyru

Merci à Picardoviet

Merci à Carolax

Merci à Erdealmeria

Merci à TB06

Merci à NiaktheWizzard

Merci à Vmontmartin

Merci à VTx71

Merci à Pbb

Merci à MorganeB

Merci à Stigmates

Merci à  apeignier

Merci à Mathieu

 

Un grand MERCI à tous

et la bienvenue à tous les autres !

Faites tourner le Lien : http://www.kisskissbankbank.com/latelelibre-fait-son-studio

[post_title] => MERCI aux Premiers Contributeurs de la Dalle en Béton! [post_excerpt] => 720€ ! Nous sommes à 20% de collecte des fonds nécessaires pour construire la dalle de béton pour notre nouveau studio de LaTéléLibre. Nous avons jusqu’au 22 décembre pour rassembler les 3600€. Si nous n’y parvenons pas, les dons seront annulés, et nous de pourrons pas faire le studio. C’est la règle du crowdfunding : « pas de collecte totale, pas de chocolat ! ». Mais avec vous, on y croit... [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => merci-aux-premiers-contibuteurs-du-studio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-23 16:47:37 [post_modified_gmt] => 2013-11-23 15:47:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 29947 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-11-20 17:15:39 [post_date_gmt] => 2013-11-20 16:15:39 [post_content] =>

Cocorico !

Hier soir la France a gagné contre l’Ukraine. Une fois n’est pas coutume, les supporters qui avaient acheté leur place à prix d’or pour soutenir les Bleus dans les yeux en ont eu pour leur argent. On imagine sans peine leur liesse lorsque le joueur ukrainien a marqué contre son camp, coup de pied maladroit qui a sonné le glas de sa participation au mondial… Et fait gagner à Ribery et ses acolytes un aller-retour pour le Brésil. Si j’avoue sans honte que ça me fait plaisir, chauvinisme oblige, c’est un tout autre match qui a pourtant capté mon attention. Un match qui est presque passé à la trappe médiatiquement parlant : Algérie – Burkina Faso. Mais soyons honnête : mon intérêt pour cette rencontre n’a rien d’exotique. Elle est le fruit du hasard. Un double hasard même, qui veut que j’habite Barbès depuis bientôt deux ans et que j’étais sagement chez moi hier soir. J’aurais pourtant dû sentir que quelque chose d’inhabituel se tramait lorsqu’en quittant mon domicile à 14H30, j’ai constaté un attroupement plus important que d’habitude au niveau du métro aérien. Cris de joie, drapeaux algériens portés comme des étoles, visages éclatants,… Barbès a beau être un quartier animé, il n’est jamais aussi exubérant. La voix suave d’un agent de la RATP m’a mis la puce à l’oreille trois heures plus tard, au moment de  regagner mes pénates : « En raison d’une décision de la préfecture de Paris, la station Barbès-Rochechouart est fermée. Merci de votre compréhension ». C’est finalement un appel de mon conjoint reçu presque simultanément qui m’a permis de lever le voile sur cette affaire : « Je viens de récupérer B. de l’école. C’est incroyable le nombre de mecs qui attendent le match de ce soir ! » J’ai beau être complètement à côté de la plaque quand il s’agit de foot, j’ai vite compris que les Algériens de France et de Navarre ne s’étaient pas donné rendez-vous pour soutenir seulement les Bleus. L’équipe d’Algérie devait certainement jouer aussi. Suivant les indications de la RATP, je suis descendue à Anvers puis ai remonté le boulevard Rochechouart jusqu’au métro Barbès pour « voir ». Et j’ai vu ! Cordon de CRS, fumigènes, carrefour bloqué et « spectateurs » photographiant à grand renfort de mobiles une chorale improvisée. Hum, hum… La soirée promettait d’être animée… Elle l’a été !

Je n’ai pas eu besoin de suivre le match à la télé pour deviner le résultat.

Il m’a suffit de regarder par la fenêtre : les perdants passent rarement la soirée à hurler leur joie, se donner de franches accolades et balancer des pétards. Venus par cars entiers (je n’en ai jamais autant vu à Barbès), même les CRS étaient de la fête ! Je mentirais si je ne disais pas que, planquée derrière ma fenêtre et sursautant à chaque détonation de pétard, je craignais que tout cela ne finisse par dégénérer entre supporters et policiers. Mais finalement… Rien ! Ou plutôt si : du bonheur. Un bonheur contagieux. Sans que je ne réalise vraiment, les cars ont finalement repris le chemin qu’ils avaient emprunté à l’aller, laissant la circulation reprendre ses droits sur le boulevard. Quelques instants plus tard, des klaxons ont de nouveau retenti, relayant cette fois la victoire de la France. Si à Barbès, la fièvre est vite retombée - ce qui est dommage - Français et Algériens ont eu ce soir une belle raison d’aller boire un coup ensemble ! C'était avenue des Champs Élysées où même quelques Portugais fraîchement qualifiés pour le mondial s'étaient mêlés à la liesse populaire. Sandra Franrenet [post_title] => [MONDIAL 2014] Ma Soirée Foot à Barbès [post_excerpt] => Passé totalement inaperçu dans les médias, le match Algérie – Burkina Faso a mis la fièvre à Barbès. Sandra Franrenet, nouvelle et talentueuse plume de LaTéléLibre y était. Elle nous fait vivre sa "soirée foot". On lui souhaite, au passage la bienvenue ! [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mondial-2014-ma-soiree-foot-a-barbes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-20 17:15:39 [post_modified_gmt] => 2013-11-20 16:15:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29947 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 29915 [post_author] => 23 [post_date] => 2013-11-14 11:54:53 [post_date_gmt] => 2013-11-14 10:54:53 [post_content] =>

En pointe de cette éminente intelligentsia, la grande finesse de l'hebdomadaire, aura vu passer des plumes comme celle de Serge de Beketch (cofondateur de Radio Courtoisie), François Brigneau (cofondateur du Front National) ou encore celle de Patrick Buisson (ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Elysée).É

Minute, c'était généralement cette vieille France qui bien incapable d'apporter des solutions à une crise économique, ressortait les vieilles recettes de notre grand-mère raciste, vous savez, celle qui appelle la maréchaussée pour signaler qu´un "nègre" est entré chez elle par effraction, alors que c'est le plombier qui vient déboucher les chiottes qu'elle a massacrées ce weekend.

Ne nous trompons pas

MINUTE-LATELELIBRE-3La vision stratégique de Minute n'est pas aussi courte que leurs idées, ou que ce nom, qui évoquerait presque un coït trop rapidement achevé. Dans une ère où le buzz est roi et où Nabila fait office d'idole des jeunes, Minute fait l’autopromotion de son racisme à faible coût: nous pouvons dès aujourd'hui apercevoir les retombées de cette stratégie avec les condamnations venant de toutes parts qui feront exploser inéluctablement ses ventes. Le buzz, c'est un peu l'orgasme provoqué par le chatouillement de l'opinion, tel un clitoris offert et disponible. L’hebdomadaire provoque ce buzz en jouant sur les mots et les expressions de la langue française, comme s'il n'assumait pas et faisant bien attention à ce que le titre ne soit pas condamnable.

Car Minute a beau être imprimé en couleur pour se donner des airs de modernité, traiter de singe une ministre noire témoigne de la vieille et poussiéreuse obsession racialiste de son camp politique de même que l’emploi du mot « banane » évoque les vieilles rengaines des nostalgiques de l’époque coloniale. Plus simplement, c’est le discours classique et jusqu’à aujourd’hui discret d’un camp politique qui n’accepte toujours pas qu’une enfant de Guyane et descendante d’esclave puisse un jour exercer la fonction de ministre.

Tout cela reflète le climat actuel de notre société : une opinion autrefois ignorée et aujourd'hui sous les projecteurs. D'un côté on dénonce, de l'autre, on rit, voire on adhère. Croire aujourd'hui que cette Une scandalise tous les français serait naïf, et Minute l'a très bien compris. Car il faut tout de même oser sortir ce genre d’insulte. De la part d’un périodique ayant publiquement soutenu Bruno Golnisch face à Marine Le Pen lors de l’élection pour la présidence du FN en 2011, rien d’étonnant.

C’est aussi le résultat de 40 ans d’un labourage idéologique intense des masses par un Front National (entre autres) bien conscient que pour gagner politiquement, il faut d’abord sortir victorieux de la bataille culturelle. Si bien qu’aujourd’hui, un ministre socialiste peut dire sans ambiguïté qu’une population, à savoir les Roms, n’a pas la volonté de s’intégrer.  Loin de vouloir comparer le ministre de l’intérieur à l’extrême-droite, l’expression « calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » prend alors tout son sens, lorsqu’il s’agit de valider certaines idées extrémistes.

L’ambiance dégueulasse de ces derniers mois, entre les débordements de « la manif pour tous » et les dérapages de certains candidats frontistes, où les uns ressortent d’une façon décomplexée les insultes de singes du XIXe siècle, quand d’autres semblent démobilisés, laisse supposer une victoire culturelle des idées d'extrême-droite, représentée aujourd'hui électoralement par le Front National. Et s’il est aux portes du pouvoir, comme aiment le dire certains éditorialistes, un buzz, comme celui de Minute, pourrait en être l’accélérateur d’incendie. Ou bien l’éjaculateur précoce, et gâcher l’avènement d’un climax longuement préparé en coulisse en abattant trop vite les cartes de son propre camp. Se foutre à nu avec trop de hâte a souvent ruiné certaines conclusions

Jonathan Halimi [post_title] => Minute : l'Éjaculateur Précoce de l’Extrême-Droite ? [post_excerpt] => Le moins que l’on puisse dire, c’est que le journal Minute aura usé de son droit à la liberté d'expression en titrant sa Une : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ». Certains crieront au scandale et alimenteront malgré eux le buzz. Les plus cyniques diront que c’est une histoire d’équilibre dans un débat médiatique permanent qui sans cesse fustige par provocation le "politiquement correct" de « la gauche bobo » au pouvoir, alors que ce sont un peu les idées du FN qui sont en train de le prendre, ce pouvoir. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ledito-de-jo-minute-lejaculateur-precoce-de-lextreme-droite [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-02-04 14:50:27 [post_modified_gmt] => 2014-02-04 13:50:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29915 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 29878 [post_author] => 14 [post_date] => 2013-11-14 07:52:08 [post_date_gmt] => 2013-11-14 06:52:08 [post_content] =>  

Résumé de la situation

Cela fait plus de 20 ans que des accords de libre échange entre les États-Unis et l'Europe sont tissés plus ou moins largement et en dehors du cadre multilatéral de l'OMC. Cette fois encore, mais plus durement, l'accord commercial transatlantique (le Trans-Atlantic Free Trade Agreement ou TAFTA, encore connu sous le nom de TTIP pour Transatlantic Trade and Investment Partnership) est plus que jamais dans les tuyaux.
L’Union européenne a décidé officiellement d’engager les négociations avec les USA depuis les 17 et 18 juin 2013.Et les enjeux de cet accord sont d’une toute autre ampleur. Mandatée pour la négociation de ce partenariat, la Commission européenne a invoqué le haut bénéfice de TAFTA pour la croissance et l’emploi dans l’UE.
Seulement les pourparlers se jouent à l'abri des regards indiscrets. Parlons même de complète opacité !Malgré les règles de l’UE en vigueur en matière d’accès à l’information, aucune liste des personnes composant les groupes de travail.
Tout juste sait-on que Karel de Gucht est encore et toujours à la baguette, en tant que commissaire européen au Commerce (cf. ACTA entre autres).
Le projet actuel dit de « partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement » (PTCI, en anglais TTIP) est un accord de dérégulation, de suppression des protections collectives, de libre dumping.
Son but principal est d’abaisser les barrières douanières qui existent encore, de manière que les marchandises, les services et les capitaux circulent mieux, plus vite, plus loin. Ne pas croire que les États-Unis seraient les gros méchants de l’histoire. La Commission européenne multiplie depuis 2006 les accords bilatéraux de ce genre. Avec la Colombie, la Corée du Sud et le Pérou, en attendant Singapour et les pays dits ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique).
Le texte du mandat est explicite à cet égard :
 « L’accord doit prévoir la libéralisation réciproque du commerce et de l’investissement des biens et des services, ainsi que les règles sur des matières ayant un rapport avec le commerce, avec un accent particulier sur l’élimination des obstacles réglementaires inutiles. L’accord sera très ambitieux allant au-delà des engagements actuels de l’OMC. L’accord s’imposera à tous les niveaux de gouvernement. »
Ce qui signifie que la négociation va aborder trois domaines : l’accès au marché, les réglementations et les barrières non tarifaires, les normes.
Les conséquences des précédents accords bilatéraux, dont l'accord de libre échange nord américain (ALENA, conclu entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique) n'est pas des moindres, devraient laisser à réfléchir.

Exemple avec les barrières non tarifaires : les normes

Le maintien des normes alimentaires est un des sujets majeurs d’inquiétude lorsque l’on évoque la question de ces négociations. Tout dernièrement, la commission des finances du Sénat américain s’est réunie et les membres ont plaidé pour une levée des obstacles européens aux importations de volailles et de bœufs traités chimiquement. De longue date, c’est un euphémisme de dire que l’Union Européenne (UE) n’adopte pas les méthodes de transformation de la volaille et certaines méthodes de production américaines de bœuf. Ladite commission des finances du Sénat américain souhaite au contraire que les deux parties à l’accord résolvent  
« les obstacles injustifiés aux exportations agricoles des États-Unis, y compris le bœuf et la volaille ».  
Il est question précisément des fameux bœuf et le porc dits « aux hormones » car élevés en utilisant un médicament vétérinaire favorisant la croissance (ractopamine), médicament approuvé par le Codex l’an dernier malgré les objections de l’UE. Les sénateurs US semblent convaincus que l’obstacle des questions sanitaires et phytosanitaires est surmontable. Cela d’autant plus assurément que l’UE avait abandonné son interdiction d’utiliser uniquement de l’eau chaude et de la vapeur comme traitement antimicrobien dans la production de viande lorsqu’elle a autorisé l’utilisation de l’acide lactique sous la pression américaine l’an dernier (et dire que certains lanceurs d’alerte étaient déjà vilipendés à cette époque quand ils annonçaient que c’était faire rentrer le loup dans la bergerie que d'accepter pareilles méthodes… Toujours ces mauvais augures !?). L’objectif premier est bien de faire fléchir l’UE sur les restrictions de certains traitements des agents pathogènes (PRT) utilisé par les transformateurs de volailles américaines.     Cette année, le département américain de l’Agriculture (USDA) a tranquillement demandé à obtenir l’approbation de l’UE pour le péroxyacide, un autre PRT utilisé par l’industrie américaine (le peroxyacide est l’un des quatre traitements antimicrobiens aux States permettant un traitement post-abattage de la volaille, mais l’UE ne l’autorise pas ; les autres sont le dioxyde de chlore, le chlorite de sodium acidifié et le phosphate trisodique). Plus généralement, sont déjà généralement critiquées la réglementation fondée sur le « principe de précaution » et les préférences culturelles contre l’utilisation de produits chimiques et d’hormones dans la viande bovine et la production porcine. Les EU ont exigé que l’UE mette ses pratiques réglementaires en conformité avec les normes du Codex. Comme solution provisoire au différend sur l’interdiction des hormones, les États-Unis et l’UE ont convenu d’un quota actuellement fixé à 45.000 tonnes de viande de bœuf sans hormone des États-Unis et d’autres pays. Le quota est ouvert aux exportations de bœuf des États-Unis, d’Australie, d’Uruguay, de la Nouvelle-Zélande et du Canada, mais cette année le contingent tarifaire doit être modifié afin de garantir aux exportateurs américains « un accès durable » au marché européen. Enfin, les lobbies agricoles des États-Unis ont fait valoir leur opposition à l’augmentation des normes de bien-être animal dans le TTIP, de peur que l’UE essaye d’y intégrer ses règles plus strictes. Dans l’élevage de poulets, par exemple, les agriculteurs de l’UE doivent observer les règles sur la taille des cages qui ne sont pas imposées dans les normes agricoles des États-Unis. Un désavantage concurrentiel à l’exportation selon les industriels européens. Brèfle. Un accord qui n’a pas fini de faire parler. Que ceux qui concluent que tous leurs problèmes viennent de « l’Europe » vont devoir élargir leur périmètre de reproches… Lurinas   [post_title] => [Hollandie] Un Accord Transatlantique encore Transcendant [post_excerpt] => Si par deux fois les amerlocains nous ont envoyé leurs troupes en notre faveur (ne sommes nous pas en pleine séance commémorative en ce moment !?...), les voici désormais motivés à nous refourguer leurs troupeaux sans saveur ! [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => hollandie-un-accord-transatlantique-encore-transcendant [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-04-15 08:09:40 [post_modified_gmt] => 2014-04-15 06:09:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 29876 [post_author] => 14 [post_date] => 2013-11-14 07:51:46 [post_date_gmt] => 2013-11-14 06:51:46 [post_content] =>   Depuis les révélations de Snowden, chacun des belligérants mis en cause se renvoie la balle sans fibre optique interposée. Pourtant tous ont quelque chose à se reprocher. Aussi le Parlement européen a publié un rapport qui remet sérieusement en question la réalité de la nature démocratique de certains pays européens, notamment la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Suède et les Pays-Bas. Un rapport qui ne peut laisser indifférents les citoyens qui en prendraient connaissance ! Le Parlement relève que ces cinq pays se sont livrés à des écoutes massives à l’encontre de leurs propres populations.
  « Les objectifs et l’ampleur de la surveillance mise en place sont précisément au cœur de ce qui différencie les régimes démocratiques des États policiers »
 

Sans langue de bois

Un constat accablant. Mais comment le définir autrement ?

Pour les rédacteurs, l’atteinte portée aux principes de base de la démocratie par les programmes de surveillance mis en place par des États membres de l’Union Européenne ne fait aucun doute : « d’un point de vue légal, les programmes de surveillance des populations européennes sont incompatibles avec les règles démocratiques de base, et compromettent la préservation des Droits de l’Homme pour les citoyens européens et ceux qui résident sur le continent ».

Vous restez sceptiques ?

Plus loin encore : « les programmes de surveillance au sein de l’Europe sont incompatibles avec les règles de base de la démocratie et du droit, qui sont le fondement de la charte des Droits Fondamentaux européens et de la Convention Européenne des Droits de l’Homme ». Ce rapport dénonce par ailleurs les stratégies mises en place par les différents services de renseignement et destinées à contrer toute critique. Il dénonce le fait qu’il « n’existe aucune raison de croire que la surveillance mise en place [...] n’est destinée qu’à lutter contre le terrorisme ou à contrer des menaces extérieures. Bien au contraire, il apparait au regard des informations à notre disposition que les données collectées par ces programmes sont utilisée à des fins bien plus variées » ; « la distinction entre des écoutes ciblées à des fins d’investigations criminelles, qui peuvent être légitimes si elles sont encadrées par la loi, et une surveillance de masse dont l’objectif reste incertain est de plus en plus flou. C’est l’objectif et l’aspect massif de cette surveillance qui est précisément au cœur de ce qui distingue un régime démocratique d’un Etat policier ». De quoi affecter directement les citoyens quant aux capacités des institutions européennes à défendre les droits de ses ressortissants. Et porter un coup sévère à la confiance des citoyens envers leur pays respectif. Le rapport parlementaire lui même n’hésite pas à qualifier de trahison la position de certains États membres.

Révélations ad nauseam

C’est le Wall Street Journal lui-même qui écrivait que les millions de communications récoltées en France, en Espagne ou en Italie l’avaient été par les services de renseignement de ces pays. Voilà confirmée la collaboration étroite entre la France et les États-Unis, basée sur la position stratégique de la France dans l’architecture globale des réseaux connectant le continent Africain au reste du monde, et dont une bonne partie aboutissent (et sont écoutés) en France. C’est sous le doux nom de « projet Lustre » (un protocole d’échange de données établi par la  DGSE avec les États-Unis) qu’un tel accord aurait été signé fin 2011, comme le révèlent les derniers documents de Snowden apparus tout dernièrement dans la presse allemande. Car il faut avouer que la France bénéficie d’un positionnement stratégique en matière de transport de données électroniques. Les câbles sous-marins par lesquels transitent la plupart des données provenant d’Afrique et d’Afghanistan atterrissent à Marseille (Côte d'Azur) et à Penmarc’h (Bretagne). En clair, la France a mis en place une infrastructure dévolue au DPI (Deep Packet Inspection), délocalise ses écoutes et siphonne les données circulant sur les câbles sous-marins (backbones) posés par Alcatel Submarine Networks ou Orange Marine.

Une entreprise stratégique

Comment la France a-t-elle pu se retrouver en mesure de discuter d’égal à égal avec les USA sur un programme de surveillance globale des populations ? Certes, la position des USA dans le trafic mondial sur l’Internet est prégnante. Et le constat fait par la NSA est simple : une énorme partie du trafic Internet mondial passe par les USA, et place ces derniers dans une position privilégiée pour écouter tout le monde. Tout le monde ? Pas totalement. Le continent Africain échappe en grande partie aux grandes oreilles Américaines (seulement 11Gb de trafic)… Mais pas à celles des services français (343Gb, ou presque), mettant ainsi le pays des Droits de l’Homme dans une position unique pour intégrer le club fermé, aux cotés d’Israël, des grandes trompes d'Eustache de la société de surveillance qui s’installe.

Capacites-Internet-Blackbones-espionnage-nsa-prism

A ce titre, Alcatel est une pièce maîtresse (et n’est pas sans intéresser les États-Unis dans leur course à l’actionnariat, d’un point de vue géo-économico-politico-stratégique !...). Alcatel Lucent est une entreprise française qui possède une filiale essentielle pour la surveillance : Alactel Submarine Networks. Filiale qui pose les câbles sous-marins composant la colonne vertébrale d’Internet. Depuis le début du scandale Amesys (écoutes de masse en Libye, au Maroc, etc.), tout laisse à penser que la France fait, à son niveau, exactement ce que fait la NSA. C’est à dire écouter le trafic qui circule dans ces câbles grâce au DPI, comme savent le faire Amesys, Qosmos, EADS et quelques autres pointures technologiques.   Brèfle. La France a bien migré d’une démocratie à un État policier en pratiquant l’écoute de masse. Et si même un membre de la délégation parlementaire européenne du renseignement peut l'affirmer ouvertement, il est clair que la représentation parlementaire française prend ses électeurs nationaux pour des imbéciles en affirmant le contraire !? Adieu donc démocratie. Vive l’État policier !  Lurinas

Sources

  reflets.info  

Liens supplémentaires

  Demain, tous suspects ! [post_title] => [Hollandie] Panoptique, nous voilà ! [post_excerpt] => Contre-attaque en règle de la NSA : les centaines de millions de communications privées écoutées en Europe ont été transmises par les alliés de l’OTAN. Brèfle, les gouvernements européens (et non des moindres) ont mis sur écoute leurs populations et ont transmis celles-ci aux USA. Ou comment se retrouvent conjugués les prophéties d'Orwell et le paradigme foucaldien. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => hollandie-panoptique-nous-voila [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-17 13:28:14 [post_modified_gmt] => 2013-11-17 12:28:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=29876 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 30022 [post_author] => 2 [post_date] => 2013-11-28 00:47:17 [post_date_gmt] => 2013-11-27 23:47:17 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/x17mahl_deja-1200-euros-pour-le-studio-de-latelelibre-25-novembre_news]

C'est quoi le crowdfunding?

Littéralement, c'est un "financement par la foule". Un concept de solidarité active. Tous ceux qui croient en un projet se cotisent pour le faire aboutir. Chaque contribution, même minime donne droit à un remerciement et à un cadeau. Pour 5 euros, votre nom est au générique, pour 20 euros, vous avez droit à des autocollants, pour 40 une petite fiole pleine de terre de la cave, pour 50 une invitation au cocktail d'inauguration, etc… Si vous avez encore plus de sous, nous pouvons poser la question (politique) de votre choix à l'un de nos invités, nous pouvons aussi mettre le logo de votre association ou entreprise au générique des émissions. Pour 1000 euros, vous avez le privilège d'assister à la préparation d'une émission et vous en êtes l'invité d'honneur!

OSEZ, CLIQUEZ ICI

Comment réussir cette campagne ?

Le crowfunding repose sur la mobilisation de trois cercles. 1) Le premier cercle est celui des proches, certains d'entres vous qui fréquentez LaTéléLibre avec tendresse et éxigence. Vous pouvez nous aider directement si vous avez un peu de sou, mais ce n'est bien sûr pas obligatoire. Il est surtout important que chacun d'entres vous fasse un petit effort pour en parler autour de vous et diffuser cette campagne. 2) Par téléphone, mail, Facebook, twitter ou tout simplement par le bouche à oreille, nous mobiliserons un second cercle, celui de vos amis. Cette opération, qui dépend de chacun d'entre nous, est le moteur de cette campagne. 3) Le troisième cercle est composé des amis de vos amis, des visiteurs de passage, de tous ceux qui se rendront compte qu'il se passe quelque chose sous les pavés, au sous-sol de cette drôle de Télé Libre... Nous devons réunir la somme de 3600 euros d’ici le 22 décembre. Ça peut paraître loin, mais en fait il faut que vous agissiez vite. Alors, pour que notre projet de studio puisse voir le jour, je compte sur chacun d'entre vous, à vos claviers, vos téléphone et vos pigeons voyageurs. John Paul Lepers  

Plus d'info

http://latelelibre.fr/2013/11/26/appel-a-financement-un-studio-pour-latelelibre/ [post_title] => Déjà Plus de 1200€ pour le Studio! Objectif: 3600€ [post_excerpt] => Notre collecte de fonds pour fabriquer la dalle de notre futur studio est en progression spectaculaire. Après un creux la semaine dernière, le week end a été fructueux: plus de 600€ en deux jours! Petit ralentissement ces dernières heures. A LaTéléLibre, notre seule chance c'est vous. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => deja-plus-de-1200e-pour-le-studio-objectif-3600e [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2013-11-28 00:56:31 [post_modified_gmt] => 2013-11-27 23:56:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30022 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d5a936d85976573668fa80f0f3cb0905 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )