Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

[WEB-DOC] Je suis un Reporter Citoyen

Publié le | par

Depuis 2 ans, Les équipes de LaTéléLIbre et de l’EMI (école des métiers de l’information) réalisent un rêve: ouvrir les métiers du journalisme à ceux qui n’y ont pas accès. Ce film permet aujourd’hui de faire un premier bilan de l’opération Reporter-Citoyen. Vous trouverez ici le lien pour le site du webdoc

« On a appris à oser ! »

Cette phrase lancée par Mohamed, lors de la signature de la convention entre les jeunes de Créteil et leur maire Laurent Cathala, peut résumer le parcours effectué par les Reporters citoyens durant leur première année de formation.

Synopsis

Le film raconte la première année de formation des Reporters citoyens : depuis les auditions des candidats à la formation dans les locaux de l’EMI en février 2010 jusqu’au voyage au Sénégal, lors du Forum Social de Dakar, en février 2011. Nous assistons à l’apprentissage des techniques de bases de la vidéo et à l’enseignement des règles éthiques du journalisme. Nous témoignons de la fabrication de leurs premiers reportages. Des extraits de certaines de leurs productions sont diffusés pour illustrer les différentes étapes de leur initiation au métier de web-journaliste.

La première rencontre avec ces jeunes est l’occasion de comprendre leurs motivations: mieux s’intégrer dans la vie de la cité, pour changer l’image de son quartier, ou pour orienter sa carrière vers les métiers du journalisme et de la communication. Un des points communs entre ces jeunes, c’est la défiance qu’ils ont envers les médias dominants. La mauvaise image du quartier colle à la peau de tous les habitants et stigmatise ces jeunes qui veulent réussir leur vie professionnelle.

Au fur et à mesure de leur formation, nous pouvons mesurer l’évolution du discours des élèves, confrontés à la réalité de celui qui doit aller chercher l’info. Ils nous amènent peu à peu à découvrir leur quartier, mais aussi le monde à travers leur propre regard.

Quelques moments forts du film

- Aux Restos du Cœur de Stains, Sofien rencontre des habitants qu’il a l’habitude de croiser dans sa cage d’escalier. Ave lui, nous comprenons combien il est difficile d’être « objectif », et qu’un journaliste est toujours plus ou moins concerné personnellement par la situation qu’il doit décrire. Un journaliste est une personne qui a un passé, une histoire, une famille. Il ne peut pas être neutre, il doit juste essayer d’être honnête. C’est ce que nous avons essayé de transmettre à nos Reporters citoyens.

- Pendant l’émission Le Point Rouge sur le thème « média, banlieue et vérité » avec le maire de Stains, l’irruption des jeunes qui nous envoient tous les poncifs de la banlieue démontre que le journaliste n’est pas le seul responsable de l’image négative donnée par les médias. Quelquefois, ce sont les habitants eux-mêmes qui nourrissent la parano…

- A Créteil, N’Fanteh, jeune reporter de 19 ans, réalise un reportage sur ses rêves d’enfance (elle voulait devenir chanteuse), et ceux de ses copains de bac à sable. Après enquête, elle est la seule à s’autoriser à garder un rêve : devenir journaliste pour parcourir le monde.

- A Boulogne-Billancourt, les Reporters citoyens, très méfiants envers la politique, sont prêt à parier que le maire refusera de venir au débat que nous organisons dans le quartier du Pont de Sèvres. Il les fera mentir…

- Sur la plage de Dakar, Mohammed et Ghani se posent de graves questions déontologiques quand les sportifs leur demandent de payer pour être filmés.

- Au Forum Social Mondial, Ayann et Khalid, qui posent des questions à des anglophones du monde entier, comprennent soudain combien il leur serait aujourd’hui utile d’avoir mieux suivi les cours d’anglais à l’école !

- Originaires pour la plupart de l’immigration maghrébine et africaine, les Reporters citoyens interrogent leur identité dans ce pays d’émigration qu’est le Sénégal. Ils prennent en pleine figure l’histoire de la traite des esclaves qu’ils découvrent en détail sur l’Ile de Gorée. Ici, ils apprennent leur dernière leçon : ils sont Français, et les Français ont colonisé l’Afrique et ont organisé la traite des esclaves, avec les arabes et les rois africains. C’est à eux maintenant de raconter l’Histoire et les histoires de France…

Devenir Reporter citoyen, c’est d’abord se connaître soi-même et maîtriser les outils de communication, ensuite faire des rencontres et poser des questions pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit, et enfin transmettre aux autres.

Réalisation : John Paul Lepers et Smaïn Belhadj
Assistant réalisation : Vincent Massot
Durée : 65 minutes + les contenus complémentaires sur Internet
Site web: Elliot Lepers
Direction de production : Caroline Lançon
Archives : LaTéléLIbre.fr
Production : ON Y VA ! media

Un film transmedia

 « Je suis un Reporter citoyen » est un documentaire d’un genre nouveau. Il est transmédia, c’est-à-dire qu’il se décline sur plusieurs écrans, pour des usages et des publics différents et complémentaires.

D’abord le documentaire traditionnel, d’une durée de 65 minutes, qui peut être diffusé d’une manière autonome à la télévision comme sur Internet.

Ensuite, le web-doc proprement dit est placé sur un site Internet dédié.

Le documentaire de 65 minutes est disponible, mais augmenté de tous les contenus qui ont servi au montage final, et qui ont été réduits pour les nécessités de la narration linéaire. L’Internaute qui veut aller au delà peut naviguer dans les reportages, articles, sites ou émissions qui ont inspiré le travail des réalisateurs. Sont ainsi disponibles l’intégralité des émissions « Le Point Rouge » réalisées à Stains et Boulogne, ainsi que les articles et reportages des Reporters citoyens. Des séquences inédites issues du tournage sont également mises en ligne. C’est donc environ 120 minutes supplémentaires d’images inédites qui sont proposées.

Nos partenaires

Cette formation de trois ans est gratuite et soutenue par le conseil régional d’Ile-de-France, les villes de Boulogne-Billancourt (Cucs de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest), Stains (Cucs) et Créteil, et l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances) pour la première promotion (2010/2012).

Nous avons aussi reçu le soutien de la DRAC Ile-de-France, de la fondation FACT (French-American Charitable Trust), de la fondation Un monde par tous, de l’association Georges Hourdin, du CCFD-Terre solidaire et du conseil général du 92 (Cucs).

Lien

Voir le site du web-doc « je suis un reporter citoyen »

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (10)

  1. Je connais John Paul Lepers depuis le vrai journal, et sachant qu’il ne travaille pas seul, je salue l’initiative de toute l’équipe.

    Voilà une idée magnifique. Des gens qui n’ont pas la parole pourront parler. Ceux qui ne sont jamais écoutés seront « entendus » ou tout au moins apparaître.

    Bravo, simplement bravo.

    A John Paul, s’il s’en souvient, de la part de l’illuminer du 21 avril 2002. Vous ne m’avez encore jamais déçu.

  2. Beau concept basé sur l’échange,la transmission,l’acceptation de l’autre, source d’enrichissement. Merci à toi, John Paul et à ton équipe pour cette approche citoyenne, altruiste et tout simplement humaine.

  3. C’est super ce que tu fais John-Paul. J’ai regardé ce sujet avec beaucoup de plaisir.Tout ce qui a été fait par la Télélibre depuis son début et qui maintenant permet l’existence et la pertinence de Reporter Citoyen lui donne une valeur unique dans le mond des médias. Bravo !

  4. Du journalisme de terrain objectif, ouvert aux vrais gens, incroyable !
    Bravo, bravo, bravo !

  5. Voilà un reportage d’une très grande qualité.
    On aimerait en voir plus souvent, y compris à la télévision.
    Je suis ravi de soutenir la Télé Libre pour la troisième année, je n’ai vraiment pas l’impression d’avoir perdu mon argent.
    Bravo à tous ces jeunes reporters pour leur travail, à Julien Lepers, Philippe Merlant et à toute l’équipe ayant contribué à ce projet.
    Mille merci !