Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

Jeudi Noir Viré du Squat Matignon

Publié le | par

Florian Pourchi, jeune cameraman qui vient de rejoindre l’équipe de LaTéléLibre, a passé la nuit précèdant l’intervention des forces de l’ordre à l’intérieur du squat. Il nous rapporte les images de l’explusion. Sans commentaires.

Une expulsion musclée

« Expulsion immédiate ». Ce verdict, prononcé le 15 février dernier à l’encontre du collectif Jeudi Noir – qui occupe depuis près de deux mois un immeuble rue Matignon appartenant à l’assureur AXA – par le Tribunal d’instance du 8e arrondissement semblait prévisible. Le collectif peut toutefois se sentir lesé : malgré son combat, l’immeuble ne sera pas reconverti en logement. Et ce malgré les promesses d’AXA qui se déclarait prêt à réfléchir à une réaffectation de son bien innocupé depuis plusieurs années.

L’expulsion a finalement eu lieu aujourd’hui, le 18 février au petit matin. Les forces de l’ordres ont brisé les vitres du bâtiment – qui était barricadé – pour s’y infiltrer et déloger les militants de Jeudi Noir . Dix-huit d’entre eux ont par ailleurs été interpellés, puis relachés peu de temps après.

Jonathan Bordessoule

Reportage : Florian Pourchi

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (16)

  1. les flics répondent aux ordres de sarko,c’est normal sinon ils sont viré!!!c’est sarko qui est un inhumain,et laisseras les jeunes étudiants à leur tristes sort ,de payer des loyer exorbitant,dans des taudis et quelquefois des caves aménagées,as t-il seulement un coeur sarko ont en doute,aucune compassion,les enfants à la rue où en taule y que ça de vrais!!!! sarko veut dresser le peuple!!!!
    pourquoi ne porte t-il pa plainte contre sarko qui ne respecte pas les lois!!! un logement descend,et pas cher pour nos enfants étudiants,et un revenu pour qu’ils se consacrent à leur études uniquement,et pas en plus des études faire un boulot pour vivre,et payer sont loyer!!!! la seule chose qu’il y a à faire c’est la révolution ,je fais que le dire!!!!organisons nous par internet comme la tunisie la fait pour que l’on soit tous dehors en même temps partout en france comme l’apéro saucisson pinard,il y sont bien arriver les ripostes laique!!!

  2. encore des bobos et fils de bobos en quête de mégalomanie !
    et le maire de Paris, Mr DELANOE du Parti socialiste !!! que fait il ??? encore sur son vélo !!!

  3. Ces activistes sont beaux, flamboyants… Et les flics ont l’air de robots décérébrés. Aux extrémités de la nature humaine.

  4. Bonne vidéo qui montre bien comment les choses se sont passées.

    Par contre, qui a ajouté du texte? Il est écrit « février 2010″ à la fin de la vidéo, bien sûr c’est « février 2011″.

    Mais plus grave il est écrit au début de la vidéo « jeudi 16 février à 6h du matin »… l’intervention a eu lieu le vendredi 18 février à 7h30 du matin

  5. « jeudi noir » ou comment se fabriquer une image médiatique en étant gosses de riches et surfant sur la detresse des autres !!! Brigitte n’oublie pas que DELANOUILLE, PS? est maire de Paris tout de même !!

  6. Ils y sont allés avec tact, les boeufs. Pas d’hurlements, d’insultes, de crânes ouverts et de sang coulant sur le visage, ici.

    De tout coeur avec Jeudi Noir ; mais des logements ds le 8ème, à Matignon … pour qui ?

  7. « L’angoisse est pour nous fondamentalement liée à l’inhibition de l’action, dont les causes sont multiples, mais dont une des principales est le déficit informationnel. »

    « De plus, la civilisation industrielle ayant conduit à l’entassement des hommes dans les gigantesques cités modernes, hommes soumis à un travail parcellaire, répétitif et sécrétant l’ennui, l’espace d’improvisation se rétrécissant et les dépendances s’accroissant chaque jour, les seules fuites furent donc la drogue, tranquilisante ou psychotogène, la névrose ou la psychose, le suicide, dont celui des adolescents s’accroit en nombre de façon inquiétante, ou enfin le retour aux mythes répandus par les multiples sectes souvent exploiteuses et cachant leur intérêt économique sous le masque de la spiritualité.

    Enfin, une angoisse qui se cramponne au ventre de tout homme (…), l’angoisse de la mort, demeure toujours présente malgré les efforts faits par les sociétés productivistes pour la faire oublier, car elle risque de diminuer la productivité. (…) Les jeux du cirque banalisés, la pseudo-liberté des vacances incrustée dans la vie journalière, les divertissements innombrables, du plus banal au plus sophistiqué, tentent de faire oublier que la mort est au bout de cette vie sans signification -autre que de recevoir un salaire pour subsister, et acquérir non seulement des biens répondant aux besoins fondamentaux, mais aussi ceux répondant aux besoins acquis, ceux que la publicité a fait naitre, aussi exigeants maintenant que les premiers. (…)

    Pour certains, la science a pu repousser très loin les limites de l’espace et du temps où l’homme est inclus. Mais pour la plupart, ceux dont la représentation du monde ne va guère plus loin que les murs de leur bureau, de leur entreprise ou de leur HLM, l’espace s’est au contraire prodigieusement rétréci. Ils se sentent cloisonnés, aliénés, déboussolés, ne sachant plus devant leurs manettes ou leur ordinateur où se trouve le nord qu’Ulysse, dans sa recherche de la route de l’étain, savait repérer grace à l’étoile polaire. »

    « Quand les sociétés fourniront à chaque individu, dès le plus jeune age, puis toute sa vie durant, autant d’informations sur ce qu’il est, sur les mécanismes qui lui permettent de penser, de désirer, de se souvenir, d’être joyeux ou triste, d’être calme ou angoissé, furieux ou débonnaire, sur les mécanismes qui lui permettent en résumé de vivre, de vivre avec les autres, quand elles lui donneront autant d’informations sur cet animal curieux qu’est l’homme qu’elles s’efforcent depuis toujours de lui en donner sur la façon la plus efficace de produire des marchandises, la vie quotidienne de cet individu aura la chance d’être transformée.

    Quand il s’apercevra que les choses se contentent d’être et que c’est nous, pour notre intérêt personnel ou celui du groupe auquel nous appartenons, qui leur attribuons une « valeur », sa vie sera transfigurée. Il ne se sentira non plus isolé mais uni à tous à travers le temps et l’espace, semblable et différent, unique et multiple à la fois, (…) passager et éternel, propriétaire de tout sans rien posséder, et cherchant sa propre joie, il en donnera aux autres. »

  8. http://le-libre-penseur.skyrock.com/

    P.S. choisis ton camp citoyen.
    Voici quelques liens pour enrichir votre cerveau, afin de mieux comprendre ce grand spectacle qui se déroule sous nos yeux.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle

    http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/59042/date/2011-02-04/article/le-siecle-enq uete-sur-le-club-le-plus-select-de-france/

    Le Siècle, fondé en 1944 par le journaliste radical-socialiste et ( franc-maçon ) Georges Bérard-Quélin (1917-1990) — fondateur également de la Société Générale de Presse
    suite…http://www.republique-des-lettres.fr/10268-le-siecle.php

    ? Tien donc, ( franc-maçon ) c’est quoi ? Vous verrez par vous même, tous et liées.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Franc-ma%C3%A7onnerie

    Un pour tous, tous pourris!!!

  9. tres bien filmé dans la tension et l’invasion.bravo Pour ce qui est du délogement, il faut qu’il y aitnune suite BILATÉRALE entre Jeudi noir 1 consorts et AXA et les institutionnels.où en sont les litiges techniques qui interdisaient à AXA de louer les bâtiments et d’autres? voici une question constructive.Pour ma part c’est pas en mettant une beuglesse derrière les vitres qui s’indigne qu’on la touche alors qu’elle a elle même mis au point cette résistance que la loi ne devrait pas s’appliquer ici. sans casse humaine avec des journalistes partout faut reconnaitre que les flics n’ont pas bavé ici ;allez la négo,aux chiottes les matraques

  10. difficile d’échapper à une sensation de cirque granguignolesque ,
    où chacun joue un rôle , son rôle .
    Espérons que le n ième degré puisse apparaître à tous .

  11. pourquoi jeudi noir n’a pas posé des sacs de sables et coulé du béton pour en interdire l’accès aux forces de police et tenir un siège durable ?