Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

SÉGOLÈNE ROYAL À TOULON : UN MEETING TRÈS PARTICIPATIF

Publié le | par

Mercredi 17 janvier, 19h. Palais Neptune de Toulon. Pour son premier meeting de la présidentielle, Ségolène Royal, en pleine polémique sur le patrimoine des candidats, avait choisi symboliquement Toulon.

Dans cette ville profondément ancrée à droite. 800 militants étaient attendus au Palais Neptune.

Ils seront finalement le double à assister pendant près d’heure au discours de la candidate socialiste, qui se félicitera de ce « souffle d’air extraordinaire ». Une organisation laborieuse, à l’image du début de campagne du PS, mais une belle occasion pour sonder l’opinion sur les débats participatifs, chers à la présidente de Poitou-Charentes. Un reportage de Mickaël Bertrand et Anthony Jammot. Bilan des différents débats participatifs organisés aux quatre coins de France, le 11 février prochain à Montreuil (93).

Les trois personnes interviewées sont par ordre d’apparition :
-Jessy Lopi
-Georgette Guérin
-Armand Coppola

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (6)

  1. Très interressant, je comprend pas Arturo… je trouve scandaleux de prétendre à la participation du public quand on est pas capable de l’accueillir…… De plus, constater que des jeunes sont rompus à la langue de bois c’est dingue….

  2. Alors là, excuse moi de prendre la parole (ce que je n’avais pas encore osé sur ce site que je fréquente quotidiennement) mais ce que j’ai entendu m’a PROFONDEMENT CHOQUÉ.

    Pour avoir organisé plusieurs débats participatifs (à Paris et à Lille) je peux vous assurer qu’aucune question n’est préparée à l’avance dans un débat local. Cela n’aurait aucun sens. Le parti socialiste s’est donné pour mission d’aller à la rencontre du public et veut recueillir sa parole.

    J’admets cependant qu’il faut apporter une nuance pour les débats nationaux (j’entends en présence de Ségolène Royal). J’étais au débat de Roubaix le 19 Janvier, suffisamment proche des organisateurs (je faisais parti des photographes de la Presse) pour avoir compris comment il était organisé. Les interventions des représentants d’association qui avait prévu de poser une question à Ségolène se sont fait connaître dans le demi-heure qui a précédée le débat. L’animatrice savait alors vers où se tourner pour distribuer la parole aux bonnes personnes. Mais l’animatrice a aussi eu l’intelligence de donner la parole à d’autres personnes qui n’étaient pas « connues » à l’avance. Je vous rappel l’intervention de Karim (en substance : pour avoir un logement stable il faudrait déjà avoir un boulot stable) et de la dame qui a commencé son intervention par « Ségolène, je te suis partout » pour lui parler des violences conjugales. Cette intervention très émouvante à littéralement secoué la salle (de mémoire : « que feras tu pour les femmes qui quittent leur maison à minuit, leurs enfants sous le bras, pour se réfugier sous un abri-bus ? » et « je cohabite tout les jours avec le FN »). Sans ces interventions non calculées et non prévues, le débat participatif de Roubaix aurait été vidé de toute sa substance.

    J’espère vous avoir convaincu de la sincérité de la démarche participative engagée par Ségolène Royal et vous avoir prouvé que, non, les jeunes encartés au PS de suivent pas un cours de langue de bois.

    Mage Ivoire, 19 ans

  3. Tout d’abord, juste un petit mot à Arturo pour lui dire que son commentaire est absolument inutile. A quoi ça sert de mettre ça ??? Enfin…
    A part ça, je trouve que ce reportage est très bien réalisé. Bien sûr je ne partage pas du tout les idées de Royal, mais après il ne s’agit que de l’opinion d’un simple étudiant. Toujours est-il que ce site est vraiment très intéressant ; les reportages sont très instructifs et bien construits.

  4. Le commentaire off au début pour nous faire croire que rien n’était organisé et que les gens (la foule !) sont venus d’eux-même, comme ça, c’est nous prendre pour des c… ! Ou alors, on sait pour qui vous roulez, dommage.