Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

Géraldine et ses Soleils

Publié le | par

Géraldine Fall est la gérante de Soleils et Papilles, un restaurant pas tout à fait comme les autres. Avec Nakadi, Fanta, Dorjee, Kamel et Maria, l’équipe essaye de fabriquer de la mixité sociale avec des plats du monde à petits prix dans ce restaurant implanté en rez-de-chaussé d’un ancien foyer de travailleurs migrants dans le XIVème arrondissement de Paris. Portraits de Géraldine et ses « Soleils ».

GERALDINE-ET-SES-SOLEILS-LATELELIBRE-2

De bailleur à restaurateur

À l’origine de Soleils et Papilles : Coallia, cet organisme d’aide et d’accompagnement social pour l’hébergement. Avec ce lieu, le but premier était d’abord de lutter contre les anciennes cuisines illégales (et souvent insalubres) qui se montaient dans les foyers de travailleurs migrants. Le deuxième, était de créer un espace de rencontres et de mixité sociale pour les habitants et les travailleurs du quartier.

À ce jour, deux premiers restaurants solidaires Soleils et Papilles ont vu le jour à Paris l’an dernier : celui où nous avons tourné notre reportage, situé rue des Arbustes dans le XIVème arrondissement de Paris, et un autre situé dans le quartier du Père Lachaise. Coallia compte poursuivre l’ouverture de restaurants sociaux dans le 12ème (2016), le 13ème et le 19ème (2017-2018). À terme, le bailleur social voudrait implanter un Soleils et Papilles dans chaque arrondissement de la capitale.

SOLEILS-ET-PAPILLES-2-LATELELIBRE

Un restaurant social certes, mais sans subventions

Sans subventions, Soleils et Papilles est une enseigne purement commerciale. Alors que Géraldine et son équipe servent aujourd’hui 300 couverts par jour en moyenne, l’objectif est de passer à 500… question de rentabilité. L’idée, c’est de fabriquer de la mixité sociale sans passer par la case assistanat. Si lors de son ouverture il y 9 mois, les habitants de la résidence sociale et les riverains du quartier étaient pour certains craintifs à l’idée de se mélanger, les peurs ont vite disparu et le ciment de la mixité sociale commence à prendre dans le restaurant de Géraldine où les prix des plats proposés varient entre 3 et 5 euros. Reste un ultime défi pour favoriser toujours plus la diversité dans ce restaurant : féminiser la clientèle, pour l’instant principalement masculine.

En plus de nourrir les travailleurs et les habitants du quartier, Soleils et Papilles prépare aussi une soixantaine de repas qui seront distribués dans les centres d’hébergement d’urgence de l’association Coallia pour les réfugiés syriens, érythréens ou somaliens à Noisy-le-sec.

 

****

Géraldine et ses Soleils
Un petit film réalisé par Thibault Pomares
14 minutes

*****

SOLEILS-ET-PAPILLES-LATELELIBRE-3

Des liens

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (3)

  1. Superbe! Ca donne envie d’aller y faire un tour. Ca fait du bien de voir des beaux projets comme ça. Ca m’a même émue.