Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

GUERRE D’ALGERIE ET TORTURE : L’AFFAIRE AUDIN

Publié le | par

À l’occasion de la journée internationale pour le soutien des victimes de la
torture, LaTeleLibre revient sur l’« Affaire Audin ».

Il y a 50 ans disparaissait Maurice Audin. Torturé et assassiné, son corps n’a
jamais été retrouvé. Depuis cette date, son épouse Josette se bat pour établir
la vérité et pour que la France reconnaisse officiellement l’emploi de la torture par son armée pendant la Guerre d’Algérie.

En 1957, Maurice Audin a 25 ans, il est assistant de mathématiques à l’université
d’Alger et membre du parti communiste algérien (PCA) au sein duquel il milite
pour l’indépendance de l’Algérie.
Dans la nuit du 11 juin 1957, les paras du général Massu font irruption au
domicile des Audin. Josette et Maurice sont là, avec leurs trois enfants, leur
dernier a tout juste un mois.
Maurice est embarqué, les officiers français assurent à sa femme qu’elle le
reverra bientôt et ils la séquestrent avec ses enfants transformant son domicile
en souricière. Un guet-apens qui fonctionne. Dés le lendemain, Henri Alleg, membre du
PCA lui aussi et directeur du journal Alger républicain (censuré depuis 1955),
tombe dans le piége.

Les paras l’emmènent dans « le centre de tri » comme le baptisaient les autorités
françaises, une villa en construction à El-Biar dans la banlieue d’Alger. Là, il
y retrouve son ami Maurice « en slip allongé sur une planche, des pinces reliées
par des fils électriques et fixées à l’oreille droite et à l’oreille gauche
».
Maurice a juste eu le temps de lui murmurer : « C’est dur Henri ». Henri Alleg
sera l’un des derniers à voir Maurice vivant.
Le 21 juin 1957, l’armée déclare que Maurice se serait évadé lors d’un
transfert.

Le silence de plomb de l’Etat sera brisé par un tout jeune assistant d’histoire
de l’université de Caen qui deviendra l’un des plus grands historiens français :
Pierre Vidal-Naquet. Dans son ouvrage « L’Affaire Audin » il établit que Maurice
a été assassiné le 21 juin par les mains des officiers para qui l’ont arrêté le
11. La thèse de l’évasion ne tient plus et l’institutionnalisation de la torture
est dénoncée grâce à la publication du livre d’Henry Alleg,  » La Question « ,
témoignage sur son mois de détention à El-Biar.

Josette Audin portera plainte plusieurs fois mais à chaque fois elle se heurtera
aux lois d’amnistie de 1962 et 1968 : « Sont amnistiés de plein droit toutes
infractions commises en relation avec les événements d’Algérie ». Malgré les
enquêtes et les suspicions (le général Aussaresses a évoqué le cas Audin lors de
son procès), la justice française considère toujours que Maurice n’a pas été
assassiné mais qu’il a disparu après s’être évadé.

Le 21 juin 2007, Josette Audin a envoyé une lettre ouverte au Président Sarkozy,
nous l’avons rencontrée le 23, elle venait de recevoir l’accusé de réception de
sa lettre à l’Elysée.

50 ans après, les faits sont à peu près établis.
Il reste à l’Etat français à assumer cette histoire et à reconnaître enfin l’emploi
de la torture par notre armée pendant la guerre d’Algérie.

Jean Seb pour LaTeleLibre

Reportage : Jean-Sébastien Desbordes et Henry Marquis

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (49)

  1. Quand serait’ il ? si la France n’était pas la Patrie des droits de l’homme, l’exemple pour le monde entier ?. Avec beaucoup de respect, Madame, j’espère, que vous connaissiez la vérité sur la mort de votre mari, afin comme tant d’autres victimes collatérales, vous puissiez faire le deuil de cette disparition sans réponse.

  2. « L’affaire Maurice Audin n’est pas morte »
    Il faut dire que la justice, malgré les éléments troublants qui ont accompagné sa disparition et malgré les nouveaux éléments apparus depuis 1967, considère toujours que Maurice Audin a disparu après s’être évadé. Il faut que la lumière soit faite et que l’état reconnaisse sont entière responsabilité.
    La deuxième affaire a ne pas oublier car la aussi il s agit de torture
    17 octobre 1961 : Les 140 Algériens disparus en 1961 à Paris
    S’il n’est pas possible de déterminer exactement combien d’Algériens furent tués le 17 octobre 1961 et les jours qui suivirent, il reste que le chiffre de plusieurs centaines de morts, est le plus vraisemblable. De nombreuses archives administratives qui auraient été essentielles au dénombrement des victimes ont aujourd’hui disparu. Ceci explique pourquoi le rapport Mandelkern – commandité par le gouvernement et rendu public en 1998 – et le livre de J-P. Brunet, qui tous deux se fondent sur les archives existantes de la préfecture de Police, concluent à un nombre de morts bien inférieur – autour d’une quarantaine. Le rapport Mandelkern reprend du reste à son compte la version selon laquelle des tirs auraient été échangés entre les manifestants et la police.
    la liste
    Abadou Abdelkader Noyé, date indéterminée
    Abadou Lakhdar Noyé le 17/10/61
    Abbas Ahmed Arrêté le 10/10/61. Inhumé le 9/12/61
    Achemanne Lamara Tué le 17/10/61
    Adrard Salah Tué le 17/10/61
    Ait Larbi Larbi Tué le 17/10/61
    Akkache Amar Tué le 28/09/61
    Alhafnaoussi Mohamed Retiré de la Seine le 27/09/61
    Arehab Belaïd Tué le 18/10/61
    Barache Rabah Retrouvé noyé le 30/09/61
    Bedar Fatima Noyée, repêchée le 31/10/61
    Bekekra Abdelghani Tué par balles; date indéterminée
    Belkacemi Achour Tué par balles le 18/10/61, inhumé le 7/11/61
    Benacer Mohand Tué le 08/10/61
    Bennahar Abdelkader Tué par balles, date indéterminée, inhumé le 7/11/61
    Bouchadou Lakhdar Noyé, retiré de la Seine le 21/10/61
    Bouchebri Arrêté le 02/10/61, décès annoncé le 12/10/61
    Bouchrit Abdallah Tué par balles, date indéterminée
    Boussouf Achour Noyé le 7/10/61, inhumé le 17/10/61
    Chabouki Kassa Arrêté le 25/09/61; repêché le 29/09/61
    Chamboul Abdelkader Tué le 02/10/61
    Chaouch Raba Tué par ballles, date indéterminée
    Chemloul Amrane Tué le 03/10/61
    Chevalier Guy Tué le 17/10/61
    Dakar Ali Noyé ; date indéterminée
    Dalouche Ahmed Tué par balles ; inhumé le 12/12/61
    Daoui Si Mokrane Tué le 17/10/61
    Derouag Abdelkader Noyé le 17/10/61
    Deroues Abdelkader Tué le 17/10/61 ; inhumé le 31/10/61
    Djebali Mohamed Arrêté le 15/09/61 ; tué, date indéterminée
    Douibi Salah Tué le 17/09/61
    Ferdjane Ouali Noyé le 14/910/61
    Ferhat Mohamed Tué par balles ; date indéterminée
    Gargouri Abdelkader Tué par balles ; date indéterminée ; inhumé le 10/11/61
    Garna Brahim Tué le 18/10/61
    Guenab Ali Arrêté et tué le 03/10/61
    Guerral Ali Tué par balles, date indéterminée
    Habouche Belaïd Tué le 22/09/61
    Haguam Mohamed Noyé, date indéterminée
    Hamidi Mohand Tué le 11/10/61 ; inhumé le 18/10/61
    Hamouda Mallak Tué le 11/10/61
    Houbab Lakdhar Noyé le 17/10/61
    Kara Brahim Blessé le 18/10/61 ; mort le 21/10/61 ; inhumé le 09/11/61
    Kelifi repêché le 30/10/61
    Kouidji Mohamed date indéterminée
    Lamare Achemoune Tué le 17/10/61
    Lamri Dahmane Tué le 05/10/61
    Laroussi Mohamed Noyé ; date indéterminée
    Lasmi Smaïl Tué le 08/10/61 ; inhumé le 10/11/61
    Latia Younès Noyé le 06 ou 07/09/61
    Loucif Lakhdar Noyé ; date indéterminée
    Mallek Amar Arrêté le 17/10/61 ; décès annoncé le 21/10/61
    Mamidi Mohand Tué le 11/11/61
    Mehdaze Cheriff Tué le 27/09/61
    Merakeb Mohamed Tué le 02/09/61 ; repêché le 10/10/61 ; inhumé le 21/10/61
    Merraouche Moussa Tué le 10/10/61
    Messadi Saïd Tué le 27/09/61
    Meziane Akli Dis le 17/10/61 ; inhumé le 25/10/61
    Meziane Mohamed Tué le 17/10/61
    Ouiche Mohamed Tué le 24/09/61
    Saadadi Tahar date indéterminée
    Saidani Saïd Tué le 17/10/61
    Slimani Amar date indéterminée
    Smail Ahmed Tué le 27/09/61
    Tarchouni Abdelkader Tué le 09/10/61
    Teldjoun Aïssa Noyé ; date indéterminée
    Telemsani Guendouz Tué le 17/10/61 ; inhumé le 04/11/61
    Theldjoun Ahmed Tué le 18/10/61
    Yahlaoui Akli Tué par balles ; inhumé le 07/11/61
    Yahiaoui Larbi Tué le 17/10/61
    Zebir Mohamed Tué par balles ; inhumé le 07/11/61
    Zeboudj Mohamed Tué le 11/09/61
    Zeman Rabah Tué le 11/09/61

    Abbes Si Ahmed 18/10/61
    Achak Elkaouari 18/10/61
    Adjenec Hocine date indéterminée /10/61
    Aisani Mohamed 17/10/61
    Aitzaid Mehena 17/10/61
    Alilou Saïd 29/09/61
    Aoumar Saïd 17/10/61
    Arabi Achour 17/10/61
    Baali Abdelaziz 17/10/61
    Belahlam Rabah date indéterminée, /10/61
    Belhouza Areski date indéterminée
    Ben Abdallah Mohamed 17/10/61
    Ben Abdel Halim 17/10/61
    Benouagui Omar 20/10/61
    Berbeha Rabah 18/10/61
    Bouchouka date indéterminée
    Boukrif Saïd 17/10/61
    Boulemkahy Abdellah 17/10/61
    Boumeddane Rabah 17/10/61
    Boussaid Ahmed 17/10/61
    Chaouche Rabah 17/10/61
    Chelli Lounis date indéterminée
    Chemine Azouaou 17/10/61
    Cherbi Areski 17/10/61
    Dehasse Aïssa 10/10/61
    Drif Akli 17/10/61
    Fares Mohamed 17/10/61
    Ferhi Saïd 10/10/61
    Gacem Abelmadjid 17/10/61
    Ghezali Ahcene date indéterminée, /10/61
    Gides Lakhdar 17/10/61
    Guattra Ali 17/10/61
    Hadj Ali Saïd 17/10/61
    Hamdani Hocine 17/10/61
    Hamidi Titouche 26/10/61
    Ioualalene Kassi 17/10/61
    Izerou Saïd 17/10/61
    Kalfouni Ahmed 18/10/61
    Kakhal Ahmed 21/10/61
    Ketffa Mohamed 17/10/61
    Khadraoui Mohamed 17/10/61
    Khalfi Ahmed 23/10/61
    Khlifi Ahmed 18/10/61
    Laazizi Cherif 17/10/61
    Lamchaichi M’hamed 18/10/61
    Medjahi Abdelkader 17/10/61
    Medjahdi Abdelkader 17/10/61
    Mermouche Rabah 18/10/61
    Messaoudi Saïd 17/10/61
    Meszougue 17/10/61
    Metraf Chabane 18/10/61
    Milizi Hocine 17/10/61
    Moudjab Mohamed 15/10/61
    Ould Saïd Mohamed Saïd 17/10/61
    Ouzaid Mohand 17/10/61
    Reffas Mohamed 14/10/61
    Sadi Mohamed 22/09/61
    Salhi Djeloule 17/10/61
    Si Amar Akli 18/10/61
    Slaman Rachid 20/10/61
    Soualah Mustapha 17/10/61
    Tebal Tahar date indéterminée , /10/61
    Yali Amrane 20/10/61
    Yanath Mani fin 10 – début 11/61
    Yekere Chabane 17/10/61
    Yosfi Mabrouk 17/10/61
    X (domicilié 121 rue Georges Triton, Gennevilliers) 17/10/61
    X (domicilié 37, avenue Lot-Communaux, Gennevilliers 17/10/61
    merci a la télé libre pour le devoir de memoire
    http://groupemanouchian.oldiblog.com/

  3. (suite et fin)
    L’un des responsable de ce génocide car oui il s agit d un génocide est le gouvernement
    De l époque.. Et l ordure de maurice papon, ce chien colabo du regime de vichy qui est mort récemment et voulait être enterré avec sa légion d honneur
    Envoyer plus de 161 personne dans la (seine a paris) pour certaine vivante et ligoté

  4. Mes plus respectueuses salutations Madame Audin, et bon courage, si « par miracle » Mr Sarkozy parvenait à répondre favorablement à votre demande ainsi qu’à celle de Madame Borrel,
    je suis prêt à retirer toutes les villenies que j’ai exprimé sur notre actuel président….mais j’ai des doutes!!!

  5. Je viens de regarder la vidéo. Merci Josette d’avoir dit avec des mots simples ce qui a été, et ce qui est encore, votre vie depuis la mort de Maurice. Il faut continuer à poser la question: « Où est Maurice Audin? » Il ne faut pas accepter les arguments qui se développent autour d’une culpabilité de Maurice. Il ne faut pas accepter la thèse de l’ »accident ». Il faur exiger la vérité sur sa mort. L’association Maurice Audin lutte aux côtés de Josette pour que Maurice et tous ceux qui ont « disparus » ne soient pas les oubliés de la guerre d’Algérie.
    Maurice était mathématicien et sa mort tragique est un double assassinat: on a tué le militant mais aussi l’intellectuel qui aurait peut-être laissé un nom dans l’histoire des mathématiques. Mais ils l’ont tué à vingt-cinq ans.
    Un crime est un crime fût-il commis au nom de la raison d’Etat et c’est aux représentants de l’Etat, et au premier rang au Président de la République de reconnaître les crimes perpétrés au nom de la France. Il est arrivé que les plus hautes autorités de l’Etat condamnent la torture utilisée par des régimes dictatoriaux, notamment en Amérique du Sud et sous la dictature communiste. Mais la France s’honnorerait si elle acceptait que la vérité soit dite sur le sort de Maurice Audin qui est mort alors que notre constitution garantit la liberté d’expression et la sécurité de ses citoyens. Si un Etat de droit acceptait de légaliser les crimes commis en son nom que resterait-il du droit garanti dans la Déclaration des Droits de l’Homme? Le combat que mène Josette est celui d’une femme dont la vie a basculé il y a cinquante ans; pour elle-même, pour ses enfants, pour ses petits-enfant elle a le droit et le devoir de savoir, mais surmontant son chagrin Josette veut aussi que soit respecté la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dont notre pays a dicté les principes. Dreyfus comdamné injustement a été gracié puis réhabilité, il est sorti vivant des prisons et du bagne. Maurice est mort sans procès, sans sépulture. Il ne faut plus tolérer ce silence; ceux qui savent doivent parler, les archives concernant Maurice Audin doivent être ouvertes. A qui fera-t-on croire qu’il ne reste plus de traces officielles? Toutes les archives auraient-elles diparues elles aussi? Ce n’est pas crédible.
    Messieurs qui savez, parlez! Monsieur le Président aidez à la recherche de la vérité, ce n’est pas de la « repentance » qui est demandée, c’est la vérité qui est exigée. Vous avez rouvert le dossier de l’affaire Borrel, donnez l’ordre de rouvrir l’affaire Audin, il y va de l’honneur de notre pays. Vous aussi parlez et faîtes parler, Vous en avez le pouvoir, Vous en avez le devoir.

  6. Déjà, il faudrait que la France parle de « guerre » et non « d’évênements » une fois pour toute. Accepter de se coller le nez dans le caca du passé, aussi bien en Algérie que dans ce qui a précédé en Indochine. De rappeler comment les militaires ont trempé dans de juteux trafics de drogue en Asie, puis ont mis au point en Algérie la fameuse « école française » qui a inspiré par la suite les services d’espionnage américain et plusieurs régimes dictatoriaux en Amérique du Sud.

    Mais il paraît que le temps de la rédemption est passé. Personnellement, je ne l’ai toujours pas vu arriver.

  7. L’état français n’a jamais et n’a toujours pas reconnu les atrocités commises pendant la GUERRE D’ALGERIE et le devoir de mémoire doit persisté, merci à la Télé Libre !!!
    Mr Maurice Audin a une place qui porte son nom au centre ville d’Alger en sa mémoire !!
    Le massacre du 17 Octobre 1961 doit être aussi reconnu, mon père qui d’ailleurs apparait sur la liste publié ci-dessus par « LM » n’a pas disparu, il a survécu et est toujours en vie, il a aujourd’hui 75 ans, l’âge qu’aurait Maurice Audin si l’état français ne l’avais pas assassiné . . .
    La torture n’est pas le fruit du passé, elle continue aujourd’hui !!!

  8. Il est temps Mr Sarkozy d’ouvrir le dossier de la torture ,((le secret defense étant expiré, il me semble que par principe, la vérité se doit d’etre dite)) tout le monde saura alors » les bienfaits de la presence française » en ALGERIE
    Il ne faut pas oublier que que tous les habitants de l’ALGERIE étaient français et MAURICE AUDIN a aidé des français qui n’étaient pas certes comme tous autres français , MAURICE AUDIN , ne supportait pas de voir des français qui maltraitaient leur compatriotes(dit francais musulman).
    oui LM tu a raison de parler d’octobre 1961 et comme toi je meprise Massu, Bigeard, ‘Ausaresse,papon et le para lepen

  9. Des atrocités ont été commises par les deux camps,
    que la France donne l’exemple et reconnaisse, une fois pour toutes, sa part d’ombre.
    Respect à Mme Audin.

  10. Quelle émotion de découvrir aujourd’hui cette femme… 50 ans après, elle continue à désirer si fort et si légitimement que la vérité soit DITE… Honte à ceux qui la lui refusent.
    J’ai de la peine pour elle, il se trouve en plus que son mari est mort jour pour jour un an avant ma naissance.
    La mémoire est un DEVOIR,
    Il était beau Maurice, j’aurais sans doute fait comme vous, Josette.
    Je vous embrasse de toute la tendresse d’une femme pour sa soeur.

  11. Josette Audin est courageuse et digne. Elle s’exprime avec intelligence, clarté et simplicité là où « la grande muette » se complait dans l’indifférence et le devoir de réserve qui lui a tenu de rélexion selon l’adage « réfléchir c’est commencer à désobéir ». Ce reportage souligne la necessité d’un média tel que la télélibre. Merci à Mme Josette Audin, à Jean Sebastien Desbordes et Henri Marquis pour la qualité de ces minutes poignantes. Gageons qu’elles seront suivies avec attention par les autorités compétentes pour amener la vérité sur cette histoire tragique.
    Philippe

  12. Je crois que le devoir de mémoire s’impose à tous et pour tous. Il ne faut donc oublier le massacre des français d’algérie le 5 juillet 1962 à Oran.
    Plusieurs milliers de pieds-noirs furent massacrés ou portés disparus alors que l’armée française resta sans réagir pendant plusieurs heures.
    Combien de métropolitains s’ en sont émus à l’époque ou compatissent aujourd’hui.
    Y a-t-il donc des bons et des mauvais morts ou disparus?

  13. j’ai vécu l’Algérie de cette époque …les actes barbares étaient pratiqué par le FLN ( qui ne s’embarasait pas de la convention de Genéve) femmes et enfants mutilés pour rien simplement par barbarie !!!et c’est vrai que quand vous voyez un tel spectacle vous avez soif de vengeance et ainsi c’était l’escalade et tout était bon pour connaitre les coupables …. C’est vrai que les communistes, par leur idéologie, étaient pro indépendance et souvent même au sein des familles considérés comme des traitres à la cause des pieds noirs ….

  14. si les Français musulmans d’Algérie (ou d’ailleurs) avaient autant souffert, qu’ils le disent, sous « l’occupation Française » ils ne seraient pas aussi nombreux sur notre territoire, ou bien souvent ils sont plusheureux que dans leur pays d’origine …. quoi qu’ils en disent !!!!!!!

  15. Je ne sache pas que Vidal-Naquet soit parvenu à prouver de manière intangible les soupçons qui portent sur la mort d’Audin. Après tout, est-il bien sûr qu’il n’ait pas réussi à s’échapper? En outre, on sait bien que le fln acceptait difficilement l’autonomie à laquelle aspirait le PCA … Aussi la vérité est-elle peut-être ailleurs.
    Quoi qu’il en soit, Audin savait ce qu’il faisait lorsqu’il trahissait sa patrie pour servir le nassérisme. Sa mort est certes regrettable, mais un militant aussi engagé dans un tel contexte risque la mort, ce qu’il ne pouvait ignorer.
    Enfin, je ne peux qu’exprimer mes regrets devant la décision scandaleuse qu’a prise Delanoë d’inaugurer une place en l’honneur de ce traître à Paris.

  16. Trahir sa patrie?
    qu est-ce qui vous permet d ecrire cela?
    Vous semblez reecrire l histoire, cher messieur, et vous semblez-ce qui est pire-cautionner ce crime,
    Vous semblez egalement faire peu de cas de l idee qu on pet avoir d une certaine tansparence meme s il s il s agit en l occurence d ‘actes commis en temps de guerre…
    les evenements ont donne raison a Audin , etes vous si aveugle?
    Pour tout dire , auriez vous vous aussi des choses a cacher ?
    La haine d autrui, quelqu il soit ,ne sert jamais l histoire…

  17. on ne peut juger l’histoire sereinement assis dans un fauteuil une fois que tous les elements ont décanté …en ces périodes troublées les hommes agissent en animaux ….comment en France Métro, a t on traité les collabo ou les femmes adultéres pendant l’occupation ??? ….. c’est la même situation Mr Malod….

    Roger pied noir rapatrié en 62

  18. Je ne comprends pas ce qu’attend cette femme. C’était la guerre, l’Algérie était un département français (trois).
    Son mari n’a pas été arrêté sans motif. C’était un traître à son pays, à ses compatriotes, traître à nos parents, et traître à sa propre famille (trois enfants). Enfin traître envers les contribuables français, puisqu’enseignant fontionnaire.
    Il fournissait de l’aide aux felleghas qui ensuite ont assassiné dans des conditions épouvantables nos frères (j’y inclus les patriotes natifs ).Si les gouvernements doivent reconnaître au nom de la France des torts éventuels et faire repentance puisque c’est la mode chez les « sans reflexions » et sans culture historique, que cette repentance soit pour les vrais victimes :
    les « Pieds noirs, les Harkis et le petit peuple sans grade dont faisait partie la majorité des habitants, honteusement et lâchement abandonnés, voire spoliés, et pire accueillis comme des parias.
    Ceci étant-dit, la torture est abominable et ceux qui la pratiquent sont définitivement des sous-humains. Ce Monsieur aurait dù être condamné à la prison à vie. Mais quant à sa mort où est la vérité ou est la part du phantasme ?
    Signé une ex-enfant de là-bas !

  19. J’ai bientôt trente et ne connais la véritable histoire de la guerre d’Algérie depuis à peine 5 ans on ne nous a en jamais parlé à l’école et c’est une honte.
    Lorsque j’ai entendu le discours de M.SARKOZY los de sa visite en Algérie il m’a profondémment choquée car c’est dégeulasse de prendre l’excuse qu’il n’a pas connu cette période pour ne pas s’excuser au nom de la France, un président de la republique est responsable de son pays et parle au nom de son pays par conséquent il se devait d’en parler mais je crois qu’il est plus intéresser par la gaz algérien que les algériens eux-même, au fond cela n’a pas tellement changé!

  20. A mesdasmes et messieurs les pied noirs qui méprisent les algériens,

    vous pourrez dire ce que vous voudrez mais vous êtes et resterez à jamais des colonisateurs!
    c’est bien bien beau maintenant de cracher sur l’algérie et les algériens qui vivent en France mais lorsque vous étiez là-bas vous vous êtes bien gavés vous leurs avez tout pris alors regardez vous avant de dire qu’il y a trop d’immigrés en France, vous en êtes les premiers.
    la nouvelle génération la très compris. il est bien dommage qu’il n’y ai pas eu de plus De Monsieur AUDIN en Algérie car ça c’est l’attitude d’un homme en accord avec lui même et qui ne c’est pas laisser lobotomisé.

  21. bjr a toute l equipe .
    il y a quelque temps, à travers un reportage, Mme josette AUDIN, a déclaré que sont défunt marin a été vue pour la derniere fois à FORT LEMPEREUR sur les hauteurs d’alger.
    Cette déclaration m a fait rappeler un évenement que j ai vécu durant mon service militaire dans ce meme fort.
    Voila , dans la cour du fort , on a découvert par hasard une dalle , renfermant un puit avec une echelle fixée au mur , en vidant ce puit de son eau , deux cadavres ont été retiré de ce lieu, on a parlé en ce temps de maquisards torturés à mort et jetés dans cette cave, je crois qu’ils ont été inhumés quelque part dans un cimetiere à alger. je précise que cette découverte s’est passé entre le mois d’octobre à décembre 1971

  22. à Emilie
    tu ne connais pas l’histoire de l’Algérie mais tu condamnes Sarko donc sans savoir, comme cela, parce que c’est dans la vent ! voici un résumé tres tres bref :
    Il ya eu une guerre entre L’Algérie et la France de 1954 à 1962. cette guerre, une guerilla qui ressemblait à celle de Bagdad aujourd’hui, avec beaucoup de civils morts des 2 cotés. En 1962 il y a eu un armistice et la France a décidé de quitter ce pays qui voulait son indépendance, ne voulant plus des autorités Françaises sur son sol…….. ce fut l’exode d’un million de pieds noirs et de métropolitains qui en quelques mois quittérent le pays pour regagner la France. L’ Algérie a donc obtenu son indépendance et bien qu’elle en profite …..je ne vois en quoi la FRANCE doit s’excuser …. L’ Algérie pour ceux qui la connaissent pas, c’est la Californie, et mis en valeur, ce pays est un eldorado ( minerai, gaz , pétrole, cultures ( fleur,fruit,agrumes) tourisme et population hospitaliére……….
    ah nostalgie

  23. Quelle hypocrisie. Il ne fait aucun doute que la pratique de la torture était monnaie courante durant la guerre d’Algérie. Cependant la torture était pratiquée de par et autres. C’est malhonnête de cacher cela. Combien de militaires Français ont été torturés puis mutilé. Leurs corps étaient retrouvés avec les parties génitales sectionnées et mises dans leurs bouches par les membres du FLN. Je suis persuadé que cela explique (sans bien sûr le justifier) le déchaînement de violence de certains militaires à cette époque.
    S’il l’on veut vraiment tourner la page, il faut tout dénoncer sans manipulation historique….

  24. je m’adresse aux peds noirs et harkis:

    l’algérie à besoin de tous ses enfants, soyez logiques et raisonnables, malgré tous on vous aime, vous êtes les enfants de l’algérie, vous êtes nés en algérie et vous avez votre place en algérie, on est pas rancunier.

  25. P.Delanoë a inauguré une plaque à la mémoire de Maurice Audin, qui militait pour les ennemis de la France, terroristes assassins d’enfants et d’innocents, et eux même tortionnaires.
    Dans la même logique pourquoi pas une plaque à la mémoire de Paul Touvier ???

    En réponse à Baralain: merci de ton message, le peuple algérien est lui aussi victime du FLN et depuis 50 ans…. l’independance aurait pu se passer autrement, sans les salopards genre Maurice Audin.

  26. pour siobud et roger du var:il était légitime au peuple algérien de recouvré leur liberté mais comme ils y sont parvenu a la seule force de leur conviction(contrairement aux francais: massacres Sétif 1945 en autre,viols tortures et j en passe) vous vous senté obliger de noyer le poisson…a tout prix de faire porter le chapeau aux algériens alors que les pires exactions ont été commises par la france.le FLN n a fait que vouloir libérer son pays de l emprise de ses tortionnaires au meme titre que vous lors de la seconde guerre mondiale(vous étiez autant terroristes lorsque vous aviez organiser votre propre résistance!)c est si dur a comprendre, a avouer? les pieds noirs me font rire…vous étiez bien contents quand vous viviez paisiblement en algérie,c est sur que ca devait ètre bien vous aviez vos esclaves algériens c est normal la vous les aimiez les algériens!! mais maintenant ils vous dérangent ,vous crachez dessus…vous pensez trop petit car au fond de vous vous avez honte de la vérité donc de ce que vous avez fait mais la vérité n est jamais loin derrière et un jour que la france le veuille ou non ,elle rattrapera tous le monde…et puis les pieds noirs je comprend pas,vous aimez(et voulez l Algérie) mais pas les Algériens,c est le comble!!! hors l Algérie est , a été,et restera aux Algériens.50 ans après faudrait cmprendre ca, vous n avez été que des COLONISATEURS! CAPITO? en tout cas on a gagné ah ah ah! je sais que ca vous emmerde grave mais faut savoir accepter sa défaite! vive l Algérie! vive le président Boutéflika ainsi que tous nos héros qui ont combattuent comme de vrais hommes(ali la pointe surtout).l Algérie est trop belle pour vous…

  27. arreter de justifier vos actes crades en disant que c est le FLN qu a commencer par des pratiques barbares et que c est soit disant suite a cela que vous avez réagi en conséquence.MENTEURS,focu.avant les premiers évenements, déja vers 1830 début de la colonie vous violaient torturaient humiliaient…la seule raison n était pas le FLN mais seulement le fait que les Algériens étaient considérés comme des indigènes,sous-hommes c est tout.donc arrétez la langue de bois je sais que c est inné chez vous! mais on est pas con!

  28. et les romains et les turcs et les grecs ils vous pas envahis violé et le reste ….
    c’est le duc d’Aumale qui a décidé, par représailles, ( histoire du coup d’éventail) d ‘envahir l’ algérie…. et si les Français n’étaient pas venus vous seriez crevé du paludisme
    ET SI VOUS EN VOULEZ TANT A LA FRANCE ET BIEN RETOURNEZ, OU RESTEZ CHEZ VOUS EN AFRIQUE

  29. On m’a ramené des vidéos d’ algérie ! tout est cassé les plages sont des dépotoirs à ordures, vous dites avoir souffert sous la colo des Français mais qui fait les attentats de puis 40 ans ???? c’est L’OAS ?

  30. ouais les ruines romaines de TIPASA chéres à CAMUS c’est les algériens qui les ont faites ! le pont suspendu du RUMMEL c’est qui ? la capitainerie à Alger c’est les turcs !
    et aujour’dhui c’est les chinois qui batissent en Algérie ……………..

  31. La soit disant « COLONISATION » a quitté l’Afrique, mais aussi quelques iles ( comme Madagascar) et a été remplacée par la dictature, les luttes ethniques, le retour au moyen age et aux bidonvilles …………………..

  32. je partage l’opinion de bloody marie, la colonisation a quitté l’afrique, et a laissé pire qu’elle  » la dictature » pratiquée les pseudo-combattants et qui sont en réalité des gens qui mangent de toutes les sauces, les 90 % d’entre eux étaient
    dans l’armée française

  33. Il faut que les generations du futur sachent ce que ses martyrs ont subis pour que les valeurs humaines prennent le dessus.Il faut que leurs noms soient appris par coeur .

  34. INVITATION POUR MADAME AUDIN à venir participer à la représentation du Frabyle et au déba qui suivra en présence de nombreuses personnalités engagées.

    A lire sur : http://www.hns-info.net/spip.php?article15674

    Dans le cadre des événements du souvenir du 17 octobre 61 à Paris…
    « Le Frabyle » (seul en scène suivi d’un débat)
    propose son regard le 17 octobre 2008 à 21h30 à Paris
    Après la manifestation prévue de 18h/20h sur le pont St Michel
    Au « Paname » 14 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
    Réservation sms, nom et nombre de pers 06 33 26 31 32 ou mail restopaname@gmail.com

    « Quand le meilleur naît du pire il est souvent meilleur pour le plus grand nombre »
    Tayeb Belmihoub, auteur, comédien, a également participé au tournage
    Du film d’Alain Tasma « Nuit noire » sur Canal +

    « Etre Frabyle, c’est un France/Algérie quotidien ! »

    Le Frabyle, c’est le spectacle de tous les mélanges, des mélanges réussis ou ratés, des traditions différentes avec leur lot de richesses, d’ouverture et de tolérance mais également de douleurs, de déséquilibres, de questions et de doutes…

    Le Frabyle, c’est le spectacle de celles et ceux qui aiment la terre de leur naissance et celle de leurs ancêtres et qui les partagent sur une même terre…

    Le Frabyle, c’est le spectacle de tous les français, de celles ceux qui ont envie de découvrir ou de partager, sans imposer mais sans oublier pour autant leurs convictions ni leurs traditions. C’est le langage de celles ceux qui n’ont pas peur de leurs différences…

    Le Frabyle, c’est le spectacle de tous ces immigrés, dont les enfants, français, ne supportent plus d’être appelés des « beurs », rejettent la notion d’intégration, les amalgames cités/ délinquants, musulmans/terroristes et attendent qu’on leur parle « avenir » avec des mots comme possible, égalité, équilibre…

    ROMAIN BOUTEILLE « Il faut avoir suivi Tayeb Belmihoub dans sa promenade sereine entre les vagues de la violence publique. J’allais dire sa promenade « digestive » à cause de la cocasserie mais, sous les cendres couve une lucidité plus chirurgicale qu’intestinale. La haine n’est pas quelque chose de familier sur les trottoirs où l’on parle en « frabyle », dans ce ramassis d’argots kabyle, chtimi, parisien on trouve une profondeur serbo-croate et cette clarté imparable des coups de pieds au cul mais aucune hargne. On trouve une espèce d’universalité soignante. Je ne sais pas par quel tour de magie chacun retrouve là ses petits, ses proches, son lait maternel. »

    KARIM ZERIBI « Ce soir là, c’est aussi un homme qui m’a permis de partager avec d’autres, un moment délicieux car la paix et la cohésion humaine –et non sociale pour une fois- étaient au menu. Ce soir là enfin, c’est aussi un citoyen qui s’est exprimé avec sincérité, intelligence et authenticité sur des sujets de société ô combien sensibles puisque nous les traînons comme des boulets depuis plus de 20 ans. Le FRABYLE, je l’ai découvert un soir d’été au festival d’Avignon. Dès la fin du spectacle, je me suis promis, en tant qu’acteur de terrain, de transmettre le message comme on le faisait à d’autres époques, afin que le plus grand nombre de femmes et d’hommes, de jeunes et d’anciens, de riches et de pauvres puissent profiter de ce moment de bonheur auquel j’ai eu droit. Celles et ceux qui représentent la majorité –trop- silencieuse et qui aspirent à vivre ensemble dans le respect mutuel seront en parfaite osmose avec cet artiste- citoyen libre qui refuse le fatalisme ambiant et l’enfermement identitaire.»

    LA PROVENCE « Tayeb propose des mots justes. Il nous emmène dans son voyage semé d’embûches et de joies. Pour lui « le monde est un livre (….) Il est temps que l’on donne aux individus la possibilité de lire leur livre sans distinction idéologique ou religieuse » Il se dégage un tel espoir des paroles de Tayeb, une lumière, un regard, un sourire qui vous font réfléchir. Il respire une sorte de plénitude, la leçon de vie de cet homme est à voir absolument. »

    Si….

    Si tu peux déclamer sans être censuré
    Si tu peux critiquer sans être menacé
    Si tu peux t’opposer sans être emprisonné
    Si tu peux dénoncer sans être exécuté
    Si tu peux être femme sans être bafouée
    Si tu peux sans trembler dire ta berbérité
    Si tu peux être jeune sans être désespéré
    Si tu peux dire « je t’aime » sans être décrié

    Si tu peux t’incliner sans que ta barbe pousse
    pour faire cesser enfin le sang qui éclabousse,
    Si l’on accueille enfin comme un hôte de marque
    celui qui, hier encor, subissait la matraque,
    Si ta peau basanée et tes cheveux frisés
    ne sont plus un prétexte à mieux te contrôler,

    Si implorent pardon ceux qui ont torturé
    Si la mémoire revient à ceux qui ont tué
    Si le nom de ton père est enfin honoré
    pour avoir, de son sang, servi la Liberté,

    Si les pouvoirs abdiquent de leurs desseins obscurs
    Si les peuples décident enfin de leurs futurs
    Si les mères patries rapprochent leurs rivages
    pour qu’enfin leurs enfants ne fassent plus naufrage,

    Si, Si, Si…

    Alors et alors seulement, en « Hommes Libres* » nous fêterons ensemble
    « l’Année de l’Algérie en France »
    Alors et alors seulement en « Hommes Libres » nous ferons exister ensemble
    « l’Année de la France en Algérie » !

    TAYEB BELMIHOUB – LE LIVRE

    « Le Frabyle -Entre Kabylie & France, le grand pardon ? »
    paru aux Editions manuscrit.com

    4ème de Couverture

    « Certains actes de notre vie se plaisent à précéder notre pensée. Celui qui m’a conduit à offrir en partage ces quelques lignes s’est manifesté sans que j’ai eu le temps ni même l’envie de l’analyser. Je me nomme ou plus exactement, j’ai été nommé Belmihoub Mohamed Tayeb, fils de Belmihoub Mohamed Mouloud, kabyle jusqu’au bout des montagnes et de Allart Marguerite son épouse, plus ch’timi que le tréfonds d’une mine.
    Malheureusement, la conjugaison de certains mots, surtout s’ils sont des noms propres, donne à vivre une grammaire quotidienne dont les règles souffrent de « déclinaisons » et « irrégularités » très singulières. »

    Tayeb Belmihoub, après son livre « Une balle pour la paix » paru en novembre 2005 et malgré de longues pérégrinations à travers la France pour donner des conférences « Football, vecteur de paix », a trouvé le temps et l’envie de nous faire partager ses points de vues sur la France d’aujourd’hui à travers le prisme et le regard de celles et ceux qui sont, comme l’on se plait à dire « issus d’une double culture »… Ces français à peu près comme les autres, à cela près que souvent, l’un de leur parent est « d’origine »…Et c’est là que tout commence et c’est là que parfois tout fini…

    Après avoir parcouru la France avec son seul en scène – il est également comédien et auteur d’une pièce de théâtre : « le Frabyle », (français/kabyle), il a pendant 5 ans, à travers les débats qui suivent chacune des représentations, rencontré des milliers de personnes, jeunes, plus âgées, homme, femmes, croyants ou athées, « d’origine » ou « issus de », ou « Frabyle » comme lui. Il les a écoutés, entendus, ils ont échangé et peu à peu s’est dessinée la carte de cette « France Frabyle » avec laquelle il faut maintenant compter et qui doit permettre à chacun de prendre la place qui lui revient dans une société que tous contribuent à faire progresser.

    TABLE DES MATIERES
    L’auteur – Tayeb Belmihoub
    Préface de Romain bouteille
    Préambule de Tayeb belmihoub

    Chapitre 1
    DELIT DE FACIES – DELIT DE NOM
    Chapitre 2
    LES ORIGINES
    Chapitre 3
    JUIFS & MUSULMANS
    Chapitre 4
    LA GUERRE D’ALGERIE
    Chapitre 5
    LA POLICE, LES POLITIQUES & L’ISLAM
    Chapitre 6
    LA DOUBLE CULTURE :
    Double identité – double nationalité
    Chapitre 7
    RACISME OU XENOPHOBIE
    Chapitre 8
    KABYLE, ARABE ?
    Chapitre 9
    LES « BEURS» & LES « INDIGENES »
    Chapitre 10
    LES HARKIS – LE FLN – L’OAS
    Chapitre 11
    ALGERIE/FRANCE : SEXUALITE & ISLAM
    Chapitre 12
    LES BANLIEUES DU MONDE

  35. salut a tous meci pour le roportage vraimon je ss chouqui et exscuse moi jeconnai pas bien le fronçais homage tous les martyr de la lagerie et mouric oudin et je bien voire un homme martyr Saidani Saïd Tué le 17/10/61 ou exsacte tuè merci

  36. La torture pendant la guerre d’Algérie a été pratiquée sur la population algérienne et française par les forces coloniales (l’armée française, ses supplétifs harkis, l’OAS, les barbouzes, les forces de police et des colons eux-mêmes) dans des proportions qui, selon l’historien Pierre Vidal-Naquet, concerneraient des centaines de milliers d’Algériens[1]. Estimation confirmée depuis par la thèse de doctorat de l’historienne Raphaëlle Branche. Elle a aussi été employée à une moindre échelle et de manière non systématique sur des harkis et des Européens par le FLN et l’ALN.

    La torture policière existait déjà largement en Afrique du Nord avant l’insurrection de 1954, comme en témoigne la mise en garde lancée, dès cette date, par l’écrivain François Mauriac. Elle avait été systématiquement utilisée lors de la colonisation du pays, notamment lors de la campagne du général Bugeaud[2] Mais elle fut consacrée et institutionnalisée comme arme de guerre par l’armée, à laquelle on donne tous les pouvoirs, lors de la « bataille d’Alger », qui fut, en 1957, un « point de non-retour » à cet égard[3]. Toutefois, le passage à une guerre totale et à la systématisation de la torture précède l’année 1957, correspondant, selon la thèse de Raphaëlle Branche, à l’arrivée à la tête de l’état-major d’Alger du général Raoul Salan en décembre 1956.
    Mes plus respectueuses salutations Madame Audin, et bon courage vive l’algerie.

  37. Madame Audin se souvient-elle de ses « méthodes » d’enseignement au Lycée Romain Rolland à Argenteuil?
    Chacun porte ses souffrances. Elle a largement contribué aux miennes !Jean-Luc Vuillemenot

  38. Je m’étonne que le commentaire que j’ai déposé hier, ait pu disparaître !
    Il se trouve qu’étant journaliste , j’ai une idée plus ouverte de la pluralité des opinions !
    Ce que cette femme a traversé , ne doit pas occulter ce qu’elle fut face à ses élèves.

  39. Cela étant, « ; j’adhère pleinement à ce désir de Vérité et à la reconnaissance par l’Etat Français de ce que furent les exactions de l’armée de mon pays en Algérie!
    Une mauvaise lecture précédente m’avait laissé entrevoir une forme de « censure ».

  40. chers « confrères »
    Bravo pour votre censure sur ce site !
    Je fondais beaucoup d’espoirs dans cette nouvelle forme de circulation des débats …
    Que faut-il pour ouvrir le débat des méthodes d’enseignement ?
    L’histoire de Josette Audin est une chose. Ceci ne doit – en aucun cas – faire taire ceux qui ont « souffert » de ses méthodes en classe au Lycée Romain Rolland à Argenteuil.

  41. parlez nous un peu d’amour .l’algerie a été colonisée.la guerre a été déclanchée.l’independance a eu lieu et parès toujours la haine. ce sont des gens qui on fait ca mais nous tous nous paysons pour ca

  42. coucou
    vraiment hier j’ai pas peu dormir quand j’ai trouve un documenet sur se monsieur quil a ete tuer par trois homme militraire francais et quil sont toujours vivant et je demande pourquoi il disement pas ou il est entierr si la dame veut avoir comment maurise il aete tuer je peutr lui envoiyer tous sur se monsieur si non je lui donne les titre
    merci et que di eu sois avec lui car il a ete un grand

  43. La torture en Algérie a été institutionialisée par les responsables des gouvernements de la IVème République.
    1955: le Ministre de l’Intérieur François Miterrand donne carte blanche à la répression;par la suite il élève au grade de commandeur de la légion d’honneur les tortionnaires Godard et Argou alors qu’ils auraient du être traduit sdevant le tribunal millitaire pour crimes de guerre. Le Général de Bolardière qui dénonce la torture est mis aux arrêts de rigueur.
    1956 :le gouvernement Mollet, Mitterand Garde des Sceaux donne tous les pouvoirs de police et de justice au général Massu afin de « nettoyer » Alger avec les 8 régiments. Il n’y avait pas que des « cinglés » dans l’armée , il ne suffit que de quelques fascistes pour accomplir les basses besognes ordonnées par le pouvoir.Je ne veux pas escuser certains officiers mais les gouvernements portent l’entière responsabilité de l’institutionnalisation de la torture.Il est scandaleux que Mitterrand ait été candidat unique de la gauche.

  44. je crois invinciblement que la science et la paie triompheront de l ignorance et de la guerre que les peuples s entenderont non pour detruire mais pour edifier;et que l avenir appartiendra a ceux qui auront le plus fait pour l humanite souffrantes .Jeunes gens,viver dans la paie se reignent des laboratoires et des bibliotheques;dites vous dabord qu ai je fait pour mon pays ? jusqu au moment ou vous aurer peut etre cet immenser bonnheur !!?IL FAUT QUANT ON APPROCHE DU GRAND BUT ETRE EN DROIT DE SE DIRE J AI FAIT CE QUE J AI PU LUIPASTEUR CHALEUREUSEMENT JE VOUS CONSOLES GLOIRE AU MARTYRES