INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2015 [monthnum] => 03 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2015 [monthnum] => 3 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2015 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 3 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 34248 [post_author] => 14 [post_date] => 2015-03-30 16:08:00 [post_date_gmt] => 2015-03-30 14:08:00 [post_content] =>

Les caricaturistes sont l’étendard de la liberté d’expression. Et parce que leurs dessins donnent à réfléchir, émeuvent ou dénoncent, ne laissant jamais indifférents, l’école Estienne et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) entendent soutenir ce métier particulier en remettant un trophée dédié, le trophée Presse Citron. Ce concours annuel et national, ouvert aux professionnels et aux étudiants, récompense le meilleur dessin d’actualité de l’année écoulée.

Un contexte particulier

Cette année plus que jamais, le dessin de presse est à l’honneur. Ou comment des gribouillis peuvent engendrer des conséquences plus importantes que n’importe quel article journalistique écrit. Si les attentats de Charlie et de l’Hyper Casher ont laissé place à une vive émotion nationale et internationale, le temps est maintenant à la méfiance, à l'attentisme, à l'autocensure. Oui, car il est maintenant évident que ces caricatures donnent certains à réagir violemment. Bêtement et méchamment…

Forts d’une tradition française historique, les festivals de dessins de presse sont nombreux sur le territoire national depuis une trentaine d’années. Et si leur visibilité s’était accrue au fil du temps, les derniers événements peuvent faire douter les organisateurs sur le maintien de leur manifestation face aux risques et aux menaces. Sentiment d'insécurité général, pernicieux et diffus, mais qui a le don de faire renoncer.

Ainsi, dernièrement, l’attaque en un lieu culturel danois d’une réunion publique à laquelle participait un caricaturiste suédois (Lars Vilks, auteur d'un dessin polémique de Mahomet), n’a pas aidé à faire retomber la pression et à ramener calme et sérénité dans les esprits. Alors, dans ce même élan apeuré, le Mémorial de Caen décidait d'annuler les 5èmes rencontres du dessin de presse. Quarante-quatre dessinateurs, venus du monde entier, devaient y participer les 10 et 11 avril.

La caricature heurte. Ce qui est pourtant leur objectif premier, étymologiquement, leur volonté intrinsèque initiale. Car oui, la caricature vise à charger. A grossir les traits, à grands coups de crayon. Et c’est souvent grinçant, acerbe. Mais toujours sous l’égide de l’humour, qui doit bénéficier d’une immunité particulière. Le dessin bénéficie justement d’un droit juridique positif de principe. Une permission spéciale est accordée aux caricatures : celle de choquer, sans distinction de bon ou mauvais goût. Une liberté qui nous réapparait bien fragile.

« La caricature et la satire étant par nature abusives, les limites du droit à l’humour doivent être considérées comme des abus d’abus » (Me Basile Ader)

Croquer, déformer, portraitiser, caricaturer. Mettre en lumière un trait de caractère, appuyer une actualité. Ce genre littéraire est délibérément provocant, participe pleinement à la liberté d’expression. Plus que jamais, cette activité artistique et journalistique qu’est le dessin d’actualité doit donc être soutenue et mise en valeur. Promouvoir le dessin de presse est justement la visée (pour ne pas dire le dessein, ouarf !...) de ce trophée. Pour aiguiser l’esprit critique, développer autrement l’intérêt pour l’actualité. Brèfle, émanciper le citoyen et le doter d’armes de jugement personnel pour que les croqueurs ne se fassent plus croquer.

Le Prix Presse Citron

Le trophée Presse Citron a été créé en 1993 sous l’impulsion de l’école Estienne. Cette dernière a vu défiler les taille-crayons et les gommes de nombreuses personnalités, au rang desquelles Cabu (il y a étudié la gravure), à qui elle rendait hommage cette année.

Depuis 2 années, la BNF est le partenaire idéal de cette manifestation. Elle est en effet la mémoire du patrimoine et, dans sa mission de service public, collecte les dessins de presse de façon quasi-exhaustive. Être aux côtés des professionnels et des aspirants dessinateurs, c’est soutenir envers et contre tout cette liberté d’expression particulière.

En pleine semaine de la presse et des médias, le trophée récompense donc les meilleurs dessins d’actualité professionnels et non-professionnels. Le premier volet met alors en lice les meilleurs dessins d’actualité publiés dans l’année ; le second s’adresse aux étudiants des 120 écoles d’Art et de Design de France.

Cette 22è édition s’est clôturée dans la salle des fêtes de la mairie du 13è arrondissement parisien (jeudi 26 mars). Les étudiants de l’école avaient voté parmi les 350 dessins de plus de 100 professionnels de la profession. Les professionnels, quant à eux, faisaient choix parmi une pré-sélection de 300 dessins d’étudiants (sur les 900 reçus). Parmi les thèmes d’actualité les plus fructueux, Charlie forcément, DSK, l’islamisme, Hollande, Le Pen, Poutine, la pollution…

Comme ultime hommage à Charlie Hebdo, c’est la populaire dessinatrice Coco, lauréate 2014, qui présidait le jury professionnel décernant le prix étudiant. L’occasion pour elle de pousser un cri en communion avec l'assemblée !

« Crier, car c’est ça qui représente le dessin. C’est comme un éclat de rire. Ça vient des tripes »

Oui. Un dessin comme un cri dans une page. Une écho dans les colonnes. Une trait strident qui réveille, bouscule, percute, uppercute et donne à réagir.

Les lauréats 2015

"Coup de jus étudiant" attribué à Adrien Bernardet

Coup de jus étudiant 2015 - Adrien Bernardet - Copie

"Coup de foudre étudiant" récompensant Ulrich Leprovost

Coup de foudre étudiant 2015 - Ulrich Leprovost

"Coup de jus professionnel" accordé à Thibaut Soulcié

Coup de jus pro 2015 - Thibaut Soulcié - Copie

"Coup de foudre professionnel" décerné à Pascal Gros

Coup de foudre pro 2015 - Pascal Gros

Au sortir de la soirée, nous pouvons regretter que les étudiants ne se destinent d’ores et déjà qu'à des métiers touchant au marketing, au graphisme, au design, à l’illustration... Mais tout de même espérer quelques vocations naissantes. Un peu trop peu peut-être : Ulrich Leprovost, pourtant lauréat à sa grande surprise du prix étudiant , n’est pas plus motivé par cette hypothétique perspective. Cet animateur 3D, ancien de l’école Estienne, loue l’esprit de liberté de ce trophée et salue la bonne humeur qui prévaut autour de ces festivités. Mais cette expérience ne restera malheureusement pour lui qu’une belle occasion, qu’un acte revendicatif ponctuel. Un coup pour rire stérile donc.

Loin d'être affligés par ce constat, le dessin de presse et d’actualité n’est assurément pas mort. Loin de là. Après tout, nous vivons dans un pays qui a une longue tradition de presse satirique. Il bénéficie maintenant d’une lumière ravivée, même si c’est au dépend d’assassinats ignobles. Appuyés par de nombreux festivals plus ou moins confidentiels (Castelnaudary, Saint-Just-Le-Martel…) lui rendant hommage, distribués par de multiples publications spécialisées les analysant, les disséquant (Humoresques par exemple) , le dessin de presse est plus que jamais visible et attendu par le lectorat.

Il s’agit donc de ne pas élaguer ces racines. Il est d’importance de défendre, a minima de soutenir, la liberté d’expression sous toutes ces formes, dessins et caricatures compris ! C'est l'enseignement que nous pouvons tirer de cette terrible piqûre de rappel : au-delà de la faible allitération du titre, il s’agit bien littéralement de continuer à brandir les crayons contre les kalachnikovs.

Lurinas.

Lien

[post_title] => Des Caricatures Contre les Kalachnikovs [post_excerpt] => Des bulles, comme de petites fenêtres ouvertes sur la réflexion. D’allures anodines, en un espace restreint au strict minimum. Pourtant percutantes. Les dessins de presse soulignent, gueulent, interpellent, crient, gratouillent, chatouillent, rendent hilares, etc. Et ont parfois de grandes répercussions dans la vie de la Cité. Ces crobards méritent bien une soirée de remise de prix dédiés, celle des trophées Presse Citron. LaTéléLibre en était. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => des-caricatures-contre-les-kalachnikovs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-30 16:56:58 [post_modified_gmt] => 2015-03-30 14:56:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34248 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 34244 [post_author] => 2 [post_date] => 2015-03-30 11:57:36 [post_date_gmt] => 2015-03-30 09:57:36 [post_content] => [video https://www.youtube.com/watch?v=nJwpKQMbREw#t=110]

Lien

La page Youtube de Hombre_McSteez [post_title] => Aug(de)mented Reality 3 [post_excerpt] => Vous ne connaissez pas Aug(de)mented Reality et ses petites créatures qui s'immiscent dans les scènes courantes de la vie ? Voici le troisième épisode de la série du créateur Marty Cooper aka Hombre_McSteez pour vous donner envie de découvrir les 2 volets précédents. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => augdemented-reality-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-30 11:57:36 [post_modified_gmt] => 2015-03-30 09:57:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34244 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 34216 [post_author] => 2 [post_date] => 2015-03-26 15:55:10 [post_date_gmt] => 2015-03-26 14:55:10 [post_content] =>

La lutte contre racisme envers les Noirs tunisiens n’a pas trouvé d’écho dans la nouvelle Tunisie. Le constat est affligeant et le déni flagrant tant au sein de la société tunisienne que dans la sphère politique. Saadiah Mosbah, militante de la cause, propose à tous les citoyens de faire face et d’assumer cet héritage.

 
La Tunisie dont je rêve… C’est une Tunisie dans toutes ses couleurs, toutes ses formes toutes ses religions »  (Saadiah Mosbah militante pour la cause des Noirs en Tunisie)
Au lendemain de la révolution tunisienne en 2011, la question raciale peine à trouver sa place dans le débat post Ben Ali. « La chute du mur du silence », comme l’appelle Saadiah, aurait dû être l’occasion d’ouvrir le dialogue national sur le racisme et la discrimination en Tunisie. Même s’il est vrai qu’en abolissant l’esclavage en 1846, la Tunisie fut un précurseur dans le monde arabo-musulman, il n’en demeure pas moins qu’au niveau législatif et juridique un vide subsiste ; aucune loi aujourd’hui ne pénalise les actes racistes. On estime le nombre de Noirs à 15 % de la population en Tunisie.
Comment voulez vous porter plainte, lorsqu’on vous dit qu’il n y a pas de racisme en Tunisie ?
... Lorsque que le policier qui vous reçoit au commissariat vous traite de fou ! », déplore-t-elle. Dans ce contexte de réforme de la société civile, Saadiah et ses « congénères », comme elle les nomme, ont créé ADAM, une association qui vise à sensibiliser les Tunisiens et les politiques sur la souffrance des victimes de racisme liées à la couleur de leur peau. Violences verbales, agressions physiques, discriminations… les attaques quotidiennes sont banalisées.

Bousculer les mentalités

Très émue, Saadiah se souvient que « lors d’une manifestation au centre ville de Tunis, à la vue d’une pancarte sur laquelle elle avait écrit OUSSIF (nègre en arabe), PLUS JAMAIS CE NOM, un jeune garçon de café, Noir, a enlevé son tablier en courant dans mes bras en pleurant…»« Je lui ai dit que c’était fini, on ne t’appellera plus comme cela», termine-t-elle. Pour cette femme hôtesse de l’air aux idées bien terre à terre, le changement passe d’abord par une féroce volonté d’oser bousculer les mentalités : « Dans les années 80 j’ai postulé pour un être hôtesse de l’air, soupire-t-elle. On m’a dit Saadiah tu es folle, n’y va pas, ils ne te prendront jamais. J’y suis allée et cela fait 34 ans que je travaille dans cette compagnie aérienne». Consciente que vouloir ne suffit pas toujours pour pouvoir, elle précise tout de même qu’il « n’y a pas eu d’autres Noirs après moi…» Pragmatique, charismatique et fédératrice, Saadiah est sur tous les fronts au Forum Social Mondial : manifestation, débats, interviews. Invitée à la tribune de l’Assemblée des femmes à l’ouverture du forum, elle a rappelé l’importance d’inclure ce combat dans la reconstruction de la société tunisienne. Force est de constater que le FSM est une des rares occasions dans le pays pour aborder cette lutte. Malgré la gravité du sujet, cette militante d’une petite cinquantaine d’années affiche une légèreté déconcertante, ponctuant chaque phrase par un sourire.

Une histoire méconnue

Le traitement des Noirs en Tunisie est étroitement lié à une méconnaissance de l’histoire de leur présence dans le pays. Descendants d’esclaves, migrants ou natifs, c’est la question qu’Inés Mrat, historienne tunisienne, traite dans sa thèse Identités multiples et multitudes d’histoires : les « Noirs Tunisiens » de 1846 à aujourd’hui. «C’est à tous les Tunisiens, Noirs et Blancs de s’unir et d’avancer ensemble autour de ce combat pour l’égalité.», ajoute-t-elle. C’est peut-être le début de l’écriture d’une histoire commune. «Ce combat est une course de témoin ; j’espère que celui qui le recevra, le recevra bien et que les nouvelles générations poursuivrons la lutte. Il y en a encore au moins pour une dizaine d’années avant d’inscrire quelques choses sur la Constitution. » Haya Diakité-Touré  Reporter-Citoyenne de Grigny

LIENS

[post_title] => Les Noirs Tunisiens, Oubliés de la Révolution [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-noirs-tunisiens-oublies-de-la-revolution [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-26 15:56:47 [post_modified_gmt] => 2015-03-26 14:56:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34216 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 34163 [post_author] => 2 [post_date] => 2015-03-20 11:01:56 [post_date_gmt] => 2015-03-20 10:01:56 [post_content] => [video https://www.youtube.com/watch?v=7Egm1Z5OYcU#t=5251]

L'ÉCLIPSE À PARIS... YOUPI

ECLIPSE-LTL [post_title] => [DIRECT] L'Éclipse aux Îles Féroé (Parce qu'au dessus de LaTéléLibre y'a Rien....) [post_excerpt] => On vous propose de regarder l'éclipse vue des îles Féroé en direct sur LTL. Parce que à Paris, c'est quand même la grande arnaque cette histoire. Franchement, merci François Hollande, bravo, clap clap... [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => direct-leclipse-aux-iles-feroe-parce-quau-dessus-de-latelelibre-ya-rien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-20 11:30:03 [post_modified_gmt] => 2015-03-20 10:30:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34163 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 34141 [post_author] => 7 [post_date] => 2015-03-19 12:45:15 [post_date_gmt] => 2015-03-19 11:45:15 [post_content] =>

PARIS-14-LANCEMENT-LTL

Cela fait maintenant presque deux ans que les équipes bénévoles de LaTéléLibre en partenariat avec l'Association CASDAL14 s'affairent à créer du lien social dans le 14ème arrondissement à coup de happenings, reportages, et événements dans le quartier. Une mission réalisée en marge de nos activités traditionnelles à LaTéléLibre que nous vous proposons de découvrir avec le site : paris14.latelelibre.fr

Un lieu de rencontres et de débats qui favorise le lien social

À travers des documentaires, des portraits, des émissions ou des tribunes libres de citoyens embarqués dans le désormais culte « taximaton », ce nouveau site propulsé par LaTéléLibre a pour vocation de favoriser le lien social dans le 14ème. Un projet qui s’inscrit en priorité dans les quartiers populaires de l’arrondissement : Porte de Vanves, Plaisance et Raymond Losserand.

Bien sûr, ce nouveau web projet ne change en rien les activités de LaTéléLibre, la seule, l'unique, la vraie ! Mais, que vous soyez habitant du 14ème, de Montcuq ou de Bangkok, nous sommes convaincus que vous prendrez plaisir à parcourir les contenus de Paris 14 par LaTéléLibre, un site qui sera alimenté chaque semaine par nos équipes.

taximaton

Au programme de la première semaine

[INEDIT] La première partie du « Point Rouge de la Porte de Vanves » : où le coiffeur Philippe Fagot nous fait revivre l’histoire du quartier qu’on appelait autrefois « la zone ». Une émission tranquille, à table, à la fraiche avec des habitants de la porte de Vanves qui rejoignent John Paul pour discuter et boire le café.

POINT-ROUGE-PORTE-DE-VANVES

[TAXIMATONS] Les 5 premières éditions du Taximaton où des habitants de Pernety, Plaisance ou Porte de Vanves poussent leur coup de gueule et partagent leur coup de cœur sur la banquette arrière de LaTéléLibreMobile. Cette semaine : Joel-Etienne, Élodie, Germinal et Xavier.

[DOC] « Les Boulistes de Vercingétorix », où jeunes et vieux, blacks blancs et beurs se retrouvent autour d’une même passion : la pétanque. Un petit théâtre de la paix sociale qui s’actionne autour d’un sport. Un sport simple et populaire qui ne coûte rien à part trois boules.

En avant-première : le tout premier Taximaton avec Karim

[easyembed field=taxi1]

 À BIENTÔT SUR PARIS14.LATELELIBRE.FR !

reports [post_title] => Lancement du site Paris14 par LaTéléLibre [post_excerpt] => Le 20 mars à 00h01, jour du printemps, LaTéléLibre en partenariat avec l’association CASDAL14 lance sa toute nouvelle plateforme vidéo consacrée aux habitants du 14ème arrondissement de Paris : paris14.latelelibre.fr, une preuve de l’engagement de LaTéléLibre dans ce quartier où ses équipes sont implantées depuis maintenant 4 ans. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lancement-du-site-paris14-par-latelelibre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-19 12:52:11 [post_modified_gmt] => 2015-03-19 11:52:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34141 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 34093 [post_author] => 14 [post_date] => 2015-03-10 12:42:03 [post_date_gmt] => 2015-03-10 11:42:03 [post_content] =>

Devenus des colosses, les banques se révèlent douées pour prendre des risques inconsidérés. L’objectif court-termiste étant un retour sur investissement rapide et conséquent sous couvert de l’assurance d’un sauvetage étatique, tant leur faillite menacerait l’ensemble du système bancaire et donc les nains de l’économie réelle que nous sommes. Ou comment le risque systémique fait le jeu de l’aléa moral au dépend de la collectivité. Petit rappel des derniers scandales financiers qui trouvent leur prolongation dans la parution d’un livre fleuve. Il y avait tellement de tenants et d’aboutissants, qu’on s’apprêtait à en oublier ; cela aurait été dommage…

SwissLeaks

La révélation du LuxLeaks avait déjà montré comment des milliards d’euros de recettes fiscales avaient été déplacés vers le Luxembourg entre 2002 et 2010 par de nombreuses entreprises, dont des banques (BNP Paribas, Dexia, UBS…). Dans le cas du SwissLeaks, la fraude fiscale massive implique la filiale de HSBC en Suisse et a été révélée lors de la remise d’un listing informatique (encore une histoire de lanceur d’alerte…) et relayée médiatiquement par un consortium de journalistes. Outre que l’argent n’a pas d’odeur, nous découvrons ( ?) que l’argent ne connait pas de frontière.

203 pays sont concernés, 130 000 personnes morales et physiques, pour un montant total de 250 milliards de dollars. Pour la seule période de novembre 2006 à mars 2007 ! Via des montages financiers à travers des sociétés écrans (une vingtaine de mille), pour la plupart domiciliées dans des paradis fiscaux (dits offshore), de nombreuses personnalités fortunées (dictateurs africains, vedettes du show-business, sociétés privées…) étaient démarchées dans l’optique de fraude et d’évasion fiscales (et pas seulement d’optimisation), soit dissimuler au fisc de son pays de résidence ou d’activité tout ou partie de leurs revenus.

Curieuse banque que HSBC. Du commerce international des drogues dures au blanchiment d’argent des cartels mexicains et colombiens et du terrorisme, en passant par la manipulation du marché des taux de change et des taux interbancaires (voir infra) et le financement politique frauduleux, entre autres, la banque originaire de Hong Kong fait scandale depuis ses origines. Sans grande inquiétude et désagrément jusqu’à maintenant.

Outre la révélation de ces listings, le vaste système d’évasion mérite toute notre considération pour ce que ces circuits donnent à voir de la mondialisation de la finance. D’après Mondafrique, on y retrouve le rôle actif du Qatar (décidément au centre de toutes les attentions, plénipotentiaire et omniprésent…).

Des révélations qui auront aussi mis en lumière un rapport tendu entre certains médias britanniques et allemands et l’énorme annonceur qu’est HSBC, par des pressions au retrait de budgets publicitaires. Et plus largement entre les médias et les annonceurs voire les actionnaires bancaires (belle histoire que celle du Crédit Mutuel CIC propriétaire du groupe de presse régionale EBRA, de Libération et Rothschild, etc.).

Avec OffshoreLeaks, la Commission européenne elle-même estime à 2000 milliards d’euros (132 milliards annuellement pour la France) le manque à gagner dû à la fraude fiscale en Europe (évasion, impôts impayés, etc.). De quoi revoir son jugement sur l’austérité appliquée aux populations européennes et les stratégies envisagées pour recouvrer les sommes envolées ? C’est dire en tout cas l’impact conséquent qu’ont ces scandales sur les États.

Économie réelle

Les banques consacrent de moins en moins d’argent au financement de l’économie réelle (prêts aux ménages et aux entreprises). Pour se tourner finalement de plus en plus vers les placements spéculatifs. Ainsi, à titre de comparaison, le montant notionnel de la spéculation de la Deutsche Bank et BNP Paribas équivaut chaque année au PIB mondial, soit environ 100 000 milliards d’euros. Plus de 9 produits dérivés sur 10 sur le marché de gré-à-gré sont traités entre acteurs financiers, ce qui pose un problème criant d’équilibre des investissements entre l’économie réelle et la finance strictement spéculative.

Aussi, le volume des transactions financières dans l’économie mondiale était en 2007 plus de 70 fois supérieur au PIB mondial (ratio de 15 en 1990), cela étant dû à une croissance exponentielle des produits dérivés, ceux qui font tant s’apeurer. Tandis que les échanges de devises pèsent pour 5300 milliards de dollars par jour. Oui, oui ! Soit 2 millions de milliards par an ! 25 fois le PIB mondial. Vertigineux, non ? Avec des retombées sans commune mesure dans l’économie.

Pourtant, cette économie réelle a été largement et subséquemment impactée par la crise financière (issue du scandale des subprimes), les États et les institutions tentant d’en amortir le choc par des versements d’aides nombreuses voire innombrables : soit 22 000 milliards d’euros entre 2007 et 2009 versés par la Fed (banque fédérale américaine) et 5 000 milliards d’euros d’aides autorisées par la Commission européenne entre 2008 et 2012, sans grandes conditions et/ou obligations. Où il est alors question de la privatisation des profits et de la socialisation des dettes…

Heureusement, la France peut compter sur ses anges gardiens. Mais d’ailleurs, que valent nos banques françouaises ?

Les banques universelles

Nos fameuses banques universelles. Qui résistent aux stress-tests de manière convaincante. Qui sont la preuve de la réussite financière « à la française ». Nos bijoux de l’économie mondiale. Elles sont nées dès 1984 à la faveur d’une loi bancaire cousue de fil d’or. Banques de dépôt (ou de détails) et d’affaires (ou d’investissements) réunies, elles seraient plus fortes car plus diversifiées. Tellement solides qu’elles n’ont pas hésité à être renflouées de 360 milliards d’euros depuis 2008 sous forme de garanties de prêts interbancaires pour assainir leur situation critique.

D’après le blog Les-crises, 3 de nos plus grandes banques peuvent laisser craindre le pire au regard de leur bilan annuel publié (avec BPCE Banque Populaire Caisse d’Epargne, ces 4 mastodontes sont dits systémiques en ce sens que leur faillite pourrait mettre tout le système bancaire en péril ; 4 sur les 14 systémiques que compte l’Europe et sur les 29 groupes bancaires mondiaux, beau palmarès). Et en cas de faillite, ces banques mixtes ont alors le défaut d’exposer directement les dépôts des particuliers. Une paille si l’on se réfère aux chiffres officiels : les banques françaises détiennent dans leur bilan plus de 2000 milliards d’euros de placements sous forme de titres et des encours notionnels de plus de 90 000 milliards d’euros. Ce qui vaut bien une petite vision plus précise de la situation de nos mégabanques, dont les détails laissent rêveur et perplexe.

BNP Paribas  est la première banque française. Composée de 800 filiales, elle pèse autant que le PIB de la France (soit 2000 milliards d’euros) avec des engagements notionnels qui s’élèvent à 42 000 milliards d’euros pour des fonds propres de moins de 72 milliards d’euros. Rien que de très normal…

La Société Générale (plus de 750 filiales) a des actifs qui se montent à 1200 milliards d’euros (prêts en cours et titres détenus) avec des montants notionnels de produits dérivés de l’ordre de 19 000 milliards d’euros. Pour des fonds propres d’une quarantaine de milliards d’euros. De quoi voir venir en cas de défaillance des marchés efficients…

Le Crédit Agricole, dans le même ordre d’idée, a 14 000 milliards d’euros d’engagements par-delà ses près de 700 filiales. Avec 62 petits milliards de fonds propres. La banque verte joue dans la cour des grands.

Affolant ? Apparemment pas... La plupart des engagements se compensant, tant que tout va bien sur les marchés… Et, garantie suprême, nos banques universelles ont passées avec succès les épreuves de stress tests imposées en Europe. Même s'il est vrai que le niveau des simulations a été décidé par la Banque Centrale Européenne (BCE) de façon arbitraire, loin de niveaux maximaux ayant vraiment permis de tester les capacités de chaque établissement (les simulations théoriques étaient d’ailleurs moindres que les paramètres de la crise qui a frappé in real life le secteur financier en 2008 !). Et que les nombreuses interconnexions entre les banques n'ont pas été prises en compte. C'est ballot...

Mais l’important est d’avoir franchi les obstacles hypothétiques et d’avoir redonné confiance aux déposants pour éviter un bank run. Des scénarios qu’avaient passé sans encombre les banques irlandaises avant le drame, si cela peut vous finir de vous rassurer... Et pourtant, sur les 13 banques françaises examinées, l’une ferait faillite en une semaine et une autre en 3 mois.

Nous pouvons nous demander comment les banques peuvent être engagées à de tels niveaux ? C’est en grande partie grâce aux effets de levier (un facteur déduit du montant des actifs par rapport aux fonds propres), la partie des investissements qui font décupler les forces (même si les effets de levier des banques, de l’ordre de 25 à 30, tout de même, restent inférieurs à ceux des hedge funds, fonds spéculatifs dont l’effet de levier peut être supérieur à 50). C’est un des effets les plus retors : cet effet de levier permet ainsi à une petite filiale d'accumuler des dettes plusieurs fois supérieures à ses fonds propres. Là où les entreprises et les particuliers limitent leur endettement (souvent au plafond imposé de 30% de leurs revenus), les banques ont des effets de levier considérables. Ce qui leur permet d’engranger d'autant plus de bénéfices. Mais en contrepartie, avec des risques plus importants, les mettant en situation de faillite instantanée si une faible portion de leurs engagements notionnels venaient à perdre leurs valeurs (faible portion suffisante pour représenter leurs faibles fonds propres). Une faillite qui se répercuterait à nouveau (risque systémique) car la plupart du temps les dettes d’une banque sont détenues par d’autres banques. Au final, c’est ce ratio d’endettement élevé qui pose problème.

 

Catalogue non exhaustif de l’imagination des têtes d’œuf

Brèfle, faire de l’argent, beaucoup d’argent, coûte que coûte et fissa ! Et pour cela, l’imagination semble sans borne.

Matières premières

Des banques anglo-saxonnes (Morgan Stanley, Goldman Sachs…) et 4 françaises (BNP, Crédit agricole, Société générale et BPCE, cocorico !) ont contribué il y a 4 ans, en investissant 600 milliards d’euros sur des produits financiers dits de placement (2,5 milliards d’euros pour les françaises), à faire exploser les prix du blé, du maïs, du riz, du soja, entre autres matières premières alimentaires. Elles sont les principaux spéculateurs sur ces marchés, en pariant sur les prix des matières alimentaires (le marché à terme). Des émeutes de la faim dans les pays pauvres s’étaient déclarées, en 2008 et 2010 notamment, face à cette flambée des cours. Une instabilité des prix qui fragilisent les petites structures agricoles des pays pauvres et en voie de développement et les agriculteurs eux-mêmes. Fait révélateur : 3% des contrats sur des matières premières se concluent par la livraison de marchandises (et donc 97% sont le seul jeu de spéculations incessantes).

Contrairement à leurs engagements, les banques françaises n’ont pas renoncé à réduire ces activités spéculatives spécifiques. Voire même les ont augmentées (hormis le Crédit Agricole qui semble avoir mis fin à cette activité sur les marchés agricoles et alimentaires).

Dès juillet 2015, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) encadrera la spéculation sur les matières premières. Comme aux États-Unis, les établissements financiers français qui ne sont ni producteurs ni consommateurs finaux de ces produits ne pourront détenir qu’un plafond de volumes de matières premières. Une mesure qui n’est pas encore mise en place dans l’Union Européenne (UE).

Certaines banques anglo-saxonnes vont déjà plus loin en devenant propriétaires d’entrepôts de stockage de métaux ou matières agricoles. De quoi permettre une spéculation à outrance en stockant un maximum quand il s'agit de faire monter les prix, et inversement (déstocker pour faire chuter les cours). Tenir les deux côtés du manche, voilà une solution payante et pérenne. La bataille entre géants se déplace maintenant sur la spéculation des terres arables, dont les effets sur l’économie locale des pays africains se font déjà cruellement sentir. Des spéculations donc infinies, sur la faim.

Taux interbancaires

Certaines banques se sont entendues pour manipuler sciemment le Libor, le taux auquel les banques se prêtent de l’argent entre elles (sur marché monétaire de Londres, et idem pour le taux Euribor interbancaire européen). Ce taux est calculé chaque jour en fonction des annonces des taux d’emprunt divulgués par chacune des principales banques mondiales. Ce taux de base sert de référence à de nombreuses transactions financières dans le monde, soit à fixer les taux d’intérêts de plus de 800 à 1000 trillions de dollars de produits financiers (crédits par carte bancaire, prêts hypothécaires…).

L’intégrité et la fiabilité de ce taux est donc essentiel pour le bon fonctionnement de l’économie réelle. De faibles variations ont alors de grandes conséquences financières. C’est d’ailleurs en ce sens que la spéculation sur ce taux peut être rentable, d’autant plus aisément quand les banques se retrouvent en position de juge et partie dans l’affaire…

En attendant, des millions d’emprunteurs ont donc payé, pendant des années, un taux d’intérêt truqué. Les amendes infligées par la Commission européenne n’ont pas été recouvrées par les victimes (1.7 milliards au total, c’est dire l’ampleur de la fraude sur les Libor et Euribor).

Emprunts toxiques

Dexia est depuis lulure la principale (mais pas exclusive) banque prêtant aux collectivités locales et territoriales et aux établissements publics. Reprise par l’État français, suite à sa quasi-faillite en 2011 consécutive à la crise financière, elle s’est révélée avoir été un acteur prépondérant dans la contractualisation des emprunts dits toxiques. C’est-à-dire des prêts structurés présentant un taux fixe mais combiné à des options exotiques insondables pour les non-initiés que sont une bonne partie de nos édiles. Soit des contrats adossés au franc suisse, au yen, au dollar, à l’inflation, au cours du pétrole… Des remboursements d’abord légers mais qui s’avèrent ensuite devenir des taux effectifs globaux très importants. Une entreprise de prêts très lucrative à terme.

Une manière pratique aussi pour les collectivités, il faut le signaler, d’investir à moindres coûts pendant la mandature et de laisser peser sur les finances publiques locales le coût réel de la facture finale, dans un avenir plus lointain…

Paradis fiscaux

Ce n’est plus un secret pour personne : les banques recèlent de dizaines voire de centaines de filiales dans des pays attractifs fiscalement (360 pour BNP Paribas, 104 pour le Crédit Agricole par exemple). Pour les françaises, préférence est faite à l’accueil fiscal du Luxembourg, des Pays-Bas, de la Belgique. Mais elles peuvent aussi compter sur l’Irlande, la Hongrie, le Portugal, Hong-Kong, les Iles Caïmans, les Bermudes, Singapour et la Suisse. Si la transparence est maintenant une obligation légale (listing des filiales et de leur géolocalisation), resterait à publier les montants des profits générés dans chacune d’entre elles pour avoir une idée plus précise des activités qui s’y déroulent.

Les banquiers braqueurs

De part leurs activités plus ou moins illégales, les fraudes et crimes plus ou moins révélés, des procès envers les banques pourraient être envisagés. Rarement pourtant ceux-ci sont conduits à terme, les grands groupes bancaires préférant transiger en payant des amendes (transactions pénales) plutôt que de donner publicité à leurs activités de l’ombre (un "Shadow Banking System" qui pèserait 50 000 milliards d’euros). La Société Générale pourrait en être prochainement d’une sanction aux USA pour des violations d’embargos américains par sa filiale suisse. A l’instar de BNP Paribas déjà ponctionné de 6,6 milliards de dollars pour les mêmes raisons.

D’ailleurs, les grandes banques payent plus d’amendes qu’elles ne versent d’impôts ! Un genre de taxe sur le droit à frauder. Sans grande dissuasion donc.

Cette propension à ne constater que de rares condamnations pénales de personnes morales et/ou physiques à donner à qualifier ses acteurs de « banksters ». Leur établissement bancaire respectif était « too big to fail » (risque systémique, chantage à l’emploi…), ces impunis de fait profitent du nouvel adage : « too big to jail ». Et ce malgré les crises répétitives, globalisées, dont les conséquences sociales sont importantes. Le crime à col blanc ne craint pas l’application des lois ; et de fait, les fraudes sont inversement proportionnelles au nombre de poursuites, de façon de plus en plus prégnante depuis les années 80 (époque de la fraude américaine aux caisses d’épargne qui aura coûté 125 milliards de dollars ; bien loin des 13 trillions qu’a nécessité le sauvetage américain actuel !).

Brèfle, le secteur financier a bénéficié de plus de 5000 milliards d’aide des 27 États de l’UE entre 2008 et 2012 avec très peu de contreparties et des poursuites judiciaires à peine effleurées de l'esprit. Car les institutions publiques semblent convaincues que les banques sont indispensables, au point que des sanctions à leur encontre et des condamnations de leurs dirigeants risqueraient de compromettre la bonne marche du monde.

Pourtant, il est permis de ne pas renoncer à condamner les responsables et c’est l’Islande qui montre encore la voie (elle avait déjà fait la preuve qu'une réfection constitutionnelle était possible par le peuple, via une Assemblée Constituante). Depuis 4 années qu’un procureur spécial a été nommé, des investigations sur les crimes économiques et le secret bancaire sont diligentées. Il faut dire que les dégâts de la crise financière des subprimes ont été importants dans l’île avec la faillite des 3 principales banques du pays qui ne pouvaient faire face à leurs engagements à hauteur de 10 fois le PIB national ! Finalement, les enquêtes ont mené à des mises en examen ; et ces dernières ouvrent droit à des peines de prison ferme pour de nombreux PDG et dirigeants incriminés dans la débâcle. Et l’administration et les politiciens ne sont pas épargnés.

Trading Haute Fréquence

C'est la nouvelle boîte à malices de nos banquiers. Encore appelé THF, cette technique de trading est très peu réglementée. Le THF combine la vitesse à la micro-seconde et des volumes d’échanges incommensurables. Ce qui n’était pas palpable par sa dimension financière gigantesque devient invisible par sa rapidité. A la frontière de l’ubiquité. Les techniques de manipulation s'en trouvent décuplées : les algorithmes sont propriétaires, insondables et ultra-sophistiqués, les ordres passés aussi vite annulés (c’est le cas pour 90% d’entre elles !)… Brèfle, de la manipulation à grande échelle de la concurrence, pour singer une position, intoxiquer et tromper les adversaires de données insignifiantes, les faire trébucher pour en récupérer leur mise. Tactiques de combats rapprochés pour des gains réguliers et substantiels.

Là où le marché attend des liquidités, le THF n’apporte que du volume. L’intérêt se retrouve donc bien mince pour l’économie réelle.

En sus, les automates sont particulièrement nerveux. De quoi provoquer parfois des menaces d’emballement, par mimétisme des robots informatiques, comme ce crash rapide du 6 mai 2010 (-9.2% du Nasdaq en dix minutes, soit 1000 milliards de dollars envolés !) au cours duquel la bourse de New-York a dû suspendre les cotations… pour les annuler et les reprendre à leur cours antérieur. On efface tout et on recommence. Trop voyant. Flash rouge.

Flash rouge tendance stroboscope ? Car le THF représente déjà 50% des transactions sur les marchés en France (75% aux États-Unis) et cette tendance va à la hausse. Faut-il donc craindre une majoration des micro-crashs dans un futur proche ?

Mais d’ailleurs, quel est l’intérêt d’une cotation journalière et instantanée ? L’économie se porterait-elle moins bien si les indices boursiers étaient uniques et quotidiens? Hebdomadaires même, soyons fous ? En tout cas, nous voilà bien loin du principe de la criée qui prévalait à la bourse de Paris il y a encore une trentaine d’années.

Déontologie et morale

La plupart des banques françaises (BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole en tête) financent les industries de l’armement (nucléaire notamment), des travaux controversés par leur impact environnemental (barrage au Congo, mine charbonnière menaçant une barrière de corail en Australie), le secteur du charbon, l’aide à l’accaparement des terres, le secteur des hydrocarbures, la prospection et l’exploitation des gaz de schistes, etc. Il faudrait aussi souligner le rôle des banques françaises (Société Générale, BNP Paribas, entre autres) dans les circuits financiers qui ont permis à d’honorables dictateurs africains de détourner des fonds publics et de l’argent issu de la corruption à leur fin personnelle (les fameux biens mal acquis). Ces lessiveuses africaines sont dévoilées au fur et à mesure des enquêtes des juges d’instruction français saisis par une plainte de l’ONG Sherpa.

Tout cela et tellement plus encore malgré les chartes dont les banques se sont dotées. Une éthique affichée mais dont la mise en pratique souffre de multiples arrangements avec les intérêts pécuniers. Pourtant, certaines banques étrangères ont réussi à exclure totalement de leurs portefeuilles les investissements touchant à l’éthique et la morale. Sans qu’elles ne s’en portent plus mal apparemment.

Pendant ce temps-là, les administrations en charge du travail législatif ou du contrôle et les entités financières s’échangent leurs personnes compétentes. Un jeu de chaises musicales qui n’est pas sans entériner une vision unique d’un monde commun des intérêts particuliers. Une porosité et une consanguinité qui expliquent bien des freins et des revirements décisionnaires de nos exécutifs.

Ainsi, tout dernièrement et pour ne citer que cet exemple, le ministre de l’économie et des finances français est-il issu des rangs de la banque Rothschild (cependant que Benoit de la Chapelle a été transvasé d’une cellule européenne dédiée à la Taxe Tobin vers la fédération bancaire française). Mais le pantouflage n’est pas une exclusivité française : l’ancien ministre des finances du Luxembourg vient de passer à la vice-présidence de la Deutsche Bank, un ancien dirigeant de la banque suisse UBS est devenu responsable de l’autorité de contrôle en charge de la surveillance des banques suisses… Voilà pour les plus récentes nominations interchangeables !

Le livre noir des Banques

Avec toutes ces révélations égrainées au fil de la crise financière globale et alors que la réforme bancaire attendue a laissé place à un retrait des bonnes intentions régulatrices, il fallait un pavé littéraire pour avoir une vue d’ensemble fidèle de la mainmise du secteur financier sur de nombreux domaines de l’économie réelle, en soupeser tous les tenants et aboutissants détaillés.

C’est chose faite avec « Le livre noir des Banques » (par Attac et BastaMag, édition Les Liens qui Libèrent et à commander par là). Fort de démonstratifs détails et d’arguments étayés, ce livre-enquête dresse un état des lieux complet des effets néfastes d’une finance surpuissante, sept ans après la crise des subprimes.

Savoir ce que coûte aux finances publiques ce secteur, c’est mettre en perspective les autres fraudes au regard des 60 à 80 milliards d’euros de l’évasion fiscale évaluée par la Cour des Comptes, par exemple. Car pendant que les scandales éclatent, la crise couve encore et les dérives continuent.

De quoi donner à se pencher sur ce secteur opaque et abscons.

Brèfle, ce livre réaffirme que la crise de 2008 n’est qu’une parmi les plus de 400 qui ont émaillé les années 1970 à 2010. Laissant subodorer que des solutions plus profondes devraient être tentées pour éviter ces cycles de plus en plus fréquents.

Le pot de terre contre le pot de fer

Avec cette accumulation de scandales et de révélations (et encore, faut-il le redire, cette liste est loin de se prévaloir exhaustive), une initiative citoyenne européenne a été impulsée : « pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans », titre un brin ronflant. Son objectif n'en est pas moins salutaire et vise à rendre impossible la création de sociétés écrans au sein de l’Union Européenne, c’est-à-dire de sociétés dont le propriétaire peut rester inconnu. Il s'agit de mieux assurer la transparence des personnes morales et des constructions juridiques. Cette campagne espère réunir le million de signatures requises d’ici octobre 2015 pour obliger les institutions européennes à légiférer.

En 1933, pour faire suite à la Grande Dépression de 1929, les États-Unis avaient mis en place le Glass-Steagall Act (dit aussi Bancking Act) instaurant une très grande régulation du système bancaire et des marchés financiers. Le démembrement de ces barrières et son abrogation finale ont eu lieu au début des années 80 et la période de répression financière se terminait avec une libéralisation et globalisation financière de plus en plus prégnantes.

S’il ne faut pas forcément scander que la finance est une activité inutile à l’économie (la finance peut créer de la valeur), il est vrai qu’à partir d’un certain seuil, à outrance et sans contrôle, la finance peut avoir une activité davantage déstabilisatrice que créatrice de valeur (en quoi l’activité de THF peut avoir une utilité sociale ?). D’où la nécessité de redéfinir des seuils et de reconstruire une régulation, actions politiques attendues.

Les solutions et propositions émanant des ONG et de la société civile ne manquent pas. Soit : un contrôle du système et de ses administrateurs, des sanctions dissuasives, des taxations des transactions, la création d’un service public bancaire, la séparation entre les banques d’investissement et de dépôts, l’augmentation des frais de transactions du THF, la mise en place d’un ratio de capital élevé à 30%, la réduction de la taille des établissements bancaires pour amoindrir leur pouvoir d’ingérence et d’influence et éviter les concentrations, l’interdiction de tout ou partie de la titrisation (transformation des crédits en titres négociables), la limitation des opérations hors-bilan, etc.

Ou encore, plus rigoureusement, saisir les banques, comme une recommunalisation du système de crédit, du bien commun bancaire, pour ne les dédier qu’à leur devoir de servir la société. Car en attendant, et même si des condamnations devaient être prononcées internationalement, le système bancaire mondial n’a pas changé…

Lurinas

[post_title] => [Hollandie] J'Aime Les Banques ! [post_excerpt] => Après Snowden dans le secteur du renseignement, c’est le franco-italien Falciani qui révèle au monde les pratiques illicites d’une banque de renom, par le truchement de 127 000 fichiers informatiques dévoilés. A travers HSBC, c’est toute la machinerie illégale du système banco-financier qui est mise au pilori. Depuis 2008 et la crise financière mondiale, comme un point d’acmé des turpitudes d’un secteur opaque et encore peu inquiété. A éclater entre deux doigts ! [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => hollandie-jaime-les-banques [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-12 09:09:39 [post_modified_gmt] => 2015-03-12 08:09:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34093 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 34088 [post_author] => 2 [post_date] => 2015-03-05 11:13:17 [post_date_gmt] => 2015-03-05 10:13:17 [post_content] => [video https://www.youtube.com/watch?v=PnDgZuGIhHs] [post_title] => Santa Monica : des Rayons X Contre les Préjugés [post_excerpt] => À Santa Monica (en Californie), des couples dansent ou s'embrassent derrière un écran à rayon X, avant de se dévoiler aux passants quelques secondes plus tard. Une façon made in USA pour lutter contre les préjugés et montrer que l'amour n'a pas d'étiquette(s). [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => santa-monica-rayons-x-contre-les-prejuges [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-05 11:13:17 [post_modified_gmt] => 2015-03-05 10:13:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34088 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 7 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 34248 [post_author] => 14 [post_date] => 2015-03-30 16:08:00 [post_date_gmt] => 2015-03-30 14:08:00 [post_content] =>

Les caricaturistes sont l’étendard de la liberté d’expression. Et parce que leurs dessins donnent à réfléchir, émeuvent ou dénoncent, ne laissant jamais indifférents, l’école Estienne et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) entendent soutenir ce métier particulier en remettant un trophée dédié, le trophée Presse Citron. Ce concours annuel et national, ouvert aux professionnels et aux étudiants, récompense le meilleur dessin d’actualité de l’année écoulée.

Un contexte particulier

Cette année plus que jamais, le dessin de presse est à l’honneur. Ou comment des gribouillis peuvent engendrer des conséquences plus importantes que n’importe quel article journalistique écrit. Si les attentats de Charlie et de l’Hyper Casher ont laissé place à une vive émotion nationale et internationale, le temps est maintenant à la méfiance, à l'attentisme, à l'autocensure. Oui, car il est maintenant évident que ces caricatures donnent certains à réagir violemment. Bêtement et méchamment…

Forts d’une tradition française historique, les festivals de dessins de presse sont nombreux sur le territoire national depuis une trentaine d’années. Et si leur visibilité s’était accrue au fil du temps, les derniers événements peuvent faire douter les organisateurs sur le maintien de leur manifestation face aux risques et aux menaces. Sentiment d'insécurité général, pernicieux et diffus, mais qui a le don de faire renoncer.

Ainsi, dernièrement, l’attaque en un lieu culturel danois d’une réunion publique à laquelle participait un caricaturiste suédois (Lars Vilks, auteur d'un dessin polémique de Mahomet), n’a pas aidé à faire retomber la pression et à ramener calme et sérénité dans les esprits. Alors, dans ce même élan apeuré, le Mémorial de Caen décidait d'annuler les 5èmes rencontres du dessin de presse. Quarante-quatre dessinateurs, venus du monde entier, devaient y participer les 10 et 11 avril.

La caricature heurte. Ce qui est pourtant leur objectif premier, étymologiquement, leur volonté intrinsèque initiale. Car oui, la caricature vise à charger. A grossir les traits, à grands coups de crayon. Et c’est souvent grinçant, acerbe. Mais toujours sous l’égide de l’humour, qui doit bénéficier d’une immunité particulière. Le dessin bénéficie justement d’un droit juridique positif de principe. Une permission spéciale est accordée aux caricatures : celle de choquer, sans distinction de bon ou mauvais goût. Une liberté qui nous réapparait bien fragile.

« La caricature et la satire étant par nature abusives, les limites du droit à l’humour doivent être considérées comme des abus d’abus » (Me Basile Ader)

Croquer, déformer, portraitiser, caricaturer. Mettre en lumière un trait de caractère, appuyer une actualité. Ce genre littéraire est délibérément provocant, participe pleinement à la liberté d’expression. Plus que jamais, cette activité artistique et journalistique qu’est le dessin d’actualité doit donc être soutenue et mise en valeur. Promouvoir le dessin de presse est justement la visée (pour ne pas dire le dessein, ouarf !...) de ce trophée. Pour aiguiser l’esprit critique, développer autrement l’intérêt pour l’actualité. Brèfle, émanciper le citoyen et le doter d’armes de jugement personnel pour que les croqueurs ne se fassent plus croquer.

Le Prix Presse Citron

Le trophée Presse Citron a été créé en 1993 sous l’impulsion de l’école Estienne. Cette dernière a vu défiler les taille-crayons et les gommes de nombreuses personnalités, au rang desquelles Cabu (il y a étudié la gravure), à qui elle rendait hommage cette année.

Depuis 2 années, la BNF est le partenaire idéal de cette manifestation. Elle est en effet la mémoire du patrimoine et, dans sa mission de service public, collecte les dessins de presse de façon quasi-exhaustive. Être aux côtés des professionnels et des aspirants dessinateurs, c’est soutenir envers et contre tout cette liberté d’expression particulière.

En pleine semaine de la presse et des médias, le trophée récompense donc les meilleurs dessins d’actualité professionnels et non-professionnels. Le premier volet met alors en lice les meilleurs dessins d’actualité publiés dans l’année ; le second s’adresse aux étudiants des 120 écoles d’Art et de Design de France.

Cette 22è édition s’est clôturée dans la salle des fêtes de la mairie du 13è arrondissement parisien (jeudi 26 mars). Les étudiants de l’école avaient voté parmi les 350 dessins de plus de 100 professionnels de la profession. Les professionnels, quant à eux, faisaient choix parmi une pré-sélection de 300 dessins d’étudiants (sur les 900 reçus). Parmi les thèmes d’actualité les plus fructueux, Charlie forcément, DSK, l’islamisme, Hollande, Le Pen, Poutine, la pollution…

Comme ultime hommage à Charlie Hebdo, c’est la populaire dessinatrice Coco, lauréate 2014, qui présidait le jury professionnel décernant le prix étudiant. L’occasion pour elle de pousser un cri en communion avec l'assemblée !

« Crier, car c’est ça qui représente le dessin. C’est comme un éclat de rire. Ça vient des tripes »

Oui. Un dessin comme un cri dans une page. Une écho dans les colonnes. Une trait strident qui réveille, bouscule, percute, uppercute et donne à réagir.

Les lauréats 2015

"Coup de jus étudiant" attribué à Adrien Bernardet

Coup de jus étudiant 2015 - Adrien Bernardet - Copie

"Coup de foudre étudiant" récompensant Ulrich Leprovost

Coup de foudre étudiant 2015 - Ulrich Leprovost

"Coup de jus professionnel" accordé à Thibaut Soulcié

Coup de jus pro 2015 - Thibaut Soulcié - Copie

"Coup de foudre professionnel" décerné à Pascal Gros

Coup de foudre pro 2015 - Pascal Gros

Au sortir de la soirée, nous pouvons regretter que les étudiants ne se destinent d’ores et déjà qu'à des métiers touchant au marketing, au graphisme, au design, à l’illustration... Mais tout de même espérer quelques vocations naissantes. Un peu trop peu peut-être : Ulrich Leprovost, pourtant lauréat à sa grande surprise du prix étudiant , n’est pas plus motivé par cette hypothétique perspective. Cet animateur 3D, ancien de l’école Estienne, loue l’esprit de liberté de ce trophée et salue la bonne humeur qui prévaut autour de ces festivités. Mais cette expérience ne restera malheureusement pour lui qu’une belle occasion, qu’un acte revendicatif ponctuel. Un coup pour rire stérile donc.

Loin d'être affligés par ce constat, le dessin de presse et d’actualité n’est assurément pas mort. Loin de là. Après tout, nous vivons dans un pays qui a une longue tradition de presse satirique. Il bénéficie maintenant d’une lumière ravivée, même si c’est au dépend d’assassinats ignobles. Appuyés par de nombreux festivals plus ou moins confidentiels (Castelnaudary, Saint-Just-Le-Martel…) lui rendant hommage, distribués par de multiples publications spécialisées les analysant, les disséquant (Humoresques par exemple) , le dessin de presse est plus que jamais visible et attendu par le lectorat.

Il s’agit donc de ne pas élaguer ces racines. Il est d’importance de défendre, a minima de soutenir, la liberté d’expression sous toutes ces formes, dessins et caricatures compris ! C'est l'enseignement que nous pouvons tirer de cette terrible piqûre de rappel : au-delà de la faible allitération du titre, il s’agit bien littéralement de continuer à brandir les crayons contre les kalachnikovs.

Lurinas.

Lien

[post_title] => Des Caricatures Contre les Kalachnikovs [post_excerpt] => Des bulles, comme de petites fenêtres ouvertes sur la réflexion. D’allures anodines, en un espace restreint au strict minimum. Pourtant percutantes. Les dessins de presse soulignent, gueulent, interpellent, crient, gratouillent, chatouillent, rendent hilares, etc. Et ont parfois de grandes répercussions dans la vie de la Cité. Ces crobards méritent bien une soirée de remise de prix dédiés, celle des trophées Presse Citron. LaTéléLibre en était. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => des-caricatures-contre-les-kalachnikovs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2015-03-30 16:56:58 [post_modified_gmt] => 2015-03-30 14:56:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=34248 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 7 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => f9425a281f6e146a415b8bceb31a9ca0 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )