Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

Le Boléro de Blanche

Publié le | par

Cheffe Debout ! Lors du troisième concert de l’Orchestre Debout place de la République, Blanche a dirigé une centaine de musiciens venus interpréter le Boléro de Ravel. Thibault Pomares a suivi la jeune cheffe d’orchestre des répétitions jusqu’aux ovations sur une place qui, paradoxalement prône la fin des chefs.

LE-BOLERO-DE-BLANCHE-LATELELIBRE-T.POMARES-1

Il est midi trente ce dimanche 15 mai sur la place de la République. Une première grappe de musiciens sort violons et clarinettes de leur étui. Les visages sont légèrement tendus. Personne ne peut s’empêcher de regarder en l’air fréquemment. Le ciel est menaçant. Pleuvra, pleuvra pas… En fin de matinée sur le groupe Facebook de l’Orchestre Debout, les organisateurs écrivaient qu’il est « impossible de prédire l’état du ciel à 15h pile, alors provoquons le et on verra bien ! ». Et ils sont venus en masse, les musiciens, intimider les nuages. On entend les chiffres fuser… 150 par là, 250 là bas… Bref une grosse centaine de mélomanes ne se connaissant pas pour la plupart, mais venus 2h avant le début du concert répéter entre autres, le Boléro de Ravel.

LE-BOLERO-DE-BLANCHE-LATELELIBRE-T.POMARES-4

Un quatre-couleurs pour faire danser les notes

Blanche Stromboni a 28 ans. Elle est contre-bassiste dans des orchestres classiques et au sein du groupe engagé Tango Carbon où elle officie en bleu de travail (cf. liens plus bas). Depuis quelques temps, Blanche souhaite se tourner vers la direction et devenir cheffe d’Orchestre. Un métier encore peu féminin car, selon cette ravissante musicienne « pas féministe pour un sou », la musique symphonique s’est féminisée très tard et c’est encore dur pour certaines personnes de s’imaginer être dirigé par une femme…

LE-BOLERO-DE-BLANCHE-LATELELIBRE-T.POMARES-2

Ayant troqué la baguette du chef contre un bic quatre couleurs, Blanche rencontre dès 13h un premier groupe de musiciens avec qui elle est en charge de travailler la partie harmonique du Boléro sur un coin de la place de la République. La répétition est express. Après deux trois fausses notes et une bonne dizaine de sourires échangés, la cheffe Blanche fonce de l’autre côté de l’esplanade s’attaquer à la répétition de la section cordes…

Au pied de la statue de la République, un autre chef en jean et veste perché sur une haute caisse en bois termine avec son groupe l’exécution d’un Verdi. Pendant ce temps là, les premiers badauds commencent à se masser derrière les rubalises tendues par des membres de la Nuit Debout…

Blanche manque de tomber en montant à son tour sur l’estrade de fortune. Ce groupe de musiciens là est plus grand, plus étendu… et si Blanche reste une personne engagée, elle semble découvrir que la manipulation d’un mégaphone pour se faire comprendre n’est pas chose aussi aisée que la lecture d’une partition.

LE-BOLERO-DE-BLANCHE-LATELELIBRE-T.POMARES-3

Blanche bât la mesure de tout son corps, danse presque, sourire vissé sur son visage. Sa bonne humeur semble déteindre sur le premier rang des violoncelles et au-delà… Chez elle, on n’appuie pas une note, « on va la jouer au fond du bidon, compris ? » Et c’est alors que dans une simplicité (d’apparence), ses mots se transforment en musique. Pourtant, le Boléro n’a pas conquis les oreilles de Blanche le jour de leur rencontre. « C’est hyper répétitif, c’est toujours la même chose… » un jugement personnel balayé par son expérience avec l’Orchestre Debout et qui lui a fait voir l’œuvre de Ravel comme « une réunion de tous les instruments, partant de rien pour arriver sur un tout »… Tout un symbole donc, pour Nuit Debout.

Une cheffe sur une place qui souhaite leur couper la tête

Si Blanche partage les principales revendications de Nuit Debout, elle n’arrive pas à s’impliquer davantage dans le mouvement né place de la République le 31 mars dernier. « Ça manque d’organisation, de concret, d’un porte-parole ou de leaders – même si c’est un gros mot… » lance t-elle quelques minutes avant le début de la représentation fixée à 15h. Si ce mal, commun à nombre de mouvements nés en France ces dernières années (on pense aux indignés…), gêne la jeune cheffe d’orchestre aimant se définir comme un « moteur », elle souhaite pourtant que cette contestation citoyenne aboutisse. Quant à exprimer son point de vue sur la question à toute la place, elle a ce jour une occasion en or pour le faire… Mais elle choisira la musique et l’exercice de son métier pour diffuser son message au rythme de son quatre-couleurs.

LE-BOLERO-DE-BLANCHE-LATELELIBRE-T.POMARES-5

« On est l’Orchestre Debout ! Mais vous, si vous pouvez vous assoir… »

15h, Blanche remonte sur la branlante caisse en bois et s’empare du mégaphone qu’elle a entre-temps réussi à dompter. Devant elle, la centaine de musiciens de l’Orchestre Debout, sur le qui-vive, scrute le moindre mouvement de son stylo. Derrière elle, un bon millier de spectateurs, peut-être plus… tous impatients et curieux de cet orchestre symphonique… d’un nouveau monde ?

Avant le premier coup de caisse claire, comme par un enchantement, un lourd nuage s’envole vers d’autres lieux, laissant les rayons du soleil inonder la place… L’assemblée, assise, applaudira l’astre en guise de reconnaissance avant de laisser Blanche, dans un silence, lever avec grâce… son quatre couleurs. Les reste n’est que musique et un « moment » qui de l’aveu de Blanche « restera gravé ».

LE-BOLERO-DE-BLANCHE-LATELELIBRE-T.POMARES-7

Un mot sur le Boléro…

Le Boléro de Ravel est un ballet pour orchestre composé par Maurice Ravel en 1928. Mondialement connu, on estime qu’un Boléro est exécuté toutes les 10 minutes dans le Monde. Début mai, après de nombreuses contestations, l’œuvre de Ravel a fait son entrée dans le domaine public. Si le compositeur n’avait pas de descendance, la lignée d’héritage des ayants droit est très alambiquée. Depuis 1970 des droits furent touchés par des entreprises légalement enregistrées à Gibraltar, Monaco ou les Îles Vierges Britanniques. L’entrée du Boléro dans le domaine public est considéré comme une victoire en plein scandale des Panama Papers.

Réalisation et texte : Thibault Pomares
Caméra 2 captation live : Clément Montfort

Mixage son captation live : Lucie Bourely.
Mercis : Blanche Stromboni, Fanny, Guillaume et Radio Debout.

Des liens !

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (2)