INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2014 [monthnum] => 01 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2014 [monthnum] => 1 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2014 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 1 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 30463 [post_author] => 23 [post_date] => 2014-01-20 16:25:52 [post_date_gmt] => 2014-01-20 15:25:52 [post_content] => Jeudi 16 janvier avait lieu la présentation du programme Front National pour les municipales parisienne de 2014. Au sein de ce programme, 17 rubriques, comme la finance et le budget de la Mairie, point phare de sa tête de liste, Wallerand de St Just, qui promet au passage une baisse de 20% de la fiscalité parisienne en 6 ans. Et cela malgré le fait que Paris soit la 2e grande ville française la moins élevée en terme d’impôts locaux. Mais M. de St Just persiste: « M. Delanoë a doublé le capital de la dette depuis 2001, et de plus de 11% seulement en 2013 ». La hausse des aides sociales, à l’instar de la fiscalité, représente depuis toujours un des points cardinaux du programme politique du FN. Et en l’occurrence ici  l’aide sociale accordée aux enfants en difficulté, dont son budget serait, selon M. de St Just, passé de 200 millions d’euros à 800 millions d’euros ces dernières années, et dont la raison serait due « à l’immigration ». PROG-FN-LATELELIBRE Sur la question de connaître d’où viennent les chiffres en question, et sur quelles études elles se basent, M. de St Just répond « l’étude de la réalité et ce que nous ont dit les spécialistes ». Et le fait d’insister sur ce point aura presque fait sortir Philippe Martel, chef de cabinet de Marine Le Pen, de ses gonds : « nos yeux, le regard, le réel ».

Extrait de la conférence de Presse sur le thème de l'Aide Sociale

[easyembed field=aide] Mis à part le fait que M. Martel démontre quelque part d’une incapacité à différencier peut être les français « non-blancs » des « immigrés », car ses « yeux » suffiraient a valider l’idée que ce sont les « étrangers » qui auraient fait exploser le budget d’aide sociale aux enfants en difficulté, son affirmation est pour le moins étonnante. Et quand bien même tout cela serait avéré, il semble pour le peu oublieux que la crise touche tout le monde sans distinction et en masse. Son explication sur la supposée explosion démontre que le Front ne diverge pas sur ses idées fondatrices. Malgré nos recherches à posteriori, l’origine des chiffres provenant de « spécialistes » et de l’ « IFRAP » reste à ce jour introuvable. Contactée, la Mairie de Paris affirme que les chiffres avancés sont « faux ».

À droite, la pêche est bonne pour le FN

Au-delà de ce programme, et qui est consultable ici, c’est le ralliement d’un ancien collaborateur de Jacques Chirac à la liste FN. Michel Bulté est tout d’abord un homme politique qui a connu un parcours particulier : militant mao dans les années 70, il deviendra Maire du 19e à Paris dans la liste RPR de Jean Tibéri en 1995. Battu en 2001, il se représente en 2008 sans succès sur la liste Modem de Marielle de Sarnez. Et Michel Bulté représente ce gros poisson que le FN attendait afin de « booster » sa campagne, et de démontrer ainsi sa capacité à ouvrir ses portes à des militants, mais surtout à des cadres « de bonne volonté ». C’est Philippe Martel, le nouveau Chef de cabinet de Marine Le Pen, qui aurait fait du lobbying auprès de Bulté, pour finir de le convaincre de rejoindre les rangs du FN, dans des approches qui auraient débutés depuis novembre 2013. Même s’il affirme tout de même que sa décision résultait d’ « une réflexion personnelle. La seule chose qui ait vraiment aidé, c’est le fait de connaître Philippe Martel, des gens avec qui j’avais déjà travaillé avec Alain Juppé, qui n’avaient pas du tout le profil d’antisémites ou de fascistes, et ça m’a plutôt rassuré. Ce n’est pas lui qui m’a fait venir au FN, c’est parce que je le connaissais et ça a conforté ma démarche  ».

Interview de Michel Bulté

[easyembed field=bulte] Le camp de Bulté reste la droite. C’est en tout cas ce qu’il affirme clairement en conférence de presse : « Un jour ou l’autre, il y aura inexorablement un regroupement des droites de bonne volonté. Et on ne peut pas dire de MLP ne soit pas bonne volonté pour diriger la France. Ca sera ça ou encore la perpétuelle défaite. Il faut absolument sortir de cette « loose parade » lamentable » Même si pour Walleyrand de St Just, le but, affiché, n’est pas de s’allier avec la droite, « mais de battre la gauche (…) Alors on s’alliera éventuellement avec nos concurrents qui peuvent être l’UMP, (…) donc le plus de monde possible contre la gauche ».

Interview de Wallerand de Saint Just

[easyembed field=wallerand]

Être la droite : le but fondateur du FN

Ici, rien de nouveau sous le soleil : représenter la droite face à la gauche, c’est le vieux rêve de Jean-Marie Le Pen au FN. Car le but du fondateur du Front a toujours été de couler la droite parlementaire, en commençant par siphonner son électorat, pour représenter la seule alternative face à la gauche. Comme dans cette vidéo, qui montre un Jean-Marie Le Pen presque insensible face aux résultats du 1er Avril 2002, pourtant apprenant comme la France entière qu’il se retrouvait au 2nd tour face à Jacques Chirac, son ennemi de toujours. La raison est simple : son désir était de battre Chirac pour se retrouver face à la gauche, et ainsi représenter la droite « nationale », comme il l’aime le préciser.

Extrait de l'émission "Riposte" de Serge Moati avec Jean Marie Le Pen

[easyembed field=vid1] Michel Bulté représente la belle prise du FN pour ce début d’année 2013. Il ne devrait pas être le dernier à rejoindre le parti d’extrême-droite, tant la droite est aux abois, avec notamment la crise parisienne à l’UMP, entre autres, mais surtout face à une possible dégringolade pour l’ancien parti de la majorité lors des prochaines élections. Sommes nous en train d’assister aux prémisses d’une refondation du paysage politique français, où la fusion de la droite classique et de l’extrême-droite dans un grand parti de droite populiste serait la solution trouvée pour battre la gauche ? L’avenir le dira, mais c’est en tout cas ce qui s’est passé dans plusieurs pays européens. Le meilleur exemple reste « Le pôle des libertés» de la Ligue du Nord et de Silvio Berlusconi, ou bien en Hollande avec le PPV de Geert Wilders. Jonathan Halimi [post_title] => « C’est l’Avenir de la Droite de s’entendre avec le Front National » [post_excerpt] => Mini coup de tonnerre dans la droite parisienne : Michel Bulté, ancien maire RPR du 19e arrondissement, rejoint le Front National et se présente dans son ancien fief parisien. Ce ralliement constitue les prémices de possibles futures alliances à droite, à savoir entre l’UMP et le Front National. Car pour W. de St Just, tête de liste FN à Paris, comme pour Michel Bulté, « Un jour ou l’autre, il y aura inexorablement un regroupement des droites de bonne volonté. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cest-lavenir-de-la-droite-de-sentendre-avec-le-front-national [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-02-04 15:15:00 [post_modified_gmt] => 2014-02-04 14:15:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 30377 [post_author] => 2 [post_date] => 2014-01-09 18:31:47 [post_date_gmt] => 2014-01-09 17:31:47 [post_content] =>

Je débarque à Paris, au sein d’une belle dynamique qu’on appelle LaTélélibre.fr.

Je suis auteur et ai coréalisé cette année, un film documentaire, "Jean de Gonet, l’art d’être inventif", pour la BNF.

J’ai besoin, pour un autre projet, d’un travail dit, « alimentaire » et d’une chambre.

Je sais rendre service, à la personne, manier le balai tout comme le pinceau, écrire, donner des cours de navigation, cuisiner, manier la truelle, travailler dans un bar, ou un commerce ne me font pas peur.

J’ai travaillé  dans l’évènementiel, « La Solitaire du Figaro », à Radio France, dans un théâtre, communication et factotum. Je n’ai pas d’expérience dans l’hôtellerie, mais en tant que skipper j’ai acquis sens de l’accueil et service aux passagers…

J’ai un véhicule, le permis B et hauturier…

Philippe Maréchal

payday loan

Philippe vole

Liens

[post_title] => Un Boulot pour Philippe Maréchal? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => un-boulot-pour-philippe-marechal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-02-17 19:57:53 [post_modified_gmt] => 2014-02-17 18:57:53 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30377 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 30254 [post_author] => 2 [post_date] => 2014-01-09 14:37:59 [post_date_gmt] => 2014-01-09 13:37:59 [post_content] => [video http://www.dailymotion.com/video/xxcznu_une-semaine-d-atelier-a-latelelibre_news] L'année dernière, 9 jeunes parisiens avait suivi une formation d’éducation aux médias et d’initiation à la vidéo. Par groupe de trois, ils ont tous réalisé un reportage de A à Z. Khalid Nahi, ex reporter-citoyen de Créteil avait pris sa caméra pour nous raconter cette belle aventure. Grâce au soutien renouvelé de la Mairie de Paris (direction de la jeunesse et des sports, direction de la démocratie locale et de la vie associative) LaTéléLibre organise un deuxième atelier de formation d’une semaine pour les jeunes parisiens.

ÉDUCATION AUX MÉDIAS ET INITIATION À LA VIDÉO 

Date: du lundi 27 au vendredi 31 janvier

Horaire : 10h00 à 19h00 (prévoir des nuits de montage...)

  Ce stage gratuit est proposé pour 9 jeunes parisiens de 18 à 30 ans. Une priorité sera donnée aux jeunes demeurant dans le périmètre « politique de la ville » du 14ème arrondissement où est implantée LaTéléLibre (1, rue Maurice Bouchor, 75014 – Paris). L’objectif de ce projet pédagogique est d’éveiller l’esprit critique des participants face à l’information et de développer l’apprentissage d’une pratique citoyenne de la vidéo grâce à l’intervention d’une équipe de professionnels (journalistes et techniciens) qui agissent sur le terrain.

Déroulement de la formation

Les stagiaires seront divisés en 3 équipes de 3 personnes et encadrés par 4 formateurs : des journalistes et des techniciens référents. 1) Analyse critique de l’information  Animé par John Paul Lepers - Découverte de la presse du jour. - Visionnage critique de reportages de télé. - Visionnage du film pédagogique « le montage » qui met en évidence le caractère        subjectif du fabricant d’info. - Droits et devoirs du journaliste L’objectif est de pousser les jeunes à remettre en cause leur jugement face à un reportage, en les aidant à développer leur sens critique tout en questionnant leur propre perception; ces différents exercices permettront également de distinguer information et point de vue et d’appréhender les difficultés des métiers de l’audiovisuel. 2) De la théorie à la pratique  Animé par trois techniciens et/ou journalistes Romain Potocki, Thibault Pomares et Vincent Massot - Découverte de la caméra. - Les principes de base : cadre, son et lumière. - Le choix d’un sujet. - Tournage, montage et mise en ligne Nous proposerons une initiation à la réalisation de reportages afin d’être à même de réaliser une vidéo simple et de la mettre en ligne. Le principe de la formation est basé sur l’idée qu’il faut : apprendre, faire, se tromper et recommencer. C’est pourquoi chaque cours théorique sera suivi d’une application directe sur le terrain. Les reportages réalisés pendant le stage seront mis en ligne sur le site de LaTéléLibre.  

Pour vous inscrire : CV + lettre de motivation

Envoyez un mail avec votre CV et une lettre de motivation à Charles Dayot, au secrétariat de LaTéléLibre :  [email protected] Votre lettre est importante car elle nous permettera de faire une première sélection. Vous serez ensuite invité à un entretien pour évaluer vos capacités et surtout votre motivation. A vos claviers!

ATTENTION: Clôture des inscriptions : le dimanche 12 janvier à minuit

[post_title] => Atelier de Formation Gratuit à LaTéléLibre : Dead Line le 12 Janvier! [post_excerpt] => Faites vite pour vous inscrire au deuxième atelier pour les parisiens! Vous êtes passionné par le journalisme et la vidéo? Vous voulez apprendre à réaliser un reportage? Vous avez entre 18 et 30 ans? Vous êtes parisien? Vous pouvez vous libérer entre le 27 et le 31 janvier 2014 ? Ce stage est fait pour vous. Dépêchez vous, il n’y a que 9 places! Clôture des inscriptions : le 12 janvier. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => atelier-de-formation-gratuit-a-latelelibre-en-janvier [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-02-04 15:15:34 [post_modified_gmt] => 2014-02-04 14:15:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30254 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 30348 [post_author] => 23 [post_date] => 2014-01-08 16:25:37 [post_date_gmt] => 2014-01-08 15:25:37 [post_content] =>

Alors : antisémite ou pas, la quenelle ?

Est-ce vraiment « un salut nazi inversé » comme le prétend le président de la LICRA, Alain Jakubowicz ? Un signe de résistance contre le « Système », comme l’affirme le footballeur millionnaire Nicolas Anelka ? Entre les pros, qui pour beaucoup ont un penchant pour la mauvaise foi, et les antis, dont certains font preuve de maladresse, il est important de ne pas se tromper de question : au delà de celle qui consisterait à savoir si le geste est antisémite ou pas, il faudrait plutôt se pencher sur celui qui a lancé ce geste, geste qui est aujourd’hui devenu un véritable phénomène culturel. Car affirmer que Dieudonné est un nazi est d’abord stupide, ou plutôt inexact : outre le fait que le national-socialisme est une idéologie tout à fait particulière dans l’histoire, et que si l’on prend l’habitude de qualifier de nazi tout individu considéré à l’extrême-droite, les mots et les significations perdront tout leur sens. Dès lors, comment pourra-t-on faire la différence entre les vrais nationaux-socialistes et les individus issus d’une autre mouvance radicale, pas nécessairement moins dangereuse, comme les nationalistes-révolutionnaires, par exemple ? Les mots sont importants, et qualifier de nazi tout individu à droite du Front National est inefficace à court terme, mais en plus, banalise l’accusé et les véritables nazis à long terme.

Pour comprendre aujourd’hui Dieudonné, il faut d’abord s’intéresser à son entourage.

Et ici à Alain Soral. Idéologue et militant passé par le PCF au début des années 1990, il fut de 2007 à 2009 membre du comité central du Front National et conseiller de Jean-Marie Le Pen. Prétextant une place de non-éligible dans la liste FN lors des européennes de 2009, il claque la porte du parti d’extrême-droite pour lancer la Liste Antisioniste avec Dieudonné. Alain Soral connaît depuis une forte visibilité sur internet, accumulant les millions de visites sur son site « Égalité & Réconciliation » ainsi que les formules haineuses envers les femmes, faisant passer les viols pour un désir féminin, qualifiant les maghrébins de « beuricots, graines de délinquants », et contre les homosexuels, et juifs bien sur. [easyembed field=video1] Dernièrement, il a pour la première fois ouvertement affirmé qu’il était, pour sa part, un national-socialiste français, notamment dans son livre co-écrit avec Éric Naulleau, « Dialogues Désaccordés » (p.66)  

Soral NS

 Comprendre l’idéologie d’Alain Soral, c’est comprendre celle qui anime Dieudonné aujourd’hui : jadis héros de la gauche anti-raciste, Dieudonné a longuement glissé vers l’extrême-droite, et sa poignée de main avec Jean-Marie Le Pen constitue un des points de son basculement. Alain Soral n’est d’ailleurs pas étranger à cette rencontre. [easyembed field=video2] À eux deux, Dieudonné et Soral constituent un duo extrêmement efficace : le premier attire le public par le rire quand le second le récupère par l’idéologie. Alain Soral a donc accès à un public qui ne lui était pas forcément ouvert, comme les jeunes des quartiers, et Dieudonné peut bénéficier des lecteurs naturels d’Alain Soral, partisans d’abord de son idéologie nationaliste. Récemment, Dieudonné a diffusé une vidéo dans laquelle il rencontre Serge Ayoub, alias « Batskin », ex-patron des skinheads nationalistes parisiens et du mouvement « 3e Voie ». Le proche d’Esteban Morrillo, mis en examen pour la mort de Clément Méric, est ici interviewé, dans les années 80. L’homme à la cagoule, c’est Serge Ayoub : [easyembed field=video3]

Le business de l’« antisystème »

Ce circuit ouvert, pour eux, mais fermé aux autres, tend vers le phénomène culturel, idéologique, mais aussi marchand. Car les deux compères sont également patrons de leur entreprise respective. Les Productions de la Plume, société gérée par la femme de Dieudonné, a généré un chiffre d’affaire de plus de 1,8 millions d’euros en 2012. Si l’on compare avec 2010, le chiffre d’affaire a quasiment doublé.

 Capture d’écran 2014-01-06 à 16.26.33

  Quand à Culture Pour Tous, la société d’Alain Soral, le chiffre d’affaire entre 2011 et 2012 est passé de 89.000€ à 640.000€.  

Capture d’écran 2014-01-06 à 16.33.00

  En 2009, Dieudonné et Soral lanceront la Liste Antisioniste pour les élections européennes de 2009. Passons le score de 1,30% (environ 36 000 votes) qui douchera l’enthousiasme des colistiers pour à une hypothétique révolution, mais attardons nous sur les sources de financement de cette liste. Longtemps soupçonné d’être financé par la République Islamique d’Iran, Alain Soral nous en donne lui-même la confirmation,  montant : 3 millions d’euros. [easyembed field=video4] Mais amateur de pirouettes, ce dernier affirmera que sa langue avait fourché, et qu’il s’agirait plutôt de 300 000 € et non de 3 millions. Néanmoins, si l’on se réfère aux comptes de campagne déposés à la Commission Nationale des Comptes de Campagnes et des Financements Politiques (CNCCFP), les dépenses s’élèvent à 7115 € et les dons à 5796 €. D’où l’étonnement d’un ancien compagnon de route de Dieudonné, Ahmed Moualek, n’ayant visiblement pas eu vent de ce financement : [easyembed field=video5]

Dieudonné : antisémite ou antisioniste ?

C’est l’un des marronniers qui divise ses fans et ses détracteurs. Dieudonné a appris au fil des années à policer son discours. Pas la peine de guetter un dérapage antisémite. Pour comprendre cela, il faut se tourner vers une interview assez méconnue qu’il a donnée en mai 2005 à Pierre Tévanian, militant proche des Indigènes de la République. Voici l’un des rares moments où il affirme ne plus prononcer plus le mot « juif » auquel il préfère « sioniste ». Et pour cause, le mot « sioniste » n’est pas condamnable par la justice :  
Tévanian : Mais, c’est de bonne foi, parce qu’on ne peut pas à chaque fois aller voir la personne dont on parle pour faire cette vérification là. Par exemple, il y a un passage où je me suis posé la question de la véracité : c’est celui où vous auriez dit « il y a un complot juif ». Si vous me dites que vous n’avez pas dit ça, moi, demain, j’écris : Dieudonné nous fait dire qu’il n’a jamais dit ça. Dieudonné : Ben ! Je vous le dis : je n’ai jamais dit ça, je ne prononce pas le mot juif. Après mes différents procès, j’ai compris qu’il pouvait y avoir interprétation sur ce mot alors que sur sioniste, il n’y a pas d’interprétation possible. “
  Dans une autre interview, donnée à la chaine iranienne francophone « Sahar TV », il cite les 3 religions monothéistes: le christianisme, l’islam et… le sionisme. À aucun moment, Dieudonné ne prononcera le mot « judaïsme », tant judaïsme et sionisme représentent la même chose pour lui, en tout cas lors de cette interview. Pour Dieudonné, « c’est le sionisme qui a tué Jésus (…) pour qui il était l’enfant d’une putain », alors que le sionisme n’est qu’une idéologie politique qui date du XIXe siècle, d’où l’anachronisme cinglant. Ici, Dieudonné parle bien du judaïsme, dominant selon lui tant dans les médias que dans la politique. Cette interview est édifiante. On y découvre une personnalité bien différente de celle que les français connaissent, dans laquelle il dénonce l’absence de liberté d’expression en France, mais y fait l’éloge de la République Islamique d’Iran, pas franchement reconnue comme une terre de liberté, en particulier pour les minorités religieuses ou les homosexuels. [easyembed field=video6]  Autre moment rare, une interview vidéo donnée en 2010 au groupuscule islamiste radical « Sirât Alizza », où il affirme, en réponse à Éric Zemmour qui déclarera que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes », que « les plus gros escrocs de la planète sont juifs », qu’« il faut être juif pour avoir la liberté d’expression en France. C’est une réalité et dire le contraire, c’est avoir peur, mais on n’a plus peur, ils nous ont tout fait, ils nous ont mis à l’état d’esclave et nous ont colonisés (…) La mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens ». [easyembed field=video7] S’il fallait énumérer toutes les actions « subversives » de Dieudonné, elles se compteraient par dizaines. Dieudonné l’a dit lui-même : sa quenelle lui a glissé des doigts, tant elle est devenue, disons le sans hésiter, le signe de ralliement idéologique. De l’anti-système ? Quand Alain Soral parle de « Système », avec un « S » majuscule, il ne fait autre chose que citer, à sa manière, ce que d’autres nommaient le complot « judéo-maçonnique » au début du XIXe siècle. Ainsi, la quenelle est devenue de plus en plus connotée « antisémite », tant les photos de quenelles prises devant des synagogues ou mémoriaux de la Shoah ont abondés. Voire même devant l’école du massacre antisémite de Mohamed Merah. Car il n’est plus exagéré d’affirmer que Dieudonné à basculé, lui et ses spectacles, dans l’extrême-droite la plus classique. Hier, beaucoup de fans de Dieudonné auraient pu ignorer cette dérive, mais plus aujourd’hui, puisque ce geste n’est plus innocent. Errare humanum est, perseverare diabolicum.   Jonathan Halimi [post_title] => Dieudonné et La Quenelle : Comment en est-on Arrivé là ? [post_excerpt] => On peut affirmer sans ambages que l’affaire de « la quenelle » aura occupé une place non négligeable dans les médias durant cette fin d’année 2013. Un battage quotidien comparable à d’autres emballements médiatiques, tel la Une raciste de Minute à propos de Christiane Taubira, où les français auront été les témoins et les acteurs de cette catharsis. Entre les appels à l’interdiction de ses spectacles et l’hystérie dénoncée des associations antiracistes, Dieudonné divise l’opinion. Qui est-il ? Quel est son entourage ? Il se réclame de l’antisionisme, mais n’est-ce pas en fait le faux-nez de son antisémitisme ? Une enquête de Jonathan Halimi. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => dieudonne-la-quenelle-comment-en-est-t-on-arrive-la [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-02-04 14:50:15 [post_modified_gmt] => 2014-02-04 13:50:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30348 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 11 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 30463 [post_author] => 23 [post_date] => 2014-01-20 16:25:52 [post_date_gmt] => 2014-01-20 15:25:52 [post_content] => Jeudi 16 janvier avait lieu la présentation du programme Front National pour les municipales parisienne de 2014. Au sein de ce programme, 17 rubriques, comme la finance et le budget de la Mairie, point phare de sa tête de liste, Wallerand de St Just, qui promet au passage une baisse de 20% de la fiscalité parisienne en 6 ans. Et cela malgré le fait que Paris soit la 2e grande ville française la moins élevée en terme d’impôts locaux. Mais M. de St Just persiste: « M. Delanoë a doublé le capital de la dette depuis 2001, et de plus de 11% seulement en 2013 ». La hausse des aides sociales, à l’instar de la fiscalité, représente depuis toujours un des points cardinaux du programme politique du FN. Et en l’occurrence ici  l’aide sociale accordée aux enfants en difficulté, dont son budget serait, selon M. de St Just, passé de 200 millions d’euros à 800 millions d’euros ces dernières années, et dont la raison serait due « à l’immigration ». PROG-FN-LATELELIBRE Sur la question de connaître d’où viennent les chiffres en question, et sur quelles études elles se basent, M. de St Just répond « l’étude de la réalité et ce que nous ont dit les spécialistes ». Et le fait d’insister sur ce point aura presque fait sortir Philippe Martel, chef de cabinet de Marine Le Pen, de ses gonds : « nos yeux, le regard, le réel ».

Extrait de la conférence de Presse sur le thème de l'Aide Sociale

[easyembed field=aide] Mis à part le fait que M. Martel démontre quelque part d’une incapacité à différencier peut être les français « non-blancs » des « immigrés », car ses « yeux » suffiraient a valider l’idée que ce sont les « étrangers » qui auraient fait exploser le budget d’aide sociale aux enfants en difficulté, son affirmation est pour le moins étonnante. Et quand bien même tout cela serait avéré, il semble pour le peu oublieux que la crise touche tout le monde sans distinction et en masse. Son explication sur la supposée explosion démontre que le Front ne diverge pas sur ses idées fondatrices. Malgré nos recherches à posteriori, l’origine des chiffres provenant de « spécialistes » et de l’ « IFRAP » reste à ce jour introuvable. Contactée, la Mairie de Paris affirme que les chiffres avancés sont « faux ».

À droite, la pêche est bonne pour le FN

Au-delà de ce programme, et qui est consultable ici, c’est le ralliement d’un ancien collaborateur de Jacques Chirac à la liste FN. Michel Bulté est tout d’abord un homme politique qui a connu un parcours particulier : militant mao dans les années 70, il deviendra Maire du 19e à Paris dans la liste RPR de Jean Tibéri en 1995. Battu en 2001, il se représente en 2008 sans succès sur la liste Modem de Marielle de Sarnez. Et Michel Bulté représente ce gros poisson que le FN attendait afin de « booster » sa campagne, et de démontrer ainsi sa capacité à ouvrir ses portes à des militants, mais surtout à des cadres « de bonne volonté ». C’est Philippe Martel, le nouveau Chef de cabinet de Marine Le Pen, qui aurait fait du lobbying auprès de Bulté, pour finir de le convaincre de rejoindre les rangs du FN, dans des approches qui auraient débutés depuis novembre 2013. Même s’il affirme tout de même que sa décision résultait d’ « une réflexion personnelle. La seule chose qui ait vraiment aidé, c’est le fait de connaître Philippe Martel, des gens avec qui j’avais déjà travaillé avec Alain Juppé, qui n’avaient pas du tout le profil d’antisémites ou de fascistes, et ça m’a plutôt rassuré. Ce n’est pas lui qui m’a fait venir au FN, c’est parce que je le connaissais et ça a conforté ma démarche  ».

Interview de Michel Bulté

[easyembed field=bulte] Le camp de Bulté reste la droite. C’est en tout cas ce qu’il affirme clairement en conférence de presse : « Un jour ou l’autre, il y aura inexorablement un regroupement des droites de bonne volonté. Et on ne peut pas dire de MLP ne soit pas bonne volonté pour diriger la France. Ca sera ça ou encore la perpétuelle défaite. Il faut absolument sortir de cette « loose parade » lamentable » Même si pour Walleyrand de St Just, le but, affiché, n’est pas de s’allier avec la droite, « mais de battre la gauche (…) Alors on s’alliera éventuellement avec nos concurrents qui peuvent être l’UMP, (…) donc le plus de monde possible contre la gauche ».

Interview de Wallerand de Saint Just

[easyembed field=wallerand]

Être la droite : le but fondateur du FN

Ici, rien de nouveau sous le soleil : représenter la droite face à la gauche, c’est le vieux rêve de Jean-Marie Le Pen au FN. Car le but du fondateur du Front a toujours été de couler la droite parlementaire, en commençant par siphonner son électorat, pour représenter la seule alternative face à la gauche. Comme dans cette vidéo, qui montre un Jean-Marie Le Pen presque insensible face aux résultats du 1er Avril 2002, pourtant apprenant comme la France entière qu’il se retrouvait au 2nd tour face à Jacques Chirac, son ennemi de toujours. La raison est simple : son désir était de battre Chirac pour se retrouver face à la gauche, et ainsi représenter la droite « nationale », comme il l’aime le préciser.

Extrait de l'émission "Riposte" de Serge Moati avec Jean Marie Le Pen

[easyembed field=vid1] Michel Bulté représente la belle prise du FN pour ce début d’année 2013. Il ne devrait pas être le dernier à rejoindre le parti d’extrême-droite, tant la droite est aux abois, avec notamment la crise parisienne à l’UMP, entre autres, mais surtout face à une possible dégringolade pour l’ancien parti de la majorité lors des prochaines élections. Sommes nous en train d’assister aux prémisses d’une refondation du paysage politique français, où la fusion de la droite classique et de l’extrême-droite dans un grand parti de droite populiste serait la solution trouvée pour battre la gauche ? L’avenir le dira, mais c’est en tout cas ce qui s’est passé dans plusieurs pays européens. Le meilleur exemple reste « Le pôle des libertés» de la Ligue du Nord et de Silvio Berlusconi, ou bien en Hollande avec le PPV de Geert Wilders. Jonathan Halimi [post_title] => « C’est l’Avenir de la Droite de s’entendre avec le Front National » [post_excerpt] => Mini coup de tonnerre dans la droite parisienne : Michel Bulté, ancien maire RPR du 19e arrondissement, rejoint le Front National et se présente dans son ancien fief parisien. Ce ralliement constitue les prémices de possibles futures alliances à droite, à savoir entre l’UMP et le Front National. Car pour W. de St Just, tête de liste FN à Paris, comme pour Michel Bulté, « Un jour ou l’autre, il y aura inexorablement un regroupement des droites de bonne volonté. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cest-lavenir-de-la-droite-de-sentendre-avec-le-front-national [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2014-02-04 15:15:00 [post_modified_gmt] => 2014-02-04 14:15:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=30463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 4ca323848a58361a3e416a5bf9a46599 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )