Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

EXTRAIT : CORSE(S), L’AMOUR VACHE !

Publié le | par

UN ROAD-DOC CHEZ LES CORSES

Voici les 5 premières minutes du doc. Lisez les critiques en bas de l’article.

VOIR LE DOC EN ENTIER

Après « Qui a peur des Gitans ? », John Paul Lepers et son équipe partent à la rencontre des Corses. Pas facile!

La Corse, l’île de Beauté. La perle de la méditerranée. Les Français adorent la Corse,
mais… sans les Corses. Vus du continent, on les dit violents, machos, racistes, et profiteurs de l’argent de la République. Les corses veulent bien des touristes, mais aiment faire sentir qu’ils sont chez eux. John Paul Lepers et son équipe arrivent avec leurs à priori à bord de leur camping-car, avec une idée : identifier nos différences afin de mieux comprendre pourquoi, entre les continentaux et les Corses, c’est « l’amour vache ». Un film humaniste fait de magnifiques images, de longs silences et de petites confessions intimes… Pas du scoop, du sensible.

Corse(s), l’amour vache !

Dimanche 8 novembre 2009
à 20h35 sur France 4

Corses, l'amour vache 1

Rediffusions:

France 4Mardi 10 novembre 00h40

France 4samedi 14 novembre 18h05

Sur LaTéléLibre dès le dimanche  15 novembre

Réalisation: John Paul Lepers
Images: Matthieu Martin
Montage: Smaïn Belhadj
Enquête: Marion Galland
Directrice de production: Caroline Lançon
Musique originale: Romain Dudek


LaTéléLibre – ON Y VA!
France • (2009)• 52′•

ITV NOUVEAUX REGARDS AVEC SAMUEL ETIENNE


« L’art du croquis d’une vivacité jamais caricaturale »

UNE CRITIQUE PARUE DANS TÉLÉRAMA CETTE SEMAINE:

Se rendre en Corse avec un camping-car affichant « Corse(s), l’amour vache ! », afin d’élucider quelques clichés courant sur les insulaires, le pari est risqué. Surtout quand le parti pris d’une enquête à la Pétillon s’affiche d’emblée. Mais la décontraction de John Paul Lepers, ce mélange d’humour bienveillant et de franchise faussement candide, cette manière enjouée de ne jamais souligner une vérité qui affleure, ce refus d’en tirer une sentence définitive pointent chez les Corses un sens de l’humour délectable, même lorsqu’il s’agit de machisme, de racisme, d’autonomisme. Mais, passé cette bonhomie qui allège un climat pesant ; le silence. Personne ne parle vraiment. Même aux journées nationalistes de Corte.

Dans ce carnet de voyage allègre, l’autonomiste Stella est aussi touchante dans son passéisme que dans sa décontraction face aux subventions du colon français ; et la manière dont Lepers tente d’obtenir un éclairage sur un attentat qui vient de frapper un restaurant est un délice d’absurde. Mais c’est en s’installant quelques jours à Ota, village de cinq cents habitants surplombant Porto, que le journaliste pointe en douceur la difficulté de s’intégrer, le clientélisme électoral déchirant la communauté, les inimitiés futiles d’un père dont le fils se sent automatiquement solidaire. Un ensemble de petits riens. L’art du croquis d’une vivacité jamais caricaturale.

Bernard Mérigaud

Télérama, Samedi 7 novembre 2009

Corses, l'amour vache 2

« C’est beau comme du Capra »

UNE AUTRE PARUE DANS LE NOUVEL OBS:

On le sait : les Français adorent la Corse. Mais sans les Corses. A les entendre, ces derniers seraient nationalistes, machos, violents, racistes… Du côté corse, les préjugés ne manquent pas non plus. Pour eux, les «pinsuts» (le mot employé par les Corses pour désigner les continentaux) seraient arrogants et condescendants. Pire : ceux-ci se comporteraient chez eux comme en terrain conquis. Bref, entre l’Hexagone et la Corse, c’est l’amour vache. Et ça fait plus de deux siècles que ça dure. Pour mettre à l’épreuve ces clichés, John Paul Lepers s’en rendu dans l’île de Beauté. Son idée ? Y aller en touriste à bord de son camping-car, en jouant la carte du dialogue et de l’humour.
Passé le premier contact pas facile (notamment avec de jeunes nationalistes plutôt glaçants à Corte), beaucoup acceptent de dialoguer. A noter une séquence magnifique dans un village de montagne. Devant le refus des habitants de venir lui parler, John Paul Lepers dresse une table sur la place en attendant que quelqu’un s’approche. Longtemps méfiants, les habitants l’observent de loin. Finalement, un homme du village se décide et vient s’asseoir. Puis un autre… C’est beau comme du Capra.
Patrick Fournier

ITV NOUVEAUX REGARDS “CORSE(S), L’AMOUR VACHE!”

ROAD-DOC-INTERVIEW L’excellent Samuel Etienne interroge le réalisateur John Paul Lepers sur son dernier film en camping-car: “Corse(s), l’amour vache !”, diffusé dimanche 8 novembre 2009 à 20h35 sur France 4. Merci à Grégoire Olivereau et toute l’équipe d’Eden, qui produit les plateaux de Nouveaux Regards. VOIR … [suite...] Publié le 7 novembre 2009

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (28)

  1. Je sens que ça va puer les a priori et les généralités (comme là:  » les Français adorent la Corse. Mais sans les Corses »), mais j’attends le 15 quand même!

    Qui c’est qui s’est pas emmerdé, c’est le journaliste du Nouvel Obs ou France 24..? Quelqu’un a pompé sur l’autre pour l’article de présentation.

  2. on sait aussi que le monde entier adore la France … sans les français !!
    Ce n’est pas si grave .
    un p’tit coup de jus à la mécanique cosmique pour que la planète tourne un peu plus vite , le 15 arrive .

  3. Oups. Je copierai deux fois « le camping-car passe sur France 4 et non sur France 24″, rapport à mon post 1. (Et j’ajouterai « j’m'en fous d’toutes façons j’ai pas d’télé c’est pour ça que j’attends le 15″)

  4. ALLEZ EN CORSE !!!!!
    FAITES LE MËME PARCOURS EN PERIGORD PROFOND OU DANS LES VILLAGES ISOLES DE HAUTE SAVOIE ET VOUS AUREZ LE MËME SENTIMENT !!!
    Finalement ce que l’on aime pas trop en Province , c’est l’arrogance Parisienne et son humour souvent moqueur , cette condescendance de ceux qui sont les meilleurs par l’esprit et le coeur !!
    Je suis souvent aller à PARIS , ben bon Dieu ……. quel mépris , quelle impolitesse ….. c’est vrai c’est une belle ville ……..
    mais on se sent mieux sur le port à Ajaccio devant son pastis !!
    ……. surtout quand les Parisiens sont partis !!!! HA HA HA !!

  5. OUI , allez en Corse , sans avoir l’idée idiote d’y aller , pour étudier les moeurs et coutumes comme vous le feriez en forêt Amazonienne !!! ah , ces parigots , tous des rigolos , ils méconnaissent la France profonde !!
    papi plaisante …….mais ( ????? )

  6. j’aimerais que les soit disant  » pissunti  » qui connaissent bien la Corse réagissent un peu !! ……. à cette expérience !

  7. CHER MR LEPERS savez vous que les 3 quarts des corses ne veulent pas l indépendance , sont républicains , ont voté sarkozi (c est pas glorieux ),qu ils paient leurs impots comme tous les français ! C est bizarre que vous n ayez pas interviewé ces corses là….
    Par exemple moi qui vis à Ajaccio ,bien que trés attachée à mon île, j ‘ ai vecu longtemps sur le continent dont 2 ans à paris ( ville que j adore malgré le manque d humanité des parisiens). Vous ne le croirez peut être pas mais je suis democrate , et je ne suis pas raciste!!!iNCROYABLE NON?!!!
    Voyez vous mr le journaliste il y a en corse des gens intelligents , ouverts , humains et il y a des gens bornés comme partout ailleurs… VISIBLEMENT vous avez préféré nourrir le cliché et interviewer ces derniers….Moi qui vous pensait un journaliste qui sortait des sentiers battus ! Ce n est pas le cas ! Votre regard sur le peuple gitans était beaucoup plus compréhensif et indulgent !
    big up à Pido , pour son humour et au au voisin de Clavier qui est un des seul à avoir bien parlé !

  8. Céleste, attendez un peu de voir le documentaire avant de tancer JPL …je suis sure qu’il a rencontré des corses démocrates et non racistes…

    J’aime cette île, ce bout de France qui semble un condensé des plus beaux paysages du continent…quant aux corses, je suis assez d’accord avec Papi : un condensé aussi de toutes les mentalités provinciales : un peu chauvins, un peu méfiants de l’envahisseur, un peu susceptibles, mais généreux dès qu’ils se lâchent …

    Quand on voit ce qu’est devenu la Côte d’Azur, et déjà le littoral corse, on peut comprendre qu’ils aient envie de préserver leur rythme de vie, leur authenticité…
    Leur Histoire est celle d’insulaires très longtemps et souvent envahis…d’où la tradition des armes..mais c’est surtout dissuasif, je pense.

    J’ai connu la Corse il y a 20 ans, puis y suis revenue quelques fois. J’ai eu quelques sueurs froides au début, puis j’ai appris à ne pas provoquer, c’est vrai !

  9. MOBENSIM, , amica mia !
    en Corse , on est comme ailleurs , tu as raison !
    D’abord c’est une ile où comme je l’ai dit et il y a la montagne !
    Et là comme dans le Massif Central , les Pyrénées , le jura et les Alpes , le paysan , l’ habitant d’ un village perché dans la montagne est d’un tempérament un peu rugueux ! …… il rêve de maintenir comme tu le dis si bien son petit pays intact des spéculations foncières !
    bises et  » pace e salute « 

  10. Pace e salute, Papi , à toi aussi !!!

    Tiens, la prochaine fois, on y va ensemble..moi, je préfère la montagne, l’été…surtout du côté du Giussani, à Olmi-Capella où des amis ( dont Robin Renucci) ont créé un festival international de théâtre depuis 1998….du Théâtre en pleine montagne, sous les chataigners où des comédiens venus des quatre coins du monde, viennent répéter et jouer avec les gens des villages..

    Là, en pleine chaleur ou à la fraiche, on prend sa chaise, son pliant ou son coussin et on vient au spectacle comme on irait à la pêche ou aux champignons…
    Un miracle !!!
    C’est ça aussi, la Corse !!!

  11. Chèr Mr Lepers,
    Tout d’abord le premier cliché, la violence…
    Chez une jeune fille peut rentrer seule le soir, elle ne se fera pas agresser, ou violer.
    Chez nous on ne tue pas les enfants, je ne crois pas que l’on ai retrouvé des bébés dans des congelateurs.
    Nos « vieux » ne crevent pas dans des maisons de retraite ou seuls chez eux, si bien que c’est l’odeur qui en allertent les voisins.
    Pour ce qui est du racisme, en effet on peut apercevoir certaines inscriptions d’une débilité affligeante sur certain mur, mais des cons il y en a partout.
    En revanche les étrangers et plus précisement les maghrebins qui vivent en Corse, y sont tres bien intégrés. Il y a un certain respect mutuel, ce qu’il n’y a pas sur le continent entre français et maghrebins. Et puisqu’on y est, je vais vous raconter l’histoire d’un jeune homme qui vivait en Corse, à Calvi, il y travaillait et avait sa famille. Mais voila il était en situation irrégulière et un matin un avion l’attendait sur le tarmac de l’aeroport de Calvi. Sur ce tarmac et devant l’apareil pour l’empêcher de decoller se trouvait également des Corses, proches ou pas de ce jeune homme. Je crains que ce genre de solidarité soit inexistante sur le continent, et en matière d’expulsion l’actualité et florissante.
    De plus en matière de racisme je vais sous rappeler une triste affaire, celle d’Ilan Halimi. Je pense que vous étes dans une position delicate pour donner des leçons.
    Certains de mes propos sont peut être choquants mais je ne fait que relater des faits. Je n’invente rien il suffit de suivre les médias, cette réalité s’impose.
    Voila, il y a des cons chez, nous il y en a partout.
    La Corse c’est à 10h de bateau de Marseille, mais c’est aussi à 40 minutes d’avion…
    Ah oui un dernier truc, sur ce qui est dit sur l’exercice du metier de journaliste en Corse, c’est énorme!!!
    Surtout qu’il ne se passe pas un jour sans que l’on ne denonce certaine pratique au sein de nombreuses rédactions…( sur le continent )

  12. San Lorenzu, Rusiu …. un peu aprés Ponte-Leccia en allant vers Corti …. sur la gauche un vieux pont génois ……. c’est la Castaniccia dans toute sa beauté !!
    J’ai bien aimé le coup du révolver , comme dans les westerns !!!
    J.P.L. j’ai fait cette réflexion des dizaines de fois !!! hé hé hé !!! j’espère que tu n’as pas mordu !!….. et oui c’est celui qui a le flingue qui a raison et il faut le dire avec un air sérieux our impressionner le touriste !!! ha ha ha !

  13. du travail de journaliste, certainement pas – je n’ai jamais vu une telle nullité sur la corse – cela merite un zéro pointé -

  14. moben cela doit être trés apprécié !!! c’ est super !!
    les artistes aiment bien la Corse , j’ y ai souvent rencontré dutronc et son épouse talentueuse …….il y en a bien d’autres sans compter les artistes Corses eux-même !!!
    BISES !!!!

  15. Cher M. Lepers,

    Votre reportage est intéressant, et il a le mérite de montrer que, en dépit de l’organisation jacobine de la France, la Corse n’est pas une région comme les autres. Elle est une île, et elle est perçue par son peuple, et par les Français, comme particulière. D’autre part, votre reportage fait preuve d’humour et d’ouverture, ce qui est à votre honneur.

    Je me permettrai cependant de faire quelques remarques, à vous et aux internautes.

    Tout d’abord, vous ne rappelez à aucun moment le coeur même du problème des rapports de la Corse et de la France : vous ne parlez pas de la façon dont la Corse a été rattachée à la France. Parce que, sachez-le, la Corse était une République. La Corse était même, dès 1735, la première démocratie moderne de l’histoire – les femmes avaient le droit de vote, et la liberté de culte était totale, y compris pour les protestants et les juifs, , bien avant la révolution française. Et la France a envoyé son armée pour détruire ce régime et envahir ce territoire, sous le regard horrifié des philosophes des Lumières, qui condamnèrent cette conquête. Et cette invasion s’est poursuivie jusqu’en 1870, puisque la Corse était placée sous Gouvernement militaire ! La Corse n’est donc pas une « région », c’est un pays qui a été conquis par une armée, comme le sera plus tard cinquante ans après l’Algérie. Voilà, comment la Corse est devenue française, et cela, avouez-le, cela change un certain nombre de choses…

    Ensuite, si l’on peut trouver des gens racistes, c’est-à-dire des imbéciles, il ne faut pas oublier qu’on en trouve partout. La Corse n’est pas une exception, pas plus que la France ou n’importe quel autre pays, dans le bestaire général de la bêtise humaine, laquelle, croyez-moi, est bien la chose au monde la moins régionale, et au contraire la plus universelle qui soit.
    A ce sujet, il aurait fallu souligner l’implication des partis nationalistes dans la lutte contre le racisme, toujours passée sous silence. Aux dernières élections municipales, la liste autonomiste comportait à Bastia des candidates d’origine maghrébine en position éligible et ce n’était pas le cas dans les partis de droite ou de gauche… D’une façon générale, la plupart des actions militantes contre le racisme sont le fait d’associations autonomistes : et oui !

    Enfin, il aurait été intéressant d’évoquer certaines pratiques de l’Etat en Corse : la justice spéciale, les services de renseignement omniprésents ou encore l’escadron de soldats d’élite pour protéger la villa… de Christian Clavier !

    Cela étant, votre reportage est intéressant et présente une partie de la vérité, ce qui est bien en soi. Il manque juste… l’autre partie. Alors, à quand le second volet : chiche ?

  16. ahlala

    c’est incoyable ce reportage , toujours la meme chose , o, va chercher tout ce qui ne va pas , o, dirait presque un feuilleton , on interroge souvent je ne sais par quel harsard , des gens pas tres sérieux comme le petit con qui dit a francia fora,,,, on ne retiendra que ce pauvre petit con, des problemes de village il y en a dans la france entiere,allez faire un tour en auvergne dans le tarn ou dans l’aude , vous trouvez les memes personnes , et si les corses etaient aussi mechants qu’on le dis il vous auraient cassé la gueule au debut de votre reportage d’emblée , pourquoi n’allez vous pas dans les administrations faire une enquete , je vous aurai guidé ou 80% DES cadres sont francais , et extrement incompetents et fumistes prennosn rdv et je vous fais un reportage sur le comportement des fonctionnaires francais chez nous ..

  17. un autre détails , les nationalistes ne sont surement des exemples pour la jeunesse corse depuis longtemps , et si ils ont des maghrebins sur leur liste ca me faire marer ,si ils preferent les maghrebins que les francais , c’est leur probleme , la grande ma jorité des nationalistes n’aiment pas les maghrebins qu’on se le dise laissez parler la base …..

  18. Salut John Paul,

    Je viens de visionner ton reportage sur l’Amour Vache. Je ne suis pas Corse mais Arménienne. je suis mariée à un Corse qui à l’aide de son histoire, de sa terre, de sa culture et de son peuple m’a permis de m’identifier et de m’enraciner, moi l’Arménienne sans terre, sans patrie…

    J’aime ta télé libre que je consulte tous les jours, mais là je trouve que tes maladresses n’ont pas permis le dialogue. Il aurait fallut prendre l’histoire par le bon bout et poser les bonnes questions pour avoir autre chose que des silences. Les Corses usent de leur orgueil pour exprimer leur faiblesse et leur fragilité.

    L’histoire de cette île n’est que répression, asservissement et famine. Ce peuple à été maltraité, malmené, trompé.

    Gêne et La France n’ont pas hésité à l’appauvrir et à l’affamer en volant ses richesses et ses hommes à chacun de ses confits.

    Les jeunes sont porteurs de cette tragédie. Les anciens préfèrent ne pas envenimer les choses et finalement, au bout du compte, tout le monde se tait et rumine ses rancœurs !

    Alors j’espère par mon témoignage faire cesser les clichés dans lesquels nous serions tentés de s’installer confortablement en tant que Français.
    La Corse est une micro société qui s’efforce, parfois de façon contestable de préserver ses forces, ses valeurs et son territoire. Mais elle a des failles dont certains se servent pour s’enrichir : les politiques, les pseudo-nationalistes et les silencieux. Les autres tentent de faire ce qu’ils peuvent avec tout cela. Pour ma part, c’est à cet endroit que je veux être enterrée auprès de ceux qui m’ont accompagnée dans cette quête identitaire avec mes bonnes et mes mauvaises prises de position politique, philosophiques et autres ! J’aurai tant aimé que tu poses les bonnes questions à Stella ! Une petite étoile dans l’immensité !
    Salut à toi

  19. comme toujours c est les parisiens ….! comme pari s serait agreable a vivre sans les parisiens …
    ici il y a le repect le savoir vivre l entraide …trouvez moi un autre endoit en france similaire j en connait aucun ….je suis corse d adoption je vie ici depuis trente ans et devant chaque porte j ai trouve un ange on a pas viole mon enfant on la surveiller on ne ma pas volle …. on m a donne ….a chaque table je me suis assise…et je connais tous mes voisins …ont me saluent chaque matin je ne suis pas une ombre
    Quand au impot ducon on en payes plus que toi ici tous coutes le double l essence la nouriture les loyes et j en passe ….tu sais parisien que tu est reste chez toi on a pas besoin de toi pour vivre
    Je prefer encore les pierre du fango …!

  20. Bonjour Mr Lepers,

    j’ai vu votre « reportage » rediffusé sur FR3 via Stella hier soir j’ai bien pris soin de noter votre nom dans le générique de fin parce qu’il me fallait absolument que je connaisse le nom de celui qui etait capable de réaliser un « reportage » si creux si plein de …vide si peu abouti … à peine quelques verités effleurées sans reflexion aucunes sur les tenants et les aboutissants…un tas de clichés à peine demystifiées… comme sentiment d’un travail de « non-journaliste » un reportage sans interêt qui n’amene aucune réelle réponse à la question qui soit disant fondait votre reportage « les differences entre les continentaux et les corse »… j’imagine un camping car en plein paris avec l’inscription « parigo… tête de veau » je me demande quel interviews vous auriez pu réaliser…
    avec votre ton « humoristique » et non-chalant sous votre chapeau de paille quelles genres de réponse contient vous avoir… je pensee finalement que vous avez tout à fait eu celles que vous vouliez des « non réponses » à des « non-questions » finissant par des commentaires rigoureusement serieux mais vide d’intelligence…
    enfin voila… finalement vous voyez votre reportage ne laisse pas indifferent finalement vous avez peut être reussi votre affaire…

    bien à vous !