Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

AUDIOVISUEL PUBLIC : GRÈVE HISTORIQUE

Publié le | par

Ce 13 février 2008, la grève des professionnels de l’audiovisuel public est d’emblée un évènement historique, il s’agit de la première grève de l’ensemble des personnels depuis 74, éclatement de l’ORTF.

Le matin, Daniel Bilalian lui-même indique à l’AFP faire grève « par attachement » pour son entreprise :
Et puis, fait rarissime, les salariés sont dans la rue, environs 3000 d’entre eux, avenue Montaigne, en direction de l’Elysée, mais ils seront vite bloqués. Bilallian, un temps annoncé, n’est finalement pas là, mai les responsables d’unités de programmes sont bien présents et battent le pavé. Ce n’est pas qu’ils ont peur pour leur boulot, nous disent-ils, et ce n’est pas une manifestation corporatiste : ils sont très inquiets, voire remontés, c’est tout, et veulent des garanties solides. Parce que pour eux, le service public de la radio et de la télé est, tout simplement, en danger.
Il faut dire que, le 8 janvier 2008, l’annonce surprise de la suppression de la publicité dans l’audiovisuel public dès janvier 2009, par le Président de la République, lors de sa désormais fameuse conférence de presse de rentrée, a provoqué comme un séisme. France Télévisions (2, 3, 4, 5, rfo) libérée du marché et de la loi cruelle de l’audimat… superbe idée, non ? Peut-être une chance historique ? Une « grande révolution culturelle » pour notre pays ? Pour les grévistes, le problème est que, du coup, l’évasion des annonceurs et partenaires a dès lors déjà commencé… Et que sans pub, France Télévisions perd une entrée d’argent de l’ordre de 800 millions d’euros, plus les 400 millions qui seront en conséquence nécessaires à la production des 3 heures d’antennes libérées par la disparition des spots…
L’intersyndicale a été reçue la veille, à l’Elysée, par les conseillers du Président, et a reçu des garanties : euro pour euro, le manque à gagner sera comblé. Mais pour les porte-paroles des 8 syndicats unis comme jamais : rien n’est décidé encore sur les pistes de financement. Et là naît l’inquiétude….
Qui va payer ?
Pour la société des journalistes de France 2 « ce qui était prévisible depuis des mois devient clair aujourd’hui. Nous voulions plus de moyens, plus de recettes publicitaires pour financer nos efforts (…) Nous n’avons finalement droit qu’à la disparition pure et simple d’une grande partie de notre financement. Rayée d’un trait de plume ». D’autres questions, au delà des questions budgétaires, se profilent et préoccupent les salariés : quel avenir pour le service public ? Quels cahiers des charges, quelle qualité des programmes ? Quelles garanties concernant le pluralisme, et l’indépendance des chaînes ? L’inquiétude, après, se nourrit de la méfiance – parce qu’il y a eu ces rumeurs de démantèlement des régionales de France 3, démenties entre temps, ou ces débats sur la question de savoir s’il n’y avait pas trop de chaînes à France Télévisions…
Devant le mur de CRS qui bloque les manifestants au bout de l’avenue Montaigne, ils reçoivent l’invitation à être reçus à l’Elysée par Mme Albanel, ministre de la culture. Refus, c’est par Nicolas Sarkozy qu’ils demandent à être entendus.

Karine Yaniv
Image: Henry Marquis, montage: Mylène A.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (40)

  1. et si la télé publique n’était plus esclave de la publicité donc de l’audimat ? parce que c’est bien les annonceurs qui font la pluie et le beau temps en matière de programmes, non ?

  2. Té, Jean-François Téaldi, c’était l’invité du dernier Libres Courts ! J’aime bien les lunettes de soleil sur le front pendant la manif ! lol C’est son côté sudiste …

  3. malheureusement cela perpertuellement prouvé, entre les grandes déclarations du pouvoir et la réalité du moment, il va y avoir forcément un écart…. C’est le même problème dans la gestion publique entre les crédits mobilisés et les crédits engagés…. Dans d’autres domaines, sarkozy a prouvé qu’il ne tenait pas sa parole et notemment avec les handicapés, edf-gdf, et vous allez voir que les avaloirs des retraités aussi ne sont qu’un leurre, albanel a d’abord parlé d’1milliard, puis de 850 millions, puis de 750 millions… Ils sont coincés, ils ne peuvent pas multiplier les taxes comme des petits pains, sinon il y aura de nombreuses déclarations de faillites personnelles parmi les plus démunis qui sont sur la corde raide….

  4. Perso le service public, enfin celui là, peut mourir j’en ai rien à secouer.
    Je regarde Arte, les autres chaînes c’est vraiment de la connerie.
    Par contre la radio c’est différent.

  5. Dans le film de Pierre Carles « Pas vu pas pris » (taper « pierre carles » dans google vidéo ) on voit Mougeotte en grande conversation avec le ministre Phillipe Léotard, il dit être préocupé par l’extension des temps de pub dans la télé publique. ça avait été censuré à l’époque.
    Mougeotte en révait, Sarko l’a fait, 12 ans plus tard.
    Prochaine étape, suppression de chaines.

  6. 1- Soutien aux grèvistes
    2- L’Etat n’a pas à rediriger de l’argent privé vers des boîtes privées.

    Et virer la pub n’est en rien synonyme de plus de qualité.

    Bref, la droite a tout faut.

  7. Qui paye la pub donc une bonne partie des programmes? Les cochons de consommateurs, évidement. Donc on à le choix entre la compétition, qui pousse à max de blé vers la pub pour financer des programmes dont le choix est orienté pour complaire aux annonceurs*, une sorte de TVA à effet pervers, et le régime sec d’une grosse redevance (+33 à +50% en gros) qui laisserait une plus grande liberté éditoriale.

    Comme ça là je dirais bien que je préfère payer cash, mais si on pouvait et réduire la facture et faire œuvre utile en taxant la pub, dont les prix devraient augmenter mécaniquement, et les profits des groupes média dont ce n’est pas l’activité principale ça m’arrangerait.

    Si il pouvait y avoir des trucs que j’ai envie de regarder en plus. Et pourquoi pas un quotidien papier publique après tout (gratos ou trois ronds avec des vendeurs à l’ancienne, ça nous éviterait la pollution des merdes de gratuits de Lagadére et consorts qui trainent par paquets de 100).

    *Petit pimousse, virer la pub n’est peut-être pas une garantie de qualité mais en avoir fait planer une suspicion sur le contenu.

  8. Toujours la même stratégie : affaiblir les services pubics pour laisser le champ libre aux privés..ça vous étonne ?

    Services publics : argent public…services privés : argent privé c’est le même slogan dans toutes les manifs….sauf que le jour où on se décidera à y aller ensemble, dans la rue, ça fera un peu plus de remous….au lieu d’attendre corporativement que ça nous tombe sur la gueule….

    Je préfèrerais une télé publique sans pub, bien sûr mais sans augmenter la redevance, des hôpitaux publics de qualité sans augmenter le forfait journalier..etc…
    il suffit de prendre l’argent où il est au lieu de jouer les pleureuses devant les caisses soit – disant vides..

    Au fait ça fait longtemps qu’on n’a plus parlé de la taxe Tobin
    Pour mémoire :
    Proposée en 1978 par l’économiste et Prix Nobel américain James Tobin, cette taxe, comme on le sait, vise à imposer les transactions monétaires (opérations de change d’une monnaie à une autre) à un taux très faible, de 0,1 % à 0,25 %. Cela de manière à ne pas pénaliser les activités de l’économie réelle (importations, exportations, investissements), mais à mettre un « grain de sable » dans les rouages de la spéculation.
    228 milliards de dollars par an…minimum à récupérer , quand même !!!
    Au départ , pour les pays en voie de développement mais pourquoi pas taxer davantage les transactions et en faire profiter les services publics de tous les pays ?
    Pourquoi seul le travail et ses produits sont taxés ?
    et pas l’argent qui fait de l’argent sans jamais être utilisé autrement que pour enrichir ceux qui en ont déjà ?

  9. Pour l’instant, on veille d’abord à augmenter les revenus des actionnaires . Ensuite on s’empresse de dire que le reste des profits est destiné à l’investissement .
    Ah, zut, on a oublié les salaires ! … Ben ça, c’est ballot !
    Hein ? C’est ballot …

  10. J’avoue ma perplexité quant à la télévision publique et son financement. Je suis attaché au service public dans son sens le plus large, par principe et par conviction. Mais la télé est pour moi un cas à part.
    Je ne paye la redevance que depuis que celle-ci est rattachée à la taxe d’habitation… J’ai toujours trouvé cette provende exorbitante au regard des programmes proposés, et je me suis toujours débrouillé pour passer à travers (cadeau familial, domiciliation parentale, etc.). Lorsque la publicité a commencée à envahir nos petits écrans, mon aversion pour cette taxe s’en est trouvée renforcée. Pourquoi la payer puisque les chaînes publiques bénéficient aussi des subsides publicitaires ? Bref, vous me direz que je suis très mal placé pour donner mon avis… Et vous aurez peut-être raison.
    Pour tout téléspectateur de plus de 35 ans, cette idée ne peut qu’apporter joie et sourires sur les visages, car nous les vieux, dès que la pub arrive, on zappe, quitte à ne pas revenir sur la chaîne que nous regardions. Ce qui n’est pas vraiment le but recherché !
    Donc, à priori, je serais plutôt d’accord pour que la pub disparaisse de mes écrans… Mais là ou le bât blesse, c’est que moins de pub veut dire moins d’argent, donc moins de programmes coûteux. Je risque de ne plus pouvoir regarder les infos locales de Cayenne, par exemple, ou encore mes émission en provençal VOSTF !
    Damned ! Quel dilemme !

    Il n’empêche que je trouve la démarche de Sarkozy tordue de chez tordue.
    Tout d’abords, il demande à ses collaborateurs de « réfléchir » à la suppression de la pub, ce qui en langage Sarkozien veut dire : « j’ai décidé de supprimer la pub », bonjour la concertation ! Mais ce qui se joue en filigrane de toute cette affaire c’est la suppression à court terme des chaînes financées par l’état.
    Et là, je ne suis pas d’accord ! Car même si elles ne sont pas parfaites, elles ont au moins le mérite d’exister.

  11. N’est-ce pas paradoxale de penser qu’un média d’Etat est garant de neutralité ? Il fut un temps ou se fut le contraire…

  12. alors pourquoi dans les mairies les écoles les préfectures, les gendarmeries , on ne ferait pas de la pub pour cocacola, peugeot ou MAC DO !
    PAS DE PUB SUR LES TV PUBLIQUES OU ALORS PAS DE REDEVANCE

  13. à mon sens antenne 2 est de trop en plus elle est le clone de TF1 ! par contre ARTE et FR3 sont vraiment à la hauteur

  14. Soyons conscients de la tactique sarkozienne, c’est toujours la même : quelque chose gêne ? On sème la zizanie dans le milieu indésirable .
    - le PS gêne ? on dévoie ses membres au nom d’une soi-disant ouverture, on le met à terre .
    - le rapport Attali gêne ? On envoie en pâture la 153ème mesure . Résultat assuré : les taxis et les coiffeurs dans la rue, le rapport écarté en bloc .
    - la télévision publique gêne ? Oui, elle se permet d’ironiser et de critiquer le pouvoir en place . Trop c’est trop ! On envoie le plan télé sans pub . Résultat : destabilisation, menace de disparition, peur de perdre son emploi . Conséquence : modération dans les commentaires, musellement de la presse .

  15. gwendal (13) comment t’as pas encore découvert ça :
    le jour où tu remplis ta feuille d’impôt,tu mets ta TV dehors ,
    et à la question : »avez-vous un poste TV ?  » tu peux répondre non en toute franchise !!! C’est honnête ça ! non ? compte tenu de l’honnêteté avec laquelle on est traité!
    j’aime bien la pub fine, joyeuse , légère , genre clin d’oeil .
    elle n’est pas fréquente . mais la grosse ,lourde, porno basta !

  16. Quel avenir pour la télévision publique et pour France 3 en particulier?
    Souvenez-vous, c’était en mars 2007. Sarkozy avait été « mal reçu » à France 3 dans l’émission France Europe Express de Christine Ockrent:
    « Il faut virer la direction de France 3 ! Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ça ne va pas tarder ! »
    Commencerait-il à mettre à exécution ses promesses?
    Marianne en avait parlé à l’époque sur son site internet.

  17. Je suis assez d’accord avec toi, Ckohyah, il pourrait y avoir une selection des spots publicitaires .
    Une télé qui déclare rechercher la qualité devrait le faire dans tous les domaines .

  18. Au fait, Ckohyah, ton pseudo me donne du fil à retordre !
    Soudainement, il m’a fait penser à l’arbre qui pousse très vite, nommé séquoia .
    hauteur maximale : 90 m
    durée de vie : 2000 ans
    étymologie : de Sequoyah, Indien Cherokee inventeur de l’alphabet cherokee au début du 20ème siècle .
    Y aurait-il un lien de parenté ?

  19. @ Lucie #18 : d’accord avec ton analyse que je partage entièrement.
    J’y rajouterais le buzz médiatique pour enterrer rapidement les sujets qui fâchent (visite honteuse de Kadhafi, vote pour le traité européen par 496 voix pour et 20 millions de voix contre, et j’en passe…).
    Lors de la conférence de presse du 8 janvier dernier, Sarko 1er n’avait rien à nous mettre sous la dent, à part que les caisses de l’état étaient vides pour cause de distribution de 15 milliards aux milliardaires et d’augmentation de 170% de son salaire personnel.
    S’adressant à des journalistes, cette petite bombinette (suppression de la pub à la télé publique) a fait son effet, enterrant tout le reste.

  20. à Lucie 23 : modestement ,oui !!
    cela fait aussi référence à un conte où les humains deviennent des arbres après la mort. Regarde sous tes pieds ,si tu as des racines qui poussent !!!
    pas de panique, je vais bien!
    excusez les autres, c’était un apparté. Lucie ne renonce jamais !

  21. Mais nous sommes tous des arbres, même de notre vivant !
    Les uns fragiles, les autres majestueux, d’autres encore vieux et noueux ou jeunes et vigoureux . Quelques-uns malades, attaqués par le lierre, ou bien tout vermoulus, d’autres penchés ou tordus ou s’élevant droit vers le ciel .
    Mais tous enracinés et debout !

  22. C’est vrai, edou ! Le principe du détournement de l’attention .
    Si on ne note pas tout au fur et à mesure, il va falloir se doter d’une mémoire de béton pour emmagasiner toutes les frasques et les coups médiatiques à répétition !

  23. Lucie, des spots de pub de qualité? Je me permet (une fois de plus) d’être péremptoire: la pub c’est de la merde.

    Celle que je peux éviter ne me dérange pas, celle qui s’impose à moi m’agresse. C’est comme un bruit de fond dans ma vie, quand je reviens d’une zone où j’y ai échappé ça me saute au yeux: bon dieu, mais c’est bien sûr, c’etait donc cette merde fade et flashy que je pensais ne pas voir qui m’énervait tant !

    P.S: il serait extrémement aisé d’imposer un signal qui permetterait au poste de se comporter différement pendant les pubs, mais voilà, la pub doit s’imposer pour être acceptée, elle ne surviverait pas à devenir optionelle.

  24. De deux choses l’une, ou il n’y a plus de publicité sur le service public et la redevance double son montant, et moi je la paierai et rachèterai même peut-être une tv.
    Ou la pub reste et les programmes se dégradent plus encore…

  25. Ce que j’appelle de la publicité de qualité, c’est une publicité qui remplit son rôle véritable : informer sur un produit . Elle pourrait avoir un aspect artistique mais sans mensonges, sans fioritures, sans effets d’illusion, sans intentions ni symboles de troisième degré …

  26. La vérité s’est fait excuser depuis longtemps quand elle est conviée à la table des puissances, Lucie, les contre-pouvoirs sont trop rachitiques pour le moment.

    Concernant sa limitation, comme elle est soumise aux lois (harmonieuses, n’spa) du marché on devrait logiquement pouvoir la réduire à recettes constantes.

  27. Trés efficace, pour la télé en tout cas, et trop drôle au boulot: « - Ah ouais c’est comme dans la pub, tu sais… -Non . -Mais si tu sais…-Non. Mais… » !

    A la télé plutôt de la merde que de la pub, telle est ma devise.

  28. C’est ce qu’il appellent la culture générale !
    Au fait, j’ai entendu à la radio une interview de Michel Malausséna, un ancien producteur télé, je crois .
    Dans son livre « les animatueurs », il raconte les coulisses du monde de la télé, les tonnes de fric, les exploitations de personnel, les licenciements abusifs, les comportements méprisants et mégalos …
    J’ai senti que ce n’était pas un ènième livre règlement de compte . Il semble vraiment avoir été humainement choqué par tout ce qu’il a vu et vécu . Et, sans jouer les victimes, il dit aussi ce qu’il a fait …

  29. Oui, tu as raison. Tu trouveras une interview de lui et deux articles sur le site de l’excellent confrère de LaTéléLibre, htti://www.bakchich.info

  30. Merci pour l’info . J’espère que beaucoup de gens achèteront le livre, histoire de les dégoûter un peu de leurs sacro « saintes » idoles …

  31. t’es dur aslan, y a quand même des pubs qui divertissent soit par leur droleries soit pour l’image et la musique.
    j’ai decouvert pas mal d’artistes par la pubs, y compris classic:
    la renault 25, de nuit, sur une courbe d’autoroute et sur un fond sonor du meilleur moment de « natuträne » de Nina Hagen, je sais pas vous mais moi j’en avait des frissons.
    sans compter qu’un certin nombre de réalisateur, d’acteur…., s’on fait connaitre avec la pub.
    elles sont pas à mettre toute dans le même sac car y en a qui sont franchement dégeulasse.

  32. Bah, franchement, je voudrais être d’accord avec toi mais je le suis pas :D

    Non, sérieux, tu as raison mais si la pub n’existait pas ils se feraient connaitre dans des œuvres plus nobles. Ou pas. La discussion sur ce que la forme courte de la pub à apporté aux arts audio-visuels me dépasse largement mais c’est un argument.

    Pour ma part ce n’est pas un jugement esthétique ou économique que je porte sur la pub. C’est d’abord une question de santé:

    Ca m’énerve de voir ces clichés majoritairement conservateurs et sans intérêt et ça m’énerve de voir qu’un tas de gars ont, pour bouffer (gras), dévoyé les sciences sociales pour en faire du génie social, le langage artistique ou les ressorts de la comédie pour attiser le désir de consommation. Je passe donc mon chemin quand je le peux pour éviter l’urticaire qui me saisirait, mais ce n’est malheureusement pas facile.

    Il fut un temps où ces points m’indifféraient relativement et je pouvais alors apprécier certaines d’entre elles pour les mêmes raisons que toi. Ce n’est plus le cas à l’exception des affiches de spectacle ou de cinéma. Quand le reste m’accroche sans me sauter à la gueule, chose rarissime car la pub n’est quand même pas le laboratoire des arts et des idées loin s’en faut, je peux trouver ça sympa. Jusqu’à ce que je découvre dessus la marque, le produit. Pfff, encore de la merde, quel dommage. Et alors je suis énervé alors que je déteste ça !

    Accessoirement je crois que de par son objectif la pub ne peut, qu’exacerber ce qu’il y’a de moins bon dans la société. C’est juste une croyance, j’avoue.