Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

EROS EN ENFER

Publié le | par

INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

La littérature érotique était-elle si corruptrice de l’ordre social pour qu’elle soit enfermée en Enfer ?

Ce questionnement est au cœur même de l’exposition « Eros au secret, l’Enfer de la bibliothèque ». Pour la première fois, la Bibliothèque Nationale de France expose au public les livres saisis chez les éditeurs pour y être conservés jusqu’en 1969 dans une pièce inaccessible nommée Enfer.

L'Enfer de la Bibliothèque, Eros au secret

Dans ce lieu de fantasmes, Emmanuel PIERRAT, avocat, collectionneur et auteur du « livre des livres érotiques « , nous entraîne au gré d’anecdotes, à butiner dans l’histoire de la censure de la littérature érotique.

En effet, écrivains et éditeurs ont dû inventer des subterfuges -jeux de pistes et réseaux clandestins où des ouvrages étaient déguisés et détournés- afin d’éditer ces fameux livres qui donnent « le rose aux joues et se finissent d’une main »
Quelle soit sublimée ou interdite, la littérature érotique est-elle une tentative pour se débarrasser de cette pulsion qui dépasse auteurs et censeurs ?
Bien que poursuivis et incarcérés (25 ans pour Sade), il semble que rien n’arrête les « pornographes » à jouer avec l’Interdit. Dès lors, la confusion entre le préjudice (judiciaire) et l’offense (morale) qui justifie la censure prend différentes formes selon les moyens de contrôle social de chaque l’époque.
Lors de ce vagabondage parmi livres, dessins, estampes japonaises, photos et inventions érotiques, nous verrons des choses qui vont et viennent… rentrent et sortent… Rires gênés et curiosité titillée se murmurent encore dans l’Enfer, 40 ans après sa fermeture. Et si, par le détour de la sexualité de l’Autre, cette visite nous renvoyait à notre « propre» érotisme ?Suivons donc Eros qui, sous le manteau, n’a eu de cesse de s’évader de l’Enfer dans lequel les pouvoirs religieux et politiques voulaient l’enfermer. Mais, peut-on interdire cette pulsion de vie et ce jusqu’au recoin de notre imaginaire ?..

Martine Pires
Images: Joseph Haley et Jane Schinasi
Montage: Smaïn Belhadj

EXPO: « L’enfer de la Bibliothèque, Eros au secret », prolongation jusqu’au 30 mars 2008
Bibliothèque François Mitterrand, Paris. (Interdit aux moins de 16 ans)

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (17)

  1. En fait, c’est la censure qui crée la licence…
    Beau reportage, et sans doute belle exposition…

  2. Entendu a la radio: »Con:imbecile qui n’a de cet organe ni la profonduer ni le gout »
    C’est beau…de Leon Campion.Chansonnier des annees 50,il me semble.

  3. j’en connais quelque un qui va pas du tout aimer ça!
    le guide est vraiment pro ; et moi, après ça, j’ai éprouvé le besoin de revoir l’Egypte , en DVD. Louksor, Alexandrie, le Caire, le Nil , les fellouques, la rumeur des ruelles , les bleus , roses et ors des ciels …l’harmonie .

  4. Je me souviens avoir lu les 11000 verges d’Apollinaire… J’avais 17 ans et ça m’a marqué. Comme éducation sexuelle c’est quand même mieux qu’un vulgaire porno!

  5. luxure chair le démon de la chair hérétique lubrique, maudite soit la chair maudit soit le pêché pourriture stupre lucre fornication pratiques infâmes répréhensibles que la morale réprouve, horreur et répulsion, repentez vous et vous abstenez de regarder cette vidéo hérétique qui vous conduira droit vers une mort certaine, votre corps consumé par la brulure ardente des flammes de l’enfer HAHAHAHAHAHAHAHA
    HAHAHAHAHAHAHAHA!!!!! TRIIIIIIIIINNNNNNNN

  6. Alors, d’avoir lu Venus Erotica d’Anaïs Nin à quinze ans, ça a pour effet secondaire de se prendre un méga fou-rire à la première minute de film porno… et d’avoir l’impression de se retrouver sur une autre planète!
    Assez d’accord sur le fait qu’il faut un minimum d’interdit pour élever le niveau de qualité des œuvres… légères ?

  7. Je trouve ce guide un peu trivial..on aurait aimé, dans sa bouche …des termes plus raffinés .. que « tirer un coup  » ou « lire d’une seule main »…quand il dit : la loi durcit…on a envie de répondre sur le même ton : « il n’y a pas que la loi..sans doute! »

    .Moi aussi , j’ai fait mes classes avec Anais Nin, Appolinaire et Miler … déteste le porno que je trouve mortellement chiant !

    Et puis…qu’on se sente obligé de prendre un ton suave de circonstance en lisant la littérature érotique, ça me refroidit.
    C’est beaucoup plus « touchant  » quand le ton est naturel.

    L’expo a l’air intéressante, mais l’histoire ne dit pas si tous ces petits trésors sont republiés aujourd’hui et où….

  8. j’ai vu le dernier Rambo c’est super! des tête éclatées, des bras arrachés, des ventres évicairés, trop fort des enfants abattus, brûlés fracassés, des scènes de viol plain mais pas un nichon Trop sale?

  9. La littérature érotique procure le même plaisir qu’une émission culinaire. Lorsqu’on est à la diète, ou en plein régime, ou que c’est la famine, le plaisir de voir une émission culinaire ou de lire une recette est intense, et une simple pensée à des trucs pas si extraordinaires que ça suffit à vous émoustiller . Par contre, quand on a le loisir de composer ses menus, de manger de bons produits, sains, bien préparés, soigneusement cuisinés, alors pour qu’une émission culinaire éveille vos sens, il faut du recherché, de l’innovation, du rêve. Et c’est seulement à ce prix que le plaisir se révèle.
    Pour la littérature érotique, c’est pareil!!

  10. Exellent reportage
    beaucoup d’expositions ou de musées ne sont vraiment passionnants qu’accompagnés d’un minimum d’explications par un guide ou un connaisseur et c’est le « cas » ici (voir le sens etymologique du mot qui donne du relief à l’expression « je vais m’occuper de ton cas »).

    Tout y est, la presse people avant l’heure, la sensure comme aiguyon de la qualité artistique et même les gens qui ne veulent pas être filmés, comme si on était dans un vulgaire peep show, alors que ce lieu fait découvrir un aspect (on peut en préferer d’autres, bien sur) du patrimoine littéraire français.

    Continuez la télé libre

  11. Il est très facile de confondre prono et érotisme. Pour la différence est grande, le porno est vulgaire, bas, vil. L’érostime est coloré de jeux, de fantaisie et de plaisir…

  12. Ca fait bizzare, ces airs sérieux ds un endroit consacré à la bagatelle ; en tout cas ça donne envie d’ aller y voir de plus près. Ne serais-ce que pour plonger sa tête ds l’ espèce de vagin géant d’ où émanent des soupirs prometteurs …

    L’ érotisme est plus artistique, a plus de fantaisie ; témoin les illustrations farfelues que l’ on peut voir ds ce reportage -j’ aurais bien aimé en voir plus -et j’ ai remarqué que c’ est surtout des scènes de fessées qui ont été retenues ; c le caméraman, le monteur, ou le fait que c la pratique la plus représentée ?

    Le porno est un simple spectacle de foire ; sans créativité ni invention. Le relief des formes n’ a d’ égal que la platitude du langage ; et pourtant la langue française est fournie comme un pubis d’ expressions aussi poétiques que bandantes ; prenons par exemple l’ expression « faire l’ amour », qui est sempiternellement traduite par « baiser » ; et pourtant, quand les participants au jeu on de l’ uranium ds le greffier, cette expression pourra avantageusement être remplacée par :

    «Donner le coup de guizo – donner le picotin – bailler son foin à la mule – aller faire voir la feuille à l’ envers – caramboler – enquiller – faire la grenouille à l’ envers – accoler – jouer à la renverse – jouer au trou madame – à touche pipi – à papa maman – au repeuplement – à la bagatelle – au docteur – à sert croupière – se faire racorniculer (Rabelais) – tatter la truite ds un ruisseau privé (M. Proust) – jouer à retourne retourne – à patin couffin – à criquons criquette – au luth renversé – donner ds l’ aubaine – faire la danse à plat – ébouriquer – faire zig zig – faire zag zag (ds le milieu du cirque) – y aller de son va tout – guimbreter – embroquer – godailler – goupillonner – rivocher – ponifler – bistoquer – se faire carilloner (Rabelais) – huïr … »

    Liste non exhaustive.