Lecteur vidéo

Faire un don

Faire un don

Envoyer l’article par mail
Télécharger le .torrent

Fichier indisponible pour l’instant

Qu’est-ce que le Torrent ?

Grâce à Bittorrent vous pouvez télécharger et partager la vidéo que vous êtes en train de visualiser.

C’EST CLERC !

Publié le | par

MAI 68

Thérèse Clerc, 80 ans, mère, grand-mère, arrière grand-mère, se bat pour les droits des femmes depuis trente-cinq ans.

Elle nous parle d’elle, de son expérience, se souvient de mai 68 ; alors que Nicolas Sarkozy souhaite liquider l’esprit 68 ; il est important de connaître son histoire.
Seule, « la conscience politique est une force ».
Elle continue à se battre en espérant que d’autres prendront la relève.

Thérèse Clerc est aujourd’hui connue du grand public pour avoir inventé « la maison Babayagas », une maison de retraite atypique et
unique en France, autogérée par les femmes qui y habiteront, citoyenne
et écologique, dont la première pierre a été symboliquement posée à
Montreuil en mars 2007.

Depuis longtemps à Montreuil (93), elle a successivement participé à des mouvements écolos, de femmes et créé plusieurs structures :
– « Celles de la terre », une association originale de femmes.
– « La Fête chez Thérèse » : une association qui réunissait dans sa maison, un dimanche par mois des amies pour faire la fête.
– La « Maison des Femmes de Montreuil » entre maison de la culture et lieu féministe.

Dans le film : la peinture représentant des escarpins est de : Voahangy

Pour en savoir plus : de Danielle Michel-Chic
«Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs » Edition Des Femmes

Karine Pelgrims
Clément Magnin

Partager cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les commentaires (20)

  1. Je me sens très honoré de faire la connaissance de cette femme. Vraiment. Elle est fantastique. Merci LTL.

  2. oui Thérèse Clerc ,vous avez une belle vie! et vous ne pleurnichez pas ! et vous n’en faites pas une oeuvre  » d’art  »
    Des maisons babayagas, il en faudrait plein ,partout !
    Qui s’est déjà égaré dans une maison de « retraite  » peut comprendre !
    et dans ces maisons babayagas, non seulement on croque les enfants mais on devrait pouvoir y mourir dignement.
    (Je rêve de mourir juste avant ma date de péremption! )

  3. Bonjour,
    J’avais déjà lu un article sur Thérèse Clerc, que je trouve absolument formidable, et la maison Babayagas. J’ai gardé cet esprit de 68 et j’aimerai beaucoup finir mes jours dans une de ces maisons et pourquoi pas la créer. Trouver les partenaires ne doit pas être chose facile, j’aimerai bien entrer en contact avec Madame Clerc pour en discuter.
    Je suis une jeunette de 61 ans qui court encore après ses utopies et qui aimerait bien les réaliser.

  4. Après avoir écouté cette vidéo je me sens vraiment bien ce matin moi qui suis regardée un peu « comme mauvaise » grand mère parce que j’ai toujours dit et je le fait, j’ai élevé mes 5 enfants, je n’élèverais pas les leurs.
    et pour reprendre le terme de Lucifer, il y a bien longtemps que j’ai décidé que je partirai avant ma date limite de consommation!

  5. La femme est l’avenir de l’homme et surtout cette femme là.
    Merci à Mme Clerc, de vous être battue pour que nos vies soient meilleurs et comme vous le dites si bien on sent un retour en arrière en pente douce, insidieux et Pétainiste ( même si à ce nom on nous rétorque tout le temps que l’on ne peut pas comparer, même si ça dérange, les liens paraissent évidents )
    En tous les cas cette femme n’est pas un monument historique, mais un exemple à continuer et à conjuguer au présent.
    Femmes du monde de tous les pays unissons nous…………….

  6. En tous cas le militantisme, ça conserve! Félicitation Madame.
    J’ai noté dans mes carnets votre expression: » Après les trente glorieuses, les trente piteuses. »
    Si l’expression est vraie, on devrait en être sorti, non?

  7. Et après les trente désastreuses, ce sera la UNE glou-glou-glou …

    Moi aussi quand je serais arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand père je voudrais me retrouver ds une maison de retraite autogérée par des femmes.

    Sauf qu’ il s’ agira plutôt d’ un cimetière -marin- autogéré …

  8. Quand je parle de cimetière marin il s’ agira de la planète Terre, bien sûr … et y a pas de S au futur simple …

  9. Allez, un peu de machisme juste pour pimenter :
    Si la Femme est l’avenir de l’Homme, je suis d’accord pour qu’elles se bougent plus rapidos ! lol !

  10. Je n’avais plus entendu parler de Thérèse Clerc depuis les années 70… ravie de la retrouver telle qu’en elle même, avec la sagesse de ses 80 balais et l’esprit frondeur des féministes de ma jeunesse….
    C’est revitalisant !
    Après le couplet faussement machiste de Petit Mousse…
    La recette de la longévité serait-elle d’éviter la vie de couple, de se passer d’ enfants ( sauf pour les croquer chez les babayagas), de s’adonner aux joies de l’homosexalité, du plaisir ( jouir sans entrave) et le militantisme comme sport de combat ?

    Trop tard pour moi, si heureuse d’être grand-mère…qui transmet déjà ma petite fille les droits des femmes à disposer de leur corps !
    MAIS songez y , les jeunes !
    Prête à adhérer au BAbayaga’s club dès que mes cheveux blanchissent… avec quelques Bourreau et autre Gwendal pour officier la grand messe féministe à l’heure où le soleil décline !

  11. waouh !!! j’ai vécu moi aussi ces moments forts 1968et post 68!!je connais depuis longtemps Thérèse Clerc , que j’admire depuis toujours !!
    j’adhère à tout ce qu’elle dit ….attention prudence les petites !!!! le loup est tapi !!! pret à dévorer le peu de « gains » de ces années ….battantes !!!!
    attention l’avortement ….???
    ne lachez jamais la pression !! ni l’attention …la vigilance ….toujours !!!!
    JE VEUX aller ds cette maison !!!
    que du bonheur de vivre entre femmes !!!!

    tout lacher pour partir VIVRE !!!!!

    merci madame Clerc …!!!

  12. Je reviens ajouté mon grain de sel : moi qui ai toujours été célibataire (60 piges je le rappelle) je rencontre de nombreuses femmes de mon age et plus agées qui en ont marre de la vie de couple et des enfants et petits enfants, attention, je ne dis pas qu’elles ne les aiment pas, non.
    Elles étouffent toutes plus ou moins, plutôt plus que moins, dans le carcan que le quotidien leur a imposé et elles voudraient bien, enfin, vivre un peu pour elles, ce que ne semble pas approuver leur entourage. Et aussi les vieux couples qui se disputent sans arrêt, car c’est pas facile de rester ensemble au bout de 40 ou 50 ans et voire plus, de vie commune. C’est un des avantages de notre évolution, nous vivons plus longtemps, et je vois des couples se déchirer d’épuisement de l’un et de l’autre. Du plus loin que je me souvienne, je préfère ma vie solitaire et pleine de rebondissements, qu’une vie sclérosé par le couple. Et j’ai de très nombreux exemples devant moi, car j’habite le midi de la France, l’endroit préféré des retraités (beurk ! la retaite. Beurk ! beurk ! beurk !)

  13. Ben moi, dans ma profession, je passe mon temps à vivre « entre femmes » . Je ne m’en plains pas particulièrement mais je n’ai pas forcément envie de finir mes jours dans un ghetto « entre femmes » …

  14. Th Clerc est heureuse de sa vie .C’est pas si fréquent ! mais c’est SA vie ; A chacun , chacune , de réaliser SA vie; avec homme (s) femme(s) enfants , chien chat , tortue ou rien !
    si on veut être mal heureux, on peut toujours . quel que soit le contexte .

  15. Si le machisme crasse à encore de beaux jours, surtout en ces temps de rétropédalage social, nous serons nombreux à toujours être solidaires de vos combats, Mesdemoiselles, d’autant qu’ils touchent aux nôtres:

    comme les femmes sont moins payés, qui, par force, prends son congé parental? Qui nous à donné le misérable congé paternité, le gouvernement? Non, une directive européenne ! Quelles perspectives de carrières sont favorisées au détriment de la qualité de vie? Qui sont les cadres qui se pendent?

    Je force le trait et les hommes souffrent en quelque sorte de leurs avantages, mais la guerre des genres contre l’exploitation se doit d’être solidaire.

  16. Je trouve ce reportage très intéressant. J’aimerais avoir la pêche de Thérèse Clerc quand j’aurais son âge.
    C’est une bonne idée de faire une maison pour les femmes « babayagas » puisque ce sont elles qui vivent le plus longtemps statistiquement et que finir sa vie seule est bien triste. On n’a pas toujours une famille. Par contre je pense que dans un couple réuni par l’amour ou l’amitié ou la fraternité, il y a toujours des sujets d’agacement. Mais je pense que dans une maison de femmes, chacune est libre de s’isoler aussi, car autant la solitude non désirée est pesante, autant c’est important de pouvoir rester seule quand on le souhaite.

  17. Merci à LTL d’avoir remis Thérèse Clerc sous les projecteur. Il faut l’y maintenir, avec d’autres…

  18. bravo et merci à ces femmes qui luttent pour le mieux êtres des autres – hommes et femmes d’ailleurs – je regretterais bien de n’avoir pu m’adonner à ce genre de vie, la mienne ayant été très bousculée – et à 77 ans, c’est fini. je me sens bien faible pour ce genre d’exercice – cependant, si je pouvais inciter le monde a être solidaire, pacifique afin que les siècles à venir ne ressemblent pas à ceux passés (guerres-divisions- misère jalousies, racisme )et que maintenant, enfin, on
    sauvegarde notre si belle planète . Il faudrait que cela change, et que nous nous aidions tous, nous qui finirons dans les cendres. D’autre part, je suis bien sur pour la liberté des femmes, pour l’avortement – un enfant ne sera pas heureux s’il n’est pas désiré – mais je souhaite que les hommes aussi aient leur place.