Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

SOUS LES PAVÉS, DANIEL COHN-BENDIT 2/3

Publié le | par

L’ACTU

DEUXIÈME PARTIE

En ce joli mois de mai 2008, marqué par le quarantième anniversaire des événements du printemps 1968, l’émission « Sous les pavés… » reçoit Daniel Cohn-Bendit. Après François Bayrou, Bernard-Henri Lévy et Ségolène Royal, Jacques Attali et Denis Robert, c’est le député européen qui accepte notre invitation. A l’occasion de la parution de son livre d’entretien « Forget 68 », le leader historique du Mouvement du 22 mars, ne peut s’empêcher de raconter son Mai 68.

Après l’Intro, voici donc les thèmes d’actualité qui sont débattus : Le hold up de Sarkozy pendant la campagne électorale sur l’opinion publique française, la Laïcité à la française, l’absence de pédagogie dans l’école française, le non-vote de la loi sur les OGM, mais aussi l’Europe avec un retour sur le Non du référendum au traité européen, qui est resté au travers de la gorge du député Vert.

POUTINE, SARKOZY « LE PETIT », ET LES FRANÇAIS

Daniel Cohn-Bendit, évoque l’absence d’envergure du Président français au niveau Européen.
Pour appuyer ses propos, il raconte une rencontre entre les Présidents Français et Russe lors du dernier sommet du G8, le 8 juin 2007. Ce jour-là, Nicolas sarkozy est diminué, car « Cécilia c’est taillée dans la nuit ».
Comme s’il avait été une petite souris, le député Vert décrit le tête à tête entre les deux hommes : Nicolas Sarkozy s’avance vers Vladimir Poutine et lui déclare, « la Tchétchénie ça va pas », « la Russie, la démocratie, les droits de l’homme ». Poutine pose sa main sur l’avant bras du Président et prend la parole « votre Pays, c’est comme ça » montre-t-il, le pousse et l’index écartés de 5 centimètres, puis Dany mime Poutine ouvrant les bras en affirmant, « et la Russie c’est comme cela ».
Le silence envahit le plateau de LaTéléLibre. Les trois journalistes attendent la chute. Dany, malicieux enchaîne sur la réaction qu’aurait, selon lui, du avoir le Nicolas Sarkozy s’il était un grand président, « oui mais l’Europe c’est ça », et il prononce ces mots en ouvrant les bras de tout leur long.

Puis il conclut, sous le regard brillant des journalistes « Le problème de Sarko, c’est qu’il veut être plus grand qu’il n’est » avant d’ajouter « c’est le problème de la France ». Et il conclu « les Français n’aiment pas la réalité, ils aiment à croire quelque chose ».

SARKOZY, COHN-BENDIT ET LE POUVOIR

Pour la fin de cette deuxième partie, Dany raconte sa rencontre avec le Président Sarkozy à l’Elysée.

- Il ne vous a pas proposé de poste?
- Non, moi on ne me propose pas des postes
- Vous l’auriez accepté?
- Non, le pouvoir ne m’intéresse pas


Voir l’Intro:

985 SLP COHN BENDIT INTRO par latelelibre

Autour de John Paul Lepers, Caroline Fourest, journaliste à Charlie Hebdo et rédactrice en chef de Prochoix.org, Émilie Raffoul, responsable de Jeudi Investigation sur Canal+ et Bertrand Delais, journaliste et réalisateur.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (49)

  1. Juste un truc, après l’intro c’est la première partie et pas la deuxième!

  2. J’adore….
    Cohn Bendit est vraiment un mec bien qui n’hésite pas à aller à contre courant de sa « chapelle ».
    Votre émission est excellente dans son concept et dans son contenu. Caroline Fourest est une personne très intéressante. Beaucoup moins le journaleux de rtl… mais justement, c’est ce qui rend votre émission riche et passionnante…
    …la suite.!!!..

  3. Oh, merci de nous avoir invités dans ce parking, où règne clairvoyance, humour et intelligence… Un sous sol où on décolle !!!
    Merci et encore merci et vivement la suite…

  4. Daniel Cohn-Bendit – Le Grand Bazar (Belfond, 1975) :
    Il écrit : ” Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller.
    Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème.
    Je leur demandais : Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d’autres gosses ? Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même (…)
    J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi.”

  5. Dany,
    Utilises ta force de persuasion pour une meilleure efficacité européenne face à la dépendance aux énergies fossiles,
    face aux 80% de flux financiers mondialistes qui polluent le bien-être d’un européen sur deux environ,
    après tu auras mes félicitations,

  6. @Mikaël06
    Tu commences vraiment à nous CASSER LES COUILLES avec tes histoires de « touche-pipi », t’as pas vu qu’içi on s’en tape…qu’il y a des sujets bien plus graves qui nous intéressent plus…
    vas nous commenter intelligement le procès de Fourniret qui doit
    être plus dans le mood de ta perversion…

  7. Daniel CB où le plus bel exemple de retournement de veste de l’histoire… Marre des croque-morts !!!

  8. bon Dany Cohn Bendit, moi j’aime. Donc cette interview ne doit pas s’achever..continuez longtemps encore. Pour la question de l’Ecole en France, le constat est simple: rigidité, esprit étriqué soit , mais enfants défavorisés socialement ou pas il y a de vrais problèmes, il suffit qu’un enfant soit différent, tourmenté, embarrassé dans une famille fragile… lui aussi largué…c’est simple, l’école primaire c’est presque zéro : pas ou très très peu d’histoire alors que c’est le fondement de la société, savoir d’où l’on vient ce qui s’est passé avant…c’est primordial. Ensuite très très peu de « littérature » on ne rédige pas, on lit peu, bref si par dessus tout ce manque de culture on rajoute quelques bonnes heures de TV aux programmes affligeants, et une famille pas cool, et bien votre gamin il entre au collège, il ne sait pas vraiment lire, pas vraiment écrire, il ne sait pas ce qu’est le monde, …pour la faire courte c’est l’enseignement la priorité en France…sinon il ne faut pas se plaindre ni avoir « honte d’être française » car Sarko il a été élu parce que il y a quand même un sacré manque de discernement chez les gens..moi aussi j’ai entendu plein de gens dire pendant sa campagne  » il est fort , très fort » alors là , grand mystère, ses discours étaient creux , totalement dénués de passion, c’était discours politique niveau très bas et au final c’est vrai, l’écouter est devenu pour moi un calvaire. Il n’est pas le digne héritier de 68 , il ne sait même pas ce que cela représentait pour les étudiants les ouvriers, la société, il s’en fout de 68, il ne sait pas comment vivent les gens, il ne sait rien, c’est un mec inculte qui nous prend pour des nazes et si l’éducation nationale ne modifie pas ses programmes, et bien des Sarko on n’a pas fini d’en pondre et la société sera de + en + malade. Bon ça suffit-stop- je dirai seulement il faut réagir et vite please. C’est possible encore.

  9. Voilà quelqu’un qui ne pratique pas la langue de bois et qui n’a pas soif de pouvoir, privilégiant le débat constructif au suivisme des dictats d’un leader!
    Pour rebondir sur la première partie, je suis entièrement d’accord avec l’analyse des problèmes du modèle éducatif français: à l’iufm, la psychologie de l’enfant est une option et la pédagogie n’est pas enseignée… ne nous étonnons donc pas des carences de l’enseignement à la française. Une étude statistique réalisée par Mme Fine avait montré que la réussite au concours d’entrée à l’iufm était corrélée aux résultats obtenus en français et en maths au bac, et à rien d’autres (pas à la vocation, ni aux études de psychologie, de sciences de l’éducation, etc…). Par contre, la socialisation est pourtant considérée comme le deuxième rôle de l’école. Complètement d’accord aussi avec Caroline Fourest sur le problème de clivage entre les classes pour l’accès aux formations supérieures, et en particulier aux grandes écoles. Bien entendu, la ghettoïsation socio-économique et socioculturelle est un lourd handicap, mais pour m’être rendu dans diverses écoles de ZUP à Marseille, en banlieue parisienne, à Arras, Toulon, etc… je peux vous assurer que la motivation des enseignants, le coeur qu’ils mettent à sortir ces enfants de leur ghetto est quelque chose qui ferait envier beaucoup de parents dont les enfants sont dans des écoles « normales ».
    Quant au français vu par un étranger, j’encourage la lecture de courrier international, vous comprendrez mieux l’image que nous donnons dans le monde, et pourquoi le coq, ce petit oiseau agressif au plumage flamboyant mais chantant les deux pattes enfoncés dans le fumier nous symbolise si bien.
    Quant aux OGM, la réponse allemande est géniale et pleine de bon sens: pourquoi n’est-elle pas devenue une directive européenne imposée à tous, quel dommage, car j’ai bien peur que nous ne soyons pas aussi clairvoyants…
    J’attends la suite avec impatience, merci à la télélibre de nous offrir des petits joyaux de cette nature servis dans un écrin de liberté. J’espère queje pourrai d’ici peu verser mon obole pour vous permettre de continuer!!
    Et après Daniel Cohn-Bendit, Besancenot ou De villiers?…

  10. @ catpower: c’est tout à fait ce que je pense: on est en train de former des gamins bling-bling qui ne vivent que pour les marques et qui veulent tous être pleins de pognons et célèbres… et c’est vrai que les gens ont si peu de distance, d’esprit critique, de culture, de soif d’apprendre, de curiosité, qu’ils se laissent hypnotiser par le premier bonimenteur venu (et pour une fois, voilà un mot sur lequel Lacan aurait pu en faire des tonnes sans trop dire de conneries!). Vive la forme, à bas le contenu.. trop compliqué!

  11. exactement, pas de langue de bois, Dany dit ce qu’il doit et le dit bien. C’est un bon analyste.
    Qui est la jolie blonde d’un certain age, pas la jeunette bien sympa mais cette dame au charme ïnoui ?
    bon vivement la suite.
    merci.

  12. Globalement confuse, cette seconde partie. Mais cela est dû, je pense, à la personnalité même de l’invité. Ce type attire la sympathie, il le sait et il en joue. On devine qu’il essaye de prendre les rênes de l’interview, mais il a fort à faire avec la petite bande qu’il a en face de lui. C’est plus de la discussion entre potes d’avis différents qu’une interview d’ailleurs… En tous cas, JPL est au spectacle et jubile comme un gamin ! Je ne me souviens pas l’avoir vu aussi peu interventionniste…
    Concernant les propos de Dany (ça y est, je m’y mets aussi !), je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce qu’il revendique.
    Son explication sur le port du foulard me semble cohérente même si je ne suis toujours pas d’accord avec lui sur la notion de discrimination positive. Je considère que c’est de la merde. Point barre.
    Sur le rôle de l’école dans la société comme lieu d’apprentissage et de d’éducation j’approuve entièrement. Mois aussi je reconnais qu’on a sans doute oublié un peu l’apprentissage mais ce n’est pas une raison pour abandonner l’intégration sociale. Le boulot de l’enseignant, c’est d’être capable de faire les deux ; Apprendre et ouvrir l’esprit. Il reste cependant à modifier les programmes. Plutôt que de réduire les effectifs, le gouvernement ferait mieux de se pencher là-dessus.
    Sur l’Europe, Dany est clairement Pro-européen. Il voit le problème sous l’angle de la double nationalité et ses arguments se valent… Si ce n’est que la France a dit non, et qu’elle est têtue la bougresse ! Elle n’aime pas qu’on lui passe par-dessus la tête ! Quant aux raisons qui ont fait ce vote négatif, je ne suis pas d’accord avec son analyse. J’opterais plutôt pour l’explication d’Emilie Raffoul… les Français ont voulus juste signifier qu’ils existaient. Une piqure de rappel à nos élus en quelque sorte… Car sur le fond, personne n’a rien compris en fait.
    En ce qui concerne les OGM, je trouve que sont idée est simplement géniale. Pollueur payeur, c’est simple et brillant.
    Je l’avais déjà demandé lors d’un précédent point Rouge : Où peut-on trouver ce pavé/livre avec les slogans de 68 ?

    @Romain (post 8), il me semblait que nous étions d’accord pour avoir un débat argumenté ! C’est un peu court jeune homme.

  13. @ 12 , regarde la 1ère bande annonce et tu le sauras !
    @ 8 ,Romain, est-ce que tu as entendu parler de Besson ?pas mal dans la veste reversible !
    Dany, c’est autre chose !il est fidèle à lui-même …Il mûrit bien !
    comme dit cazo, il n’a pas soif de pouvoir …mais il garde la liberté de penser et l’originalité de son penser !
    vite la suite !il n’y a qu’à LTL que l’on peut voir ça !

  14. Le référendum sur l’europe est la plus grande escroquerie intellectuelle du siècle: je vous fais 285 propositions (je ne me rappelle plus du nombre) et je vous demande : alors, c’est OUI ou c’est NON?

  15. enfin quelqu’un qui ne pratique pas la langue de bois!
    ça change des faux discours faux-culs du gouvernement…
    On voudrait nous faire croire que le notre gouvernement est celui de la « clareté et de la transparence » …

    Dans ce cas qui paye donc les aller-retours incessants en jet privé (falcon) de bernard kouchner à sa maison de vacances en corse?

    Utiliserait-il lui aussi un jet affrété gracieusement par Bolloré ? ou profite-t-il simplement des moyens mis à disposition par la république (les caisses ne sont-elles pas vides??) à son usage personnel ?

    http://www.impots-utiles.com/qui-paye-les-week-end-en-jet-prive-de-bernard-kouchner.php

  16. et le droit de réserve monsieur les impots futiles ! KOUCHNER se proméne en CANADAIR si vous savez à quoi ça sert

  17. J’adhère à 100 pour cent à ce que dit ce gars. Il a tout compris, l’incapacité du système scolaire à être efficace car ne connaissant pas la pédagogie ( on va vers le pire en ce moment), le traité européen, les OGM, les Français qui se croient les meilleurs partout ( mais en retard dans tous les domaines , le social, le médical, l’école, l’autisme, l’aides aux familles…). Merci pour cet entretien qui met le doigt là où …..ça fait mal.

  18. Quand vous arrêterez d’inviter des journaleux parigo-ile de france qui disent ou des conneries ou posent des questions à la con je reviendrai ici.

  19. C’est con,
    les mecs sensés ne sont pas avides de pouvoir…
    seuls les cons avides le prennent…
    aidés ils faut le dire par une grosse bande de cons comme…au hasard
    le post 16, qui, sur mes conseils s’essaye à l’humour….
    c’est pas gagné, y’a du boulot… Esseteubanne

  20. @gwendal ( post 15 )

    en effet, je dois avouer que ce genre de petite phrase sans argumentation n’apporte rien au débat, alors de mon jeune âge je vais tenter d’argumenter…

    « l’icône-Bendit »

    On est en Mai 2008, Mai 68 est partout, les 40 ça se fête on est d’accord mais bon ça se fête à tel point que j’ai l’impression que ça devient une marque déposée, Mai68 inc.

    Mais 68, belle révolution des idées, d’une construction d’un nouveau monde social etc… Je vais pas m’étaler la dessus c’est du vu et revu.

    Concernant Danny le rouge ( pas si rouge si on en croit ses positions premières avec la mouvance anarchiste… ) a fait parlé de lui et bizarrement, on a l’impression qu’il ne reste à ces évènements qui ont réuni – rappelons le – 10 000 000 millions de grévistes qu’un seule survivant Daniel CB !!!

    Le pb c’est que ce D. CB est devenu l’icône d’un mouvement à un moment précis d l’histoire mais il a été construit aussi médiatiquement pour se faire le symbole de la commémoration d’un mouvement qu’il vide totalement de ses enjeux ( à mon sens )

    D’une part ça ne favorise pas la pluralité des points de vue et d’autre part l’approche de D. CB est plus que consensuelle.

    D CB joue sur une présentation de ces évènements qui met en avant exclusivement la révolte culturelle, générationnelle et estudiantine mais laisse totalement à l’arrière plan la mobilisation ouvrière et la grève générale.

    Ce discours contribue à construire à mon sens l’histoire d’un mouvement moins conflictuel et dont la finalité aurait été de préparer la société française à l’entrée dans « la modernité » ( entendons libéralisme… )

    Dernièrement D cb l’a clairement dit, il se définit comme « libéral-libertaire », terme employé pour qualifier les soixante huitard gauchiste à leur heures et converti maintenant au libéralisme économique.

    D. CB est un produit des médias, et en se faisant l’icône de ce mouvement si complexe et aux enjeux tellement multiple, tend à le dénaturer, à le vider de sa substance et à en donner une vision plus que consensuelle.

    Il veut enterrer Mai-68 alors moi je dis marre des croque-morts !!!

  21. @ lucifer.

    Besson, Kouchner et toute la clique sont aussi bien dans le genre je vais où le pouvoir m’emmène mais bon, j’ai l’impression que c’est naturel comme mouvement, la nouvelle force politique UMPS fait des émules….

  22. Ah, y’a homonymie et gourance sur le « romain », nous ne recherchons pas le petit Romain égaré dans le supermarché de la contestation mais celui,médecin, qui est prié de présenter sa carte à l’accueil.

    Cher petit Romain, « UMPS » etant un terme issu du vocabulaire FN, si tu persiste à l’utiliser il devrait te valoir une brûlure indienne, une frîte, un remontage de caleçon et un shampoing aux oeufs. Ceci pour t’informer des coutumes en usage, ne doutant pas que tu feras avec raison comme tu l’entends.

  23. Délicat quand même la question du traité européen.

    Bref sinon.

    Excelent ce pavé ! :)

    Miam, on en redemande, LA SUITE Msieur!

  24. arf le terme UMPS n’est point du tout un terme utilisé à la base par le FN ( si on rentre dans ce genre de détail sordide, libéral-libertaire est employé par Soral que nous connaissons tous pour son penchant vers l’extrême droite de l’échiquier politique ) mais a été repris par Lepen a travers l’ouvrage d’un constitutionnaliste qui dénonçait la collusion des deux partis de gouvernement qui attiré par le centre se retrouvait à avoir des positions communes.

    Si je peux me permettre, l’expression est aussi utilisé par le centre ( Modem bien qu’à mon sens le centre n’existe pas ) pour dénoncer les dangers de la bipolarité de notre système partisan.
    Oserais tu cher aslan, accusé le modem de flirter avec le vocabulaire du FN ?

    De plus malgré l’emploi de ce terme qui je l’avoue si il est employé par le FN me plaît déjà bcp moins, ne pense tu pas que les programmes des deux partis se ressemblent. Il y a tellement d’exemples que je ne pourrais les citer ( régimes spéciaux, LRU … ) Rien qu’aux vues des propositions de l’opposition on voit que les cadres du PS joue dans la même cours que ceux de la majorité présidentielle.

    J’enlève donc cette expression mais n’en pense pas moins sur le fond.
    Ce qui est rassurant d’une certaine manière c’est que tu en sois à critiquer un égard de vocabulaire ( que j’admets tout à fait ) plus que le fond de mon discours sur D CB

    Le « petit romain » ne s’est point égaré dans le supermarché de la contestation, car il a clairement défini ses positions.

    Si on en ai à justifier toutes nos expressions le « marre des croque morts’ » est tiré de l’intervention surprise d’un collectif qui a faire irruption sur l’émission de Mr Finkielkraut sur France inter dénonçant cet enterrement médiatique quant à l’émulation politique qu’a crée Mai 68,

  25. Grand merci Romain pour ses développements qui, je le reconnais, posent quelques questions intéressantes. Je ne reviendrais pas sur l’utilisation du terme d’UMPS, si ce n’est que comme mon ami Aslan j’ai sursauté à sa lecture… Mais bon, nul n’est sensé connaitre par cœur les us et coutumes des autochtones du cru!
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que Dany (D CB) est devenu une icône de 68 un peu gênante, dans le sens où une icône est par définition réductrice. Symboliser tout ce qui à fait un mouvement social et politique par un seul homme, occulte forcément la majeur partie du tableau. Mais c’est comme ça, l’être humain, et le Français en particulier, aime la simplification au risque de ne pas tout comprendre…
    Le problème de Dany, c’est qu’il est devenu un homme politique. Et un politique ça soigne son image (quoi qu’il en dise), ça cherche le consensus et la compréhension des masses. Hors de tout ça, point de salut.
    Je suis d’accord avec toi lorsque tu dis qu’il a tendance à mettre en avant le côté estudiantin et rebelle, en oubliant un peu que sans mouvement ouvrier, 68 n’aurait été qu’un bordélique monôme.
    Mais (il y a toujours un mais avec moi), je pense que tu te trompes dans l’interprétation des mots « Libéral-libertaire ». L’adjectif libéral n’a pas comme seul sens que de définir un marché économique libre de contraintes… Je crois qu’il faut le voir dans son sens premier qui est celui du respect des autres, de l’indépendance. Comme dans les termes Démocratie Libérale par exemple. Sous cet angle, je gage que ton analyse pourrait bien se modifier…
    Pour finir, j’ai gouté ta réponse du berger à la bergère dans ton dernier post. Lorsque tu reproches à ton détracteur de se mettre lui-même à critiquer la forme plutôt que le fond… Pas vrai Aslan ?

  26. @post 25 je veux dire que Kouchner se balade en Falcon et alors ! il faut voir les fetes somptueuses que faisaient Fabius quand il était premier ministre et Mitterand qui a élévé, femme amis et maitresses, enfant pendant 15 ans à l’élysée, à Rambouillet etc etc … alors de grace cessez votre comptabilité d’apothicaire …je pense sincérement que BC est un honnete homme ( dans le sens XVII)

  27. En effet, le terme de libéralisme est un terme qui dans le tps a évolué d’une façon péjorative. Si on reprend le sens premier de ce terme, tu as raison de souligner qu’il signifiait indépendance et véritablement liberté ( si on en croit les analyses de Mill ). Cependant, il est difficile d’associer ce terme à une liberté totale si ce n’est économique.
    Or à mon sens cette liberté économique, c’est à dire cette libre concurrence du marché dans l’espace mondialisé dans lequel nous sommes me pose un certain nombre de problèmes.

    juste un petit exemple, le libéralisme permettrai par la mise en concurrence des biens, une meilleur offre pour plus de choix. Or on voit très bien que ce libéralisme tend à la concentration et à la formation de monopole qui amène toutes les dérives possibles et inimaginables ( exemple de délocalisation etc… )

    un autre soucis se pose quand ces principes censé être vertueux sont appliqués dans les services publiques. La LOLF ( Loi organique relative aux lois de finances ) en est un très bon exemple qui en fusionnant ministère du budget et des finances tend à poser la question de rentabilité d’un service public mis en concurrence dans le marché économique.

    On le voit dans les grilles d’évaluation des services public pour juger leur efficacité. SI on les évalue sur l’offre de service public qu’il propose, on peut très bien ( et c’est ce qui est fait ) évaluer de la même façon une entreprise privée qui propose le même service public . On met donc en concurrence deux structures, privé et publique sur un même marché économique alors que ces deux entreprises en sont pas régies par les mêmes règles. On assiste depuis quelques années à une véritable casse du service public au nom du libéralisme et des outils de management privé ( New management public ).

    Le libéralisme est donc à mon sens très péjoratif et concernant D cb ( le berger revient à ses moutons… ) je réaffirme l’expression libéral-libertaire qui est assez significative, je trouve

  28. Oh, Gwendal, Romain, je suis assez primessautier, je l’assume et cette petite fessée active avec bonheur ma circulation.

    Toutefois je ne supporte toutjours pas l’équation UMP=PS. Songez que si LO et LCR ont appelé à voter PS au second tour des présidentielles, c’est qu’il reste des différences substantielles entre ces deux fomations, peut-être pas tant dans l’optique que dans la pratique, ce qui est au moins aussi important.

    Le fond de l’air effraie, à force de dire qu’UMP et PS c’est la même chose certains finissent par le croire, et dans la mesure ou cette critique est sous-tendue par le virage capitaliste du PS il est évident qu’il n’aura pas l’avantage une fois ce sentiment établit.

  29. Le Modem ne fait vraiment pas partie de mes préférences politiques, bien au contraire.

    On pourrait croire que cela montre bien que les deux forcespolitiques UMP PS sont différentes ( eh en effet aslan il faut admettre que les deux partis divergent sur un certain nombre de points, le PS en interne divergeant lui même sur un certain nombre de points…)

    Je reste cependant sur mes positions quant aux discours tenus pas les cadres du PS face aux réformes du gouvernement.

    Je reprendrais mes deux exemples :

    - sur les régimes spéciaux : Hollande et Royal ont clairement dit que cette réforme était nécessaire et ce qu’ils critiquaient dans l’action gouvernementale n’était pas le fond de la réforme mais plutôt le climat de pression social qu’elle mettait en place en poussant les cheminots à faire grève. Segolène royal a dit un truc du genre, aux vues du paquet fiscal et des privilèges que vous accordez à la tranche la plus riche de la population, il est difficile ensuite de porter une réforme dénonçant les privilèges que constituent les régimes spéciaux. Elle a même eu le toupet de rajouter que si elle avait été en poste à l’Elysée, elle aurait user d’une meilleure communication pour passer la réforme sans soucis ( c’est à dire grève etc… Oui Oui, les méchants cheminots qui font grève et qui prennent en otage les gentils citoyens… )

    - second exemple qui me concerne plus puisque je suis étudiant : la LRU. Nous avons pu nous mobiliser contre cette réforme malgré le lynchage médiatique et le soutien inexistant de l’opposition. Là encore, on a caricaturé la situation dans une démarche manichéenne assez honteuse : les méchants bloqueurs fainéants d’extrême gauche ( « khmer rouge » selon un prof de Nanterre ) face aux gentils étudiants, bosseurs qui veulent étudier.
    La encore, Mme Royal apostrophé lors d’une émission chez ruquier sur la LRU, a dit qu’elle était pour cette réforme mais que la façon dont elle était mis en place ne lui plaisait guère.

    Ces deux exemples sont assez significatifs à mon sens de la collusion idéologique qu’il peut exister entre ces deux forces politiques.

    Donc oui j’admets que l’on ne peut pas totalement comparer L’UMP au PS ou inversement mais il faut avouer que ce parti censé jouer son rôle d’opposition ne remplit pas du tout sa charge.

    Je vais rentrer dans mon rôle d’étudiant pointilleux mais tout ceci n’est pas qu’une appréciation politique du système dans lequelle nous vivons. Cette collusion est analysée par les universitaires et je n’invente rien…

  30. @ romain: une bonne analyse… mais je ne suis pas sûr que Ségolène représente le PS… elle représente « elle » et son courant. C’est un peu ce qu’essaient de faire tous les candidats des grands partis à la présidentielle: prendre de la distance par rapport à un parti (puisque cette élection est plus celle d’un individu que d’un programme, même si certains nous font croire que l’on puisse avoir une politique économique émanant du seul pouvoir présidentiel, alors qu’elle dépend davantage des élections législatives, ce qui est le cas dans le cadre des « cohabitations ».) on se doit à cette élection d’être le candidat de tous les français. De plus, n’ayant pas vraiment de lignée directrice car en désaccord avec le PS sur certains points, elle a collé aux basques de Sarko: même erreur qu’avait commise Jospin en parlant de « sécurité ». Les socialos nous font chaque fois le même coup: ils veulent gagner des voix à droite: résultats, ils piquent trois clampins à la droite et en perdent 40 de leur bord… Peut-être qu’un jour ils vont comprendre…

  31. tout à fait d’accord avec toi et on est aussi d’accord que ça met en avant les grands désaccords du PS actuellement qui va d’une sociale-démocratie à la Manuel Valls, Royal, Hollande etc… au NPS de Hamon and Co.

    Bref je me base juste sur la présense actuelle du PS qui au niveau de l’opposition n’est pas là où on l’attends.

    Tout ça pour conclure de la même façon que toi, quand est ce qu’ils vont comprendre…?

  32. Pour ma part, je ne suis pas loin de penser que le PS à définitivement rompu avec le socialisme pour un positionnement plus pragmatique (je déteste ce mot !). Je dirais que cela vient d’une nouvelle génération de militants (ceux à 20€ !), qui pensent sincèrement qu’économie libérale peut cohabiter avec progrès social. Les faits de par le monde nous démontrent que ce n’est pas possible. J’y ai cru moi-même un moment, je l’avoue… C’était au début des années 2000, j’étais encore jeune et con à cette époque…

  33. J’aime beaucoup la télélibre,et notamment sous les pavés…mais serait-il possible d’améliorer le niveau du son car,
    à certains moments(lorsque,par exemple,les intervenants ne s’expriment
    pas à haute voix),c’est quasiment inaudible mais en mettant l’oreille
    pres du haut parleur ?

  34. @ Gwendal

    En effet, on a une totale perte d’idéologie au profit de ce qu’on peut appeler les « catch all party » ou parti attrape tout. Il y a un rencentrage important des lignes du Ps au profit d’un programme consensuel qui puisse rallier l’électeur de droite. C’est quand même assez terrifiant car on arrive à se retrouver dans un paysage politique complètement recadré autour de l’aile droite du PS .

    Si on prend les programmes des partis dit « d’extrême gauche » ( il faut rappeler qu’un parti n’existe que par l’image qu’il construit dans le jeu politique cf bourdieu  » les partis ne se définissent que relationnellement » ) ils sont bcp moins « révolutionnaires qu’il y a 20 ans et se rapprochent plus des idées socialistes d’avant Mitterand.

    Quand je vois Besancenot s’amuser sur vivement dimanche, je me dis que le système va mal car même le parti qui se dit hors système tend à rentrer dans les cases du jeu politique afin de se faire une place dans ce champ concurrentiel…

  35. Non romain, besancenot chez druker, certe le canapé rouge est sympa, mais c’etait surtout car cela lui aura permis de faire parler ceux que l’ont en vois jamais et/ou peu et également de pouvoir parler de ce pourquoi il se bat.

    Ca change, les gens qui ne sont pas coincé ou lobotomisé aurons au moins reçus un autre son de cloche.

  36. Je sais pas si c’est la faute des électeurs, mais je pense clairement par contre que le PS est gangrener par des usurpateurs avide de pouvoir et de carrière.

  37. le politique est la définition même de celui qui est avide de pv et de carrière. La lcr a ce mérite ( j’espère qu’elle le gardera ) d’avoir une sorte de fonction tribunicienne, de canaliser les « mécontents », les « hors système » comme adore les qualifier les médias pour promouvoir un autre son de cloche dans le champ politique mais pas tout a fait dedans vu que la LCR ne peut faire concurrence aux gros partis.

    La professionnalisation de la politique, le vivre pour la politique au vivre de la politique de Max Weber a induit cette soif de pv et de carrière. Besancenot l’a très bien dit chez Drucker, la politique ne doit pas forcément être un métier autonome, la preuve il est pour sa part facteur et vit de son salaire de postier plutôt que de celui de politique

  38. Je plussois à tous ces points de vue, et pour apporter ma contribution pour ce qu’elle vaut:

    Le probléme selon moi est un probléme bêtement architectural, la construction républicaine à été celle des appareils ou est devenu un milieu naturel ou seuls ils prospèrent. Les machines de siége capitalistes ont abordé le machin, s’y sont cramponnées et à part quelques échauffourées tout le monde s’en ai trouvé bien. Il nous manque une machine de siège radicale-démocratique et ses conscrits. Je crois qu’elle viendra, mais j’ai peur que ce soit trop tard pour nous.

  39. bonne intro, mais je cherche encore la vidéo de la partie 2…
    la vidéo est-elle encore disponible?