Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

[LE FOSSOYEUR #14] Les Nanars

Publié le | par

Après une semaine qu’on aurait pu vivre comme un mauvais film, le Fossoyeur revient sur l’histoire des Nanars. Vous savez, ces objets visuels non identifiés tellement moisis qu’après leur visionnage, on se retrouve avec des courbatures au bide à force d’avoir pleuré de rire.

Un mot de Thibault… en complément

Quelle joie lorsque j’ai appris que le Fossoyeur allait nous pondre une chronique avec comme topic : les Nanars. Un monde cinématographique merveilleux, mais un monde bien précis pour François Theurel qui distingue rigoureusement « nanar » et « comédie nanardesque ».

En effet, un vrai nanar est involontaire contrairement aux comédies nanardesques qui elles, surfent sur la vague du nul donc fun pour engranger du pognon. Néanmoins, cette dichotomie (outre le fait qu’elle soit parfois visiblement identifiable) demande surtout un culture cinématographique couplée à une certaine dose de curiosité pour bien saisir si oui ou non, le nanar qu’on se matte est volontaire ou pas. Si vous êtes à jeun de cette culture, le résultat sera le même. Un plaisir inédit dont seules les série Z ont le secret.

De mon côté, j’ai grandi en feuilletant le magazine « mad movies » auquel était abonné mon grand frère… Un bijou de la presse spécialisée française qui chaque mois – dans son édition augmentée -, offrait en dvd un bon gros film de série Z. Ayant « commencé » à 10 ans, je dois l’admettre… J’ai vu « l’attaque à la moussaka géante » avant « 2001, L’Odyssée de l’espace »; « O.G.M. : organisme génétiquement meurtrier », avant « Il était une fois en Amérique »; « Piranachonda » (juste) avant « Whiplash »… Et franchement, ça fait un bien fou ! L’important, mais aussi le plus difficile, c’est de ne surtout pas culpabiliser… se dire qu’on perd du temps… Oh, ça non.

Enfin, si par « la chance », (que dis-je, par miracle !) vous croyez encore que « bienvenue chez les cht’is » c’est le top of the pop du lol, alors arrêtez tout et foncez regarder « Pervert » ou « Zombi 3″… Votre vie, votre sens de l’humour – et j’en suis sûr, votre ouverture d’esprit – se trouveront métamorphosés !

Alors voilà, contre les recommandations de l’admirable Fossoyeur, je vous dirai de ne pas vous mettre de barrières si tôt et de piquer quelques idées de films supplémentaires dans la liste que je vous propose ci-dessous ! Et pire, j’ose, et je clame haut et fort que le nanar comporte bien souvent une expression artistique haut de gamme !

Dans la série « Les cul(tes) »

Zombi 3 (là dessus on est d’accord !)
Slugs (dans lequel une armée de limaces envahie une banlieue paisible. Tout ça se termine bien sûr au lance flamme).
RazorBack (car je pense que vous n’avez jamais vu de si gros sangliers…)
Rawhead Rex (Comment dire… les mots me manquent pour cette créature sortie d’un lac).
Pervert ! (du miel, des boobs, un penis en pâte à modelé qui attaque tout le monde… what else ?)
Sex addict (Un homme avec un sexe drogué d’un mètre de long qui trouve enfin son âme sœur : une jeune photographe à 7 clitoris ayant « une période de gestation de 3h »… Celui-ci est assez costaud, peut-être pas pour commencer)
Opération Peur (là on est dans la crème de la crème – et je suis sérieux – c’est de l’art, c’est italien, ancien et c’est très beau)
Les traqués de l’an 2000 (L’affiche du film résume assez bien l’œuvre… Ça pourrait être star wars 7)
Death Race 2000 (Avec Stalone, des coureurs automobile nazis et des décors de fond dessinés au crayon – oui oui, au crayon !)
The Stuff (ou l’histoire d’un yaourt qu’on prélève dans des nappes souterraines comme du pétrole et qui vous saccage de l’intérieur quand vous le mangez… Et avec le budget du film je vous laisse savourer la finesse de la réalisation concernant les scènes où le yaourt s’en prend à votre intégrité corporelle. On touche l’ascèse).
Gorgo (presque aussi bon que godzilla, bien que certains membres du dino soient en papier mâché)
Shockwave (Encore une histoire nazis, mais attention ! Pas n’importe lesquels… Des nazi-zombies !)

Dans la série « un poil glauque » et pas toujours bon enfant

Les masters piece d’Hershell Gordon Lewis, notamment 2000 maniacs de 1962 il me semble, et Blood Feast (assez dérangeant et gratiné)
Last house of dead (celui là je suis content de pas l’avoir vu trop jeune…)

Dans la série des « faux » madmovies, (plus récents), mais que je recommande chaudement !

Zombeaver (des castors… Zombies !)
Shark Avalanche (C’est l’histoire d’un requin venu de l’espace qui a cassé son réacteur spatial lors d’un vol interstellaire et qui s’est retrouvé congelé sur un mont terrestre. Ça vous suffit ?)Pirahanaconda. (Je regrette les effets de synthèses, mais il y a de bonnes punch lines.
Les deux Sharknado. et plus largement tout ce qui commence par « skark… quelque-chose« )
Croczilla, one million dollar croco (c’est chinois et c’est presque trop bien…)

!!! CELUI À ÉVITER À TOUT PRIX !!!
(et là je sais que je vous donne encore plus envie de le voir)

Jurrassic shark (ou les dents de la mer, filmé à l’étang de Carcasonne)

Enfin, je vous recommande évidemment les perles citées par le Fossoyeur.  Vous pouvez d’ailleurs pour certains de ces films, vous faire un aperçu du niveau des répliques sur le site nanarland.com « le site des mauvais films sympathiques »… où vous apprendrez que voir un nanar doublé en VF, apporte une plus-value non négligeable à l’œuvre.

Le fossoyeur de film, par François Theurel.
Texte : Thibault Pomares.

Des liens

Et vous, quel est votre nanar préféré ?

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (2)

  1. Je demande un peu de compassion, mon premier Nanar a été « Du mou dans la gâchette » avec les Volfoni Brothers.
    Attention!