INDEX

WP_Query Object ( [query] => Array ( [year] => 2016 [monthnum] => 02 ) [query_vars] => Array ( [year] => 2016 [monthnum] => 2 [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [static] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [w] => 0 [category_name] => [tag] => [cat] => [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [paged] => 0 [meta_key] => [meta_value] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__not_in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [post_type] => [posts_per_page] => 10 [nopaging] => [comments_per_page] => 25 [no_found_rows] => [order] => DESC ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( ) [queried_terms] => Array ( ) [primary_table] => wp_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( ) [relation] => [meta_table] => [meta_id_column] => [primary_table] => [primary_id_column] => [table_aliases:protected] => Array ( ) [clauses:protected] => Array ( ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [queried_object] => [queried_object_id] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS wp_posts.ID FROM wp_posts WHERE 1=1 AND ( ( YEAR( wp_posts.post_date ) = 2016 AND MONTH( wp_posts.post_date ) = 2 ) ) AND wp_posts.post_type = 'post' AND (wp_posts.post_status = 'publish') ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 10 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 36040 [post_author] => 2 [post_date] => 2016-02-29 20:45:32 [post_date_gmt] => 2016-02-29 19:45:32 [post_content] => ATELIER_FORMATION-LTL Grâce au soutien de la Mairie de Paris (direction de la jeunesse et des sports, direction de la démocratie locale et de la vie associative) LaTéléLibre organise un atelier de formation d’une semaine pour les jeunes parisiens.

ÉDUCATION AUX MÉDIAS ET INITIATION À LA VIDÉO 

Date : du lundi 25 au vendredi 29 avril 2016 (prévoir de grosses journées/soirées)

Ce stage gratuit est proposé pour 9 jeunes parisien(ne)s de 18 à 30 ans. Une priorité sera donnée aux jeunes demeurant dans le périmètre « politique de la ville » du 14ème arrondissement où est implantée LaTéléLibre (1, rue Maurice Bouchor, 75014 – Paris). L’objectif de ce projet pédagogique est d’éveiller l’esprit critique des participants face à l’information et de développer l’apprentissage d’une pratique citoyenne de la vidéo grâce à l’intervention d’une équipe de professionnels (journalistes et techniciens) qui agissent sur le terrain.

Déroulement de la formation

Les stagiaires seront divisés en 3 équipes de 3 personnes et encadrés par 4 formateurs : un journaliste et 3 techniciens référents. 1) Analyse critique de l’information Animé par John Paul Lepers
  • Découverte de la presse du jour.
  • Visionnage critique de reportages de télé.
  • Visionnage du film pédagogique « le montage » qui met en évidence le caractère subjectif du fabricant d’info.
  • Droits et devoirs du journaliste.
L’objectif est de pousser les jeunes à remettre en cause leur jugement face à un reportage, en les aidant à développer leur sens critique tout en questionnant leur propre perception ; ces différents exercices permettront également de distinguer information et point de vue et d’appréhender les difficultés des métiers de l’audiovisuel. 2) De la théorie à la pratique  Animé par trois techniciens et/ou journalistes Romain Potocki, Thibault Pomares et Vincent Massot
  • Découverte de la caméra.
  • Les principes de base : cadre, son et lumière.
  • Le choix d’un sujet.
  • Tournage, montage et mise en ligne
Nous proposerons une initiation à la réalisation de reportages afin d’être à même de réaliser une vidéo simple et de la mettre en ligne. Le principe de la formation est basé sur l’idée qu’il faut : apprendre, faire, se tromper et recommencer. C’est pourquoi chaque cours théorique sera suivi d’une application directe sur le terrain. Les reportages réalisés pendant le stage seront mis en ligne sur le site de LaTéléLibre. STAGE-ERROR-404-LATELELIBRE-3

Pour vous inscrire : CV + lettre de motivation

Envoyez un mail avec votre CV et une lettre de motivation à la rédaction de LaTéléLibre : [email protected]

Clôture des inscriptions : le jeudi 31 mars à minuit

Suite à l’envoie des CV et lettres de motivation, une première sélection sera effectuée. Les candidats retenus seront convoqués pour un entretien (date à venir).

(re)voir un best-of des stages des "reporters parisiens" !

[easyembed field=rpvid] [post_title] => Atelier de Formation Gratuit à LaTéléLibre en Avril ! [post_excerpt] => ATTENTION : DERNIER JOUR DEMAIN ! Vous êtes passionné par le journalisme et la vidéo ? Vous voulez apprendre à réaliser un reportage ? Un documentaire ? Une émission ? Vous avez entre 18 et 30 ans ? Vous êtes Parisien ? Vous pouvez vous libérer entre le 25 et le 29 avril 2016 pour une aventure intense ? Ce stage est fait pour vous. Dépêchez vous, il n’y a que 9 places ! Clôture des inscriptions : le jeudi 31 mars à minuit. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => atelier-de-formation-gratuit-a-latelelibre-en-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2016-03-30 16:49:55 [post_modified_gmt] => 2016-03-30 14:49:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=36040 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 35959 [post_author] => 14 [post_date] => 2016-02-09 17:01:39 [post_date_gmt] => 2016-02-09 16:01:39 [post_content] => Lundi 8 février, 19h30. Paris, XIème arrondissement, salle Olympe de Gouges. Embastillés, huit cents spectateurs volontaires venus visionner en avant-première le premier film de François Ruffin. Ce dernier est le fondateur - rédacteur en chef du journal picard indépendant Fakir. Sa région est frappée de longues dates de plans de licenciements voire de fermetures d’usines et, depuis la délocalisation de Yoplait en 1999, Fakir ne tarit pas d’articles engagés sur les délices du capitalisme et de la mondialisation ultralibérale. Posé ce décor idéologique, Ruffin entreprend en 2013 un film documentaire, forcément orienté certes, mais qui va prendre des proportions inattendues. ruffin

L’histoère d’eùl film

(conseil auditif pour accompagner votre lecture) Pour le dire directement, je ne vous conseille pas la bande-annonce. Mal fagotée à mon goût, elle donne une mauvaise idée du sujet, ne laisse rien subodorer à tort de toute l’énormissime aventure que devient ce pari potache originel, ce bluff grandeur nature. Et de me permettre de vous livrer le synopsis. Car je ne crains pas de vous spoiler l’histoire tant les rebondissements sont à ce point irréels qu’on se demande si nous n’avons pas surdosé notre Lexomil quotidien. De quoi alors vous faire douter de sa véracité et mieux vous pousser, la curiosité chevillée au corps, à vous précipiter dans un cinéma pour mieux en vérifier les faits. Et encore que, même sur place, vous ne résisteriez pas à vous pincer pour le croire ! De l’incongruité des situations le disputant à la stupéfaction. Le pitch est simple : persuadé de l’injustice qui lui est infligée, Ruffin se sacrifie à rétablir l’humanité suintante de Bernard Arnault (PDG de LVMH) aux yeux des employés qu’il a virés dans la région de Valenciennes. Parmi iceux, Jocelyne et Serge Klur, dont la vie quotidienne a été ruinée à la suite de leur licenciement de l’usine Ecce (fabricante des costumes Kenzo). Lourdement endettés, à la merci de la saisie de leur maison, Ruffin tente de les sauver de la catastrophe en fluidifiant le dialogue social et de réconcilier les deux parties autour d’un accord commun : le versement de 45 000 euros pour tout préjudice (permettant de solder les dettes) et l’obtention d’un contrat de travail à durée indéterminée pour pérenniser l’avenir du couple. Le scénario ne cessera de s’étoffer en toute improvisation et prendra des proportions inattendues au fur et à mesure que les minutes s’égraineront. Vous y croiserez entre autres un secrétaire général de LVMH à la langue trop pendue, un commissaire caricatural de feu les Renseignements Généraux (certainement un des personnages du projet de film auquel Audiard lui-même planchait ?), des actionnaires désabusés… Et y apprendrez que Fakir fait plus trembler le milliardaire Arnault que Le Monde ou France Inter. Du rocambolesque. Des péripéties haletantes. Et enfin, contre toute attente, le miracle en épilogue, sans que quiconque ne sache trop comment cet alambiqué stratagème a permis sa pleine réalisation!? Le résultat final est une farce contemporaine que n’aurait pas reniée Molière. Ruffin habille lui-même ses séquences en actes, ornés des rideaux en velours rouge des théâtres à la françouaise. Une épopée improbable qui engrange une débandade générale des dirigeants de LVMH.

I-y-a d’eùl vîe dôchi !

Oui, côté ambiance, Ruffin avait mis les petits Tupperware dans les grands pour faire de cette avant-première parisienne une fête semi-improvisée. La fanfare invisible, une intervention (fictive ?) deux représentants du Merdef (sic) venu suppléer Pierre Gattaz invité récalcitrant, un court-métrage affligeant qui nous mettait sur l'orbite du monde parallèle dans lequel on s’apprêtait à se jeter sans le savoir, Mickaël Wamen venu témoigner de la criminalisation de l’action syndicale, un punch picard… Après la projection, en guise de débat, Ruffin poussait la provocation jusqu’à faire diffuser des questions pré-enregistrées. Un exercice risible et réussi, ultime et originale pantalonnade qui permettait d'éviter les quelques interventions interminables et absconses inhérentes à l’exercice de la parole publique… public

D’ ôcunsi sont maldacôrd

Quand surgissent une dizaine de personnes pour porter reproche à Ruffin à la fin du film, personne ne réagit. Tout le monde pense à un canular supplémentaire, à la fausse rixe façon Ciel Mon Mardi (1990, voilà qui ne me rajeunit pas)…Mais les critiques fusent pourtant et force est de constater que le film, au sein d’un public convaincu de leur objectif commun, ne fait pas l’unanimité.
« Démagogique. Rend coupable de chantage une famille endettée. Se moque de la condition humaine des Klur »
Ce choix de l’humour est pourtant volontaire et défendu par Ruffin. Se refusant au documentaire larmoyant, il souhaitait s’en tenir au registre humoristique alors que tant de documentaires ont déjà traité sérieusement de la condition salariale en milieu néolibéral, avec les figures imposées des interventions spécialistes, qui en sociologie, qui en économie. Les références ne manquent donc pas à ses yeux pour contenter tout le monde. Cette attaque venue du bord politique le plus proche semble bien injuste pour Ruffin. Le film s’est fait avec des bouts de ficelle, en un système D que nous affectionnons également, grâce aux 6437 abonnés de Fakir et aux dons en ligne ; s’est vu refuser par le Centre National du Cinéma une aide de 80 000 euros (un refus unique pour le producteur en 15 ans d'activité…), ne bénéficiera que dans une moindre mesure d’une couverture médiatique (Le Parisien, propriété de LVMH, ne risque pas d’en faire son coup de cœur ; la presse magazine survit grâce aux annonceurs dont LVMH est un des plus importants), etc. Brèfle, « Merci Patron ! », après une confection étalée sur plus de 2 ans et tout à sa tournée éreintante, a besoin d’appuis et de relais.

Émancheu in plan

Invité à la tribune pour quelque analyse et extrapolation, Frédéric Lordon (économiste hétérodoxe, entre autres) est d’abord rassuré de l’enthousiasme partagé soulevé par le film. Il veut croire que ce film ne soit pas qu’un coup mais un phénomène en cours, en devenir. Il se refuse à laisser tout le monde rentrer chez soi sans faire quelque chose de cette énergie retrouvée. Mais quelle action politique ? Quelle action transformatrice ? Voire quelle action révolutionnaire ? lordon Lordon fait d’abord le point sur la situation politique de la France : ce changement ne passerait pas par les partenaires politiques habituels, nommant sans plus de difficulté (qui en aurait douté de sa part ?) Mélenchon, présent dans la salle et surpris par le tacle. Lordon veut croire que ce film sera détonateur de l’universalisation de la lutte des classes, du renouvellement possible.
« De cet événement politique potentiel, il faut faire un événement réel »
  De ce projet informe, de ce pari bluffant, Ruffin obtient, à force d’accumulations de situations improbables un objet cinématographique non identifié. Un projet politique personnel burlesque. A mi-chemin entre les entartrages de Noël Godin et les pièges médiatiques de Pierre Carles. Visionner ce film ne va rien changer au quotidien des milliers d’autres licenciés, ni faire revenir l’argent défiscalisé en Belgique par Arnault lui-même. Il restera à voir ce que tous en feront. Mais, en premier lieu, une tranche de rigolade sur le dos d’un milliardaire ne se refuse pas. Pour le prix d’une place de cinéma, c’est donné.

Lurinas

En salles

« Merci Patron ! », de François Ruffin Sortie nationale dès le 24/02/16 Producteur : Mille et Une Productions Distributeur : Jour2fête

Rendez-vous thématique

  • Débat le 23 février à partir de 19h00 à la Bourse du travail, Paris : « Leur faire peur, oui, mais comment ? »
[post_title] => Merci Patron ! Merci Fakir ! [post_excerpt] => Prenez deux chômeurs picards longue durée, un milliardaire onctueux et son barbouze audiardesque. Faites-les revenir dans une intrigue de pieds nickelés. Saupoudrez de loufoquerie et de machiavélisme. Ajoutez un zeste d’impertinence et le talent de François Ruffin. Laissez mijoter une heure et vingt-quatre minutes et vous obtenez un film inclassable, à ne pas louper, avec de vrais morceaux de vraie vie dedans. Et ce film social, LaTéléLibre l’a vu en avant-première ! [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => merci-patron-merci-fakir [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2016-02-12 14:36:04 [post_modified_gmt] => 2016-02-12 13:36:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=35959 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 4 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 35949 [post_author] => 2 [post_date] => 2016-02-09 11:05:14 [post_date_gmt] => 2016-02-09 10:05:14 [post_content] => [video https://www.youtube.com/watch?v=9omVN_wFAQQ] Réalisation : Amaury Baudoin. [post_title] => Amaury raconte le Bataclan, deux mois après. [post_excerpt] => Amaury Baudoin est un rescapé du Bataclan. Si sa vie a beaucoup changé depuis le 13 novembre, il offre à travers cette vidéo (publiée la veille de la commémorations de la tuerie de Charlie Hebdo) un message d'espoir. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => amaury-raconte-le-bataclan-deux-mois-apres [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2016-02-09 11:08:34 [post_modified_gmt] => 2016-02-09 10:08:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=35949 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 3 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 36040 [post_author] => 2 [post_date] => 2016-02-29 20:45:32 [post_date_gmt] => 2016-02-29 19:45:32 [post_content] => ATELIER_FORMATION-LTL Grâce au soutien de la Mairie de Paris (direction de la jeunesse et des sports, direction de la démocratie locale et de la vie associative) LaTéléLibre organise un atelier de formation d’une semaine pour les jeunes parisiens.

ÉDUCATION AUX MÉDIAS ET INITIATION À LA VIDÉO 

Date : du lundi 25 au vendredi 29 avril 2016 (prévoir de grosses journées/soirées)

Ce stage gratuit est proposé pour 9 jeunes parisien(ne)s de 18 à 30 ans. Une priorité sera donnée aux jeunes demeurant dans le périmètre « politique de la ville » du 14ème arrondissement où est implantée LaTéléLibre (1, rue Maurice Bouchor, 75014 – Paris). L’objectif de ce projet pédagogique est d’éveiller l’esprit critique des participants face à l’information et de développer l’apprentissage d’une pratique citoyenne de la vidéo grâce à l’intervention d’une équipe de professionnels (journalistes et techniciens) qui agissent sur le terrain.

Déroulement de la formation

Les stagiaires seront divisés en 3 équipes de 3 personnes et encadrés par 4 formateurs : un journaliste et 3 techniciens référents. 1) Analyse critique de l’information Animé par John Paul Lepers
  • Découverte de la presse du jour.
  • Visionnage critique de reportages de télé.
  • Visionnage du film pédagogique « le montage » qui met en évidence le caractère subjectif du fabricant d’info.
  • Droits et devoirs du journaliste.
L’objectif est de pousser les jeunes à remettre en cause leur jugement face à un reportage, en les aidant à développer leur sens critique tout en questionnant leur propre perception ; ces différents exercices permettront également de distinguer information et point de vue et d’appréhender les difficultés des métiers de l’audiovisuel. 2) De la théorie à la pratique  Animé par trois techniciens et/ou journalistes Romain Potocki, Thibault Pomares et Vincent Massot
  • Découverte de la caméra.
  • Les principes de base : cadre, son et lumière.
  • Le choix d’un sujet.
  • Tournage, montage et mise en ligne
Nous proposerons une initiation à la réalisation de reportages afin d’être à même de réaliser une vidéo simple et de la mettre en ligne. Le principe de la formation est basé sur l’idée qu’il faut : apprendre, faire, se tromper et recommencer. C’est pourquoi chaque cours théorique sera suivi d’une application directe sur le terrain. Les reportages réalisés pendant le stage seront mis en ligne sur le site de LaTéléLibre. STAGE-ERROR-404-LATELELIBRE-3

Pour vous inscrire : CV + lettre de motivation

Envoyez un mail avec votre CV et une lettre de motivation à la rédaction de LaTéléLibre : [email protected]

Clôture des inscriptions : le jeudi 31 mars à minuit

Suite à l’envoie des CV et lettres de motivation, une première sélection sera effectuée. Les candidats retenus seront convoqués pour un entretien (date à venir).

(re)voir un best-of des stages des "reporters parisiens" !

[easyembed field=rpvid] [post_title] => Atelier de Formation Gratuit à LaTéléLibre en Avril ! [post_excerpt] => ATTENTION : DERNIER JOUR DEMAIN ! Vous êtes passionné par le journalisme et la vidéo ? Vous voulez apprendre à réaliser un reportage ? Un documentaire ? Une émission ? Vous avez entre 18 et 30 ans ? Vous êtes Parisien ? Vous pouvez vous libérer entre le 25 et le 29 avril 2016 pour une aventure intense ? Ce stage est fait pour vous. Dépêchez vous, il n’y a que 9 places ! Clôture des inscriptions : le jeudi 31 mars à minuit. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => atelier-de-formation-gratuit-a-latelelibre-en-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2016-03-30 16:49:55 [post_modified_gmt] => 2016-03-30 14:49:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://latelelibre.fr/?p=36040 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 3 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => 1 [is_year] => [is_month] => 1 [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => badc460b73cce8f4ec4de419a0ce276a [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )