Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

Expulsion de Roms pour Rien

Publié le | par

Un petit matin du mois d’août, sur les bords de Seine à Ivry. Il fait beau, le soleil se lève. Les forces de police se déploient, des familles de Roumains font leurs bagages après avoir pris leur petit déjeuner. Ils déménagent encore une fois, ils reviendront. Une expulsion pour rien.

Depuis des mois, voire des années, plusieurs dizaines de familles Roms se sont installées sur ces friches industrielles promises à une grosse opération immobilière à quelques centaines de mètres du périphérique parisien. La semaine dernière, les familles ont reçu un avis d’explusion. Ces derniers jours, beaucoup ont déjà plié bagages, pour s’installer ailleurs, ils en ont l’habitude. C’est le département du Val de Marne qui a porté plainte pour occupation illicite et dangereuse, sur cette route qui court le long de la Seine. Les forces de police doivent intervenir ce matin du 21 août. Août, un mois réputé tranquille pour les expulsions…

Le Collectif de soutien aux Roumains d’Ivry sur Seine, très actif depuis 3 ans, a lancé un appel aux quelques militants qui ne sont pas partis en vacances. Ils craignent que les choses se passent mal, que les droits de ces Européens ne soient pas respectés. Ils se trompent, les Roumains ont tout prévus: ils ont acheté des billets de car pour Bucarest, départ le jour même! Les gendarmes et les policiers, présents en nombre sont ravis, ils n’y aura pas de casse ce matin là.

La quinzaine de Roumains pousse les caddies chargés des effets les plus précieux sur la route en pente, ils nous font même un signe et quelques sourires. Ils laissent sur place les forces de l’ordre, l’huissier, l’interprète roumaine, et les représentants de la Préfecture et de la Mairie. Tous regardent cette petite troupe, qui selon la formule consacrée par Manuel Valls, « n’a pas vocation à s’installer en France ».

Le soleil inonde la scène. L’ambiance est bizarre, tranquille, tout le monde a joué son rôle. Des européens, membres de la communauté européenne, viennent d’être expulsés par la France. J’ai un goût amer dans la bouche.

L’action se tenait juste sous le pont d’Ivry qui enjambe la Seine. Le nom du pont ? « Nelson Mandela », ça ne s’invente pas.

John Paul Lepers
Image, montage et musique : Thibault Pomares

EXPULSION-ROMS-POUR-RIEN-LATELELIBRE-2

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (2)

  1. En effet, beaucoup de familles, au courant de l’avis d’expulsion aboutie du conseil général (celui de la mairie ayant été débouté) ont déménagé quelques jours avant sur un terrain vague municipal. La municipalité n’a pas perdu de temps, une procédure d’expulsion est en cours.
    Le 21 août au matin à 6h30, les gendarmes sont arrivés déloger les quelques roumains, 2 jeunes français qui vivaient sur les quais dans leur roulotte. Les caravanes n’ayant pas pu être déplacées ont été confisquées. En effet, les 3 familles de roumains sur place avaient déjà pris leur billet d’avion et les autres familles sont partis la veille ainsi que Mamadou, un africain qui vivait également dans un cabanon avec son chien.

    Aucun diagnostic social tel que prévu par la circulaire du 26 août 2012 n’a été réalisé.

    Vive les médias et leur vision édulcorée!!!

    C’est le collectif de soutien (pro municipalité PC) qui a convié les journalistes une nouvelle fois pour cacher les manigances et la réalité qui est elle plus cruelle .

    Une autre expulsion se prépare dans les jours à venir à Ivry : celle du camp Truillot où 90 enfants sont scolarisés et une centaine de familles y résident depuis février 2011.

  2. Certes. J’ai été témoin d’expulsions à la Porte d’Aubervilliers, ce n’est pas beau à voir et plutôt honteux pour notre pays. Cela dit, réalité complexe. L’une de mes voisines, une retraitée, s’est occupé de très près de l’une de ces familles. Après l’avoir soutenue pendant près de deux ans, fait des pieds et des mains auprès de diverses associations, de membres du Sénat, élus etc… Seule, elle a réussi à faire scolariser les enfants et à faire soigner l’un deux atteint d’une grave maladie. Mais après quelques mois, les parents ont remis les enfants au boulot dans la rue et mis leur fille sur le trottoir à 15 ans. Lorsqu’elle passait les voir au camp, ma voisine n’était pas forcément bien vue. Il y a des caïds, des mafias qui tiennent tous ces gens et qui ne tiennent absolument pas à les voir s’intégrer. Ils organisent le vol, la mendicité, la prostitution. Et puis par habitude, par peur, par fidélité au clan, nombre d’entre eux reculent, même quand ils en ont l’occasion… A méditer…