Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

Eva Joly 2012 : Pourquoi ça ne Marche Pas?

Publié le | par

En perte de vitesse dans les sondages, Eva Joly a tenté de relancer sa campagne lors d’un grand meeting à Roubaix. La candidate EELV à l’élection présidentielle est apparue, pour une fois, bien soutenue par les leaders du parti écologique présents. La présentation de son programme était à l’ordre du jour devant un auditoire qui peinait à s’accrocher, de moins en moins convaincu par l’ancienne juge d’instruction.
LaTéléLibre était dans la salle, avec une nouvelle recrue: N’Fanteh Minteh, venue des Reporters Citoyens, et qui entame un stage de 6 mois à LaTéléLibre. Elle signe le texte de cet article. Bienvenue à elle!

Portés par de bons résultats aux dernières élections régionales de 2010 (12,18% au premier tour), les écologistes pouvaient espérer une dynamique lors de cette présidentielle. C’est tout le contraire. Alors que se passe-t-il? Pourquoi Eva Joly, qui a brillamment remporté la primaire contre Nicolas Hulot au printemps dernier, plafonne autour de 2% dans les intentions de vote? S’il est vrai que les candidats Verts n’ont jamais confirmés leurs performances électorales lors de l’élection présidentielle, un malaise est palpable ches les militants.

Eva Joly, malgré ses grandes qualités de probité et de sincérité, semble ne pas avoir pris la mesure de l’importance du discours dans la vie politique Française. Le verbe reste un passage obligé d’un campagne présidentielle.  Alors, avec les militants et les conseillers politiques, nous avons cherché à comprendre…

John Paul Lepers
Image: Matthieu Martin
Montage: Etienne Broquet

Ajout du 22/02/12

Lors de mon passage dans l’émission « des clics et des claques », hier soir sur Europe 1, Guy Birenbaum m’a reproché de ne pas avoir « disclaimé » le fait que mon fils, Elliot Lepers, était le directeur artistique de la candidate Eva Joly. Il a tout à fait raison, et je m’exécute donc ici. Heureusement qu’Elliot n’écrit pas les discours de la candidate…

John Paul Lepers

Le discours complet d’Eva Joly

Les militants d’Eva Joly hésitants et incertains

Un millier de personnes étaient attendues à Roubaix pour ce rassemblement dans la salle Watremez, aux allures d’un ancien entrepôt. Les premiers arrivants ont fait une entrée remarquée, et surprenante : « Avec ou sans papiers, tous travailleurs ! », scandait un collectif de sans papiers. Accueillis sans heurts par le staff d’organisation, ils ont été installés au fond de la salle joliment décorée en vert.

Une ambiance festive et offensive

A moins d’une heure du début du meeting, les chaises couvertes de banderoles « L’écologie, c’est la solution » peinent à se remplir. Sur une musique entraînante du groupe Constantine-Paris-Roubaix, l’arrivée de la présidentiable n’est plus qu’une question de minutes. C’est finalement une petite salle comble de plus de 1500 personnes qui se tient prête au lancement du programme d’Eva Joly, accompagnée de Cécile Duflot et Noël Mamère.

Nous allons indiquer aux pisses froids et aux casses couilles que nous n’allons pas arrêter!
(Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts)

Les discours des ténors du parti se veulent à la fois rassurants et combatifs. Tous essayent de redorer l’image de la candidate, tant décriée par une partie de la gauche et de la droite. La plus méchante perle est décernée à Nadine Morano : « le problème d’Eva Joly ne vient pas que de son accent, c’est aussi physique ».

L’objectif est clair, les grandes figures du parti d’EELV tentent de rendre la candidate plus humaine et répondre aux attaques directes sur son parcours et ses traits de personnalité. « On t’aime pour ce que tu es, on est fiers de ton accent, de tes valeurs, de ton histoire », affirme Dominique Voynet, l’une de ses porte-paroles pendant cette campagne, et ancienne candidate du parti Vert en 2007 (1,57% des voix). Noël Mamère en remet une couche, en lançant au public « n’ayez pas peur qu’on vous prenne pour des cons! ». C’est clair, devant les attaques extérieures mais aussi internes au parti, les responsables présents ont décidé de mettre le paquet pour redonner confiance aux militants et manifester leur soutien à la candidate.


LES TÉNORS D'EELV RASSURANTS ET COMBATIFS par latelelibre

Un discours hésitant

C’est donc un parti unifié et rassemblé qui laisse place à Eva Joly, dont le discours démarre avec une touche d’humour ch’ti : « J’ai vraiment grand plaisir à venir dans ch’nordch ». Succès garanti dans la salle. Après avoir fustigé le mandat de Nicolas Sarkozy et sa tentative d’élimination du juge d’instruction parce qu’il avait « peur de l’affaire Karachi« , la candidate aborde ses mesures, devant des spectateurs  attentifs, mais plutôt calmes. Au programme du projet écologique : « Du bio dans toutes les cantines » d’ici 5 ans, « la fermeture de toutes les centrales nucléaires » d’ici 20 ans… Si le thèmes abordés emportent la sympathie du public, un manque d’enthousiasme et de ferveur semble se faire sentir face à ce discours monocorde, quelque fois hésitant et peu structuré.

« C’est dur! soupire un militant d’EELV de longue date. Le problème d’image de notre candidate a un impact négatif sur le contenu, et j’ai peur que nos électeurs potentiels abandonnent le navire avant l’échéance présidentielle ». Pour beaucoup, le score des Verts aux élections régionales ouvrait la voie pour s’imposer dans le paysage politique français. Mais les espérances se réduisent, la déception et le découragement prennent place. « On espère au moins décoller de ces 2%, faire mieux qu’aux dernières élections présidentielles » explique une Roubaisienne.

Jusqu’ici un peu bancale, la campagne d’Eva Joly devrait néanmoins se poursuivre jusqu’à son terme, n’en déplaise à certains membres du parti, comme Daniel Cohn Bendit. Une chose a été claire à Roubaix, Eva Joly ne compte pas se désister. Et puis, une militante écolo se console, « de toute façon, nous nous ne sommes pas pour le renforcement du pouvoir du président, Nous on aime le parlementarisme, alors tout le pouvoir au Parlement ! ». Ça tombe bien, l’accord entre EELV et le PS pour les législatives, offre une perspective plus rose pour le parti vert.

N’Fanteh Minteh

Liens

Voir le site d’Eva Joly

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (21)

  1. JPL je vous aime beaucoup mais là vous jouez au même jeux que les autres journalistes, le jeux extrêmement dangereux pour la démocratie, qui transforme la politique en show, où l’apparence compte pour beaucoup et la parole ou les idées sont reléguées au second plan.

    Eva Joly n’est pas une bête de meetings, mais ce qu’elle dit et son parcours sont bien plus encourageant que pour Sarko ou la moule, car ces deux là ne veulent surtout pas modifier le cadre actuel, ne surtout rien changer en profondeur.

    Sarko était LA bête de show politique, et on voit où ça mène!

    Regardons ailleur, On peut pas dire de Merkel soit une bête à meeting, et pourtant les allemands ont voté pour elle.

    Arrêtons de chercher un nouveau De Gaulle.

  2. @ Rahan,
    Je comprends votre critique, mais ce n’est pas juste de dire que je réduise ici ou ailleurs, la politique à un show. Dans ce reportage, certes anglé sur le fait que la campagne d’Eva Joly piétine, nous abordons aussi le fond avec des militants et des élu(e)s (social, nucléaire, croissance…).
    Je ne sais pas si vous étiez à Roubaix, mais toute l’équipe de LaTéléLibre a eu ce même sentiment: le message de la candidate avait du mal à passer, même chose chez des militants (voir le papier de N’Fanteh et certains proches de la candidate. Je viens de d’inclure le discours d’Eva Joly dans l’article (51 minutes), afin que chacun puisse se faire une opinion.
    Il ne s’agit pas de demander à Joly de faire la bête de tribune, mais tout simplement de prendre en compte la réalité d’une salle de meeting. Nous ne sommes pas dans la lecture d’un programme, mas dans un dispositif où des centaines de personnes sont venues à la rencontre de leur candidate. C’est d’un rapport physique qu’il s’agit, dans un espace construit, avec des lumières, de la musique, des slogans, une tribune, des micros et une sono. Une sorte de communion en fait. Ce « spectacle », construit autour de la parole et du verbe, est une part importante de l’expression des idées politiques.

    Salutations citoyennes,
    John Paul Lepers

  3. Ce qui coince c’est qu’elle semble être quelqu’un de très tranquille, de très modéré. Quand elle parle, elle ne déclenche pas une grande ferveur… Mais, c’est justement ça qui est intéressant…

    Parce qu’au final, ce qui reste c’est son programme ET

    son programme est vraiment alléchant… Vivre de manière agréable avec le nécessaire sans détruire notre planète.

    http://www.lavoixdunord.fr/multimedia/presidentielle/images/Programme%20Eva%20Joly.jpg

    Et personnellement, j’ai beaucoup apprécié son discours…

  4. Mme Joly est sincère et crédible quand elle ne lit pas un papier Elle n’a rien d’un rhéteur, encore moins d’un bonimenteur dont le pire est Sarkozy ( derrière lui, pas loin, X Bertrand).
    Mme Joly n’a pas les tares des politicards. Il ne faut pas non plus cacher que son accent n’aide pas à galvaniser les foules mais ça ne dure que quand elle est hésitante.

  5. merci de defendre la justesse, les changements,
    merci d etre une femme a dendre demain
    merci d etre une femme ouverte au monde
    gardez votre fond detonant sur la verite, la justice, sur l’emploi
    lecologie c est pour demain pour la planete
    bravo pour les lunettes

  6. Bonjour,

    Je pense que votre article est globalement objectif ; il y a eu bien pire un peu partout …

    Exceptée la question de l’hésitation et l’incertitude des militants… qui fait malheureusement le gros titre. Il me semble hardi de tirer une conclusion aussi claire du ressenti des militants ou sympathisants : sur les trois personnes que vous citez, seule la première exprime un découragement; la deuxième tient juste compte de ce avec quoi on nous bassine encore, toujours et à jamais, à savoir les SacroSaints Sondages.

    Je souhaite donc ajouter mon avis sur la question, en tant que personne présente au meeting ! J’ai été très enthousiasmée, et convaincue de la pertinence de leur programme, ainsi que de la capacité et la détermination d’Eva Joly à le défendre et le mener.
    Je regrette justement la trop grande importance du « spectacle » en politique, qui prend presque toute la place dans certains médias (à savoir ne prler que de la forme et pas du fond).

    Le public présent au meeting, « militants » et sympthisants d’EELV, étaient calmes, peut-être parce qu’ils n’ont pas besoin- voire n’aiment pas pour certains- la ferveur et les cris pour être convaincus. C’est bien sûr mon avis… subjectif !

  7. Je suis un peu déçu par ce reportage, et pour deux raisons :

    – le sujet est fortement orienté par les résultats des sondages, et il faut vraiment arrêter de se baser là dessus pour faire du commentaire politique (je conseille vraiment la lecture d’un petit livre : http://www.lavillebrule.com/fr/manuel_anti_sondages._la_democratie_n_est_pas_a_vendre_)

    – Eva Joly paraît en effet moins bonne oratrice et moins à l’aise dans les meetings que d’autres candidats, mais le reportage n’est pas allé bien plus loin que cela. Être charismatique peut être un atout, mais ce ne doit pas être ce qu’on demande fondamentalement à un candidat. Ce qu’il faut, c’est d’avoir des idées qui ont du sens dans le contexte actuel. Or certaines idées du programme d’EELV ne sont pas mauvaises du tout, et méritent d’être débattues.

    Au final c’est un peu dommage de survoler la question des idées d’EELV (avec l’intervention des militants au début), et de consacrer le gros du sujet à ce que font l’ensemble des autres médias : celle de l’image et de la communication.

  8. Bonjour,

    J’ai regardé votre reportage et je dois dire que je suis un peu déçus. En effet Eva Joly n’est pas une bête de scène mais ce qui compte, n’est-ce pas le fond ? Si seul les grands shows ( et la forme ) peuvent apporter la victoire alors c’est bien triste. Eva Joly et différente des autres candidat-es et temps mieux !

    Autrement, il serait intéressant de demander aux divers candidat-es et autres hommes/femmes politiques ce qu’ils-elles pensent du problème des parrainages de Marine Le Pen ? J’aimerai vraiment savoir qui sont ceux-celles qui défendent réellement la Démocratie.

  9. J’étais au meeting, et je ne comprends franchement pas comment on peut en ressortir en disant que les militants n’y croient pas et que la salle avait du mal à se remplir ! Nous étions tous derrière notre candidate, et la salle était bourrée à craquer !

    Le discours d’Eva est arrivé après celui de tous les grands orateurs du parti, et a été un parfait contrepoint, pondéré, éloquent, dans le fond plutôt que dans la forme. Tout le monde était attentif, car quand Eva parle, elle dit des choses captivantes, comme cette fois sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. Mais là, curieusement, quasiment aucun journal n’a eu le cran de travailler sur ce qu’elle a dévoilé, tout simplement parce que cela aurait demandé un véritable travail de recherche.

    Une chose encore : la journaliste a visiblement fait son boulot ; c’est le titre qui cloche et là, c’est la rédaction qui est à la traîne. A revoir pour la prochaine fois, même si c’est négatif.

  10. Je suis choquée par la manière dont le journaliste aborde les sympathisants ou élus ou militants : il a une idée négative dès le départ et veut à toute force contraindre chacun de la partager ! Ce n’est plus du reportage mais de l’intoxication ! Heureusement on lui répond intelligemment mais on a du mérite !!! Je ne connaissais pas cette « télé libre » mais elle ne me semble pas libre du tout, elle colporte les bêtises habituelles des médias officielles et de la formation journalistique : faire le buzz, favoriser le superficiel et le mauvais esprit ! Navrant !
    Ecouter attentivement une candidate qui apporte des vérités et des solutions positives est tout à fait normal non ?

  11. Les écolos ont fait les malins en choisissant Eva Joly pour les représenter. Il me semble que Nicolas Hulot ne plafonnerait pas à 2,5% si ils l’avaient choisi. Voilà ce qui se passe quand on veut jouer l’intégrité au lieu de penser aux résultats (bon c’est de la faute à Hulot aussi, de pas avoir fait campagne de croire que c’était du tout cuit).
    Sinon perso je la préfère avec ses lunettes, on va dire que c’est pas important , que ce qui compte c’est les idées, mais elle me rebute vraiment physiquement sans les lunettes, elle fait même peur lol

  12. @dewez et @j.benoist

    En choisissant ce titre, mon intention n’était pas de remettre en cause le soutien des militants. Je voulais mettre en avant qu’au delà du fait que les militants croient au programme d’Eva Joly, le problème d’image de la candidate est source d’inquiétude parmi les militants. Même si j’entends bien votre argument selon lequel le fond doit être plus important que la forme, il reste que dans une campagne présidentielle, la forme fait parti du fond et reste donc non négligeable.

    Cordialement,
    N’fanteh Minteh

  13. Le » problème n’est pas Eva Joly, le problème c’est les verts qui la regardent comme des parents soucieux d’une enfant qu’ils présentent à la kermesse, prometteuse mais mal habile. le problème c’est qu’il semblent dépassés par une idée formidable et en avance sur les autres, par une révolution qui se fait sans les attendre, celle des communications à l’échelle planétaire et la naissance des nouvelles énergies. C’est la fin d’un monde qu’il faut accompagner et tandis qu’il faut laisser venir un autre comme cela s’est toujours fait. A nouveau monde nouvelles idées nouvelles méthodes, la première des nouvelles énergies, c’est celle qui lient les habitants de la planète sur cette conscience qui émerge, « nos vies valent plus que les profits », et on n’a pas besoin de président, c’est fini, on a besoin de s’organiser pour rendre la vie plus humaine. Alors c’est pas la peine de faire semblant d’utiliser les vieilles méthodes en se regardant dans le vert des yeux pour savoir c’est qui qui s’y colle, ils n’ont rien à faire aux présidentielles, leur place c’est de faire éclore une nouvelle génération capable d’agréger toutes ces idées et projets et de les placer au cœur des débats et des citoyens, sinon, je crains que tous ces égos mettent plus de temps à fondre que la banquise de l’Arctique. Bien sur q’Eva Joly connaît bien ses dossiers, bien sur qu’il ya plein d’individualités brillantes et compétentes, comme Y Jadot, N mamère et d’autres encore comme D Cohn Bendit mais çà ne suffit pas pour donner envie, c’est pas un plat de blé germé qui va redonner le sourire à une foule de crève la faim, faut la foi, faut la joie, faut l’envie. Y sont à 3%, pas de problème, « à plus de 4 on est une bande de cons »disait Brassens…

  14. « Faut la foi, faut la joie, faut l’envie.. » Oui et avant tout ! Comment sinon avec quoi fait-on passer le courant ?

    Assez d’accord avec l’analyse de Philippe mais cette vision d’un nouveau monde où nos vies humaines valent mieux que leurs profits doit être portée par une forte énergie, celle des convaincus.
    On a l’impression à travers le reportage d’élèves studieux et conscients de la gravité de la situation mais pas de combattants pour le changement !
    Laisser venir un nouveau monde,certes, on n’attend que ça …le vieux est pourri jusqu’à la moelle et ne satisfait plus qu’une poignée de profiteurs. Mais c’est un accouchement douloureux et il faut l’aider un peu !!
    Sans davantage de volonté, d’énergie et d’enthousiasme, sans des mains réunies pour le tirer du passage, le bébé risque de rester coincé et de s’étouffer !!!!

    Oui ce mouvement a sa place bien au delà d’une élection , mais comment commencer à le faire vivre sans changer la donne, donc prendre le pouvoir politique pour changer les institutions en décomposition ? Il faudra bien un jour s »y confronter !

  15. En vous lisant une seule question me vient à l’esprit, vous parlez continuellement des sondages mais vous n’expliquez jamais son fonctionnement (qui les demande? combien de sondés, l’institut de sondage a-t-il le droit d’opérer une correction en partant du principe qu’un pourcentage de sonder mente? De ce faite êtes-vous crédule ou mal-attentionné?
    Personnellement, je pense que les sondages ne sont pas démocratiques et n’ont pas lieu d’exister!

  16. Lors de mon passage dans l’émission « des clics et des claques », hier soir sur Europe 1, Guy Birenbaum m’a reproché de ne pas avoir « disclaimé » le fait que mon fils, Elliot Lepers, était le directeur artistique de la candidate Eva Joly. Il a tout à fait raison, et je m’exécute donc ici. Heureusement qu’Elliot n’écrit pas les discours de la candidate…

    John Paul

  17. je suis babeth roulet militante de terrain europeecologie de savoie depuis 20 ans;
    je pense que nous ne savons pas bien communiquer sur notre travail: de nos élus et de militants de base qui font un travail super;
    cest le groupe vert d’albertville autour de l’élu vert michel (mon mari) qui a pu faire fermer le four d’incinération polluant de gilly!
    – ce sont des ingénieurs verts qui il y a 15 ans ont mis sur pied une assos énergies renouvelables
    -etc!
    eva est une femme de dossiers;
    l’ambiance de vulgarités et de batailles verbales ne lui convient pas;
    donc elle doit continuer à témoigner;
    et surtout europeecologie doit ouvrir largement ses portes;
    nous avons été peu accueillants parfois;
    bon courage

  18. Je suis étonnée ici de votre attitude.. tout réduire à l’apparence alors qu’il s’agit de l’avenir de la France!

    Je me tâte quant à me dire que vous avez voulu caricaturer les mass-médias pour mieux les dénoncer mais était-ce vraiment le cas?…

    Quant à moi, je la découvre et je trouve que son authenticité fait vibrer!

    Longue vie à Mme Joly! )

    (à vous aussi! et merci pour tout!)

  19. Monsieur Lepers, j’apprécie habituellement votre travail de journaliste et également les reportages de la Télé libre.

    Cependant, il me semble que dans ce reportage, vous passez à côté de la plaque. Vous posez de manière répétée une seule question, « pourquoi ça ne marche pas? » qui très visiblement ne passe pas auprès des militants. Non parce qu’elle les gêne, mais parce qu’ils en ont assez de l’entendre partout. Ils veulent parler de fond, or vous le faites très peu, et répétez ainsi la faute que commettent beaucoup de vos confrères. Cela ne contribue en effet qu’à dégoûter les gens de la politique en général.
    « Ca ne marche pas » « les militants incertains » il suffit de regarder le reportage pour se rendre compte que ce n’est pas vrai. Les militants sont convaincus, attentifs à chaque parole de leur candidate, appréciant pour une fois d’entendre un discours politique posé, où chaque mot a du sens. Comment pouvez-vous ainsi donner à votre reportage et à l’article un titre si déconnecté du contenu ?

    Bref, un travail non seulement orienté mais aussi pas très sérieux. C’est dommage, si on l’écoute vraiment, Eva Joly a des choses intéressantes à dire.

    Une dernière chose : l’élection présidentielle n’est pas favorable aux petits partis. Il ne faut pas s’étonner qu’un parti comme EELV fasse 5%. Ce n’est ni une surprise, ni un événement, il faudrait donc changer un peu de disque. Pour les petits partis, la présidentielle est surtout une tribune pour faire passer des idées. Si on veut évaluer la véritable force des écologistes, il faut regarder leurs scores aux législatives et aux élections locales. Cessons donc de faire de l’ « info » avec ce qui en grande partie le simple résultat prévisible du système électoral !

    Espérant que cette critique soit quelque peu constructive, j’attends avec impatience votre prochain reportage sur le sujet. Je suis certaine qu’il sera meilleur.

    Bien cordialement,
    Alice