INSCRIPTIONS SUR LES LISTES ELECTORALES : LES CHIFFRES OFFICIELS

Publié le | par

Le ministère de l’intérieur vient de publier, le lendemain de la prise de fonction de François Baroin, les statistiques officielles concernant les inscriptions sur les listes électorales. Par rapport à l’année 2006, nous assistons à une croissance de 4,2 %. Le nombre d’inscrits est de 44,5 millions de Français.

Les trois premiers départements dans lesquels on assiste à une hausse sont en Ile-de-France : 9,6 % à Paris, 8,5 % en Seine-Saint-Denis, 7,9% en Hauts-de-Seine. Les hausses les moins importantes ont eu lieu dans des départements ruraux : 0,3 % en Creuse, 0,4 % en Haute-Marne, 0,8 % dans le Cantal.

Cette croissance est habituelle pour une année de scrutins présidentiel et législatif : en 1981, la hausse était de 3,7 %, 1,9 % en 1988, 2,1 % en 1995, 2,3 % en 2002. Le chiffre de cette année s’explique essentiellement par les différentes campagnes d’incitation à l’inscription sur les listes électorales ainsi qu’au nombre important de jeunes accédant à la majorité.

Partager cet article

Les commentaires (7)

  1. A noter une forte hausse dans les DOM TOM :
    Mayotte +11,94 % , Guyane +11,07 %, Polynésie (+10,44 %).
    Ainsi que chez les expatriés : 160 000 nouveaux inscrits soit 17,7 % d’augmentation par rapport à 2006.
    Mobilisation hors de l’hexagone donc…

  2. Le tout c’est d’être inscrit sur les listes électorales.

    En attendant, il faut souhaiter que le taux de participation soit élevé et que l’on dépasse les 80%.

  3. SCENARIO « FLORIDE » : DANGER IMMINENT
    Nous sommes dans un paradoxe incroyable: alors que la campagne semble intéresser et mobiliser toujours plus de citoyens, des risques très importants, inédits en France, pèsent sur le principe même du contrôle citoyen des scrutins.
    Il nous reste moins de 3 semaines pour obtenir le retrait des ordinateurs de vote, abusivement renommés « machines à voter » , qui n’ont d’autre vertu prouvée que leur extrème facilité de piratage et d’espionnage.

    Pour ceux qui ne se sont pas encore au courant, le sujet est maintenant abordé sur les sites des principaux médias.
    Un site centralise les infos et les principaux liens sur le sujet, et on peux y signer une pétition (mieux que rien tant que les principaux candidats ne bougent pas)
    http://www.recul-democratique.org/
    Si rien n’est fait, ces ordinateurs seront les seuls dépositaires des votes de plus de 1,4 millions d’électeurs !

  4. à quoi sert la carte d’électeur puisqu’il est possible de voter avec sa seule carte d’identité (présentation d’ailleurs obligatoire au moment du vote)
    donc pour faire des économies supprimons la carte d’électeur (0.05€ d’envoi sur le compte des mairies + les frais de fabrication…) et que les mairies signalent simplement par au nouveaux arrivants leur inscription sur les listes électorales et les coordonées de leur bureau de vote – grosse économie assurée

    en ce qui concerne les machines à voter l’expérience américaine est édifiant et les avis convergeants des informaticiens laissent un très gros doute sur la sureté de ce système donc…

  5. Un article sur les chiffres des nouveaux inscrits :
    http://www.ps-gentilly.org/article-6190114.html

    Extrait : « On peut alors expliquer près de 85% des écarts de croissance du nombre d’inscrits entre départements métropolitains. En moyenne 10 habitants en âge de voter en plus dans un département font 4 inscrits supplémentaires. L’autre variable déterminante est le taux de non inscrits : un taux d’inscription inférieur de 10% dans un département se traduit par une croissance des inscriptions supérieure de 1,5 points de pourcentages. »